La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La maladie de Parkinson Peut-on en améliorer le diagnostic et le suivi ? Par le Dr Jacques Mallecourt neurologue au Centre Hospitalier de Dreux avec le.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "La maladie de Parkinson Peut-on en améliorer le diagnostic et le suivi ? Par le Dr Jacques Mallecourt neurologue au Centre Hospitalier de Dreux avec le."— Transcription de la présentation:

1 La maladie de Parkinson Peut-on en améliorer le diagnostic et le suivi ? Par le Dr Jacques Mallecourt neurologue au Centre Hospitalier de Dreux avec le concours de Dr JP Lierville, mg à Dreux

2 Sources utilisées zConférence de consensus : la maladie de Parkinson 3 mars A.N.A.E.S z Aspects cliniques et thérapeutiques de la maladie de Parkinson EMC A-50 (2001) zMaladie de Parkinson -référentiel national - collège des enseignants de neurologie version du 30/08/2002 zLa maladie de Parkinson en Bretagne : février U.R.C.A.M.

3 Etat des lieux : résultats de l étude URCAM de Bretagne z231 patients inclus en ALD en 1 an zâge moyen d admission en ALD : 72 ans -dans 54 p 100 des cas, les signes datent de 1 à 5 ans, voire davantage ( la maladie, daprès la littérature commencerait en moyenne à 55 ans) ztriade dans 61 % des cas, absence de tremblement dans 15 % des cas. zDépression dans 28 % des cas. zDans 66 %, stades bilatéraux sévères z72 % des patients traités par L-DOPA zdéficit en soins de kinésithérapie z21 patients sans traitement spécifique zla moitié des patients a consulté au moins une fois le neurologue. Ces spécialistes interviennent très peu dans les formes graves de la maladie

4 Combien de MPI dans votre patientèle ? zPrévalence y40 à 100 pour habitants ( Dreux et environs) y1 % > 65 ans y3 % > 95 ans zIncidence annuelle y5 à 15 pour habitants (Dreux et environs) zALD Bretagne y6.5 pour assurés. zPAR MG à Dreux : 2 à 3 patients en tout, 1 nouveau patient tous les 2 à 3 ans

5 Nos objectifs zPenser à la MPI plus précocement. zmieux connaître les classes de médicaments utilisées dans la MPI et mieux connaître la manière de les utiliser. zMieux organiser le co-suivi de cette maladie au cours de son évolution naturelle avec votre correspondant neurologue, afin den retarder, autant que possible, les effets délétères.

6 Penser à la MPI plus précocement. zTremblement de demi-repos, lent, épargnant le chef, disparaissant pendant le sommeil. zasymétrie zakinésie-rigidité ymicrographie yf. rhumatismale : raideur d un membre, P.A.S.H yf. psychiatrique : lenteur, apathie, syndrome dépressif (ou pseudo-dépressif) zEtat dépressif

7 Penser à la MPI plus précocement. (signes d examen) zTremblement sensibilisé par calcul mental. zRigidité de type plastique avec roue dentée (manœuvre de Froment) zakinésie, bradykinésie, hypokinésie. (amimie, micrographie, perte du ballant du bras lors de la marche, modification de la voix) zpas de prise de neuroleptiques. zPas d atypie (syndrôme axial, dysautonomie) ztrt d épreuve par L-DOPA

8 mieux connaître les classes de médicaments utilisées dans la MPI zL-dopa zagonistes dopaminergiques : bromocriptine, lisuride, piribédil (Trivastal), Ropinirole (Requip) zamantadine zanticholinergiques (Parkinane etc.) zIMAO-B Seligiline (Otrasel) [ Lafon : nous invite ce soir] zICOMT (Comtan)

9 mieux connaître la manière dutiliser les médicaments zL âge et l importance de la gène fonctionnelle sont les 2 facteurs qui guident les choix thérapeutiques ( recommandations ANAES) yen l absence de retentissement moteur, abstention thérapeutique ylorsque la gène est minime, antagonistes dopaminergiques, seligiline, anticholinergiques ylorsquil existe un retentissement fonctionnel xsujet jeune : agonistes dopaminergiques le plus longtemps possible xsujet âgé : L-dopa en première intention.

10 Mieux organiser le co-suivi de cette maladie au cours de son évolution naturelle (I) zÉvolution en quatre stades ydiagnostic, ylune de miel, ycomplications motrices du trt L-Dopa xdyskinésies xfluctuations (phase ON, phase OFF) ydéclin xsignes axiaux equilibre, freezing festination, dysarthrie, troubles de la déglutition xdétèrioration cognitive, trb psychiatriques

11 Mieux organiser le co-suivi de cette maladie au cours de son évolution naturelle (II) zLutilisation de grilles de suivi UPDRS

12

13 Mieux organiser le co-suivi de cette maladie au cours de son évolution naturelle (III) zLutilisation de grilles de suivi UPDRS zLutilisation du correspondant neurologue yconfirmer le diagnostic yéliminer les autres syndrômes parkinsonniens yeffectuer le choix du traitement de démarrage ( L-dopa ou non?) ycontrôler les fluctuations et les dyskinésies par un maniement subtil des différents médicaments du Parkinson.

14 Mieux organiser le co-suivi de cette maladie au cours de son évolution naturelle (IV) zNe pas oublier la rééducation fonctionnelle, zlorthophonie

15


Télécharger ppt "La maladie de Parkinson Peut-on en améliorer le diagnostic et le suivi ? Par le Dr Jacques Mallecourt neurologue au Centre Hospitalier de Dreux avec le."

Présentations similaires


Annonces Google