La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La Cancérologie Gustave DABRESIL, MD Chirurgie ORL-CCMF Imagerie Diagnostique Radiothérapie et Oncologie Médicale 3404-1928 / 3371-1392 / 4784-7227

Présentations similaires


Présentation au sujet: "La Cancérologie Gustave DABRESIL, MD Chirurgie ORL-CCMF Imagerie Diagnostique Radiothérapie et Oncologie Médicale 3404-1928 / 3371-1392 / 4784-7227"— Transcription de la présentation:

1 La Cancérologie Gustave DABRESIL, MD Chirurgie ORL-CCMF Imagerie Diagnostique Radiothérapie et Oncologie Médicale / / Les moyens thérapeutiques

2

3 Il y a certaines notions importantes en cancérologie : Traitement néo-adjuvant (traitement précédant le traitement de choix) Ex: chirurgie première, chimiothérapie néoadjuvante Traitement adjuvant ou complémentaire (traitement à la suite du traitement de choix) Ex: radiothérapie complémentaire, Traitement curatif (traitement dans le but de guérir) Traitement palliatif (traitement dans le but de soulager le patient) Ex: radiothérapie palliative, chirurgie de propreté, chimiothérapie palliative, soins palliatifs

4 La chirurgie Chirurgie robotisée

5 La chirurgie Elle peut se faire à visée curatrice (néo-adjuvante ou complémentaire) Elle peut se faire à visée palliative… (propreté locorégionale, dérivations, métastasectomie) Exemples: colostomie, gastrostomie, trachéostomie, shunt, urétérostomie, décompression médullaire, cimentoplastie vertébrale, prothèse pour fracture, ostéosynthèse, prothèse oesophagienne Elle peut se faire à visée diagnostique (biopsies, laparoscopie, laparotomie exploratrice, extemporané..) Elle doit être carcinologique, bien pensée et le plus complet possible (après biopsie, exérèse large monobloc, curage ganglionnaire..) Il faut toujours un CR opératoire, une histopathologie précisant si lexérèse est satisfaisante (marges saines R0 ou envahies R1/R2) Elle peut être une chirurgie de rattrapage (chirurgie des récidives, chirurgie des métastases) Ex: récidive mammaire, hépatectomie En cas de mutilation sévère, une reconstruction savère nécessaire ( prothèse oculaire, phonatoire, mammaire, testiculaire, Bricker ou entérocystoplastie, lambeau de reconstruction en ORL, greffe osseuse La chirurgie antidouleur (cordotomies, neurostimulation) est en désuétude avec lexpansion des soins palliatifs …

6 La chimiothérapie Chimio en hospitalisation Chimio en ambulatoire

7 LA CHIMIOTHERAPIE T raitement médicamenteux dont lobjectif est de détruire les cellules tumorales. Selon les molécules utilisées, elle peut empêcher la division cellulaire ou bloquer la croissance des cellules ou les engager sur une voie de mort cellulaire. Il sagit dune « mono-chimiothérapie » (une seule molécule) ou dune « poly- chimiothérapie » (association de plusieurs molécules). Lassociation sert en général à contourner les résistances des cellules tumorales. Principe des protocoles de chimiothérapie. Elle peut se faire de manière intensive (à forte dose) Ex: Leucémie, Lymphome Elle se faire à visée curative Ex: Leucémie, ostéosarcome, testicule, ovaires, neuroblastomes,choriocarcinomes, CPC pulmonaire, lymphomes Elle est adjuvante dans les cancers du colon et de la vessie Elle est néo-adjuvante pour faire régresser la taille tumorale des T4 (ORL, sein…)avant chirurgie ou radiothérapie Elle est palliative pour les mélanomes et cancer thyroidien à un stade avancé, et tout autre cancer en phase terminale Elle est expérimentale (essais cliniques…) Elle est concomitante de la radiothérapie (cancer du col, cancer pulmonaire)

8 Voie dadministration de la chimiothérapie Par voie veineuse (veine du bras ou voie veineuse centrale avec chambre implantable pour éviter la nécrose par extravasation) Par voie locorégionale : 1.Intralésionnelle (rétinoblastome avec cisplatine local) 2.Intraartérielle( chimio-embolisation hépatique ou chimio par voie portale pour les métastases du foie) 3.intrapéritonéale (carcinose péritonéale des cancers de lovaire) 4.Intraartérielle (cancer des VADS, cancer du cerveau) 5.Intrathécale ou intraventriculaire pour les atteintes méningées en cas de carcinomatose méningée et certaines leucémies Les chimiothérapies se font par cycles ou cures sur intervalles de 7, 15, 21… jours, des doses précises sont recommandées pour limiter la toxicité. Ne pas oublier que la chimiothérapie agit sur tout le corps (cellules tumorales et cellules cancéreuses)

9 Toxicités de la chimiothérapie Toxicité hématologique (anémie, thrombobénie, neutropénie et infections) Toxicité digestive (nausées, vomissements, diarrhée, constipation,mucite) 5FU, MTX Toxicité cardiaque (insufficance cardiaque, trouble du rythme)--- 5FU,anthracyclines Toxicité neurologique (encéphalopathies, neuropathies, paresthésies) 5FU,platines Toxicité ophtalmique (cataracte, conjonctivite, kératite, blépharite)-- nitrosurées Toxicité des phanères (alopécie, pigmentation des ongles)---- taxanes Toxicité gonadique (oligospermie, aménorrhée..)---- bléomycine, alkylants Toxicité respiratoire (pneumopathie interstitielle) Toxicité vésicale (cystite, hématurie)---- alkylants Toxicité métabolique (hypokaliémie, rétention hydrique)--- taxanes Toxicité hépatique (troubles enzymatiques) Toxicité rénale (IRA)---- sels de platine Toxicité allergique (toxidermies cutanées, réactions anaphylactiques) Nécrose cutanée par extravasation (importance de la voie iv centrale) avec les poisons de fuseau, anthracyclines, mitomycine C Tératogénicité Dévellopement cancer secondaire (lymphome, leucémie, sarcome) avec les alkylants surtout Melkphalan, busulphan, cyclophosphamide …et les antitopo-isomérases (VP-16) Bilan indispensable EKG, NFS…Prescrire antiallergique, antiémétique…

10 TypeMoléculeToxicitéRemarques Antimétabolites5 Fluor-Uracil 5FU* Capécitabine Gemcitabine Méthotrexate MTX Digestive, hématologique Cutanée, foie *Cardiotoxique *Acide folinique MTX –intrathécale AlkylantsCyclophosphamide* Ifosfamide* Melphalan Dacarbazine$ Estramustine# Hématologique Vomissements $ Fièvre *alopécie, toxicités cardiaque,vésicale, neurologique $ à labri de lumière # cancer prostate TaxanesPaclitaxel Docétaxel Hématologique vomissements Alopécie, rétention H20, paresthésies, ongles pigmentés Sels de platineCisplatine CDDP* Carboplatine Oxaliplatine Ototoxicité Toxicité rénale neuropathies Bonne hydratation *Voie locorégionale Antitopo- isomérases Irinotécan Topotécan Étoposide VP-16* Digestive Hématologique *alopécie,paresthésie, *cardiopulmonaire/choc *LMA 2aire

11 NitrosuréesMitomycine C* Carmustine Fotémustine Hématologique Ophtalmique Respiratoire *toxicité vésicale, mucite, vomiques Poisons de fuseau Vincristine Vinorelbine Hématologique Vomissements Neuropathies Nécrose cutanée AnthracyclinesEpirubicine Doxorubicine Hématologique Alopécie Digestive + Cardiotoxicité pour dose cumulée IntercalantsBléomycine* Mitoxantrone Hématologique Digestive + Cardiaque *Toxicité cutanée et pulmonaire * Fièvre AutresHydroxycarbamide Streptozotocine L-asparginase Hémato,digestive cutanée rénale diabète type I

12 Quelques protocoles de chimiothérapie Les protocoles sont basés sur le principe defficacité de traitement selon certains critères tels : une réponse tumorale satisfaisante, une survie sans progression ou une survie globale quantifiée après des essais cliniques et des études de phase 1-2-3, une méta-analyse et/ou une étude de phase 4 Cisplatine + 5FU pour les cancers ORL, estomac Folfox = 5FU + oxaliplatine pour les cancers digestifs Cisplatine + Paclitaxel pour le cancer de lovaire Melphalan + Prednisone pour le myélome multiple Dacarbazine seul pour les mélanomes FEC = 5FU+ épirubicine+ cyclophosphamide pour le cancer du sein Cisplatine + étoposide pour les CNPC et CPC pulmonaire BEP= bléomycine+étoposide+platine (cisplatine) pour le cancer testiculaire CHOP = cyclophosphamide + Hadriblastine(doxorubicine)+Oncovin(vincristine) + prednisone / LNH MOPP= Muphoran(chlormétine)+Oncovin(vincristine)+procarbazine+prednisone / Hodgkin

13 Essais cliniques E ntre la découverte dune molécule anticancéreuse et ladministration à un patient, moyenne 5-12 ans EtudesPhaseObjectifs Précliniques In vitro (culture de cellules malignes) Toxicologie, effets tératogènes et mutagènes In vivo chez lanimal Chez lHomme Phase I (<10 personnes)Tolérance humaine, dose utile, toxicité Phase II (15-40)Efficacité sur une pathologie, évaluation de la réponse Phase III (plus de 100)Comparer traitement à lessai avec celui de référence Méta-analyse Compiler les résultats détudes similaires Phase IV (plusieurs hôpitaux, pays divers ?) Efficacité et tolérance après mise sur le marché

14 Les chimioprotecteurs Médicaments utilisés pour combattre et prévenir les toxicités en chimiothérapie 1.Les facteurs de croissance (érythropoietine pour la lignée rouge, G-CSF et GM- CSF pour la lignée blanche Ex: Neupogen). On combat ainsi lanémie et les neutropénies 2.Uromitexan (Mesna) pour combattre la toxicité vésicale 3.Amifostine (Ethyol) contre les neuropathies 4.Dexrazoane (Cardioxane) comme cardioprotecteur 5.Le cotrimoxazole est utilisé en prévention dinfections (chimio par temozolomide dans les glioblastomes du cerveau) 6.On peut transfuser des plaquettes pour une thrombopénie sévère Par ailleurs, ladministration de chimiothérapie saccompagne toujours dun bilan hépatique et rénal, hémogramme complet, EKG. On prend le soin aussi de prescrire de la prednisone et des antiallergiques (prométhazine ou polaramine), des antiémétiques (ondansentron,métoclopramide, granisétron…), de faire une hydratation si toxicité rénale/vésicale

15

16 Immunothérapie et Biomodulateurs Interleukines : IL2 / Proleukin produite par les lymphocytes T (cancer rénal à un stade avancé) BCG-thérapie /Immucyst en instillation pour les cancers de vessie Interférons : IFN α 2 / Roféron ou Introna utilisé pour le mélanome malin, le myélome, les leucémies, le cancer rénalà un stade avancé, le sarcome de Kaposi et certains lymphomes Anticorps monoclonaux : qui ciblent les facteurs de croissance EGF spécifique dun cancer donné ----naissance de la thérapie ciblée 1- les ¨* ximab * dérivés des animaux 2- les * zumab * dérivés humains Vaccination antitumorale (ex: Gardasil/ antiHPV)

17 THÉRAPIE CIBLÉE Une thérapie ciblée est un médicament « sélectif » qui sattaque aux cellules cancéreuses en repérant chez elles une cible précise (récepteur, gène ou protéine) et en épargnant au maximum les cellules saines. Moins la « cible » est présente sur des cellules normales, plus le traitement sera sélectif et avec peu deffets secondaires. On dispose des : 1.Anti-EGFR (les ximab, les zumab) 2.Les thyrosine-kinases ( les inib) 3.Les inhibiteurs de la protéine mTOR temsirolimus/Torisel et everolimus/Affinitor dans le cancer rénal avancé

18 Liste de produits pour la thérapie ciblée Géfétinib Iressacancer pulmonaire Panitumumab vectibix cancer colique RituximabMabthéraLNH agressif

19 Lhormonothérapie

20 LHORMONOTHÉRAPIE Cest un traitement principalement des cancers du sein et de la prostate, prescrit dans le cas de tumeurs hormono-dépendantes, en injections ou en comprimés. Dans le sein afin de bloquer laction des œstrogènes stimulant les cellules cancéreuses. 1- Le médicament se fixe sur les récepteurs hormonaux, prend la place des hormones et les empêche dagir ; ce sont les antioestrogènes tels que: Tamoxifene/ Nolvadex 2- Le produit évite la formation de ces œstrogènes par une enzyme quil inhibe; ce sont les anti-aromatases telles que : Anastrozole/Arimidex ; Létrozole/Femara. 3- Il existe aussi des molécules qui provoquent une « castration chimique » chez la femme, empêchant, de façon réversible la fonction ovarienne normale (agonistes de la LH-RH)---voir hormono prostate 4- La castration peut se faire par chirurgie (surrénalectomie, hypophysectomie, ovariectomie) ou par radiothérapie 5- Sont presque plus utilisés : -les progestatifs : acétate de mégestrol, acétate de médroxyprogestérone - les oestrogènes : ethinylestradiol, DES/diéthylstilbestrol (effets 2aires +++) - les androgènes : fluoxymestérone (Halotestin)

21 Dans la prostate en empêchant la formation de testostérone ; 1- Ce sont les( agonistes de la LHRH) faisant une castration chimique avec des effets secondaires tels gynécomastie, bouffées de chaleur, impuissance sexuelle): triptoréline/Decapeptyl, leucoproréline/Enantone, goséréline/Zoladex 2- Ce sont les anti-androgènes bloquant les récepteurs androgènes prostatiques : bicalutamide/Casodex ; nilutamide/ Anandron; flutamide/Eulexine 3-Les alternatives sont : - les oestrogènes (DES) - les progestatifs : acétate de médroxyprogestérone lacétate de cyprotérone/ Androcur - le blocage de la synthèse des androgènes par les surrénales : kétoconazole/Nizoral et aminoglutéthimide/Orimétène Ne pas oublier la castration par radiothérapie ou par chirurgie (pulpectomie, orchidectomie, surrénalectomie…)

22 La radiothérapie

23 La radiothérapie métabolique Cest ladministration de substance radioactive per os ou par voie IV 1.Le Samarium-153 (Quadramet) utilisé pour les métastases osseuses 2.Liode-131 utilisé en Médecine nucléaire pour traiter les cancers de la thyroïde. On parle dIrathérapie 3.Lusage du Phosphore-32, du Strontium-89, du Technétium-99, du Gallium- 67, de lIode-132, de lIndium-111, du Thalium-201 en Médecine Nucléaire pour réaliser des Scintigraphies. On parle dImagerie Isotopique 4.Le fluor-18 lié au glucose pour réaliser un TEP-Scan Les précautions sont légions ( faibles doses, culasse plombée etc..). Vu les exigences de Radioprotection et lusage surtout diagnostic sauf pour la thyroïde, une nouvelle spécialité est née : La Médecine Nucléaire

24 La radiothérapie externe Usage de rayons X ou photons de haute énergie ou des électrons ou des protons et neutrons pour traiter les cancers par voie externe avec immobilisation.. Usage de rayons X (Contacthérapie) Usage de photons 1,25 MV (Cobalt-60 ou Cobaltothérapie) Usage des Accélérateurs linéaires (électrons 9,12, 15 mev et photons multiples 6, 18, 25 MV) Appareil de thomothérapie Le cyberknife et Le gammaknife (Radiochirurgie) LHadronthérapie (protons, neutrons, ions) Il y a : -des traitements avec photons puis des électrons, -des traitements sur Accélérateurs avec complément par Cyberknife… Limmobilité des enfants est garanti le plus souvent par sédation / anesthésie générale Radiothérapie per-op

25 La radiothérapie externe est à visée curative en ciblant la région à traiter. On lutilise pour la plupart des cancers sauf côlon et ovaire. Il y a la radiothérapie corporelle totale (TBI = total body irradiation) pour préparer les allogreffes de moelle (leucémies) Elle est à visée palliative pour décompression de moelle, décompression médiastinale, exophtalmie rebelle, antalgie des métastases osseuses, arrêt dhémorragie des cancers gynécologiques) Elle est basée sur le principe démission dune dose totale de radiations par petite fraction sur une longue période détalement en utilisant plusieurs faisceaux pour cibler la tumeur tout en essayant dépargner les organes du voisinage. Exemple : on cible le cancer du col utérin 70 gy = 2gy/jr sur 35 jours sauf week-end et jours fériés, on emploie 4 faisceaux pour mieux protéger les intestins, les têtes fémorales (max 55 gy), la peau, la vessie, le rectum.. On doit protéger les organes à risque pour éviter les toxicités (épidermite, mucite, diarrhée, nécrose, myélite, cystite, rectite, dysphagie, toxicité pulmonaire, cardiaque, hépatique etc…) La radiothérapie peut être exclusive Ex: T1 du larynx La radiothérapie peut être néoadjuvante (pré-op) Ex: gros T4réduire taille Elle peut être adjuvante (post-op) Ex : endomètre post-op Elle peut être concomitante ou séquentielle par rapport à la chimiothérapie Ex: cancer col utérin (concomitante), cancer pulmonaire (séquentielle)

26 Usage de faisceaux pour cibler la tumeur avec une marge dosimétrie 3D conformationnel

27 Contacthérapie utilisée pour les cancers de la peau, du visage et la marge anale Appareil de Cobalthothérapie Accélérateur linéaire

28 Accélérateurs linéaires permettant grâce au système informatique couplée de traiter non en conventionnel mais en conformationnel 3D ou 4D Mais toujours des séances courtes de 1-2 minutes, avec un total de minutes en intégrant la mise en place, les moyens de contention etc..

29 Gammaknife très précis pour les tumeurs cérébrales < 3-5 cm… Tomotherapy avec accélérateur linéaire embarqué sur un scanner

30 Le Cyberknife utilisant un bras robotisé Avantage : très bonne protection des organes à risque en utilisant de multiples faisceaux Très pratique pour le foie, les poumons, le cerveau…mais pour des lésions de moins de 4-5 cm La dose peut être aussi très forte, le nombre de séances est très réduite mais leur durée sallonge Le Cyberknife

31 Protonthérapie/Hadronthérapie Usage de particules protons, neutrons Avantage sur la protection des organes à risque Appareils très coûteux +++ Nécessitant une installation coûteuse Ce serait lidéal pour les tumeurs du cerveau, de lorbite..

32 La curiethérapie ou brachytherapy On a la Curiethérapie interstitielle très utilisée pour le sein, les sarcomes des tissus mous, en ORL par usage de fils radioactifs (iridium, césium) mis en place puis reliés à une source radioactive On peut utiliser des grains radioactifs (grains diode-125 pour la prostate et grains de palladium pour le sein) Il y a la Curiethérapie endocavitaire aidée par endoscopie (œsophage et bronches) avec usage de fils radioactifs Il y a la Curiethérapie par application dune moule traversée par un fil radioactif (col utérin, endomètre, cavum) Suivant le débit de dose : la curie peut être HDD (> 120 cgy/h), LDD ( cgy/h), pulsée.La dose sera plus élevée et mieux tolérée. On utilise une anesthésie locale ou générale. On peut faire la curiethérapie seule (ex:endomètre post-op stade I, II) ou faire la radiothérapie externe suivie de curiethérapie (ex :col utérin)

33 Curie interstitielle Curie mammaire Curie prostate

34 Source radioactive Curie gynéco Particules radioactives

35 Les soins palliatifs Assistance respiratoire Chimio palliative Chirurgie palliative Radiothérapie palliative Antidouleurs Biphosphonates Nutrition

36 Soins palliatifs Antidouleurs : 1- pallier 1 : les non opioïdes Ex : paracétamol, ASA, Ibuprofène… 2- pallier 2 : les opioïdes faibles Ex: codéine, tramadol, dextropropoxyphène 3- pallier 3 : les opioïdes puissants Ex: morphine, fentanyl, oxycodone Biphosphonates :Les biphosphonates sont des inhibiteurs de la résorption osseuse. Ils bloquent lactivité des ostéoclastes et limitent ainsi la destruction de los pour limiter lapparition de fractures sur métastase ossuese. Autres usages (hypercalcémie, Paget, Myélome multiple) zoledronate/Zometa ; alendronate/Fosamax; ibandronate/Bondronate Clodronate/Clastoban Nutrition : 1-parentérale ou entérale / sonde nasogastrique ou gastrostomie avec les émulsions lipidiques, les poches dacides aminés, du glucose. 2-orale avec les acides gras, les protéines (Ensure) combattre les troubles du goût avec des recettes spéciales combattre les vomissements prescrire des stimulants de lappétit per os (dexaméthasone 4-8mg/jr ; acétate de mégestrol mg/jr)…efficacité prouvée des ces produits chez le cancéreux

37 Ne pas oublier laspect psychologique en soins palliatifs

38 Les décisions de traitement Radiothérapeute Oncologue Chirurgien… Anatomopathologiste Radiologue Comité pluridisciplinaire


Télécharger ppt "La Cancérologie Gustave DABRESIL, MD Chirurgie ORL-CCMF Imagerie Diagnostique Radiothérapie et Oncologie Médicale 3404-1928 / 3371-1392 / 4784-7227"

Présentations similaires


Annonces Google