La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Mony Chhiv R2. Laparoscopie et maladie peptique Ulcère perforé Ulcère chronique Laparoscopie et carcinome gastrique Staging laparoscopique Résection laparoscopique.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Mony Chhiv R2. Laparoscopie et maladie peptique Ulcère perforé Ulcère chronique Laparoscopie et carcinome gastrique Staging laparoscopique Résection laparoscopique."— Transcription de la présentation:

1 Mony Chhiv R2

2 Laparoscopie et maladie peptique Ulcère perforé Ulcère chronique Laparoscopie et carcinome gastrique Staging laparoscopique Résection laparoscopique

3

4 Depuis lidentification et léradication de H. pylori incidence des ulcères duodénaux incidence de chx urgentes pour complications Proposée pour la première fois par Mouret en 1989

5 3 techniques décrites Ligature de la perforation sans omentoplastie significative de la mortalité Technique « plug and glue » Omentoplastie (patch de Graham)

6 Petit rouleau de gélatine insérée au niveau de la perforation Réparation recouverte de colle de fibrine Technique rapide et simple Associé à un haut taux de fuite, surtout si perforation > 5 mm

7 Position lithotomie, Trendelenburg renversé Chirurgien placé à droite ou entre les jambes du patient Attacher lapex de la patch épiploïque à laide dendoclips à laspect supérieur du duodénum

8 Une fois lépiploon fixé, sécuriser la réparation à laide de 2 ou 3 sutures passées à travers la paroi duodénale Les sutures peuvent être sécurisées à la paroi duodénale à laide dendoclips Toilette abdominale

9 Contre-indications relatives 1 facteur de risque de Boey Autre complication de mx peptique (sténose, saignement) Perforation large ( > 10 mm) Facteurs de mauvais pronostic de Boey ( Annals of Surgery,1987) ATCD médicaux sévères Choc préopératoire Perforation de longue durée ( > 24h)

10 Méta-analyse de Lau en études comparant lapproche laparoscopique et ouverte Total de 658 patients Avantages Dlr et analgésie post-op Infections de plaie Retour au travail plus rapide Désavantages Temps opératoire Taux de réopération (2 o fuite post-op) Pas de différence significative Mortalité Outcome

11

12

13

14

15

16 Indiquée dans lulcère réfractaire Persistance de lulcère après 8-12 sem de tx médical Récidive rapide après tx médical efficace Pt non compliant ou intolérant au tx médical Bénignité de lulcère prouvée

17 Vagotomie suprasélective (VSS) techniquement complexe et longue à faire en LSC VSS antérieure + tronculaire postérieure (VTP) décrite par Hill et Barker en 1978 Linnervation de lestomac distal et du duodénum par le tronc antérieur du nerf vague est suffisante pour la vidange gastrique normale de solides Séromyotomie antérieure + VTP décrite par Taylor en 1982 Taux de récidive, morbidité, mortalité semblable à la VSS Technique facilement reproductible par laparoscopie (Mouiel, 1990)

18 Lithotomie – Trendelenburg renversée – TNG 5 trocarts 5 mm 10 mm 5 mm 10 mm

19 Exposition du nerf de Latarjet et de la patte de corbeau par une traction vers la gauche Division du plan neurovasculaire antérieure sur petite courbure jusquà langle de His Même dissection du plan postéieur Plan postérieur très difficile techniquement en LSC

20 Ligne dincision au cautère à 15 mm de la petite courbure à partir de langle de His jusquà 5-7 cm du pylore, épargnant la patte de corbeau. Pédicules neurovasculaires clippés et divisés Séromyotomie au crochet jusquà la muqueuse Vérification détanchéité en injectant lair dans TNG Séromyotomie refermée avec surjet Tronc vagal postérieur divisé en mobilisant laspect postérieur de loesophage

21 Hospitalisation moyenne 3,5 jours Taux de guérison > 95% Récidive entre 4 et 11% Morbidité 1 à 2% (diarrhées, dumping)

22

23

24 Échographie foie + estomac Aspiration de lascite pour cytologie Lavage avec cc NS pour cytologie Inspection et bx

25 Exploration du rétropéritoine juste par-dessus laorte (seulement si présence de gg au TDM)

26 Incision du lig. gastrohépatique Possible de passer par le lig. gastrocolique Inspection des gg coeliaques, paroi post. gastrique, invasion structures vasculaires

27 Précision ModalitésTNMétas péritoine Métas foie Laproscopie81%57%94%96% Écho LSC82%89%-98% Écho endo83%66%-25% Écho transabdo--23%37% TDM66%62%71%95% Conlon K. Staging laparoscopy, Springer

28 12 à 52% des patients bénéficient de la LSC et évitent ainsi une laparotomie. Sensibilité de 100%, spécificité de 84% Pas indiqué dans les lésions T1 et T2 vue la faible incidence de métastase, idem pour cancers moignon gastrique (controversé…) Pas de métastase aux sites de trocarts (M. L. Deogracias. 2006) Essentielle si on considère une chimioTx néoadjuvante

29 Première résection gastrique par Goh en 1992 Gastrectomie distale – reconstruction Billroth II pour ulcus chronique Première résection pour cancer par Azagra en 1993

30 Maladie peptique Ulcère duodénal perforé Ulcère intractable Gastric outlet Prépyloriques Ulcères gastriques Lésions bénignes GIST < 5 cm Antre distal ou prépylorique Carcinoïde Adénocarcinome T1 T2 Palliation Adénocarcinome Lymphomes

31 Endoscopie digestive haute Tatooage TDM Sténose peptique éliminer masse extrinsèque Écho endoscopique Profondeur des tumeurs Atteinte des gg

32

33 Rétraction du foir Division du ligament gastrcolique

34 Division des attaches postérieures Ligatures des art. gastroépiploïques (éviter les clips dans la rgion duodénale)

35 Division du lig gastrohépatique Ligature de lart. gastrique droite

36 Division de lestomac proximal par contre-incision Anastomose extra ou intra-corporel selon la reconstruction choisie

37 Shunsuke Hosono. Meta-analysis of short-term outcomes after laparoscopy-assisted distal gastrectomy. World Journal of Gastroenterology, 2006.

38 complications mortalité Meilleure évolution post-op (analgésie, T o, iléus, durée dhospitalisation) nombre de gg disséqués Shunsuke Hosono. Meta-analysis of short-term outcomes after laparoscopy-assisted distal gastrectomy. World Journal of Gastroenterology, 2006.

39 50 patients consécutifs, suivi moyen 36 mois 92% sans maladie Durée dhospitalisation moyenne: 3,8 jrs Aucune complication majeure Aucune mortalité Yuri W. Novitsky, Long-term outcomes of laparoscopic resection of gastric gastrointestinal tumors. Annals of surgery, juin 2006.

40 Lulcère duodénal perforé peut être approché par laparoscopie et amène plusieurs avantages à lévolution du patient. La séromyotomie antérieure + VTP permet de traiter un ulcère réfractaire de façon minimalement invasive. Le staging laparoscopique dans le carcinome gastrique est une étape importante dans lévaluation du patient. La gastrectomie laparoscopique demande un certain niveau dexpérience et dexpertise mais semble montrer des résultats intéressants.

41 Deogracias ML. Absence of port-site metastases following staging laparoscopy for gastric carcinoma. Rev Esp Enferm Dig Oct;98(10): T. Aparicio. Adénocarcinome gastrique : notions fondamentales, diagnostic et traitement. EMC- Chirurgie 1 (2004) 47–66. Bailey RW, Zucker KA. Surgical Laparoscopy Update. 1993:241–286. Katkhouda N, Mouiel J. Minimally Invasive Surgery. 1993:123–130. Clarck CJ. Current problems in surgery: gastric cancer. Curr Probl Surg Aug-Sep;43(8-9): Chinnasamy Palanivelu.Laparoscopic Management of Acid Peptic Disease. Surg Laparosc Endosc Percutan Tech. Oct; 16(5): Lau H. Laparoscopic repair of perforated peptic ulcer. Surg Endosc Jul;18(7): Boey J. Risk stratification in perforated duodenal ulcers. A prospective validation of predictive factors. Ann Surg Jan;205(1):22-6. Guy RJC. Laparoscopy significantly improves the perceived preoperative stage of gastric cancer. Gastric Cancer (2003) 6: 225–229 Shunsuke Hosono. Meta-analysis of short-term outcomes after laparoscopy-assisted distal gastrectomy. World J Gastroenterol 2006 December 21; 12(47): Dubois F. New Surgical Strategy for Gastroduodenal Ulcer: Laparoscopic Approach World J. Surg. 24, 270–276, 2000 Yuri W. Novitsky, Long-term outcomes of laparoscopic resection of gastric gastrointestinal tumors. Annals of surgery, juin


Télécharger ppt "Mony Chhiv R2. Laparoscopie et maladie peptique Ulcère perforé Ulcère chronique Laparoscopie et carcinome gastrique Staging laparoscopique Résection laparoscopique."

Présentations similaires


Annonces Google