La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

PERINATALITE ET PARENTS DEFICIENTS INTELLECTUELS: Regards croisés sur ces parentalités singulières Journée de travail organisée par léquipe du S.A.V.S.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "PERINATALITE ET PARENTS DEFICIENTS INTELLECTUELS: Regards croisés sur ces parentalités singulières Journée de travail organisée par léquipe du S.A.V.S."— Transcription de la présentation:

1 PERINATALITE ET PARENTS DEFICIENTS INTELLECTUELS: Regards croisés sur ces parentalités singulières Journée de travail organisée par léquipe du S.A.V.S de lA.R.A.I à ST Laurent les Eglises en lien avec celle de la Filière de Psychiatrie Périnatale du CH Esquirol. Limoges, le 12 Octobre 2012.

2 MR PACIDY ET MLLE FERRAND… VONT EN CHEMIN VERS LA PARENTALITÉ Je voudrais être enceinte et avoir un bébé à nous… Tes sûre…comment on va faire…oh la la, quest ce quy vont dire !

3 S.A.V.S. Service dAccompagnement à la Vie Sociale Missions - Apporter un accompagnement adapté à la personne handicapée en favorisant le maintien ou la restauration de ses liens sociaux, familiaux, professionnels et faciliter son accès aux services offerts par la collectivité Population accompagnée - Personne travaillant en ESAT et/ sur liste dattente orientée par la CDAPH Cadre juridique - Décret du 11 mars Tarificateur : Conseil général SAVS présents sur le département 87 : 249 places (Bellac / Eymoutiers / Limoges / Panazol / Saint-Junien / Saint Just le Martel / Saint Laurent les Eglises)

4 Présentation des SAVS en Haute-Vienne

5 Domaines dintervention - Logement (aide à la recherche et aux démarches administratives afférentes, etc.) - Gestion financière (évaluation des capacités de gestion, aide éducative budgétaire, mise en relation avec les services de tutelles, etc.) - Gestion administrative (explications des documents, classement de ces derniers, information sur les droits de la personne, démarches auprès des organismes, etc.) - Santé (mise en relation avec des organismes de soins, aide à la compréhension des informations médicales, conseil autour de léquipement et de ladaptation du logement au regard du handicap, etc.) - Vie quotidienne (entretien du logement, du linge, gestion des repas, aide aux achats, etc.) - Vie professionnelle (travail en partenariat avec lESAT, etc.) - Temps libre (mise en relation avec les structures socio-culturelles de proximité, organisation des vacances, aide à lélaboration et au financement, sensibilisation et recherche dactivités occupationnelles, etc.) S.A.V.S. Service dAccompagnement à la Vie Sociale

6 - Accompagnement et soutien psychologique (écoute et soutien de lusager relativement à son projet personnalisé, orientation vers les services de soins, etc.) - Relation avec la famille (travail autour de lautonomisation, médiation, etc.) - Soutien à la parentalité (écoute, soutien, conseils et guidance, travail en partenariat avec les éducateurs, etc.) Moyens dintervention - Projet personnalisé - Equipe pluridisciplinaire - Un référent - VAD/apprentissages/accompagnement individuel ou collectif

7 et des SAPHAD du Limousin

8 Mr Pacidy et Mlle Ferrand attendent un enfant… et en parlent. Tu crois quils pensent quon est pas capable ! On a bien le droit davoir un bébé comme tout le monde !

9 LE TEMPS DE LA GROSSESSE LA MATERNITE Que comprend le couple des explications quon lui donne ? Mlle viendra t-elle aux prochains RV? Est-ce que le couple est connu des services spécialisés? Doit-on se mettre en contact avec eux, et comment ? Sauront-ils soccuper du bébé à venir ? LEQUIPE SOCIO-EDUCATIVE Comment accompagner ces parents sans faire intrusion dans leur intimité ? Comment faire savoir aux professionnels de santé que nous sommes là en soutien sans stigmatiser les parents ? On reste dans la salle dattente? On propose de les accompagner ? Faut-il participer à la préparation à la naissance, et comment ?

10 LENTRETIEN PRÉNATAL PRÉCOCE 1. Origine de lEPP 2. Quelques chiffres 3. Lentretien en pratique Mme Laurence LEBREAUD- PICHON – SAGE FEMME – le 12 Octobre 2012

11 Origine de lEPP Le rapport Dr Molenat de janvier 2004 : « PERINATALITE ET PREVENTION EN SANTE COLLABORATION MEDICALE ET PSYCHOLOGIQUE EN PERINALITE » ( mission de la DHOS) La Haute Autorité de Santé publie en décembre 2005 des recommandations concernant la préparation à la naissance et à la parentalité. LEPP est inclus dans cette préparation, il permet labord précoce de la situation médicale, sociale, affective de la femme et plus largement du couple. Lentretien doit permettre « daccompagner la globalité de la grossesse afin den améliorer le déroulement, de favoriser le lien parents – enfants et daugmenter la sécurité des futurs parents »

12 Lun des objectifs le plus important selon le rapport est « daccrocher la confiance des parents et/ou de la maintenir dans le système afin quils puissent mettre au monde leur enfant dans les meilleures conditions de sécurité émotionnelle, et qu'ils puissent faire appel ultérieurement si besoin ». Le repérage doit se faire par une écoute bienveillante et prolongée. Mais ce repérage ne servirait à rien si par ailleurs les acteurs de la santé autour de la patiente refusaient une bonne collaboration. Cet entretien nécessite une formation du personnel et une bonne organisation dun réseau pluridisciplinaire. Objectifs de lEPP

13 Les objectifs généraux Accéder au ressenti des femmes/du couple Consolider leur confiance en eux par lexpression de leurs besoins. Favoriser une meilleure coordination des professionnels. Consolider leur confiance dans le système de santé Les objectifs spécifiques Rencontrer les parents précocement Anticiper avec la mère et le père les situations de vulnérabilité Informer sur les facteurs de risque, les comportements à risque et les conseils dhygiène de vie Adapter le suivi en fonction des besoins et des difficultés de la femme et du couple.

14 3. Quelques chiffres Les chiffres sont obtenus grâce aux fiches de statistiques remplies à la fin de lentretien. Fiches exploitées par ORS puis par PérinatLim permettent : le suivi du dispositif tant au niveau quantitatif que qualitatif de connaitre le nombre EPP réalisé, mais aussi de savoir par exemple lorigine (qui adresse les patientes), la population (lâge des patientes, leur mode de vie, leur activité professionnelle…) de mesurer limpact de lEPP dans la prise en charge de détecter, dans les cas vulnérables, quelles sont les orientations proposées et quelle est ladhésion des patientes à ces orientations

15 Ces résultats sont à prendre avec une certaine relativité, car il existe une sous-estimation des EPP à cause du non remplissage des fiches. Le remplissage étant parfois un peu fastidieux

16 En 2011 âge moyen des patientes : 28 ans et 8 mois 88 % étaient en couple 49 % navaient pas dactivité professionnelle. 50 % étant femme au foyer 26 % au chômage 22 % en arrêt de travail 2 % en invalidité. Vulnérabilités vulnérabilité médicale et psychologique : stables, vulnérabilité sociale et relationnelle : légère augmentation, certainement à mettre en relation avec laugmentation du chômage, si une ou plusieurs vulnérabilités sont détectées il y a dans 40 % des cas un travail de liaison envisagé ou enclenché avec un autre professionnel de santé.

17 4. La pratique de lEntretien Prénatal Précoce Je pratique lEPP depuis près de 3 ans (mai 2009), et reçois environ 1/3 des patientes suivies à la clinique. Débuts fastidieux : les acteurs de la santé ne voyant pas bien limportance dune telle consultation. À ce jour, la preuve est faite : cet entretien apparait comme indispensable dans de nombreux cas. - Lentretien est un moment découte et de partage où les patientes évoquent leur vécu, leurs émotions et leurs attentes. Il permet aussi de fournir de nombreuses informations aux couples.

18 Sur RV à la clinique, les patientes viennent seules ou en couple. Lentretien se déroule toujours en aveugle : dossier médical absent. Lentretien est un moment privilégié pour le recueil des antécédents médicaux, chirurgicaux, obstétricaux, psychiatriques, traumatiques… >>Il laisse une large place pour connaitre le mode de vie présent.

19 Les questions doivent être posées simplement, sans jugement, qu'il sagisse de consommation de tabac, dalcool, de drogue ou dATCD de traumatismes. Laccueil est donc primordial, le couple doit se sentir en confiance et en sécurité. Le couple doit pouvoir se confier, exprimer ses attentes, ses craintes éventuelles. Lorsqu'une vulnérabilité est détectée il indispensable avant de présenter au couple une prise en charge psychologique par exemple de faire le point sur les ressources de lentourage du couple : les parents, les amis… La proposition dune aide médicale nest pas la solution miracle, nous devons travailler avec tous les acteurs de la santé : gynécologue + médecin traitant + psychiatre ou psychologue + services sociaux + PMI + personnes ressources de la CAF

20 La patiente doit avoir conscience qu'elle nest plus seule et que la personne en face delle ne lest pas non plus. Le soutien qui lui sera apporté, si elle laccepte bien sûr, sera discuté avec les différentes personnes intervenant auprès delle lors dun staff pluridisciplinaire. Ladhésion de la patiente (du couple) est indispensable, pour être certain que la prise en charge est bien comprise > établissement dune fiche de synthèse signée par la patiente à la fin de lentretien.

21 Dans le cas de parents présentant une déficience, il est indispensable de faire le point sur lencadrement existant et de retranscrire scrupuleusement sur la fiche de synthèse les personnes référentes pour ce couple. En suites de couches, ces personnes rencontreront une prise en charge des plus adaptée. Léquipe connaît les personnes ressources sans avoir besoin de solliciter à chaque fois le couple. Pour ces personnes, des progrès restent à faire : les institutions agissant auprès de ces personnes ou couples sont souvent mal connues des services de maternité.

22 LE STAFF PSYCHO-SOCIAL Présentation de Mme Bourgin, cadre Sage-femme à la Maternité de st Junien Il réunit régulièrement au sein de la maternité les acteurs professionnels œuvrant autour de la naissance(mensuel ou bimensuel selon les maternités) La sage-femme responsable des EPP présente les dossiers des futures mères qui nécessitent un accompagnement spécifique (médical, social, médico-social, psychiatrique ou psychologique),à domicile ou en consultation.

23 Participent à ce Staff, selon les maternités : - sages –femmes EPP, cadre S-F et pédiatre de la maternité - Equipe de PMI : sages-femmes et puéricultrices - Assistante sociale de lhôpital - Equipe de psychiatrie périnatale

24 Et de lattente… On est capable de se débrouiller tout seul… Quest ce quils vont me faire? Je ne comprends pas tout et je nose pas demander…

25 LA NAISSANCE de Désiré Quil est beau! … Je suis pressée car ils sont tout le temps derrière moi! Tinquiète pas, on va vite rentrer chez nous, on aura la paix!

26 LE RETOUR A DOMICILE ? La Maternité La maman confie souvent son bébé à la pouponnière: veillera t-elle à la continuité des soins aux bébé ? Elle se montre maladroite dans ses gestes, pourra t-elle assurer la sécurité du bébé ? Elle ne pose pas de question: saura t-elle faire appel en cas de besoin ? Nos échanges sont parfois discordants,: comprendra t-elle les conseils de puériculture ? Est-ce que le père est aidant ? Et la famille ? LEquipe médico- socio-éducative Comment se déroule le séjour, à qui demander ? Qui fait quoi, de la PMI et du SAVS, pour garantir la sécurité du bébé au retour à la maison ? Comment soutenir ces parents sans les dévaloriser ou les persécuter ? Quels sont les signes de souffrance du bébé auxquels nous devons être attentifs ?

27 A la Maison … Mais quest ce quil a à pleurer comme ça ? Il doit avoir faim, ou mal… Ouin.!.!...

28 Le Temps de lexercice de la parentalité et le Travail à Domicile

29 Présentation du travail à Domicile De la puéricultrice de PMI : accompagnement et guidance à domicile en matière de puériculture et de soutien à la parentalité: Mmes Jacquement et Gaudy De la TISF (technicienne de lintervention sociale familiale) : aide concrète et guidance dans la gestion du quotidien familial et de la prise en charge précoce du bébé: Mme Sourdioux

30 Et si besoin…lUHMB

31 « Du Faire au Dire », où comment soutenir linstallation du lien parents-bébé en UHMB M-H Orliaguet. Psychologue La déficience a engendré une expérience répétée de léchec avec son cortège de blessures narcissiques, de sentiments dimpuissance et dinfériorité, de culpabilité. De ce point de vue, la maternité semble figurer aussi bien laccès à la normalité sociale que lespoir narcissique dune identité valorisée et investie affectivement.

32 Les 2 formes de déficiences de R.Misés La déficience harmonique: - Inhibition de fond et fixité de la déficience - perception concrète du monde, absence de curiosité - difficultés dadaptation au changement et dajustement relationnel - capacité à sappuyer sur le cadre proposé, sur un mode identificatoire -relations affectives marquées par la dépendance

33 La déficience dysharmonique: - présence de troubles associés: tr. instrumentaux, tr. de la personnalité… - troubles du comportement et du contrôle pulsionnel - instabilité émotionnelle et déficit de lattention - difficultés identificatoires et relationnelles - relations affectives marquées par la conflictualité

34 Proposition de soins à lUHMB Observation contenante et guidance Assurer de la continuité et de la sécurité dans les interactions mère-bébé Soutenir lidentification maternelle et la reconnaissance de la singularité du bébé. Fournir des repères concrets et pertinents tant pour lorganisation temporelle que pour lappréhension des mesures et quantités.

35 Deux paradoxes Observer pour évaluer la compétence maternelle et /ou observer pour offrir une enveloppe psychique contenante et rassurante…. Guider, conseiller, expliquer…autant de positions qui peuvent renforcer le sentiment dincompétence de celle que lon voudrait soutenir.

36 Pistes de travail Privilégier la compétence maternelle ou bien travailler à la construction dun lien solide et durable entre elle et son nouveau-né, au delà des aléas et des séparations nécessaires éventuelles ? Veiller à rester sensible à la souffrance narcissique de ces mamans plus quà leurs défaillances Prendre soin du bébé dans la mère, de ce bébé qui a si souvent souffert de carences ou de discontinuités. Faire ensemble avant de Dire le comment faire….

37 Les trois mères du groupe des déficiences harmoniques: -avaient adhéré au projet dhospitalisation -surent sappuyer sur le soutien de léquipe -échanges chaleureux avec leur bébé -les trois sortirent avec leur bébé à domicile -lun des bébés fut placé dés que létayage socio- éducatif, important, fit défaut aux vacances.

38 Les deux mères du groupe déficience dysharmonique: -caractère discontinu et imprévisible des engagements relationnels mère-bébé -bébés très investis dans linteraction directe, mais mal perçus dans leurs besoins fondamentaux -alliance thérapeutique difficile, sur le mode de la rivalité plutôt que de lidentification -placement des deux bébés, dont lun fut préparé en alliance avec la mère

39 CONCLUSION Le Faire ensemble, dans le plaisir, aide à la reconnaissance des besoins propres du bébé et au renforcement narcissique des parents, ouvrant la voie du Dire ( conseils et recommandations…) ce quil convient de faire pour assurer la sécurité physique et psychique du bébé… Afin de nouer, au delà des séparations éventuelles, un lien dattachement fondateur de lidentité de chacun.

40 Importance de la conjugalité dans le tissage de la parentalité… Présentation de Christiane Sozeau, psychologue PMI

41 Le fonctionnement des personnalités déficitaires se caractérise par: -la recherche de relations exclusives. -une impulsivité qui entrave les capacités à différer ses besoins. -une fragilité des capacités de secondarisation et de symbolisation. -des troubles du langage qui gênent lexpression et la compréhension lors des échanges.

42 Le fonctionnement conjugal -sorganise préférentiellement autour denjeux de rivalité, ponctués par des ruptures explosives suivies de réconciliations rapides, avec de fortes tensions émotionnelles. -Les relations sinscrivent souvent dans des rapports de domination/soumission

43 A larrivée dun bébé -les débordements pulsionnels et émotionnels sont réactivés -les liens dattachement apparaissent plus craintifs, insécures et difficilement intégrables à lintériorité familiale. -La rivalité entre les parents peut-être réactivée et devenir douloureuse, conflictuelle, de même que la rivalité avec le bébé. >La triangulation pose souvent problème dans linvestissement parental de ces parents.

44 Les parents déficients ont du mal à utiliser les éléments dinformation provenant de lextérieur. Lidentification des besoins propres du bébé, de ses signaux comportementaux, est donc difficile Pour ces parents, tenir compte des informations reçues est une épreuve qui doit être accompagnée.

45 Perspectives daccompagnement de ces parentalités Proposition dun espace déchanges et dexpression des possibles conflits familiaux avec un Tiers professionnel non disqualifiant. Travailler, dans un climat thérapeutique, la triangulation des échanges et les représentations de la place de chacun. Repérer les zones de fragilité des parents et proposer des relais nécessaires au bon développement de lenfant. Introduire avec tact et empathie lidée et la construction dune parentalité partagée.

46 Comment va Désiré Pacidy-Ferrand ? Dr F. Souchaud Pour développer sa vie psychique, le bébé a besoin que lautre, la mère, le parent…lui prête des pensées, limagine pensant, et donc interprète ses actes, ses gestes, ses mimiques, ses cris ; le parent donne un sens à lexpression du bébé et le bébé à son tour gratifie le parent de sa reconnaissance : il reconnaît le parent comme parent.

47 Les besoins du bébé Dans les situations familiales ordinaires, les bébés font très tôt et inévitablement des expériences de discontinuité; alternent en effet pour eux des expériences de séparation et de retrouvaille, de présence et dabsence. Labsence est alors maturative, elle permet le développement de la pensée si elle ponctue la présence avec une rythmicité et une régularité qui assure un sentiment de continuité: « après ça, il y aura ça »

48 Le temps est dabord éprouvé au niveau du corps en tant que tension, gêne ou déplaisir somatique ; dans le cadre de rythmes suffisamment prévisibles, pendant ces temps dattente, les premières pensées du bébé sattachent à la prévisibilité de ce qui va arriver. A partir dun certain niveau dexpérience, de répétitions, la tension corporelle suscitée par lattente va pouvoir être vécue en termes de durée.

49 Le vécu du bébé malmené Le bébé arrive à fabriquer lui-même de la continuité pour « réparer », comme le dit Ciccone, les expériences de discontinuité… en utilisant par exemple laccrochage au regard ou à sa musculature, à une sensation. Si cela ne tient pas, si la rythmicité est incohérente, le bébé se retrouve dans un état de chaos, de désorganisation qui entrave tout travail de la pensée.

50 Le défi de la parentalité Pour les parents déficitaires, les repères temporels sont difficiles à appréhender et lajustement aux besoins du bébé reste aléatoire. Trouver la bonne distance (ni trop, ni trop peu) et garder une cohérence et une continuité qui permettent de prêter un ressenti, une pensée au bébé, voilà un défi pour ces parents déficients qui doit mobiliser les professionnels au contact de lenfant.

51 Lappui environnemental Un bébé soumis à limprévu et à la discontinuité avec ses parents a besoin de trouver un environnement compréhensif, qui lui permette de construire un rythme basal de sécurité, de sappuyer sur ce rythme interne fiable sans avoir besoin de recourir à des néorythmes tels que les stéréotypies autistiques pour certains, les rythmies corporelles pour dautres (balancements incessants par exemple), les rituels variés et excessifs, les addictions diverses.

52 Le soin au quotidien… Le processus du soin psychique repose sur l implication du professionnel auprès du bébé, ça na rien à voir avec lexplication… simpliquer, cest être dans le pli, dans le rythme de lautre ; seule limplication permet la rencontre, le partage, elle permet de comprendre; un sujet qui ne se sent pas compris dun autre ne peut en apprendre quelque chose.

53 La continuité du lien comme principal facteur de changement. Le personnel qui prend en charge lenfant quotidiennement sur de longues périodes doit être considéré comme lélément thérapeutique central, au titre de figure dattachement qui permet au psychisme du bébé de sorganiser dans la continuité. Toute rupture dune relation privilégiée durant les deux ou trois premières années peut-être traumatique, toute répétition de cette rupture conduit au retrait défensif de lenfant et à une profonde réticence à reprendre le processus dattachement.

54 SITUATION DE PARENTALITE DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP MENTAL Etude présentée par Mme Garreau Du SAVS de lARAI

55 Nombre de parents Service accompagnant Nombre de personnes accompagnées par le service Nombre de parents parmi les personnes accompagnées Rapport en pourcentage S.S.D.V.S A.R.A.I % S.A.V.S A.P.S.A.H % S.A.V.S St Just le Martel % S.A.V.S « André Chevalier » BELLAC % S.A.P.H.A.D Delta % S.A.V.S S.A.G.E.I.S.T.H % S.A.I.S St Junien % E.S.A.T Envol % S.A.P.H.A.D Eymoutiers % Service de Suite A.P.A.J.H % E.S.A.T A.P.S.A.H % Service Socio Educatif C.D.T.P.I %

56 NOMBRE D'ENFANTS 12345pas de réponsegrossesse

57 AGE DES ENFANTS 0/34/67/910/1213/18+ de 18pas de réponsegrossesse

58 PARENTS ACCOMPAGNES PAR LE SERVICE D'ACCOMPAGNEMENT DURANT LA GROSSESSE ouinon pas de réponse ne sait pas PARENTS ACCOMPAGNES PAR LES PROFESSIONNELS DE LA PETITE ENFANCE DURANT LA GROSSESSE ouinonpas de réponsene sait pas

59 PARENTS ACCOMPAGNES PAR LE SERVICE D'ACCOMPAGNEMENT DURANT LA GROSSESSE ouinonpas de réponsene sait pas

60 LES PARENTS EXPRIMENT DES DIFFICULTES ouinonpas de réponsene sait pas

61 LES PRINCIPALES DIFFICULTES EVOQUEES PAR LES PARENTS La fatigue liée au rythme de lenfant, la gestion du quotidien, La gestion du comportement de lenfant, Les difficultés à communiquer avec le conjoint séparé, Laccompagnement à la scolarité, peur du handicap et du devenir de lenfant en lien avec la scolarité, La gestion des suivis médicaux de lenfant, la gestion de lalimentation de lenfant, la gestion de lautorité parentale, la difficulté à communiquer avec lenfant, à lui transmettre des informations.

62 LES ENFANTS ONT ÉTÉS PLACES ouinonpas de réponsene sait pas

63 Y-A-T-IL DES INTERVENANTS EXTERIEURS AUPRES DES ENFANTS ouinonpas de réponsene sait pas

64 LES INTERVENANTS EXTERIEURS AUPRES DES ENFANTS les Centres dAction Médico-Social Précoce les Centres Médico Psycho Pédagogiques les professionnels intervenants dans le cadre dune Aide Educative en Milieu Ordinaire les suivis dorthophonie les Techniciennes dIntervention Sociale Familiale les professionnels intervenants dans le cadre des Maisons des Solidarités Départementales les puéricultrices des services de la Protection Maternelle Infantile les Psychologues des services de la Protection Maternelle Infantile les Assistants Sociaux des services de la Protection Maternelle Infantile

65 Difficultés au niveau du soutien aux parents Attentes Nombreux sont les professionnels qui évoquent le manque de coordination entre les professionnels médicaux, ceux de la petite enfance et le secteur social. Cela est en partie dû à la méconnaissance des structures respectives et à leurs missions propres. Connaitre le réseau partenarial, lutiliser et le développer Le manque de connaissances techniques sur différents thèmes et le manque de formation sont cités comme un handicap pour les professionnels. En effet les professionnels du champ social ne sont pas tous formés au développement de lenfant, à ses besoins, aux définitions de négligence ou de maltraitance, aux réponses qui peuvent être apportées, au développement des capacités parentales… Etre formé à laccompagnement à la parentalité LES LIMITES DES SAVS

66 Le contexte qui pèse sur les parents déficients intellectuels est abordé comme un profond désavantage pour soutenir les parents. Il est vrai que ces personnes sont souvent réfractaires aux interventions par angoisse du jugement, du placement, du contrôle. Souvent longtemps institutionnalisés et parfois infantilisé la relation de confiance peut en être dégradée. Lévolution des mentalités qui pèsent sur ce « statut de parents déficients moins capable voir incapable »

67 REFLEXION SUR LA CREATION DUN SERVICE Lobjectif principal est de permettre aux parents en situation de handicap mental de pouvoir bénéficier dun soutien et dun accompagnement adapté à leurs besoins Le service se veut fil conducteur en valorisant les capacités et potentialités parentales afin de contribuer à lévolution positive des enfants dans une logique de complémentarité avec les dispositifs existants.

68 Nous vous remercions de votre intérêt... Et maintenant, au travail : La liste bibliographique est jointe Deux groupes de travail vont démarrer - Un groupe danalyse clinique, études de cas concernant cette parentalité singulière, animé par F Souchaud et M-H Orliaguet ( dates à suivre). - Un groupe délaboration dune journée de formation avec intervenants extérieurs (en 2013), avec préparation dune plaquette informative.


Télécharger ppt "PERINATALITE ET PARENTS DEFICIENTS INTELLECTUELS: Regards croisés sur ces parentalités singulières Journée de travail organisée par léquipe du S.A.V.S."

Présentations similaires


Annonces Google