La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Surveillance de l’ESB D. Berkvens SciCom AFSCA Institut de Médecine Tropicale D. Berkvens SciCom AFSCA Institut de Médecine Tropicale Agence Fédérale pour.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Surveillance de l’ESB D. Berkvens SciCom AFSCA Institut de Médecine Tropicale D. Berkvens SciCom AFSCA Institut de Médecine Tropicale Agence Fédérale pour."— Transcription de la présentation:

1 Surveillance de l’ESB D. Berkvens SciCom AFSCA Institut de Médecine Tropicale D. Berkvens SciCom AFSCA Institut de Médecine Tropicale Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaine Alimentaire Réunion commune Comité Consultatif – Comité Scientifique 18 janvier 2008

2 1. Maladies à prions Encéphalopathies spongiformes transmissibles (EST), dont l’ESB (encéphalopathie spongiforme bovine) causée par une protéine modifiée (prion) Transmission par ingestion de la protéine prion modifiée Maladies à prion: Animal: ESB, tremblante (scrapie), FSE (feline) Homme: CJD, Kuru

3 2. ESB Origine de l’ESB pas encore connue avec certitude Hypothèse courante, mais pas encore confirmée: prion de la scrapie transmise à des bovins via des changements dans les conditions de traitement des déchets d’abattage pour l’alimentation animale  Feed ban !! Forme infectieuse, versus forme spontanée (sporadique)  éradication complète quasi impossible Souche typique, versus souche atypique

4 3. ESB – nCJD Lien entre ESB et nCJD montré avec une probabilité proche de la certitude Courbe dose-réponse non connue: lien entre dose infectieuse de prion et nCJD non connu Barrière d’espèce claire entre ruminants et homme Conséquence: absence de définition de “cas” (impossible de définir animal “infectieux”) et donc aucune idée de la sensibilité et de la spécificité des tests Conséquence: risque non connu, et le principe de précaution a été adopté

5 DateFaits Passive Active Abattoir Urgence Premier cas d’ESB en Grande-Bretagne Déclaration obligatoire des ESTs chez les ruminants en Belgique Interdiction des farines animales d’origine ruminants Conditions de traitement des farines adaptées Début surveillance passive Premier cas d’ESB en Belgique MRS éliminés de la chaîne alimentaire Interdiction des farines animales d’origine mammifère Surveillance active abattoirs Surveillance active chez animaux abattus en urgence et au clos d’équarissage (cadavres) Historique

6 5. ESB dans le monde

7 6. Surveillance de l’ESB (a) Buts: Testage systématique des bovins abattus pour rétablir la confiance du consommateur Surveillance épidémiologique (cf risque de ré- émergence de la maladie) Peu de protection de la santé publique !! Surveillance de la santé publique assurée par le retrait des matériels à risque spécifiés (MRS) + rappel: importance du maintien du Feed ban

8 Prion modifié détectable dans le système nerveux central que dans les derniers mois de la longue période d’incubation (avant l’apparition des signes cliniques) Faible sensibilité diagnostique (une partie seulement des bovins infectés sont détectés) 1. Surveillance active  peu de protection de la santé publique (idem surveillance passive) 2. Impossibilité de déterminer le nombre de cas absolus avec certitude 6. Surveillance de l’ESB (b)

9 7. Détection des cas d’ESB - Diminution incidence - Augmentation âge moyen de détection ! !

10 8. Les “streams” de testage Bovins sains: testés à l’abattoir = healthy slaughter Bovins à risque: Clos d’équarissage = cadavres = fallen stock = bovins morts en ferme Bovins abattus en urgence = emergency = casualty slaughter Bovins suspects cliniques = clinical suspects = signes cliniques SURVEILLANCE ACTIVE SURVEILLANCE PASSIVE

11 Actuellement bovins sains: tous > 30 mois bovins à risque: tous > 24 mois Options CE : relèvement de la limite d’âge bovins sains: 4 options tous > 42 mois tous nés 1/1/02 tous nés 48 mois) tous nés 1/1/04 bovins à risque: tous > 36 mois 9. Surveillance active: évolution ? (Road Map) (bovins suspects cliniques  surveillance passive)

12 10. Le paradoxe de l’épidémiosurveillance Pas nécessaire de tester tous les animaux si haute prévalence Nécessité de tester tous les animaux si faible prévalence, afin d’avoir des données utilisables pour assurer une vigilance minimale

13 11. Avis Sci Com (a) Bovins sains: Relèvement de la limite d’âge non recommandé: 1. Trop d’incertitudes 2. Ré-émergence de la maladie  jeunes animaux 3. Cas le plus jeune = 20 mois 4. Cas atypiques 5. Neuroinvasion du système nerveux central possible à partir de 32 mois  possibilité résultat positif chez bovins < 30 mois mais ok test d’un certain pourcentage des bovins de > 30 mois: - différents scénarios sont possibles selon prévalence acceptable - risque de passer à côté des cas sporadiques

14 11. Avis Sci Com (b) Bovins à risque: Relèvement de l’âge non recommandé: = catégories où incidence la plus élevée: fallen stock: 18 / , par opposition aux bovins abattus en abattoir: 3 /  Surveillance active doit se concentrer sur les groupes à risque

15 12. Surveillance passive (suspects cliniques) L’utilité d’une surveillance passive bien développée est sous-estimée “Récompense” à la place de “représailles” lors de la déclaration d’un cas confirmé

16 13. Conclusions Surveillance épidémiologique sécurité de la chaîne alimentaire surveiller éventuelle ré-émergence ESB Eradication complète ESB = presque impossible Sécurité alimentaire =Feed ban Retrait des MRS Contrôle Assouplissement surveillance active: Différents scénarios possibles Analyse coûts/bénéfices essentielle pour développer un programme de surveillance optimal


Télécharger ppt "Surveillance de l’ESB D. Berkvens SciCom AFSCA Institut de Médecine Tropicale D. Berkvens SciCom AFSCA Institut de Médecine Tropicale Agence Fédérale pour."

Présentations similaires


Annonces Google