La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Www.etablissement-francais-du-sang.fr Les prescriptions pour le Don de Sang en France 6 septembre 2013 - Genève La vison de l’Etablissement Français du.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Www.etablissement-francais-du-sang.fr Les prescriptions pour le Don de Sang en France 6 septembre 2013 - Genève La vison de l’Etablissement Français du."— Transcription de la présentation:

1 Les prescriptions pour le Don de Sang en France 6 septembre Genève La vison de l’Etablissement Français du Sang par Nicole Coudurier 1.Sécurisation du l’aphérèse 2.Evolution des sites fixes de prélèvements 3.Marketing Donneurs 4.Entretien pré-don infirmier La vision des donneurs, des médecins, et des personnels infirmiers par Bernard Cunéo

2 Sécurisation de l’aphérèse

3 Cas des postes ne réalisant que des plasmaphérèses:  1 type automate  1 DMU  1 type et conditionnement anticoagulant  Si nécessaire: 1 type et conditionnement sérum physiologique Cas des postes d’aphérèse cellulaire:  1 type automate  1 ou 2 DMU  1 type et conditionnement anticoagulant  Si nécessaire: 1 type et conditionnement sérum physiologique Cas des postes mixtes (plasma et aphérèse cellulaire):  Pas plus de 2 automates différents / poste  1 DMU / automate  1 type et conditionnement anticoagulant / automate  Si nécessaire: 1 type et conditionnement sérum physiologique Utilisation d’au plus 2 DMU différents / IDE / plage de travail Différentiation des conditionnements d’anticoagulant et sérum physiologique Aménagement des postes de travail

4 Matériels et consommables critiques Mise en place d'un dispositif de détrompage pour la connexion des solutés, intéressant les solutés et les DMU selon les spécifications de l’AFSSaPS Intégration d’une fonction de mémorisation lors de la mise à niveau et/ou acquisition de nouveaux automates d'aphérèse Gestion des stocks des produits critiques dans les ETS

5 Gestion de l’urgence Procédure nationale de prise en charge des malaises donneurs Procédure nationale de prise en charge des malaises donneurs V2 Plan de formation aux Gestes d'urgence Information des équipes médicales extérieures intervenant en urgence sur principaux risques liés au don de plasma dont le risque « citrate" Conventions entre ETS et SAMU Plan d'équipement des lieux de collecte (en privilégiant les sites fixes avec centre de soins) en défibrillateurs semi-automatiques (privilégier ceux intégrant une carte mémoire) Etude scientifique sur la cinétique du citrate

6 Formation Définition des critères de formation et d’habilitation des infirmières aux postes d’aphérèse

7 Sa stratégie Sa stratégie : La stratégie de recrutement et de fidélisation des donneurs adaptée à l’évolution socio démographique & à la croissance des besoins transfusionnels. Ce projet contribue aux impératifs d’autosuffisance, de sécurité & d’efficience, tout en s’inscrivant dans une stratégie de communication nationale. Son concept Son concept : C’est un lieu reconnaissable, convivial & facilement accessible au cœur de la cité. Véritable label garant de la qualité du service proposé aux donneurs, de l’optimisation de la sécurité, de l’homogénéisation des pratiques médico- techniques & du confort de travail pour le personnel. La pérennité du projet La pérennité du projet : Chaque projet est impulsé au niveau régional et adapté en fonction des caractéristiques propres à la région, aux spécificités du bassin de collecte ciblé et aux contraintes associées aux sites actuels… Cette souplesse garantira une cohésion nationale en tenant compte des spécificités locales. Les Points Forts Sécurité Autosuffisance Sérénité Homogénéisation des pratiques médico-techniques Ergonomie Accessibilité Adaptabilité Cohésion nationale Spécificités locales Evolution des sites fixes de prélèvements

8 Concept Vitrine site du Havre « Porte Océane »

9 Aménagement du site Lille « Verlaine » Lits équipés d’Ipad pour le confort et la distraction des donneurs Intérieur : Luminosité, confort & ergonomie Façade : Visibilité & attrait

10 ► candidats au don en donneurs de sang en nouveaux donneurs ► candidats ajournés en 2012 ► candidatures refusées (un candidat peut avoir été ajourné n fois) Les donneurs

11 La pyramide des âges - dons versus donneurs

12 Optimisation de la Gestion de la Relation Donneurs

13 L’arrivée d’un outil de gestion de la relation donneurs ► Un logiciel de relation à distance qui permet de renforcer la communication entre l‘EFS et les donneurs en personnalisant et en automatisant les différentes composantes de cette relation ► Un outil de communication multi canal (SMS, mail, courrier papier, automate d’appel) qui permet une gestion automatisée des fichiers extraits d’Inlog, à partir de scénarii préétablis (gestion automatisée des extraction de données Inlog pour l’envoi de convocations aux donneurs en fonction du mode de communication sélectionné) ► Un outil de reporting et d’analyses statistiques de planification des collectes - permet d’identifier les zones sur ou sous-exploitées - d’analyser les performances des campagnes s et sms, (envoyés, adresses invalides, mails ouverts, …) - permet de mesurer l’efficacité d’une campagne d’invitation après une collecte (nombre de personnes contactées qui se sont effectivement rendues à la collecte) ► Un outil de reporting complet qui permet de mesurer le retour sur investissement du coût d’une campagne d’invitation

14 Déploiement d’un dispositif d’écoute donneurs - une plateforme d’enquêtes nationale ► Mise en place en 2012 d’une solution nationale permettant la récolte et l’analyse d’informations à l’aide d’un outil unique, une plateforme d’enquêtes accessible à l’ensemble des régions et des réseaux métiers => Wysuforms ► Un dispositif permettant de mutualiser et d’harmoniser les pratiques d’enquêtes et d’analyses de l’ensemble des régions afin de disposer d’informations comparables & consolidées. ► Un outil permettant de conduire des enquêtes auprès des donneurs : motivations au don par profil de donneurs, évaluation de la satisfaction à l’issue d’une campagne de communication ou d’un événementiel, évaluation des moyens de sollicitation, de l’expérience du don, des motifs de retour au don…

15 ACTIVITÉS DÉDIÉES À UNE IDE EPDI INTERVENANT AU PRÉLÈVEMENT DE SANG TOTAL

16 Objectif Pa ge 16 L’objectif est de pouvoir réaliser à l’EFS des entretiens pré-don par le personnel infirmier. Il s’agit ainsi de montrer par cette expérimentation que l’EFS est capable de mettre en place l’entretien pré-don par le personnel infirmier de façon organisée avec un niveau de sécurité conservé. Ce dispositif doit contribuer à l’amélioration de l’efficience de l’établissement.

17  L’IDE en charge l’Entretien pré-don participe à l’activité de prélèvement dans la mesure où, au moins, 25% de son temps est libéré de tout « entretien pré-don » selon la planification prévisionnel de la collecte.  Le médecin responsable de la collecte gère le temps de l’IDE entre ces deux postes de travail en fonction du flux des donneurs.  Dans sa fonction de préleveur, aucun poste de prélèvement ne peut être attribué à l’IDE du fait d’une présence non permanente en salle de prélèvement.  Les tâches, pour la collecte de sang total, que l’IDE peut effectuer dans sa fonction de préleveuse sont pré-définies (cf. tableau). Elles ne peuvent être interrompues par l’IDE que pour la prise en charge une situation d’urgence avérée. Sinon, la reprise de son poste d’EPDI peut attendre la fin de chaque tâche débutée.

18 La vision des donneurs des médecins, et des personnels infirmiers Regards sur le dispositif de mise en œuvre des contre-indications en France Résultats d’études qualitatives et quantitatives réalisées pour l’EFS avec l’Institut Viavoice entre 2010 et 2013

19 Les donneurs sont légitimistes et font confiance ► « L’EFS sait ce qu’il fait ». Il existe une grande confiance à l’égard de l’EFS, de ce qu’il propose et de ce qu’il impose, et d’une manière générale une confiance en matière de sécurité ► Les donneurs font toutefois quelques remarques sur la forme du questionnaire (longueur, formulations telles que « maladies malignes », « diagnostic cancer »…) ► Et sur le fond (certaines contre-indications paraissent peu ou mal justifiées (les anciens transfusés, les cancers guéris, les relations sexuelles protégées entre hommes …) ► Les donneurs espèrent des clarifications mais cela n’empêchent pas leur démarche

20 Les donneurs ne comprennent pas toujours les enjeux des questions posées ► Les donneurs ne connaissent pas et comprennent mal la fenêtre sérologique, pourtant expliquée en page 4 du questionnaire ► Ils prêtent une attention moins rigoureuse aux questions qui leur paraissent concerner leur propre sécurité (ceci est source d’erreur potentielle, par exemple « vous sentez-vous en état de donner ? ») ► Les donneurs s’en remettent à leur dialogue avec les personnels, plus qu’au remplissage du questionnaire

21 Les représentations des donneurs, des médecins et des personnels infirmiers sont très proches ► En particulier sur le rôle des personnels, la plupart des remarques sur les contre-indications, l’estimation de la sincérité des donneurs (évaluée entre 85 et 95%), le temps nécessaire pour bien faire, le fait que l’ajournement n’est pas toujours bien traité… ► Certaines différences apparaissent, par exemple les donneurs croient plus que les médecins et le personnels infirmiers au caractère médical de l’entretien, pour eux l’entretien est d’abord un échange, pour les médecins c’est d’abord une sélection, pour les personnels infirmiers un peu des deux ► Personnels médicaux et paramédicaux ont des visions quasi analogues ►Cette proximité d’ensemble permet au questionnaire + entretien pré-don de jouer son rôle. Les trois fonctions (médico-technique, pédagogique, relationnelle) sont assurées correctement

22 Tous pensent que la présence d’un tiers est indispensable au bon fonctionnement du dispositif de mise en œuvre des contre- indications ► Accord pour penser que médecin et infirmier(e) volontaire, sélectionné(e), et formé(e) pour cela peuvent faire l’entretien aussi bien l’un que l’autre ► Accord pour penser qu’un médecin doit être au moins présent sur le lieu de collecte pour les cas nécessitant une expertise particulière ► Ce tiers incarne en fait l’institution, la scientificité, la rigueur. Il permet de donner corps à la confiance ►Et sans doute de passer de la sincérité du donneur (je dis ce que je sens, ce que je pense juste) à l’honnêteté (je dis ce qui est), étape nécessaire à plus de sécurité encore


Télécharger ppt "Www.etablissement-francais-du-sang.fr Les prescriptions pour le Don de Sang en France 6 septembre 2013 - Genève La vison de l’Etablissement Français du."

Présentations similaires


Annonces Google