La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

R É P O N S E S QUALIFICATIONS DE BRIGADIER DE POLICE.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "R É P O N S E S QUALIFICATIONS DE BRIGADIER DE POLICE."— Transcription de la présentation:

1 R É P O N S E S QUALIFICATIONS DE BRIGADIER DE POLICE

2 001 - De quelle année date la loi fondamentale encadrant la liberté de la presse ? A B C D

3 002 - La loi « informatique et libertés » vise : A - Tous les types de fichiers ; B - Tous les types de fichiers contenant des données à caractère personnel ; C - Seulement les fichiers automatisés contenant des données à caractère personnel.

4 003 - Photocopier ou filmer une personne dans un lieu privé est une atteinte au respect de sa vie privée. Sont considérés comme lieux privés : A - Un commissariat ; B - Une plage ; C - Une chambre dhôpital ; D - Une prison ; E - Une chambre dhôtel.

5 004 - Le sigle C.A.D.A. signifie : A - Centre dadmission des autorités ; B - Commission danalyse de la déontologie administrative ; C - Commission daccès aux documents administratifs ; D - Comité daide départementale aux administrés ; E - Centre danalyse des documents administratifs.

6 005 - Le Président de la république a le pouvoir de dissoudre lAssemblée nationale : A - OUI ; B - NON.

7 006 - Le juge de proximité ne peut juger que des affaires civiles : A - VRAI ; B - FAUX.

8 007 - Lassemblée délibérante de la commune sappelle : A - Le conseil communal ; B - Le conseil général ; C - Le conseil municipal ; D - Lassemblée cantonale.

9 008 - Ne peuvent être élus conseillers municipaux dans les communes situées dans le ressort où ils exercent leurs fonctions depuis plus de 6 mois : A - Les gradés et gardiens ; B - Les officiers de police ; C - Les commissaires de police.

10 009 - Comment est désigné le président du Conseil constitutionnel ? A - Il est élu par les autres membres du Conseil constitutionnel ; B - Il est élu par le Parlement réuni en Congrès ; C - Il est nommé par le Président de la République ; D - Il est nommé par le Premier Ministre ; E - Il est élu par un collège de grands électeurs.

11 010 - Le Conseil supérieur de la magistrature est présidé par : A - Un magistrat élu par ses pairs ; B - Le garde des sceaux, ministre de la justice ; C - Le président de la Cour de cassation ; D - Le Premier ministre ; E - Le Président de la République.

12 011 - En cas de décès du Président de la République pendant son mandat, qui exerce provisoirement ses fonctions ? A - Le président du Sénat ; B - Le garde des sceaux, ministre de la justice ; C - Le président du Conseil constitutionnel ; D - Le Premier ministre ; E - Le président de lAssemblée nationale.

13 012 - La durée du mandat de député à lAssemblée nationale est de : A - 6 ans ; B - 3 ans ; C - 4 ans ; D - 5 ans.

14 013 - Le Parlement comprend : A - Le Conseil constitutionnel ; B - LAssemblée nationale ; C - Le Sénat ; D - Le conseil économique et social.

15 014 - Les sénateurs sont élus : A - Au suffrage universel direct ; B - Au suffrage universel indirect ; C - Au suffrage censitaire direct ; D - Au suffrage censitaire indirect.

16 015 - LAssemblée nationale est renouvelée : A - Par tiers tous les 3 ans ; B - Par moitié tous les 3 ans ; C - Intégralement tous les 5 ans ; D - Intégralement tous les 6 ans.

17 016 - Le cadre juridique de lenquête préliminaire peut sappliquer à toutes les infractions : A - VRAI ; B - FAUX.

18 017 - Larticle alinéa 2 du Code Pénal dispose que la défense des biens ne permet pas de justifier un homicide volontaire : A - VRAI ; B - FAUX.

19 018 - Pour procéder à une perquisition en enquête préliminaire, les O.P.J. et A.P.J. 20 ont les mêmes pouvoirs en la matière : A - VRAI ; B - FAUX.

20 019 - La complicité par aide ou assistance en matière de contravention est : A - Punissable dans tous les cas ; B - Punissable lorsque le règlement le prévoit.

21 020 - Dans le cadre juridique de lenquête de flagrant délit, lA.P.J. 20 peut : A - Appréhender lauteur des faits ; B - Procéder à une palpation de sécurité ; C - Procéder à une fouille à corps ; D - Perquisitionner avec assentiment écrit de la personne concernée ; E - Procéder à des saisies et mises sous scellés.

22 021 - Quels sont les mandats que peut délivrer un juge dinstruction ? A - Mandat damener ; B - Mandat de recherche ; C - Mandat de dépôt ; D - Mandat de perquisition ; E - Mandat darrêt.

23 022 - Parmi les propositions suivantes, dans quel(s) cas y a-t-il crime ou délit flagrant ? A - Le crime ou le délit qui se commet actuellement ; B - Le crime ou le délit qui vient de se commettre ; C - Le crime ou le délit commis il y a sept jours ; D - Le crime ou le délit commis il y a trente jours.

24 023 - Parmi les propositions suivantes, quelles sont celles pour lesquelles lenquête de flagrance est applicable ? A - Lauteur commet actuellement le délit de provocation à la rébellion ; B - Lauteur recèle actuellement une automobile volée depuis neuf jours ; C - Lauteur trace actuellement des tags effaçables sur un véhicule, causant un dommage léger.

25 024 - En enquête préliminaire, laudition dun plaignant est de la compétence : A - Des seuls O.P.J. ; B - Des A.P.J. 20 et A.P.J.A. 21 ; C - Des O.P.J. et des A.P.J. 20.

26 025 - Quels sont les principaux points développés dans un rapport de synthèse : A - Les faits – lenquête – la conclusion ; B - Le transport sur les lieux – les constatations – lenquête de voisinage ; C - Linterpellation – la mise à disposition – la garde à vue ; D - Lévènement – les date et heure – lauteur – les destinataires.

27 026 - Sauf exceptions prévues par la loi, le délai de prescription de laction publique est de : A - 2 ans pour les contraventions, 5 ans pour les délits, 20 ans pour les crimes ; B - 1 an pour les contraventions, 3 ans pour les délits, 10 ans pour les crimes ; C - 2 ans pour les contraventions, 5 ans pour les délits, 15 ans pour les crimes ; D - 1 an pour les contraventions, 3 ans pour les délits, 20 ans pour les crimes.

28 027 - En enquête préliminaire, lagent de police judiciaire de larticle 20 du code de procédure pénale peut : A - Décider du placement en garde à vue lauteur présumé des faits ; B - Procéder à laudition du mis en cause ; C - Effectuer une vérification didentité ; D - Effectuer une fouille à corps.

29 028 - Quelles personnes peuvent être entendues sur procès-verbal ? A - Le plaignant ; B - La victime ; C - Le témoin ; D - Le mis en cause.

30 029 - Parmi les peines suivantes, quelles sont celles applicables aux contraventions ? A - Amende ; B - Emprisonnement jusquà 1 an ; C - Peines restrictives ou privatives de droits.

31 030 - Le FAED ne comporte aucune information commune à la police et à la gendarmerie : A - VRAI ; B - FAUX.

32 031 - S.C.I.J. signifie : A - Service central dinformation judiciaire ; B - Service central didentité judicaire ; C - Service central dinvestigation judiciaire ; D - Système commun dinterrogation judiciaire ; E - Système commun dinterprétation juridique.

33 032 - Les interrogations simples du F.V.V. peuvent se faire à partir du numéro : A - Dimmatriculation ou du nom ( pour un bateau ou un aéronef ) ; B - De série ; C - Denregistrement au tribunal dinstance ; D - De cadre ( pour les cycles ).

34 033 – Les réquisitions aux fins de demandes denregistrement des empreintes génétiques au F.N.A.E.G. peuvent être dressées par : A - Un OPJ ; B - Un APJ ; C - Tout fonctionnaire de police ; D - Un procureur de la république ; E - Un juge dinstruction.

35 034 - Au sein de la direction générale de la police nationale, quelles sont les entités directement rattachées au Directeur général : A - La mission de lutte anti-drogue ( MILAD ) ; B - La direction générale des collectivités locales ( DGCL ) ; C - La direction des libertés publiques et des affaires juridiques ( DLPAJ ) ; D - Lunité de recherche, assistance, intervention et dissuasion ( RAID ) ; E - Le service de sécurité du ministère de lintérieur ( SSMI ).

36 035 - De quelle autorité ministérielle dépend le Service de protection des hautes personnalités ( S.P.H.P. ) ? A - Le ministre des affaires étrangères ; B - Le ministre de la défense ; C - Le ministre de lintérieur ; D - Le garde des sceaux, ministre de la justice.

37 036 - Le règlement général demploi de la police nationale liste les missions et activités de la police nationale. Parmi celles-ci, on trouve : A - La protection des personnes et des biens ; B - Le maintien de lordre public ; C - Le recrutement des croupiers dans les cercles de jeux ; D - La recherche des déserteurs ; E - La recherche de renseignements.

38 037 - Les adjoints de sécurité sont exclus de tout système de permanence ou dastreinte : A - VRAI ; B - FAUX.

39 038 - Parmi les jours ou crédits horaires pouvant alimenter un compte épargne temps, on trouve : A - Des congés annuels ; B - Des congés bonifiés ; C - Des crédits fériés ; D - Des jours ou crédits horaires A.R.T.T. ; E - Des repos de pénibilité spécifique.

40 039 - En régime hebdomadaire sans permanence ni astreinte, le rappel sur un repos légal ou jour férié est restitué au coefficient de : A % ; B % ; C % ; D %.

41 040 - En matière de congé dadoption, cochez les bonnes affirmations : A - Si lagent na pas denfant, le congé est de dix semaines ; B - Si lagent na pas denfant, le congé est de trois jours ; C - Les hommes et les femmes ont les mêmes droits ; D - Ce congé nexiste pas encore.

42 041 - Un fonctionnaire actif de la police nationale qui, hors service, tiendrait en public des propos de nature à porter la déconsidération du corps auquel il appartient peut faire lobjet de sanctions disciplinaires : A - VRAI ; B - FAUX.

43 042 - La provocation directe à la rébellion est : A - Non punissable ; B - Une contravention ; C - Un délit ; D - Un crime.

44 043 - Comment un fonctionnaire de police doit-il faire preuve dimpartialité à légard dun témoin ? A - En sabstenant de prendre sa déclaration ; B - En évitant tout jugement a priori, notamment en raison de son origine, de sa condition sociale, de ses antécédents judiciaires ou de ses relations ; C - En reproduisant fidèlement ses déclarations.

45 044 - Comment un fonctionnaire de police doit-il faire preuve dintégrité dans les rapports avec lauteur dune infraction ? A - En se conformant scrupuleusement aux règles juridiques denquête ; B - En étant impartial, notamment en enquêtant non seulement à charge mais aussi à décharge ; C - En se montrant dune probité et dun désintéressement sans faille ; D - En maintenant un contact intéressé avec lui à lissue de la procédure ; E - En observant strictement la règle du secret professionnel.

46 045 - Parmi ces cas de rétention dune personne, lesquels ont un caractère administratif ? A - La garde à vue ; B - Le placement en dégrisement dune personne en état divresse publique et manifeste ; C - La vérification didentité ; D - Le recueil temporaire des malades mentaux.

47 046 - Les mesures de sécurité pouvant être mises en œuvre lors de la retenue dun individu dans des locaux de police sont : A - La fouille de sécurité ; B - La palpation de sécurité ; C - La fouille à corps.

48 047 – Les instructions ministérielles du 11 mars 2003 visent : A - Les conditions matérielles de la garde à vue ; B - La durée de la garde à vue ; C - Lorganisation du temps de travail dans la police nationale ; D - Lusage des véhicules administratifs.

49 048 - Les registres manuels utilisés dans les commissariats ou postes de police sont : A - Le registre des personnes gardées à vue ; B - Le registre décrou ; C - Le registre dit « des niveaux dalerte » ( plan Vigipirate ) ; D - Le registre de larmement collectif.

50 049 - Le carnet de bord dun véhicule de police comporte notamment les renseignements suivants : A - Le kilométrage au compteur en début et fin de mission ; B - La nature de la mission ; C - Le nom du conducteur ; D - La date dobtention du permis de conduire du conducteur ; E - Un rappel de larticle 7 du code de déontologie.

51 050 - Le réseau A.C.R.O.P.O.L. offre des communications : A - De phonie en réseau ; B - De phonie hors réseau ; C - Infrarouge ; D - De données ( messageries, etc…).

52 051 - Le recours à la vidéosurveillance afin dassurer la protection des locaux de police est : A - Interdit par la loi ; B - Possible et prévu par la loi ; C - Libre sans restriction.

53 052 - La « charte de laccueil du public et de lassistance aux victimes » sadresse : A - Aux policiers ; B - Aux douaniers ; C - Aux gendarmes ; D - Aux agents de lO.N.F. ; E - Aux marins pompiers.

54 053 - La politique de communication de la police nationale est définie par le D.G.P.N. : A - VRAI ; B - FAUX.

55 054 - Dans le domaine de la culture du résultat, il existe plusieurs types daptitudes fondamentales plus ou moins déterminantes dans la réussite dune action : A - Les aptitudes statutaires ; B - Les aptitudes physiques ; C - Les aptitudes psychomotrices ; D - Les aptitudes référentielles ; E - Les aptitudes mentales.

56 055 - Un animateur de réunion qui adopte un style non directif, risque en terme dévolution des rapports au sein de son équipe de : A - Favoriser lémergence de clans ; B - Provoquer lagressivité de la part des participants ; C - Provoquer une dépendance par rapport à lui ; D - Orienter la réflexion.

57 056 - Au sein dun groupe, les facteurs de la performance collective sont notamment : A - Une déontologie et un sens communs face au public ; B - Une intelligence partagée du fonctionnement de lorganisation ; C - Une digression constante et ciblée ; D - Un fort sentiment dappartenance au groupe.

58 057 - En matière de relations avec le public, les attitudes découte active « denquête » et « dinterprétation » sont identique : A - Vrai ; B - Faux.

59 058 - Les réactions de défense sociale sont différents types dattitudes que chacun est susceptible dadopter face à des situations de frustration voire dagressions verbales. Ces réactions sintitulent : A - Les mises à distance ; B - Les immobilisations ; C - Les retournements ; D - Les rapprochements.

60 059 - La réunion de production a pour objectif de : A - Lancer une réflexion prospective et trouver des idées ; B - Prendre une décision collégiale ; C - Resserrer les liens du service ; D - Transmettre des informations.

61 060 - Quels types de plans peuvent structurer le discours lors dune prise de parole en public ? A - Le modèle S.O.S.R.A. ; B - Le plan scientifique ; C - Le plan directif ; D - Le plan dialectique ; E - Le plan managérial.

62 061 - Quelles sont les étapes de la stratégie de négociation dans le cadre de la gestion des conflits interpersonnels ? A - Déterminer la nature du conflit ; B - Ouvrir le dialogue ; C - Écouter et comprendre le point de vue de lautre ; D - Trouver une solution acceptable pour tous.

63 062 - Plusieurs types de stress ont été définis : A - Le stress révélateur ; B - Le stress négatif ; C - Le stress dépassé ; D - Le stress cumulatif.

64 063 - Lémergence des conflits interpersonnels trouve son explication dans différents facteurs qui peuvent être éventuellement associés à : A - Des problèmes de communication ; B - Des différences individuelles ; C - Des problèmes de rôles ; D - La rareté des ressources intellectuelles et matérielles.

65 064 - Le rite dit « des témoins de Jéhovah » a été qualifié de « secte » par deux rapports parlementaires : A - Vrai ; B - Faux.

66 065 - Parmi ces pratiques, quelles sont celles appartenant au rite catholique romain ? A - La fête des « Rameaux » ; B - La fête de « Roch Hachana » ; C - La confession pour se réconcilier avec dieu et avec léglise ; D - Le respect du jeûne et de labstinence le Vendredi - Saint ; E - La circoncision rituelle des garçons le lundi de « Pentecôte ».

67 066 - La mise en place du réseau intranet au sein de la police nationale a entraîné la disparition du réseau « RESCOM » jugé obsolète : A - Vrai ; B - Faux.

68 067 - Au ministère de lintérieur, MINOTAURE est le nom donné à : A - Un plan dalerte en cas de menaces bactériologiques ; B - Un procédé de cryptage des communications radio ; C - Une passerelle de filtrage et de sécurisation des communications entre le réseau intranet du ministère et Internet ; D - Un comité chargé de développer la coopération policière avec les pays francophones.

69 068 - Parmi les produits stupéfiants cités ci-dessous, quels sont ceux pouvant être mortels en surdose ? A - La morphine ; B - Lhéroïne ; C - Le cannabis ; D - Le crack ; E - Le P.C.P. ( poudre dange ).

70 069 - Dans le cadre de la police judiciaire, outre les actes de procédure relevant du droit commun, la lutte anti-terroriste sappuie sur des moyens définis pour la criminalité organisée : A - Vrai ; B - Faux.

71 070 - Le SEMTEX est : A - Un groupuscule terroriste breton dissident ; B - Un explosif communément utilisé par les terroriste ; C - Un groupe dexperts anti-terrorisme associant douaniers, gendarmes, policiers ; D - Un hallucinogène puissant ; E - Un calmant.

72 071 - Les unités engagées dans la lutte anti - terroriste sont : A - La division nationale anti-terroriste ; B - La direction de la surveillance du territoire ; C - Lunité de coordination de la lutte anti-terroriste ; D - La sous direction de la recherche de la D.C.R.G..

73 072 - Les délits prévus par la loi du 15 juillet 1845 sur la police des chemins de fer sont tous punissables de peines demprisonnement : A - Vrai ; B - Faux.

74 073 - Les différents niveaux dalerte du plan Vigipirate sont codifiés par les couleurs : A - Vert, orange, rouge, noir ; B - Jaune, orange, rouge, écarlate ; C - Vert, orange, rouge, écarlate ; D - Vermillon, bleu-loire, indigo, sépia.

75 074 - Dans le domaine du traitement du renseignement, le procès-verbal ou rapport de transmission devra : A - Être rédigé dans un style clair ; B - Faire apparaître une opinion personnelle et subjective ; C - Éviter toute neutralité ; D - Faire apparaître le degré de confiance accordé par le policier à sa ou ses sources.

76 075 - Dans le domaine des atteintes involontaires à la vie et à lintégrité de la personne, un lien de causalité entre la faute et le dommage est nécessaire pour caractériser linfraction. Ce lien doit présenter les caractères suivants : A - Certitude absolue de ce lien ; B - Lien de causalité direct ou indirect ; C - Simultanéité absolue et impérative de la faute et du dommage.

77 076 - Les atteintes involontaires à la vie peuvent être qualifiées de crimes : A - Vrai ; B - Faux.

78 077 - Lempoisonnement suppose : A - Ladministration de substances mortelles ou de nature à entraîner la mort ; B - Ladministration de substances nuisible à la santé ; C - Ladministration de denrées périmées.

79 078 - Larticle du C.P. dispose que le crime de « tortures et actes de barbarie » est aggravé lorsquil est commis : A - Avec usage ou menace dune arme ; B - Sans préméditation ; C - A raison de lorientation sexuelle de la victime ; D - Sur une personne dont la vulnérabilité est apparente ou connue de son auteur.

80 079 - Les appels téléphoniques malveillants ou agressions sonores sont des formes particulières de violences : A - Vrai ; B - Faux.

81 080 - Imposer à la vue dautrui, sans son consentement, des photographies obscènes est constitutif de linfraction : A - De diffusion de messages contraires à la décence ; B - Dexhibition sexuelle ; C - A la fois de diffusion de messages contraires à la décence et dexhibition sexuelle.

82 081 - Le viol entre époux est punissable : A - Vrai ; B - Faux.

83 082 - Une agression sexuelle autre que le viol est dite aggravée ( au sens de larticle du C.P. ) lorsquelle : A - A entraîné une blessure ou une lésion ; B - Est commise par un ascendant légitime, naturel ou adoptif ou par tout autre personne ayant autorité sur la victime ; C - Est commise par une personne qui abuse de lautorité que lui confèrent ses fonctions ; D - Est commise impérativement par au moins trois personnes agissant en qualité dauteur ou complice ; E - Est commise avec usage ou menace dune arme.

84 083 - Un G.I.R. dédié à la lutte contre les réseaux déconomie souterraine sévissant dans la capitale a été créé à la préfecture de police : A - Vrai ; B - Faux.

85 084 - Présenter la drogue sous un jour favorable est une infraction prévue par : A - Le code pénal ; B - Le code de la consommation ; C - Le code des douanes ; D - Le code de la santé publique.

86 085 - La provocation à lusage illicite de stupéfiants consiste : A - A offrir des produits afin de créer une dépendance ; B - A administrer des produits à linsu du consommateur ; C - A faire lapologie du produit en le présentant sous un jour favorable.

87 086 - La cocaïne et le crack sont des produits stupéfiants classés : A - Excitants ; B - Perturbateurs ; C - Calmants.

88 087 - Les victimes de lextorsion peuvent être des personnes physiques comme des personnes morales : A - Vrai ; B - Faux.

89 088 - Linfraction dextorsion de biens matériels suppose que la victime : A - Effectue elle-même une remise de biens dont elle est en possession en raison des menaces ou des violences dont elle fait lobjet ; B - Fasse lobjet dune soustraction de biens dont elle est en possession ; C - Connaisse impérativement son agresseur ; D - Soit agressée impérativement par plusieurs personnes agissant en qualité dauteur ou de complice.

90 089 - Un vol commis avec lusage ou menace dune arme est : A - Une contravention ; B - Un délit ; C - Un crime.

91 090 - Dans les particularités de la poursuite concernant linfraction de vol, on admet limmunité familiale quand ce vol a lieu au préjudice : A - Dun grand-père ; B - Dun frère ; C - Du conjoint ( non séparé de corps ) ; D - Dune cousine.

92 091 - Pour que linfraction descroquerie soit constituée, le préjudice : A - Est facultatif ; B - Doit nécessairement atteindre un vingtième de la valeur du patrimoine de la victime ; C - Doit nécessairement atteindre la somme de 750 euros ; D - Est indispensable.

93 092 - Le fait de communiquer ou de divulguer une fausse information faisant croire à un sinistre et de nature à provoquer lintervention inutile des secours est punissable dune peine : A - Contraventionnelle ; B - Délictuelle ; C - Criminelle.

94 093 - La diffusion, à légard de tout public, de procédés permettant la fabrication dengins de destruction est : A - Non punissable ; B - Une contravention ; C - Un délit ; D - Un crime.

95 094 - Quel est le principe fondateur des accords de SHENGEN : A - La libre circulation des capitaux ; B - La libre circulation des personnes ; C - Lharmonisation de la politique en matière de transports terrestres ; D - La création du mandat darrêt européen.

96 095 - Le contrôle de la situation administrative dun étranger ( en dehors du cadre du contrôle didentité défini par lart du C.P.P. ) est possible dans les cas suivants : A - Personne conversant dans une langue étrangère ; B - Personne distribuant des tracts rédigés en langue étrangère ; C - Personne conduisant un véhicule immatriculé à létranger ; D - Personne de couleur ayant une coiffure de type « rasta ».

97 096 - En France, la suppression des contrôle aux frontières intérieures de lespace Schengen ne fait pas obstacle à ce que ladministration fasse des contrôles didentité et de régularité du séjour, sur lensemble du territoire national : A - Vrai ; B - Faux.

98 097 - Lemploi dissimulé dun mineur soumis à lobligation scolaire est : A - Une contravention ; B - Un délit ; C - Un crime.

99 098 - Le travail dissimulé vise plusieurs situations juridiques distinctes mais qui peuvent coexister : A - La dissimulation de ressources ; B - La dissimulation dactivité ; C - La dissimulation demploi salarié.

100 099 - Une personne interpellée alors quelle utilise un document, à lorigine sincère et exacte, délivré par une administration publique, mais dont certaines mentions sont devenues erronées, commet linfraction : A - De faux dans un document administratif ; B - De faux dans une écriture publique ; C - Dusage dun document portant des mentions incomplètes ou inexactes ; D - Ne commet pas dinfraction.

101 100 - Dans la carte nationale didentité sous forme de document plastifié informatisé postérieur au , ont trouve : A - La mention « UNION EUROPEENNE » apparaissant sous rayonnement ultraviolet ; B - Des têtes de Marianne en filigrane ; C - Un bandeau daspect nacré avec présence de 4 sigles « R F » ; D - Un drapeau européen.

102 101 - Quest ce quune arme automatique ? A - Une arme dont lopération de tir est automatique ; B - Une arme dont lopération de tir est manuelle ; C - Une arme dont lopération de rechargement est automatique ; D - Une arme dont lopération de rechargement est manuelle.

103 102 - En matière darmement, quest ce quune sûreté ? A - Un mécanisme qui rompt le cycle de fonctionnement ; B - Un mécanisme qui permet le déchargement dune arme.

104 103 - Combien de cartouches au maximum contient le P.A. SIG SAUER modèle 2022 mis en service ? A - 14 ; B - 15 ; C - 16.

105 104 - Dans le P.A. SIG SAUER modèle 2022, quel est le nom du ressort qui permet la rotation du marteau vers lavant ? A - Le ressort de rebondissement ; B - Le ressort récupérateur ; C - Le ressort de percussion.

106 105 - Quelle est lutilité de la gâchette sur le P.A. SIG SAUER modèle 2022 ? A - Elle permet de libérer le marteau ; B - Elle permet de maintenir le marteau à larrière ; C - Elle permet le tir en double action.

107 106 - Comment doit être stocké le P.A. SIG SAUER modèle 2022 au domicile ? A - Dans sa mallette individuelle disposant dun mécanisme de sécurité à combinaison ; B - Larme dans la mallette et les chargeurs garnis à un autre endroit dans le domicile ; C - Larme ne doit jamais être stockée au domicile.

108 107 - En matière de grenades, les G.I. et G.L.I. sont classées en première catégorie : A - Vrai ; B - Faux.

109 108 - Quelle est lutilité du porte retard ? A - Il enflamme le corps de la grenade ; B - Il propulse la grenade.

110 109 - Quels sont les éléments qui composent le dispositif de propulsion à retard (D.P.R.) ? A - Le culot propulsif ; B - Le bouchon allumeur ; C - Le porte retard.

111 110 - Quelle est la distance demploi du lanceur de balles de défense ( L.B.D. ) ? A - Entre trois et dix mètres ; B - Entre cinq et douze mètres.

112 111 - Comment doit être porté le lanceur de balles de défense (L.B.D.) par le passager arrière dun véhicule ? A - Mis en service ; B - Tenu à deux mains ; C - Le canon dirigé vers la portière la plus proche.

113 112 - Un pistolet dalarme est classé en ? A - Première catégorie ; B - Quatrième catégorie ; C - Septième catégorie.

114 113 - Un mineur de 17 ans, détenteur dun permis de chasser, peut acheter une arme de cinquième catégorie sil obtient laccord parental : A - Vrai ; B - Faux.

115 114 - Les armes neutralisées sont classées en huitième catégorie : A - Vrai ; B - Faux.

116 115 - Une arme à feu camouflée sous la forme dun objet est classée en quatrième catégorie : A - Vrai ; B - Faux.

117 116 - Un poing américain est une arme de septième catégorie : A - Vrai ; B - Faux.

118 117 - Lors dune intervention de police, qui peut être soumis au port des menottes ? A - Une personne calme qui a commis un délit ; B - Une personne dangereuse pour elle-même ou pour autrui ; C - Une personne susceptible de prendre la fuite.

119 118 - Dans le cadre de lutilisation des moyens intermédiaires de défense, lors du recours au bâton de police à poignée latérale, quel dispositif mettront en place deux policiers lorsquils bénéficient dune protection arrière et haute, sécurisée : A - Un dispositif en ligne ; B - Un dispositif dos à dos.

120 119 - Le plan rouge, destiné à coordonner laction des secours, est déclenchée par : A - Le chef du service départemental dincendie et de secours ( S.D.I.S. ) ; B - Le Préfet du département ; C - Le directeur départemental de la sécurité publique.

121 120 - Dans le cadre du schéma de zonage du plan PIRATOX, et dans lhypothèse dun vent supérieur à un mètre par seconde, la zone dexclusion est constituée de : A - La zone de danger sous le vent ; B - La zone de soutien ; C - La zone contrôlée ; D - La zone de danger immédiat.

122


Télécharger ppt "R É P O N S E S QUALIFICATIONS DE BRIGADIER DE POLICE."

Présentations similaires


Annonces Google