La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Adjuvants et vaccins Professeur Daniel Floret Président du CTV Haut Conseil de la Santé Publique Journée ARS/ IDF 25 avril 2013.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Adjuvants et vaccins Professeur Daniel Floret Président du CTV Haut Conseil de la Santé Publique Journée ARS/ IDF 25 avril 2013."— Transcription de la présentation:

1 Adjuvants et vaccins Professeur Daniel Floret Président du CTV Haut Conseil de la Santé Publique Journée ARS/ IDF 25 avril 2013

2 Pourquoi ajouter des adjuvants dans les vaccins? Depuis les années 1920 des adjuvants ont été ajoutés dans les vaccins de manière empirique pour augmenter lamplitude et la durabilité de la réponse vaccinale (anticorps) et/ou la protection Les sels daluminium ont été et sont encore essentiellement utilisés Leur mécanisme daction est de connaissance récente

3 La plupart des vaccins contient un adjuvant sauf… Tous les vaccins vivants Les vaccins contre la grippe saisonnière (excepté Gripgard®) Les vaccins quadrivalents méningococciques conjugués A,C,Y,W135 Le vaccin DTP (plus disponible) navait pas dadjuvant

4 Comment agissent les adjuvants? Mieux connu depuis les travaux sur limmunité innée (J Hoffmann et B.Beutler, prix Nobel de médecine 2011) Les macrophages et cellules présentatrices dantigènes possèdent des récepteurs (PRR= Pathogen- Recognition-Receptor ) capables de détecter certaines molécules propres aux agents infectieux (PAMP= Pathogen-Associated- Pattern) Lensemble constitue dans les macrophages et CPA un complexe intracellulaire: linflammasome permettant dactiver la production de cytokines et linitiation des réponses immunes

5 Comment agissent les adjuvants? Contrairement aux vaccins vivants, les vaccins sub-unitaires (anatoxines D ou T, antigène HBs) ou inactivés sont dépourvus de PAMPs, en partie dénaturés lors du processus dinactivation Les adjuvants en activant les PRR permettent de compenser labsence de PAMPs dans les vaccins sub-unitaires ou atténués

6 Mode daction des adjuvants Lactivation des PRR déclenche une première vague dimmunité innée nécessaire à lélaboration dune réponse immune efficace et de longue durée médiée par les AC et les cellules B et T Les adjuvants permettent également de guider la réponse immune en fonction du pathogène (ex CD4 auxilliaireTh2 contre les extracellulaires, CD4 auxiliaire Th1 contre les intracellulaires)

7

8 Les raisons immunologiques dajouter un adjuvant Accroître la réponse immune en population générale Permettre une réponse chez les personnes ayant un système immunitaire altéré (personnes âgées, immunodéprimés) Réduire la quantité dantigène nécessaire (ex pandémie grippale) et le nombre dinjections

9 Et laluminium? La plupart des antigènes vaccinaux sont adsorbés sur des précipités dhydroxyde ou de phosphate daluminium La composition particulaire de ces composés favorise le dépôt prolongé des antigènes vaccinaux dans les tissus lymphoïdes, élément essentiel à linduction de la voie Th2 Pourrait également stimuler la voie Nalp3 inductrice de la production de cytokines (IL1, IL8)

10 Laluminium 80 ans dexpérience La communauté scientifique internationale considère que sa tolérance est excellente Adjuvant de choix pour les vaccins contre les pathogènes nécessitant des taux élevés dAC pour leur prévention Limites: –Peu daction pour la production dAC contre petits peptides (typhoïde, grippe) –Ninduisent pas de réponse cellulaire contre certains pathogènes (mycobactéries)

11 Alternatives? Émulsions phospholipidiques: MPL (monophoasphoryl lipid (dérivés du LPS des bacilles gram -) adsorbé sur aluminium= ASO4: induit réponse CD4 auxiliaire de type Th1 requise contre les pathogènes intracellulaires. Adjuvant de Cervarix®. Fendrix® ASO2 (vaccin hépatite B pour les insuffisants rénaux) Émulsions « huile dans leau »: vaccins pandémiques ASO3 et MF59 (+grippe saisonnière)

12 18 patients présentant: o des myalgies dans 12 cas sur 14 des arthralgies 9/14 ; o une faiblesse musculaire 6/14 ; o des signes généraux 6/14 : asthénie, fièvre ; o des modifications de lélectromyogramme : 4/12 ; o une élévation des CPK 6/14. Biopsie musculaire dans le deltoïde: lésions inhabituelles nommée Myofasciite à macrophages 10 traités par ATB et corticoïdes: 8 améliorés, 2 stabilisés NB: la présence de granulomes à aluminium dans les muscles où on injecte le vaccins était connue depuis 1982 (Mrak RE. Muscle granulomas following intramuscular injection. Muscle Nerve 1982; 5:637-9) Les lésions sont rattachées à la présence dAluminium en 2001 (Gherardi RK, Coquet M, Chérin P, et al. Macrophagic myofasciitis lesions assess longterm persistence of vaccine-derived aluminium hydroxide in muscle. Brain 2001; 124: )

13 MFM: lescalade En 2001apparait le lien avec la vaccination: 50 MFM (pas de groupe contrôle) tous ont reçu des vaccins contenant de lAl dans les 8 ans ( Gherardi RK, Coquet M, Chérin P, et al. Macrophagic myofasciitis lesions assess longterm persistence of vaccine-derived aluminium hydroxide in muscle. Brain 2001; 124: ) Cette maladie neuromusculaire est associée à une atteinte du SNC (inclusions de patients présentant des pathologies parfaitement authentifiées dont SEP)

14 Latteinte du SNC et la migration de laluminium vaccinal dans le cerveau « démonstration » de troubles cognitifs chez les patients atteints de MFM: tests neuropsychologiques pratiqués sur les patients MFM: sélection?, pas de groupe témoin. ( Couette M, Boisse MF, Maison P, et al. Long-term persistence of vaccine-derived aluminium hydroxide is associated with chronic cognitive dysfunction. Journal of Inorganic Biochemistry 2009; 103: ). Migration de laluminium vaccinal dans le cerveau, théorie du « cheval de Troie »: aucune publication scientifique

15 Des faits qui ne troublent personne! 1000 cas de MFM en France (dont 457 suivis par la même équipe), 10 observations dadultes publiées dans la littérature internationale (France exceptée) Peu de cas chez les enfants (33 cas publiés, la plupart avec une pathologie identifiée sans lien) les plus exposés aux vaccins contenant de lAl Aucune polémique dans les autres pays (malgré lobbies antivaccinaux) En dehors de France, personne ne croit, à quelques exceptions près, (Shoenfeld Y, & al. ASIA- Autoimmune/inflammatory syndrome induced by adjuvants. J Autoimmunity 2011; 36: 4-8) vraiment à cette maladie décrite il y a plus de 20 ans

16 Et pourtant… Un groupe de parlementaires a réclamé un moratoire sur laluminium dans les vaccins Le conseil dÉtat vient douvrir la voie à lindemnisation dun patient atteint de MFM

17 Que répondre? 20 ans après la publication initiale, sil ny a aucun doute sur le fait que la présence de granulomes à aluminium dans les muscles est bien un « tatouage vaccinal » aucune évidence nest apportée dun lien entre cette constatation et une quelconque maladie Retirer lAl des vaccins reviendrait à arrêter la plupart des vaccinations Des alternatives existent mais –prendraient des années –Il est douteux que les firmes fabriquent des vaccins spécifiques pour la France… –Il nest pas certain que des adjuvants alternatifs aient un aussi bon profil de tolérance…


Télécharger ppt "Adjuvants et vaccins Professeur Daniel Floret Président du CTV Haut Conseil de la Santé Publique Journée ARS/ IDF 25 avril 2013."

Présentations similaires


Annonces Google