La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Pratique médicale Douleur abdominale aigue Faculté de Médecine Ibn Eljazzar Sousse Janvier 2013.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Pratique médicale Douleur abdominale aigue Faculté de Médecine Ibn Eljazzar Sousse Janvier 2013."— Transcription de la présentation:

1 Pratique médicale Douleur abdominale aigue Faculté de Médecine Ibn Eljazzar Sousse Janvier 2013

2 Monsieur Mohamed, âgé de 51 ans est amené par son fils au service des urgences pour des douleurs abdominales aigues. Le médecin des urgences constate quil sagit dun patient obèse, obnubilé, agité, en position chien de fusil, ses traits sont tirés et présente des sueurs et une polypnée. Q:soulignez les signes cliniques les plus importants

3 Monsieur Mohamed, âgé de 51 ans est amené par son fils au service des urgences pour des douleurs abdominales aigues. Le médecin des urgences constate quil sagit dun patient obèse, obnubilé, agité, en position chien de fusil, ses traits sont tirés et présente des sueurs et une polypnée.

4 Position de chien de fusil

5 Monsieur Mohamed, âgé de 51 ans est amené par son fils au service des urgences pour des douleurs abdominales aigues. Le médecin des urgences constate quil sagit dun patient obèse, obnubilé, agité, en position chien de fusil, ses traits sont tirés et présente des sueurs et une polypnée. Le patient semble souffrir intensément Q: comment peut on décrire ce tableau clinique?

6 Douleur abdominale aigue + détresse vitale= signes dun état de choc Q:que voulez vous savoir de plus pour confirmer cet état de choc? Constantes hémodynamique et respiratoires o Pouls = 115 / min o TA = 10/9 mm de Hg o fréquence à 26 cycles / min o Conjonctives normo colorées o pas de marbrures, extrémités froides o signes de déshydratation… …

7 Que faire dans limmédiat ? Mesures de réanimation (non spécifiques) : -Voies dabords veineuses solides -Perfusion par des solutés de remplissage -O2 nasal … Avez-vous besoin dautres informations pour approcher le diagnostic ?

8 Interrogatoire du patient et de son fils concernant la douleur abdominale – Intensité : très intenses – Heure de début : 6 heures – Mode de début : brutal – Evolution : continue, généralisation rapide de la douleur. – Siège initial de la douleur : tout létage sus ombilical avec prédominance épigastrique. – Irradiation : transfixiante, à irradiation dorsale

9 Facteurs calmants : la position que prend ce patient naméliore que partiellement la douleur. Il ny a pas de position antalgique, Pas de prise dantalgiques. Facteur déclenchant : prise dalcool (-), prise de médicaments (AINS : -), notion de prise dun repas copieux : +, intoxication alimentaire : - Signes daccompagnement : Troubles du transit : notion de nausées et de vomissements

10 Antécédents Pas dantécédents chirurgicaux. Antécédents médicaux : – Hypertendu sous antihypertenseurs centraux (il prend son traitement de façon irrégulière). – cardiaques (IDM, Angine de poitrine, troubles du rythme…) : - – affection pleuro pulmonaires (DDB, CPC …) : - – Autres antécédents … Antécédents pouvant avoir un rapport avec la pathologie actuelle : – douleurs abdominales similaires, ulcère : NON – colique hépatique : NON – LV connue non opérée : oui (découverte fortuite il ya 2 ans : LV asymptomatique). Habitudes de vie : – Tabac : fume régulièrement 5 à 10 cigarettes/ jours. – Alcool : NON

11 Lexamen physique Etat général : Non altéré, pas de pâleur cutanéo-muqueuse, pas dictère. Etat de conscience : patient agité Constantes : – TA : 10/9 mm de Hg ; – Pouls régulier à 110/ minute ; – Fréquence respiratoire à 18 cycles / minute, – Température rectale : 37° 4 C Inspection de labdomen : abdomen est peu mobile. légèrement distendu, pas de cicatrice abdominale. Percussion : matité pré-hépatique conservée, tympanisme péri ombilical : léger ballonnement abdominal. Palpation : – douleur provoquée à la palpation de labdomen – défense dans la région épigastrique. – Il ny a pas de masse palpable. Auscultation abdominale : Pas de bruits hydro-aériques. pas de souffle abdominal. Orifices herniaires : libres. TR : – Peu douloureux à bout de doigt. – Ampoule rectale vide, pas de sang. – Prostate régulière souple augmentée de volume. Le reste de lexamen clinique : pouls fémoraux sont bien perçus des 2 cotés.

12 Au total Résumé des signes fonctionnels signes physiques

13 Quelles sont vos propositions diagnostiques ? 1.Pancréatite aigue 2.IDM postérieur 3.Ulcère perforé 4.Dissection aorte abdominale 5.Infarctus entéro-mésentérique 6.….

14 Quels sont vos arguments arguments ? Une pancréatite aiguë : ++ grave, état de choc ++. Eléments en faveur : Siège initial de la douleur (épigastrique), sémiologie de la douleur : caractère intense et lirradiation dorsale, vomissements : iléus réflexe, lapyrexie : la fièvre nécarte pas ce diagnostic (migration calculeuse). Argument supplémentaire : antécédents de LV connu. Bilan a demander? Bilan à demander : amylasémie ++, lipasémie

15 Ulcère perforé +/- colmaté : En faveur, le sexe masculin, douleur brutale, défense épigastrique, lapyrexie. Bilan demander? Un infarctus du myocarde dans sa forme abdominale : Infarctus postéro-diaphragmatique ++, toujours y penser Bilan à demander? Bilan à demander : ECG, enzymes cardiaques : CPK mb, troponine, LDH… Bilan : radiographie centrée sur les coupoles (pneumopéritoine : 60 – 70%).

16 Une fissuration aortique : Douleur profonde irradiant vers les organes génitaux Mais les pouls fémoraux perçus. Infarctus entéro-mésentérique : Antécédents dangor mésentérique, Douleur postprandiale, le météorisme abdominal Cependant, absence dantécédents dangor mésentérique, et de méléna au TR. Bilan : angio-scanner en urgence.

17 Quels examens complémentaires à but diagnostic demandez-vous de première intension ? o Bilan biologique : NFS, amylasémie, fonction rénale, ionogramme, enzymes cardiaques, gaz du sang, glycémie, CRP + VS (marqueurs de linflammation) o ECG o Radiographie du thorax centrée sur les coupoles. o Echographie abdominale en urgence : recherche de signes de cholécystite associée, dilatation des VB, explore mal le pancréas (iléus paralytique) … o Les autres examens (lipasémie, doppler vasculaire, TDM …) seront demandés en fonction du résultat de ce premier bilan.

18 Interpréter le bilan réalisé : NFS : GB : 18300, Hb : 16,2 g/100 ml, Ht : 49% (hyperleucocytose + hémoconcentration : infection ?, inflammation ?, 3 ème secteur ?) CRP : 76 Inflammation Fonction rénale : urée : 11, créatininémie : 125 (insuffisance rénale fonctionnelle) Bilan pancréatique : amylasémie : 7 N Réaction pancréatique Bilan ionique : Na+ : 134, K+ : 3,5 ECG : onde Q de nécrose ancienne, pas de signes dischémie ni de nécrose récente Enzymes cardiaques : normales. IDM ancien

19 Quel diagnostic retenir ? Il sagit dune pancréatite aiguë grave très probablement dorigine biliaire.

20 Quelle est votre conduite thérapeutique ? Hospitalisation en milieu de réanimation chirurgicale Traitement symptomatique : – Perfusion de solutés de remplissage, O 2 nasal … – Rien per os – IPP – Anticoagulants à dose iso-coagulante – Antalgiques non morphiniques IV – Pas de SNG sauf si vomissements Eléments de surveillance : clinique (température, constantes hémodynamiques et respiratoires, diurèse, ex abdomen …), biologique et morphologique.

21 Comment évaluer la gravité de cette pancréatite ? Calcul du score clinico-biologique de sévérité de RANSON Age> 55 ans GB> / mm 3 LDH > 1,5xN Glycémie> 11 mmol/l ASAT > 6xN Chute hématocrite > 10 points Elévation urée sanguine> 1,8 mmol/l Calcémie < 2 mmol/l PaO2< 60 mm Hg Chute des Bicarbonates> 4 meq/l Séquestration liquidienne> 6 litres H0H0 H 48

22 GALLA BOUCHE à H 0 : G : glycémie > 11 mmol/l A : âge > 55 ans L : leucocytes > /mm3 L : LDH > 1,5 N A : ASAT > 6N à H 48 : B : chute des bases > 4 mEq/l O : PaO2 1,8 mmol/l C : calcémie 10 % E : eau séquestrée > 6 L

23 Le patient a eu une réanimation adéquate avec une surveillance des paramètres vitaux et de labdomen Lévolution était favorable Comment apprécier morphologiquement la gravité de la pancréatite? TDM à 48 heure de lhospitalisation

24 Rappel sur la classification TDM de Balthazar : Stade A pancréas de volume normal Stade Bpancréas augmenté de volume Stade C épaississement de la graisse péri pancréatique Stade D:présence dune coulée de nécrose. Stade E :2 coulées de nécrose ou bulles dair au sain dune coulée.

25 Evaluation TDM à 48 heures : évalue la sévérité morphologique des lésions (classification de Balthazar). Cette TDM a montré : Un pancréas globuleux, infiltré Une infiltration péri-pancréatique 3 coulées de nécrose (ACE, para-rénale gauche, racine mésentérique) Stade? Pancréatite aigue stade E de Balthazar

26 Diagnostic étiologique? Discuter…


Télécharger ppt "Pratique médicale Douleur abdominale aigue Faculté de Médecine Ibn Eljazzar Sousse Janvier 2013."

Présentations similaires


Annonces Google