La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Les pratiques sociales ayant un impact sur la santé APPROCHE SOCIO- ANTHROPOLOGIQUE.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Les pratiques sociales ayant un impact sur la santé APPROCHE SOCIO- ANTHROPOLOGIQUE."— Transcription de la présentation:

1

2 Les pratiques sociales ayant un impact sur la santé APPROCHE SOCIO- ANTHROPOLOGIQUE

3 Pratiques sociales Impact sur la maladie ou la santé? – Santé au sens global du terme: Bien être psychique, physique, économique.(définition de lOMS) Notion dépanouissement, dharmonie. Santé : notion en relation avec le bien être physique: Objectivée, rationnelle. « bon fonctionnement des organes ») Notion philosophique. En lien avec des valeurs, une certaine conception de lêtre.

4 Pratiques sociales et culturelles : Mode de vie: Définition du quotidien Habitat Hygiène Alimentation. Soins domestiques Manières de lit. Mode de relations: Alliances, parenté etc

5 Pratiques de vie et effets sur la santé Pratiques sociales et culturelles en interdépendance avec des facteurs multiples: – Environnementaux: climatiques, territoriaux. – Economiques, niveau de vie. – Accès aux soins. – Répartition des tâches – Conditions de travail

6 Pratiques de vie et effets sur la santé Pratiques sociales et culturelles en rapport avec des: – Valeurs – Croyances et/ou convictions religieuses – Conception de la notion de personne – Conception de la vie. – Notions dégalité ou de hiérarchie entre les individus et les groupes sociaux – Relations de genres.

7 LES PRATIQUES DE SOINS Même environnement, même influence. – Pour les soins « domestiques » – Les soins traditionnels – Mais aussi pour les soins dits « biomédicaux » Différentes constructions et négociations entre la pensée scientifique, les recommandations et les pratiques en vigueur dans son milieu: enjeux quotidiens. (même pour les soignants)

8 Les soignants et les pratiques sociales La connaissance des pratiques et de leur influence sur la santé: Une nécessité pour les soignants. Reconnaître plutôt que connaître: (Nul ne peut connaître lensemble des pratiques)

9 Les soignants et les pratiques sociales Posture douverture, dintérêt pour le patient. – Penser à questionner le patient sur sa vie quotidienne, sur son environnement physique mais également social, familial, culturel au cours des entretiens dans une relation de confiance. – Penser à chercher des signes et des symptômes en lien avec certaines pratiques au cours des examens.

10 LES SOIGNANTS ET LES PRATIQUES SOCIALES – Penser en termes dorientation diagnostique et épidémiologique. – Pas de prédiction! Se garder du déterminisme: – Quel que soit le milieu variations individuelles importantes.

11 LES SOIGNANTS ET LES PRATIQUES SOCIALES DES QUESTIONS DELICATES: Le rôle du soigant – Maladies secondaires à des conditions de travail et dhabitat dangereuses: Quelle attitude, quels témoignages; quels engagements? – Découvertes de stigmates de pratiques « néfastes » (excision, punitions, gavages etc) – Quelles questions déontologiques? Entre dire et se taire? Les limites du secret professionnel.

12 Lexcision et les mutilations sexuelles Une problématique emblématique. Une pratique socio culturelle très vivace. Un symbole identitaire fort. Des conséquences sur la santé évidentes. Des enjeux et des conflits de valeur certains.

13 Une problématique emblématique Excision de quoi parle ton? Lacte dexciser: ablation de tout ou dune partie des organes génitaux externes. Pourquoi excise t-on? Raisons culturelles: notion dachèvement de lenfant. Raisons sociales: Assignation mécanique à une place. Désignation dun genre. Raisons « médicales » transformation du corps. Raisons religieuses. Notion de pureté

14 Importance et répartition géographique Lexcision touche encore de femmes dans le monde. Afrique de lEst et Afrique subsaharienne. Indonésie Elle a existé dans les cinq continents à différentes époques.

15 Une problématique emblématique conflit de conceptions Fondements socio culturels en Afrique de lOuest: Peuples mandingues et attachés. Sur le plan symbolique: – Lexcision traditionnelle: Miroir de la circoncision. – Rite de passage: Epreuve destinée à « transformer » lenfant, à le « finir » (education par métamorphose) pour le rendre maître de lui et des ses pulsions.

16 FONDEMENTS SOCIAUX Rite de passage: – Assignation à une place: définition au-delà du sexe, du genre.: Puberté sociale avant ou après la puberté physiologique. – Définition du rôle. – Détermination de comportements: Chasteté, fidélité..

17 Raisons médicales???? Notion de fertilité (En lien avec la notion de sacrifice) Notion de purification : Confusion entre plan symbolique et hygiénique. Accouchement

18 Raisons religieuses La religion musulmane évoquée. (A tort, aucun texte ne recommande lexcision) En fait mêmes arguments traditionnels Notion de purification. Comportements souhaités Assignation de genre.

19 Situation actuelle Déritualisation de la pratique. Plus de rites de passage. Mêmes arguments. Exciser=donner une identité, un comportement Persistance malgré la loi. Persistance malgré la sensibilisation. Différents niveaux de discours.

20 Lexcision et les soignants: Dun point de vue médical: Lexcision: – Sur le plan de lanatomie: – Sur le plan fonctionnel – Sur le plan des conséquences sur la santé: La réparation:

21 Classification de lOMS Classification anatomique Type I : résection du prépuce clitoridien. Type II : Excision complète avec ablation du clitoris accompagnée de celle dune partie ou de la totalité des petites lèvres Type III : Infibulation : fermeture partielle de lorifice vaginal après incision et ablation dune quantité variable du tissu vulvaire associée à une clitoridectomie partielle.

22 ATTENTION! Cette classification nest pas établie en fonction du degré de gravité des différentes formes. Description strictement anatomique. Quelle que soit sa forme, Nul ne peut présager à priori les conséquences dune excision, fusse t - elle considérée comme légère ou bénigne, car le pronostic fonctionnel, cicatriciel et évolutif est très difficile à établir

23 Conséquences médicales Il y a toujours des conséquences: – Médicales – Psychologiques – Sexuelles. Plus ou moins graves, plus ou moins bien supportées. Echelle très étendue: « Dune vie normale à un enfer » Risques de conséquences très graves. Risques de conséquences très graves

24 CONSEQUENCES MEDICALES IMMEDIATES Lhémorragie, Le choc La blessure urétrale. RISQUES

25 CONSEQUENCES MEDICALES A COURT TERME Lhémorragie : Linfection : – Infection localisée (pelvienne, urinaire) – Infections généralisées scepticémes mortelles tétanos la rétention aiguë durine : RISQUES

26 CONSEQUENCES MEDICALES A MOYEN TERME Cicatricielles: douleurs chroniques Dyspareunies (douleurs au moment des rapports sexuels) complications obstétricales. Atrésie vulvaire Déchirures périnéales. RISQUES

27 CONSEQUENCE MEDICALE A LONG TERME TOUS DORIGINE CICATRICIELLE: – Lenteur à lexpulsion – Déchirures périnéales – Fistules vésico vaginales RISQUES

28 Prise en charge des complications dun point de vue populaire Hémorragie : – Prévenir laction des sorcières (cacher lexcision) – Plantes,Emplâtres – hôpital Infections: Longtemps médecine traditionnelle, Actuellement mixte Tentative de médicaliser lexcision : Demande aux soignants

29 Consequences sexuelles Risques de problèmes au moment des rapports sexuels. – Frigidité – Douleurs – Rapports traumatiques – Ou vie sexuelle normale ou avec des difficultés minimes;

30 Conséquences psychologiques En rapport avec le vécu de lexcision En rapport avec les conséquences physiques (douleurs, sentiment danormalité) En rapport avec le discours sur lexcision.

31 ET POURTANT….. Lexcision continue à être considérée comme une pratique nécessaire pour marquer lidentité de lenfant: La coupure produit la transformation qui permet de reconnaître lenfant comme un membre du groupe. Même chez certains soignants!

32 Rôle du médecin Proposer des traitements (cicatrices, douleurs, infections) Abord psychologique – Parler de la réparation. (reconstruction clitoridienne) Réparation anatomique – Psychologique – Fonctionnelle. Prévention: Dénonciation?

33 Rôle du médecin Une pratique délicate Penser et oser en parler. Avoir les mots pour dire sans blesser, prévenir sans prédire Examiner sans mépris, avec respect. Créer une relation de confiance pour que les patientes osent se confier Une bonne consultation= un acte de soin

34 EN CONCLUSION Pratiques sociales et soins: – Exploration du quotidien. – Exploration de lintime. – Conceptions différentes? Plutôt négociations et constructions hybrides. – Problème de labandon des pratiques; Ce nest pas toujours rationnel. – Problèmes de déontologie


Télécharger ppt "Les pratiques sociales ayant un impact sur la santé APPROCHE SOCIO- ANTHROPOLOGIQUE."

Présentations similaires


Annonces Google