La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Controverses modernes dans le domaine monétaire Marc Lavoie Université dOttawa.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Controverses modernes dans le domaine monétaire Marc Lavoie Université dOttawa."— Transcription de la présentation:

1 Controverses modernes dans le domaine monétaire Marc Lavoie Université dOttawa

2 Proverbes cambridgiens I « Les grandes théories sont comme un lièvre pris en chasse; si vous restez au même endroit ou presque au même endroit, vous pouvez être certain quil reviendra vers vous ». D.H. Robertson 1956 « Highbrow opinion is like a hunted hare; if you stand in the same place or nearly in the same place it can be relied upon to come round to you in circle. »

3 Proverbes cambridgiens II « Les idées économiques évoluent de façon circulaire: restez au même endroit suffisamment longtemps, et vous verrez des idées autrefois écartées revenir périodiquement. » A.B. Cramp 1970 « Economic ideas move in circles: stand in one place long enough, and you will see discarded ideas come round again. »

4 Currency school contre Banking school Les pièces et les billets de la banque centrale sont la monnaie Le stock de monnaie détermine la demande globale; La demande globale détermine les prix La définition de la monnaie est plus floue; La demande globale détermine le stock de monnaie; Sil faut contrôler quelque chose pour influencer les prix, cest le crédit

5 La plupart des controverses modernes peuvent se ramener aux débats entre la Currency school et la Banking school Définitions de la monnaie Stabilité de la vitesse de circulation de la monnaie Stabilité du multiplicateur de dépôts Monnaie contre crédit La cible opérationnelle: loffre de monnaie banque centrale ou les taux dintérêt (à court terme)? Offre de monnaie endogène contre offre de monnaie exogène (causalité inversée) Inflation par création excessive du stock de monnaie contre inflation par les coûts

6 Une complication additionnelle Certains auteurs peuvent se trouver dans deux camps à la fois. Cest souvent le cas des grands auteurs: Wicksell (qui prétend conserver la Théorie quantitative, tout en la remettant en cause) Keynes (qui prétend remettre en cause la Théorie quantitative, tout en la modifiant à peine) Donc il est difficile ou même impossible de faire des classifications étanches

7 Deux écoles de pensée bien identifiés déjà en 1959 « Deux attitudes sopposent quant aux conditions dans lesquelles sajustent loffre et la demande de monnaie. Pour les uns (quantitativistes et Keynes) la quantité de monnaie est fixée par le système bancaire de façon indépendante …. Pour les autres (Banking school et Wicksell), les banquiers ne fixent pas une quantité, mais un prix. Le système bancaire adopte un taux (ou ensemble de taux) sur le marché monétaire et il prête ensuite tout ce que les emprunteurs demandent à condition quils offrent des garanties suffisantes ». Jacques Le Bourva 1959

8 Retour vers le futur ? « La théorie quantitative de la monnaie agonise. Les critiques banales acceptées depuis longtemps par tous, concernent linstabilité des vitesses de circulation ….La critique fondamentale sappuie sur la détermination de la masse monétaire. Il est essentiel à la solidité de la position quantitativiste que la quantité de monnaie soit une variable indépendante du revenu national et de la conjoncture, une cause sans cause. Il faut donc soutenir que les banquiers fixent le montant du stock monétaire par un acte souverain, dans le secret de leur olympe. Cest précisément cette condition de la théorie quantitative qui nest plus admise en France aujourdhui: la Banking school et Wicksell triomphent ». Le Bourva 1962: lendogénéité de loffre de monnaie

9 Théorie quantitative de la monnaie (Universitaires) contre la Commission Radcliffe 1959 (Banque centrale) Théorie quantitative Contrôle de loffre de monnaie banque centrale, en particulier les réserves Vitesse de circulation et multiplicateur de monnaie quasi constants Causalité monnaie vers prix Commission Radcliffe La banque centrale contrôle les taux dintérêt, et très mal loffre de monnaie La vitesse de circulation est instable (substituts): Concept de « general liquidity » La politique monétaire na quun effet modéré sur le taux dinflation, qui dépend de nombreux autres facteurs Contrôle du crédit ?

10 Les années Malgré ce quen dit Le Bourva en 1962, au fur et à mesure que linflation semble toujours plus difficile à contrôler, la théorie quantitative de la monnaie, la currency view, et les objectifs quantitatifs de taux de croissance de monnaie semblent graduellement emporter ladhésion des universitaires. Le point de vue Radcliffe est fortement critiqué, jugé dépassé: « Il existe encore des gens dont les idées névoluent pas…. Leurs opinions sont embaumées dans le Comité Radcliffe, lune des opérations les plus stériles de tous les temps » (Samuelson 1969) Le monétarisme de Milton Friedman avance, porté par les centaines de pages de statistiques de Friedman et Schwarz, puis triomphe, grâce à sa version augmentée de la courbe de Phillips.

11 Les universitaires anglo- saxons et leurs manuels Pour eux, les choses sont très simples Les opérations dopen-market permettent de contrôler les réserves des banques Via le multiplicateur de dépôts, la banque centrale contrôle loffre de monnaie (ce qui rend opérationnelle une politique monétaire basée sur la théorie quantitative de la monnaie) Loffre de monnaie détermine le taux dinflation des prix (selon plusieurs auteurs, mais pas tous)

12 Keynes, un friedmanien avant lheure « Nous sommes tous keynésiens maintenant » dit Friedman, à lapogée du modèle IS/LM. Cest que, comme le dit Kaldor (1982), la théorie monétaire de Keynes 1936 est « une modification de la théorie quantitative de la monnaie, et non son abandon ». Keynes 1930, malgré ses innovations, est un « quantitativiste » Il critique ceux qui font des taux dintérêt la cible opérationnelle; Il approuve le multiplicateur de monnaie de Phillips (1920); Il prône lutilisation dinstruments quantitatifs pour la conduite de la politique monétaire: les opérations dopen market et les changements aux taux de réserves obligatoires, instruments pourtant seulement prônés par les Américains et la Fed à lépoque.

13 Conduite de la politique monétaire par les quantités ou par les taux ? Un point de vue éclectique En accord avec le modèle IS/LM keynésien dominant, la proposition de Poole (1970) concernant le choix de la cible opérationnelle optimale semble acceptable à tous: Si la courbe IS est la plus instable, la mise en œuvre de la politique monétaire doit se faire par loffre de monnaie Si la courbe LM est la plus instable (la demande de monnaie est instable), la mise en œuvre de la politique monétaire optimale se fait par les taux dintérêt. Or, les travaux de Friedman semblent démontrer que la vitesse de circulation est relativement stable.

14 Conduite de la politique monétaire par les quantités ou par les taux ? Un second point de vue éclectique Les auteurs français rejettent initialement les mécanismes « monétaristes » anglo-saxons pour la France. Cest la distinction « économie de marché, économie dendettement », ou encore « économie de découverts, économie de fonds propres » (Maarek, Lévy-Garboua, Renversez). Léconomie de marché, ce sont les Etats-Unis et les autres pays anglo-saxons, où le modèle monétariste avec mise en œuvre de la politique monétaire se fait par les quantités. Léconomie dendettement, cest la France, où le contrôle par les quantités ne peut sappliquer, car les banques sont constamment en déficit de monnaie banque centrale. Loffre de monnaie y est endogène, et répond à la demande. La mise en œuvre de la politique monétaire doit se faire par les taux. Wicksell et les auteurs autrichiens triomphent, avec leur taux dintérêt naturel.

15 Le triomphe monétariste provoque la réaction post-keynésienne Jusquen 1970, et même 1980, la théorie monétaire de lécole keynésienne de Cambridge nest pas claire. Son exposé le plus définitif est celui de Robinson 1956, LAccumulation du capital, mais il est noyé dans les considérations relevant de la théorie de la croissance et des prix, si bien que presque personne ne porte attention à la théorie monétaire de son livre. Avant 1970, les principales critiques de la théorie quantitative porte sur linstabilité de la demande de monnaie, ou sur linstabilité du multiplicateur de monnaie. Cest encore le cas de Kaldor 1958, lors de sa présentation à Radcliffe, et aussi du comité Radcliffe lui-même. Cest aussi la critique de Minsky 1957, un keynésien. Après 1970, la critique porte sur la question plus essentielle de la causalité inversée.

16 Les causalités inversées: Trois groupes dauteurs Des économistes de la Réserve Fédérale (Holmes 1969, Lombra, Torto, Kaufman, Feige+McGee) Les économistes post-keynésiens Cramp 1970, Kaldor 1970 et 1980, Robinson 1970 Davidson et Weintraub 1973, Moore 1979) Les iconoclastes: Le Bourva 1959 et 1962, F.A. Lutz 1971 Loffre de monnaie nest pas indépendante, elle est déterminée par la demande Les prêts font les dépôts, les dépôts font les réserves (le diviseur de crédit) Les taux dintérêt courts sont la variable exogène La causalité prix/monnaie est inversée

17 Lapogée du monétarisme strict : Bien que les économistes des banques centrales restent persuadés que les taux dintérêt restent les seules cibles opérationnelles pertinentes, et que loffre de monnaie est essentiellement endogène, sous la pression des économistes universitaires qui les encensent, ils mettent en pratique les recettes monétaristes de Friedman: Abandon (apparent) des cibles de taux dintérêt Adoption par lensemble des banques centrales de cibles de taux de croissance de la masse monétaire, M1, M2, ou M3 selon le cas Adoption par la Fed, en , de cibles de taux de croissance des réserves fournies par des opérations dopen-market (non-borrowed reserves)

18 Léchec du monétarisme strict (Contrôle de linflation par la fixation du taux de croissance de la masse monétaire) Certaines banques centrales ne parviennent pas à rencontrer les objectifs de cibles de masse monétaire. Les autres banques centrales y parviennent, mais alors le taux de croissance de la masse monétaire nest plus corrélé avec le taux dinflation des prix. En réalité, même en , les véritables cibles de réserves sont les réserves empruntées, car elles déterminent le taux interbancaire. De fait, même à cette époque, les marchés spéculent sur les intentions de la Fed quant au taux dintérêt, et non sur les cibles quantitatives. Les banquiers centraux jugent que M1 les a abandonnés, et non quils ont abandonné le monétarisme strict. Ironiquement, les universitaires français commencent à adopter les descriptions des manuels au moment même (les années 1980) où les banques centrales abandonnent le monétarisme strict.

19 Les causes de léchec selon lorthodoxie Le consensus à cette époque est que la demande de monnaie et le multiplicateur de monnaie sont trop instables, quil y a trop dinnovations financières pour pouvoir contrôler utilement quelque agrégat monétaire que ce soit. Cest le triomphe des post- keynésiens structuralistes à la Minsky et à la Rousseas; cest aussi un retour à Radcliffe. Selon le modèle de Poole 1970, puisque LM est instable, il faut abandonner la conduite de la politique monétaire par les quantités et revenir à la conduite de la politique monétaire par les taux, qui était autrefois celle de toutes les banques centrales.

20 Le retour de Wicksell Wicksell décrit une pure économie de crédit Loffre de monnaie y est complètement endogène, et dépendante des crédits consentis par les banques Le concept clé est le taux dintérêt naturel, taux réel qui existerait dans une économie idéale dépourvue de monnaie Les prix évoluent proportionnellement avec lécart entre le taux dintérêt naturel et le taux dintérêt du marché La solution pour la banque centrale est simplement daugmenter les taux quant les prix montent, afin de rétablir les taux de marché au niveau du taux naturel, et dabaisser les taux quand les prix baissent

21 Le triomphe de Wicksell, post 1990 Plusieurs banques centrales adoptent un système wicksellien. Elles sassurent que les taux réels augmentent quand linflation (ou linflation future anticipée) augmente, et vice-versa. Elles se donnent des taux interbancaire cibles, encadrées par des taux plafond et plancher; cest le système du corridor. Les cibles de quantité sont complètement absentes; il nest même plus question dagrégat monétaire. Les banques centrales prêtent sans restriction toutes les réserves nécessaires; et symétriquement elles offrent des facilités de dépôts (les facilités permanentes). Cest léconomie dendettement des années 1970, qui sexprime le plus clairement dans les pays anglo-saxons: Canada, Nouvelle-Zélande, Australie, Royaume-Uni, et aussi Suède! Ces pays nont aucune réserve obligatoire.

22 Un consensus très large à propos de loffre de monnaie endogène Les post-keynésiens Les néo-autrichiens Les nouveaux keynésiens (le nouveau consensus), Woodford, Taylor, Roemer, Meyer (le nouveau paradigme, rôle prédominant du marché du crédit), Stiglitz, Greenwald, Bernanke Les adeptes de la théorie des cycles réels Barro, McCallum Goodhart

23 Les divergences présentes: Le taux dintérêt naturel Les nouveaux keynésiens croient au taux dintérêt naturel et tente de le mesurer, mais avec aussi peu de succès que le taux de chômage naturel (la marge derreur est si grande que le taux estimé nest daucune utilité pour la banque centrale) Les post-keynésiens croient que le taux dintérêt naturel nexiste pas, ou alors quil en existe une multiplicité (Rogers 1989, Smithin 1994).

24 Les divergences présentes: limpact du monétaire sur le réel Les nouveaux keynésiens et nouveaux classiques, croient que la politique monétaire na aucun effet sur le réel, sauf une amélioration de la productivité quand les taux dinflation sont faibles (effet Hayek, repris par Friedman 1975). Cest un dogme pour les banques centrales: les politiques monétaires restrictives nont aucun effet négatif à long terme. Les post-keynésiens croient aux effets dhystérésis et de « path-dependence »: le monétaire a un effet sur le réel; des politiques monétaires restrictives vont accroître les taux de chômage, à court et à long terme.

25 Les divergences présentes: L es raisons qui justifient la mise en œuvre de la politique monétaire par les taux dintérêt Pour la majorité des économistes, orthodoxes ou hétérodoxes, cest lanalyse de Poole 1970 basée sur la macro IS/LM, et aussi la nécessité du rôle de prêteur de dernier recours de la banque centrale. Pour les économistes proches des banques centrales, cest une analyse microéconomique, liée aux opérations journalières et routinières de la banque centrale, qui justifie que le taux dintérêt constitue le principal instrument dintervention.

26 La microéconomie qui justifie la mise en œuvre de la politique monétaire par les taux dintérêt Certains économistes des banques centrales (Bindseil 2004 BCE, Clinton 1991 BdC, Lombra 1974 et Whitesell 2003 Fed) Certains post-keynésiens: Eichner 1985, Wray 1998 et les néo-chartalistes Des institutionnalistes: Fullwiler 2003 et 2006)

27 La microéconomie qui justifie la mise en œuvre de la politique monétaire par les taux dintérêt Les interventions des banques centrales sont avant tout « défensives ». Elles ont pour objectif de compenser les flux de paiements entre la banque centrale et le secteur bancaire Ces flux proviennent: a) des taxes perçues et des dépenses du gouvernement; b) des interventions sur le marché des changes; c) des achats ou vente de titres détat, ou le remboursement de titres venant à échéance. Sans ces interventions défensives, les réserves des banques subiraient dénormes mouvements de jour en jour, ou dheure en heure. Les taux interbancaires subiraient dincroyables fluctuations.

28 Le dispositif opérationnel permettant déviter des fluctuations démesurées du taux interbancaire Interventions défensives régulières (opérations principales de refinancement et opérations de réglage fin). Mise en place dun système de réserves obligatoires: « Le système de réserves obligatoires a pour objet de stabiliser les taux dintérêt du marché monétaire et de créer (ou daccentuer) un déficit structurel de liquidités au sein du système bancaire » BCE Accès aux facilités permanentes (prêts et dépôts – le corridor). Sans au moins lune de ces trois procédures, les taux interbancaires auraient de jour en jour des fluctuations allant de zéro à un chiffre astronomique (45%, 75%, etc.)

29 La Réserve fédérale agit exactement comme la banque centrale dune économie dendettement Les achats et les ventes des titres du gouvernement ont pour objectif principal de compenser les flux entrants et sortants du système financier et monétaire national. Eichner 1987 Les actions de la Fed relatives aux quantités de réserves sont nécessairement défensives. La Fed est uniquement libre de déterminer le taux dintérêt. Wray 1998

30 Et il en a toujours été ainsi ! Lobjectif principal des opérations dopen market de la Fed na jamais été daugmenter ou de réduire les réserves pour modifier loffre de monnaie, mais plutôt de maintenir lintégrité du système de paiements en fournissant la quantité appropriée de monnaie banque centrale afin datteindre le taux interbancaire ciblé. Fullwiler (2003) The primary objective of the Desks open market operations has never been to increase/decrease reserves to provide for expansion/contraction of the money supply but rather to maintain the integrity of the payments system through provision of sufficient quantities of Fed balances such that the targeted funds rate is achieved.

31 Et cest pareil pour la BCE ! The logic of the ECBs liquidity management... can be summarised very roughly as follows: The ECB attempts to provide liquidity through its open market operations in a way that, after taking into account the effects of autonomous liquidity factors, counter-parties can fulfil their reserve requirements as an average over the reserve maintenance period. If the ECB provides more (less) liquidity than this benchmark, counterparties will use on aggregate the deposit (marginal lending) facility Bindseil and Seitz 2001 Autrement dit, quand la BCE estime mal la demande nette de liquidités, celle nécessaire pour rencontrer les exigences de réserves obligatoires et la demande de monnaie banque centrale des particuliers, donc quand la BCE ne fournit pas la bonne quantité de monnaie banque centrale à travers ses opérations principales de refinancement, les banques sont invitées à utiliser les facilités permanentes.

32 La situation en 2007: Une économie de crédit quasi pure Politique monétaire conduite par les taux; Taux dintérêt à court terme administrés; Les agrégats monétaires ne jouent aucun rôle; Offre de monnaie banque centrale déterminée par la demande; Réserves obligatoires égales à zéro dans les systèmes financiers les plus modernes.

33 Conséquences des proverbes cambridgiens « La conduite de la politique monétaire, en théorie et en pratique, en particulier le choix dune cible opérationnelle, est revenue à ce que les économistes considéraient comme adéquat il y a 100 ans, cest-à-dire cibler les taux dintérêt courts ». Ulrich Bindseil 2004, BCE et anciennement de la Bundesbank « Todays views and practice on monetary policy implementation and in particular on the choice of the operational target have returned to what economists considered adequate 100 years ago, namely to target short-term interest rates »

34 Les questions en 2007 Toutes les variables importantes de la stratégie de politique monétaire sont « inobservables » Taux dintérêt naturel Taux dinflation futur anticipé Écart avec loutput potentiel Les banques centrales sont-elles vraiment capables de contenir linflation sans provoquer des récessions prolongées (autrement dit, ont-elles bénéficié de circonstances favorables depuis 15 ans) ? Quarriverait-il, si les économies contemporaines subissaient un fort choc du côté de loffre ?


Télécharger ppt "Controverses modernes dans le domaine monétaire Marc Lavoie Université dOttawa."

Présentations similaires


Annonces Google