La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

CAS CLINIQUES Plaie du 3ème doigt avec section dun fléchisseur chez un patient non à jeun. Quelle attitude pratique ? Quel bloc proposez vous ?

Présentations similaires


Présentation au sujet: "CAS CLINIQUES Plaie du 3ème doigt avec section dun fléchisseur chez un patient non à jeun. Quelle attitude pratique ? Quel bloc proposez vous ?"— Transcription de la présentation:

1 CAS CLINIQUES Plaie du 3ème doigt avec section dun fléchisseur chez un patient non à jeun. Quelle attitude pratique ? Quel bloc proposez vous ?

2 CAS CLINIQUES Patient programmé pour arthrolyse du coude. ASA 1, 30 ans, ATCD = 0, prend de laspirine. Mobilisation passive prévue en post-opératoire. Quelle technique anesthésique ? Quelle technique analgésique ? Prescription post-opératoire.

3 - Peut on obtenir une analgésie de lépaule avec un bloc sus-claviculaire ouinon - Une des complications fréquente des blocs sus-claviculaires est le pneumothorax. ouinon - L entretient d un cathéter interscalénique danalgésie est au mieux réalisé par: - une injection continue - des bolus - une PCEA - Lors de l injection dans l espace interscalénique d un bolus d anesthésiques locaux, il est plus dangereux : - de réaliser une injection intra-artérielle dans l artère vertébrale - de réaliser une injection intra-veineuse -Lors d une chirurgie de l épaule ambulatoire sous BIS, il est préférable d utiliser : - un anesthésique local de courte durée d action - un anesthésique local de longue durée d action

4 ANESTHESIE LOCO-REGIONALE POUR LA CHIRURGIE DU MEMBRE SUPERIEUR

5 ALR INITIALISE L'ANALGESIE POSTOPERATOIRE - CATHETER L'AG N'ELIMINE PAS FORCEMENT UNE ALR REFUS DE L'ALR PAR LE PATIENT : - "VEUT DORMIR" - RAREMENT REFUS DU GESTE - ANALGESIQUES GENERAUX

6 BLOCS DU PLEXUS BRACHIAL SIX SITES D'INJECTION - ANESTHESIE - DIFFICULTES TECHNIQUES - COMPLICATIONS SPECIFIQUES CHOIX D'UNE VOIE D'ABORD : - TERRITOIRE ANATOMIQUE - RISQUES ET CI - NECESSITE DE METTRE EN PLACE UN CATHETER - POSSIBILITES TECHNIQUES POUR UN PATIENT DONNE... IL FAUT EN CONNAITRE PLUSIEURS (mobilisation du bras, obésité...)

7 SIX SITES D'INJECTION... tous ne sont pas à connaître ! et heureusement car pour chaque voie d'abord il existe de nombreuses variantes techniques et toutes ne sont pas à connaître ! CRITERES DE CHOIX D'UNE TECHNIQUE : - TAUX DE REUSSITE DU BLOC - SIMPLICITE - COMPLICATIONS SPECIFIQUES - MISE EN PLACE D'UN CATHETER POSSIBLE OU NON

8 SIX SITES D'INJECTION 1- L'ABORD INTERSCALENIQUE 2- L'ABORD SUSCLAVICULAIRE 3- L'ABORD "RETROCLAVICULAIRE" : bloc homogène, pneumothorax. 4- L'ABORD SOUSCLAVICULAIRE 5- L'ABORD AXILLAIRE 6- L'ABORD AU CANAL HUMERAL

9 VOIE D'ABORD SELON L EXTENSION DU BLOC EPAULE : - INTERSCALENIQUE BRAS : - INTERSCALENIQUE - SUS-CLAVICULAIRE COUDE : - INTERSCALENIQUE - SUS ET SOUS-CLAVICULAIRE - AXILLAIRE - CANAL HUMERAL AVANT-BRAS : - SOUS-CLAVICULAIRE - AXILLAIRE - CANAL HUMERAL MAIN : - AXILLAIRE - CANAL HUMERAL

10 LES DIFFERENTES TECHNIQUES, PARTICULARITES ET RISQUES SPECIFIQUES 7 TECHNIQUES POURRAIENT ETRE RETENUES : - BLOC INTERSCALENIQUE : - SELON WINNIE - ABORD LONGITUDINAL - BLOC SUSCLAVICULAIRE : - VOIE DE DUPRE - VOIE DE BROWN -BLOC SOUS CLAVICULAIRE - BLOC AXILLAIRE SELON WINNIE - BLOC AU CANAL HUMERAL Indications Idem sauf Kt

11 ABORDS SUPRA-CLAVICULAIRES Bien que l espace interscalénique soit perméable et continu il existe bien des diffusions différentes selon le site d injection. ISC BSC Il s agit toujours d injections dans l espace interscalénique : à la partie haute ou basse de l espace.

12

13

14 ANTPOST Tête Pieds

15 ABORDS SUPRA-CLAVICULAIRES En fait il existe une diffusion à tout l espace Mais elle est n est pas homogène, ainsi : - L anesthésie a une extension souvent limitée - L analgésie est globale (BSC et analgésie de l épaule) - Paralysie phrénique : 100 vs 50% - Pb = Bloc du ulnaire et cutané latéral du bras

16 LE BLOC INTERSCALENIQUE Classiquement Winnie Injection à la partie haute du cou : - à proximité du rachis. - à proximité des gros vaisseaux Les complications : - injection intrathécale - injection péridurale - Claude Bernard Horner - bloc du récurrent - bloc phrénique

17 LE BLOC INTERSCALENIQUE Les cathéters Titr e : 25% déplacement 2 : Boezaart 1999 ISC ou BSC ?

18 Bloc ISC et hypotention Clinical relevance of the Bezold-Jarisch Reflex Jason, Anesthesiology, 2003 Perioperative bradycardia and asystole : relationship to Vasovagal syncope and the Bezold-Jarisch reflex. Kinsella, BJA, 2001 Activation of the Bezold-Jarisch reflex in the sitting position for shoulder arthroscopy using interscalene block D Alessio, Anesth Analg, 1995 The use of metoprolol and glycopyrrolate to prevent hypotensive/bradycardic events during shoulder arthroscopy in the sitting position under interscalene block. Ligori, Anest Analg, 1998

19 LE BLOC SUS-CLAVICULAIRE 2 Techniques méritent d être connues : DUPREBROWN

20 BLOCS SUSCLAVICULAIRES DUPRE BROWN SIMPLICITE DES REPERES NEUROSTIMULATION EFFICACITE CATHETER SECURITE PONCTION VASC. PNEUMOTHORAX (1 cm au dessus clavicule) BLOC PHRENIQUE 50% - - -

21 BLOC SOUS-CLAVICULAIRE UNE OU PLUSIEURS STIMULATIONS ? mais risque de ponction vasculaire... CATHETER + En fait deux à trois stimulations nécessaires pour une anesthésie.

22 BLOC AXILLAIRE UNE OU PLUSIEURS STIMULATIONS ? SECURITE +++ CATHETER + DANS LA GAINE : 2 > 1, SI RADIAL + 1 ALORS 2 = 3 EN DEHORS DE LA GAINE : MUSCULOCUTANE SELECTIF.

23 BLOC AU CANAL HUMERAL SECURITE +++, EFFICACITE +++ Cathéter - Hématome+ Garrot ?

24 INDICATIONS : AU TOTAL -INTERSCALENIQUE : le plus dangereux, de préférence réservé à la chirurgie de l'épaule (anesthésie et Kt danalgésie). - SUS-CLAVICULAIRE : - bras - coude, avant-bras (mobilisation impossible). - KT d'analgésie (y compris épaule). - AXILLAIRE - CANAL HUMERAL de première intention pour : coude, avant-bras, main. INSUFFISANCE RESPIRATOIRE SEVERE : pas de bloc au niveau du cou. TROUBLES DE L'HEMOSTASE : - éviter les blocs au niveau du cou. - pas de KT - risque vs bénéfice. -SOUS-CLAVICULAIRE : Idem sus-claviculaire (sauf analgésie épaule) Idem axillaire.

25 DROGUES, « POSOLOGIES » COU : 25 À 30 ml DISTAL : 30 à 40 ml Sachant que le cou est une zone de haute résorption les posologies des différentes drogues doivent être respectées et le volume et la concentration adaptés

26 DROGUES, POSOLOGIES Xilocaïne : 8 à 10 mg/kg Marcaïne : 2 à 3 mg/kg Carbocaïne : 7 à 8 mg/kg Ropivacaïne : 3 à 4 mg/kg

27 GESTION DES CATHETERS 15 ml Anesthésique local x% ANALGESIE OK Chercher dose minimale ANALGESIE OK PRESCRIPTION "DEFINITIVE" EXTENTION OK PROFONDEUR INSUFFISANTE PROFONDEUR OK EXTENTION INSUFFISANTE Augmenter la dose dALAugmenter le volume AL

28 CATHETER, ENTRETIENT PCA > continu seul Interscalénique : Infusion continue (5 ml/h) + bolus 2,5 ml Période d interdiction de 30 mn. - Consommation des AL réduites - effets secondaires moindres (Singuelyn 2000) Vrai pour ISC… à discuter pour les autres blocs.

29 CAS PARTICULIER DES NEUROPATHIES OU DE LESIONS NERVEUSES PREEXISTANTES Maladie neurologique en évolution : doute = contre-indication. Neuropathie diabétique : pas une contre-indication, mais il fautbaisser les posologies (1/2). Toxicité propre des anesthésiques locaux. Lésions nerveuses préexistantes : pas une contre-indication à condition : - que la lésion soit à distance de la ponction. - que les troubles neurologiques aient été notés dans le dossier d'anesthésie.

30 Blocs de première intention Chirurgie de courte durée < 30 minutes Recherche des nerfs: 5 à 6 cm au-dessus du poignet Nerfs peu profonds, maximum à 1 cm sous la peau BLOCS DISTAUX

31 Zone chirurgicale souvent sur 2 territoires: –Palmaire: M + U –Dorsale: U + R Problème des anastomoses nerveuses BLOCS DISTAUX

32 Au minimum 2 injections Problème du 3ème doigt: –Axillaire –3 blocs au poignet –bloc digital (gaine ou interdigital) BLOCS DISTAUX

33 Zone de pose du garrot = non anesthésiée Avant-bras ou bras ? Tolérable durant 20 minutes Gonflé entre 200 et 250 mmHg Un chirurgien rapide ou un acte court GARROT

34 La sortie du patient dépend de la prémédication En moyenne: 2 heures après l anesthésie Excellent vécu du patient: Anesthésie peu douloureuse Geste chirurgical de courte durée Hospitalisation brève Traitement de la douleur post-op CHIRURGIE AMBULATOIRE

35 Traumatologie : –Exploration plaie –Fléchisseur, extenseur –C E –Nerf collatéral –Fracture Chirurgie programmée : –Canal carpien –Teno-arthrolyses –Kyste –Doigt à ressaut... INDICATIONS

36 ALR ET ANESTHESIE GENERALE L'ASSOCIATION ALR ET AG : - ANALGESIE POSTOPERATOIRE - VOLONTE DU PATIENT DE "DORMIR" - CONFORT PEROPERATOIRE (Ex épaule, varie selon les centres) QUELLE ANESTHESIE GENERALE ? SEDATION, PAS DE BESOIN DE MORPHINIQUES OU CURARES ANESTHESIE A OBJECTIF DE CONCENTRATION - INTUBATION - MASQUE LARYNGE VS ± AIDE INSPIRATOIRE VC

37 CONCLUSION L'INDICATION D'UNE ALR DEPEND ESSENTIELLEMENT DE DEUX FACTEURS : - L'ANALGESIE POSTOPERATOIRE - ANESTHÉSIE ADAPTEE : SIMPLIFICATION Thé, Lever, Ambulatoire... LA FREQUENCE ET LETHIOLOGIE DES COMPLICATIONS, LE PLUS SOUVENT BENIGNES, DE CES TECHNIQUES RESTE MAL EVALUEES. NEANMOINS L'ALR POURRAIT PERMETTRE DE LIMITER LE RISQUE ANESTHESIQUE LORS D'UNE CHIRURGIE FONCTIONNELLE.


Télécharger ppt "CAS CLINIQUES Plaie du 3ème doigt avec section dun fléchisseur chez un patient non à jeun. Quelle attitude pratique ? Quel bloc proposez vous ?"

Présentations similaires


Annonces Google