La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

FORMATIONS DES RÉFÉRENTS CORSE 6 ET 7 JUILLET 2009 Les classifications du handicap : Concepts et problèmes Formations référents Bastio Ajaccio.07/2009.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "FORMATIONS DES RÉFÉRENTS CORSE 6 ET 7 JUILLET 2009 Les classifications du handicap : Concepts et problèmes Formations référents Bastio Ajaccio.07/2009."— Transcription de la présentation:

1 FORMATIONS DES RÉFÉRENTS CORSE 6 ET 7 JUILLET 2009 Les classifications du handicap : Concepts et problèmes Formations référents Bastio Ajaccio.07/2009

2 A/Pourquoi les handicaps ont été classés, quels moyens ont été utilisés ? Le handicap, notion récente qui recouvre un ensemble de situations hétérogènes En France, l’apparition du terme « handicap » pour désigner un désavantage social ou un défaut physique est beaucoup plus tardive. H.-J. STIKER la situe aux environs des années SI on reprend les classifications contemporaines, les concepts de déficiences, incapacités et désavantages s’incarnent de manière hétérogène. Une même pathologie peut donner lieu STIKER, H.-J., « Handicap handicapé » in Fragments pour une histoire : notions et acteurs, Paris. Alter 1996, pp Formations référents Bastio Ajaccio.07/2009

3 A/Pourquoi les handicaps ont été classés, quels moyens ont été utilisés ? Le handicap, notion récente qui recouvre un ensemble de situations hétérogènes Situation Professionnelle PathologieDéficienceIncapacité Désavantage /emploi Handicap Cas 1 Hypersensibilité cyto- toxique Allergie à un composée chimique A manipuler sans protection un produit particulier Inaptitude à occuper un certain poste de travail Maladie invalidante avec difficulté à se procurer ou à conserver un emploi à cause de son handicap Situation A Coiffeur Hypersensibilité cyto- toxique persulfates produits à mèches Inapte au poste de coiffeur Ne peut exercer sa profession Situation B comptable Hypersensibilité cyto- toxique chromeciment Aucun dans son univers professionnel Aucun relativement à son emploi Situation C caissier AVC (maladie)troubles équilibre difficulté marche prolongée Faible dans son univers professionnel Invalidant dans la vie quotidienne Situation D : Agent de sécurité pathologie vestibulaire de l'oreille interne troubles équilibredifficulté marche prolongée Inapte au poste d’ Agent de sécurité Ne peut exercer sa profession Formations référents Bastio Ajaccio.07/2009

4 A/Pourquoi les handicaps ont été classés, quels moyens ont été utilisés ? Le handicap et les problèmes posés par les conceptions de la santé Un état de complet bien-être physique, mental et social, qui ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité.OMS 1946 La santé est un état précaire qui ne laisse présager rien de bon. Jules Romain, Knock Formations référents Bastio Ajaccio.07/2009

5 A/Pourquoi les handicaps ont été classés, quels moyens ont été utilisés ? Le handicap et les problèmes posés par les conceptions de la santé A l’époque classique et au siècle des lumières la santé est définie presque exclusivement par rapport à l’absence de maladie. (Leibniz théodicée pph 251) Kant: apport décisif, on peut se sentir bien sans être sûr qu’on le soit réellement, sans qu’on le sache. (Kant : conflit des facultés) D’où, pas décisif dans la compréhension du concept de santé : si la santé échappe à la connaissance et appartient au domaine de la sensation, une impossibilité de faire de la santé l’objet d’une science. Formations référents Bastio Ajaccio.07/2009

6 A/Pourquoi les handicaps ont été classés, quels moyens ont été utilisés ? Le handicap et les problèmes posés par les conceptions de la santé Pour Canguilhem, la santé est la vérité du corps, qui doit vivre selon des contraintes extérieurs en visant à devenir le sujet de ces normes, en étant capable d’instituer de nouvelles normes. Pour lui, la vie est une activité dynamique de débat avec le milieu. C’est à la fois une activité polarisée et une activité normative. Les deux pôles de ce dynamisme vital sont la maladie et la santé. (Canguilhem : Essai sur Le Normal et le Pathologique, Ecrits sur la médecine) Formations référents Bastio Ajaccio.07/2009

7 A/Pourquoi les handicaps ont été classés, quels moyens ont été utilisés ? Le handicap et les problèmes posés par les conceptions de la santé La santé ne se situe pas, à la suite d’Auguste Comte ( ) et du physiologiste Claude Bernard ( ), dans « une identité réelle des phénomènes vitaux normaux et pathologiques ». le pathologique ne peux pas être qu’un forme du normal, une variante quantitative du normal, mesurable en degrés, en plus ou en moins, par rapport à lui. Il n’y a pas de continuité réelle entre les phénomènes physiologiques et les phénomènes pathologiques correspondants. la définition de la maladie par la conscience est celle qu’en donne le malade, et non celle du médecin. C’est lui qui ne se sent pas normal, c’est à dire non identique à son passé. Formations référents Bastio Ajaccio.07/2009

8 A/Pourquoi les handicaps ont été classés, quels moyens ont été utilisés ? Le handicap et les problèmes posés par les conceptions de la santé Quelles leçons dans le champ du handicap?  Le handicap n’est pas réductible à la pathologie  Une personne handicapée peut être en bonne santé  Ni la santé, ni le handicap ne sont les opposés du pathologique  Faire du handicap une partie de la médecine c’est précisément oublier le fait que la physiologie procède de la clinique Formations référents Bastio Ajaccio.07/2009

9 A/Pourquoi les handicaps ont été classés, quels moyens ont été utilisés ? Quelle place pour le handicap entre pathologie, déficience, anormalité, infirmité, incapacité, dépendance…? L’infirmité relève d’une tradition historique où plus que le vivant et la santé ce qui importe c’est la forme correcte, relativement à une norme. Le handicap ne peut pas s’y réduire, il dépasse la notion de forme et de conformité a cette forme idéale. L’inadaptation est un concept qui fait reposer la différence sur une morbidité, puisque la vie, même handicapée, suppose l’adaptation. Formations référents Bastio Ajaccio.07/2009

10 A/Pourquoi les handicaps ont été classés, quels moyens ont été utilisés ? Quelle place pour le handicap entre pathologie, déficience, anormalité, infirmité, incapacité, dépendance…? Le handicap peut relever d’une pathologie comme il peut ne pas en relever, (l’accident, l’anomalie…) L’anormalité n’est pas le strict opposé du normal, il y a une certaine normalité (ne serait ce que par le bais de normalité entendu dans le sens de fréquence) à ce qu’il y ait de l’anormalité, même entendu au sens de ce qui s’écarte de la moyenne. Formations référents Bastio Ajaccio.07/2009

11 A/Pourquoi les handicaps ont été classés, quels moyens ont été utilisés ? Quelle place pour le handicap entre pathologie, déficience, anormalité, infirmité, incapacité, dépendance…? L’incapacité (cf. le taux d’incapacité), est la réduction partielle ou totale pour une personne de la capacité d'accomplir une activité ou de participation, en raison de difficultés physiques, sensorielles, intellectuelles, ou psychiques, résultant d'accidents, de déficiences, ou de troubles divers. La dépendance ramène le problème du handicap à celui de l’autonomie, mais on peut être dépendant sans être au sens strict handicapé, et être autonome en étant handicapé, il y a donc ici un déplacement sémantique et non une régulation. Formations référents Bastio Ajaccio.07/2009

12 A/Pourquoi les handicaps ont été classés, quels moyens ont été utilisés ? L’évolution des différentes acceptions du handicap Classification Internationale des Handicaps (CIH, OMS, 1980) Maladie ou trouble (CIM) Déficience (organes et fonctions) incapacités (activités) Désavantages (rôles sociaux) Classification Internationale du Fonctionnement, du Handicap et de la Santé (CIF, OMS, 2001) Problème de santé (CIM) Fonctions organiques et structures anatomiques ActivitésParticipation Facteurs environnementaux Facteurs personnels Formations référents Bastio Ajaccio.07/2009

13 A/Pourquoi les handicaps ont été classés, quels moyens ont été utilisés ? Modèle individuel médical Modèle individuel fonctionnel Modèle Social environnemental Modèle Social Droits de l’Homme Cause principale Pb de santé Limitation environnementale Non respect des droits humains Traitement Prévention guérison Compensation fonctionnelle et financière Aménagement de l’environnement Réforme de la société Exemple : Déf. Visuelle Traitement médical et chirurgical Prothèses (lunettes) Disponibilité d’autres supports de communication Diversification systématique des supports de communication Exemple : Déf. Intellectuelle Prévention, sélection génétique, traitement Éducation spécialisée Éducation intégrée avec soutien spécifique Changements des critères scolaires Domaines de référence Politique sanitaire Politique sociale : discrimination positive Non discrimination Politique des droits de l’homme Formations référents Bastio Ajaccio.07/2009

14 A/Pourquoi les handicaps ont été classés, quels moyens ont été utilisés ? Le handicap, une articulation du médical et des politiques publiques M. Foucault étudie le pouvoir de la médecine, qui selon lui, ne cesse de s'étendre : ce n'est plus l'individu, mais la société tout entière qui est soumise à la médicalisation ou au contrôle et à l’avis médical. Ce qu’il tente d’articuler, c’est le savoir médical et le pouvoir de la médecine. « Reconnaître que la médecine clinique était tout autant un ensemble de prescriptions politiques, de décisions économiques, de règlements institutionnels... qu'un ensemble de descriptions. » MF. Dits et écrits, t. I, p. 713 « La prépondérance conférée à la pathologie devient une forme générale de régulation de la société. La médecine n'a plus aujourd'hui de champ extérieur. » MF. Les Anormaux, cours au Collège de France, 1975 p.250 Formations référents Bastio Ajaccio.07/2009

15 A/Pourquoi les handicaps ont été classés, quels moyens ont été utilisés ? Le handicap est-il un concept médical ? Prenant en compte le découpage mentionné précédemment, on pourrait être amené à distinguer les notions qui sont dans le corpus médical issus d’autres champs ou du moins en écho avec d’autres champs bien que possédant une acception spécifique en médecine, la notion de protocole pourrait en être un exemple, d’autres notions comme la santé, le soin, la maladie, la clinique, la physiologie pourraient eux être des notions qui prennent d’abord leur sens en médecine. Sur la deuxième catégorie de notion on doit d’abord penser à préciser les clivages, certaines notions faisant l’objet d’un usage « trivial » santé, maladie… d’autres faisant l’objet d’une définition appartenant au champ propre dans lequel elles se déploient, clinique, physiologie… Enfin, une quatrième catégorie de notions semble devoir être précisée, les notions issues de champs spécifiques de la médecine, de la médecine légale, de la médecine du travail, des médecins conseils… dans ces champs là on peut parler de prévention, d’ergonomie… L’idée de concept médical recouvrirait les notions qui, prennent le sens d’unité minimale de la représentation intellectuelle formalisé sur laquelle porte des opérations de jugement depuis leur usage en médecine. Celle de concept en médecine des concepts qui ont sinon un sens propre en médecine du moins une acception particulière. Formations référents Bastio Ajaccio.07/2009

16 A/Pourquoi les handicaps ont été classés, quels moyens ont été utilisés ? Les enjeux institutionnels de l’expertise médicale Les modalités de rejet médical du statut Chiffres budget national de l’AAH Les droits spécifiques (la rému des stagiaires) Le nombre de personnes handicapées Formations référents Bastio Ajaccio.07/2009

17 B/ Les velléités de classification scientifique et les approches mondiales du handicap Qu’est ce qu’une classification - Pourquoi classe-t-on? L’idée de classer des handicaps induit la « crainte de voir ces personnes mis en compartiments, leur souffrance en rubriques, leurs problèmes quotidiens en tableaux et pourcentages... » Pourtant : – ces terminologies existent, car il y a toujours obligation de définir, de désigner, ne serait-ce que pour reconnaître le handicap et échanger entre intervenants : personnes, familles, professionnels, décideurs politiques. Comprendre ces terminologies pour ce qu’elles sont, parait donc indispensable ; en gardant à l’esprit le caractère concret, quotidien et humain des réalités ainsi évoquées. Il nous appartient donc de réfléchir à ce que sont ces tentatives de définition ou de classification des handicaps. Le plus frappant lorsqu’on tente de trouver une définition du handicap n’est pas seulement qu’il n’en existe pas deux identiques, mais également l’évolution du vocabulaire au fil du temps : parler de handicap n’est en soi pas anodin.. Une multitude d’appellations ont été utilisées pour désigner ceux qu’on appelle maintenant « personnes handicapées » ou, pour utiliser une terminologie plus récente et qui ne fasse pas du handicap une caractéristique purement personnelle, en situation de handicap. Ch. Gardoux : Fragments sur le handicap et la vulnérabilité. Pour une révolution de la pensée et de l'action Eres Formations référents Bastio Ajaccio.07/2009

18 B/ Les velléités de classification scientifique et les approches mondiales du handicap Qu’est ce qu’une classification - Pourquoi classe-t-on? Que permet une classification ?  Si une propriété est propre ou non à un groupe à un taxon  Connaître les degrés de généralité des propriétés des membres de ce groupe  Nommer des groupes  Énoncer une connaissance quelconque par rapport à un groupe identifié et classé  Formaliser et développer des connaissance  D’appréhender la diversité  De décrire  De nommer  D’ordonner  De définir  D’inventorier  De différencier  De rationaliser Formations référents Bastio Ajaccio.07/2009

19 B/ Les velléités de classification scientifique et les approches mondiales du handicap Les Classifications en matière de maladies et handicaps. La classification de l’OMS relative au handicap dépend étroitement des classifications des maladies, le prisme étant toujours le posé par le discours médical. Formations référents Bastio Ajaccio.07/2009

20 B/ Les velléités de classification scientifique et les approches mondiales du handicap Approche historique des nosologies Définition et classification des maladies. L'idée de classer les maladies à l'instar des espèces animales et végétales apparut au XVIII e siècle sous l'influence des travaux de Linné (Boissier de Sauvages, 1731 ; Robert James, 1743). leur nomenclature est pragmatique et leur délimitation arbitraire ; c'est ainsi qu'on parle de plus en plus de syndromes, de perturbations de fonctions et de lésions biochimiques. En attendant, les traités de médecine contemporaine renoncent aux vieilles classifications (de Vogel, Cullen, Sagar, Plouquet, Pinel, Raige-Delorme) ; ils n'exposent pas simplement les affections suivant un ordre alphabétique, mais ils traitent des maladies : -soit en suivant leurs étiologies et mécanismes (infection, intoxication, allergie, sclérose), -soit en les classant par organes et grandes fonctions (cardiopathies, bronchopneumopathies, endocrinopathies...). Formations référents Bastio Ajaccio.07/2009

21 B/ Les velléités de classification scientifique et les approches mondiales du handicap Approche historique des nosologies J. Bertillon publie la Nomenclature internationale des causes de décès en C'est à partir de cette classification que naît la première révision en 1900 avec comme principe d'une mise à jour décennale. La 6ième révision de cette classification est adoptée par l'organisation mondiale de la santé (OMS) en ème révision O.M.S ème révision (C.I.M.-9). Classification internationale des Maladies, Traumatismes et Causes de Décès Utilisée dans le PMSI en France jusqu'au 1/1/ Mise en place de C.I.M.10 (v. anglaise) Volumes 1, 2 et C.I.M.-10 analytique (Vol. 1) en version française Table analytique : Classification elle- même, classification de la morphologie des tumeurs (anapath), listes pour les mises en tableaux, définitions, règlement 1995 C.I.M.-10 manuel d'utilisation (Vol.2) V.F. Mode d'utilisation Indications et instructions pour l'utilisation du volume 1. Historique de la classification 1996 C.I.M.-10 manuel d'utilisation (Vol.3) V.F. Index alphabétique Formations référents Bastio Ajaccio.07/2009

22 B/ Les velléités de classification scientifique et les approches mondiales du handicap Les classifications internationales des pathologies : La CIM10 CHAPITRE I : CERTAINES MALADIES INFECTIEUSES ET PARASITAIRES (A00-B99) CHAPITRE I : CHAPITRE II : TUMEURS (C00-D48) CHAPITRE II : CHAPITRE III : MALADIES DU SANG ET DES ORGANES HEMATOPOIETIQUES ET CERTAINS TROUBLES DU SYSTEME IMMUNITAIRE (D50-D89) CHAPITRE III : CHAPITRE IV :MALADIES ENDOCRINIENNES, NUTRITIONNELLES ET METABOLIQUES (E00-E90) CHAPITRE IV : CHAPITRE V :TROUBLES MENTAUX ET DU COMPORTEMENT (F00-F99) CHAPITRE V : CHAPITRE VI :MALADIES DU SYSTEME NERVEUX (G00-G99) CHAPITRE VI : CHAPITRE VII :MALADIES DE L'OEIL ET DE SES ANNEXES (H00-H59) CHAPITRE VII : CHAPITRE VIII :MALADIES DE L'OREILLE ET DE L'APOPHYSE MASTOIDE (H60-H95) CHAPITRE VIII : CHAPITRE IX :MALADIES DE L'APPAREIL CIRCULATOIRE (I00-I99) CHAPITRE IX : CHAPITRE X :MALADIES DE L'APPAREIL RESPIRATOIRE (J00-J99) CHAPITRE X : CHAPITRE XI :MALADIES DE L'APPAREIL DIGESTIF (K00-K93) CHAPITRE XI : CHAPITRE XII :MALADIES DE LA PEAU ET DU TISSU CELLULAIRE SOUS-CUTANE (L00-L99) CHAPITRE XII : CHAPITRE XIII :MALADIES DU SYSTEME OSTEO-ARTICULAIRE, DES MUSCLES ET DU TISSU CONJONCTIF (M00-M99) CHAPITRE XIII : CHAPITRE XIV :MALADIES DE L'APPAREIL GENITO-URINAIRE (N00-N99) CHAPITRE XIV : CHAPITRE XV :GROSSESSE, ACCOUCHEMENT ET PUERPERALITE (O00-O99) CHAPITRE XV : CHAPITRE XVI :CERTAINES AFFECTIONS DONT L'ORIGINE SE SITUE DANS LA PERIODE PERINATALE (P00-P96) CHAPITRE XVI : CHAPITRE XVII :MALFORMATIONS CONGENITALES ET ANOMALIES CHROMOSOMIQUES (Q00-Q99) CHAPITRE XVII : CHAPITRE XVIII :SYMPTOMES, SIGNES ET RESULTATS ANORMAUX D'EXAMENS CLINIQUES ET DE LABORATOIRE, NON CLASSES AILLEURS (R00-R99) CHAPITRE XVIII : CHAPITRE XIX :LESIONS TRAUMATIQUES, EMPOISONNEMENTS ET CERTAINES AUTRES CONSEQUENCES DE CAUSES EXTERNES (S00-T98) CHAPITRE XIX : CHAPITRE XX :CAUSES EXTERNES DE MORBIDITE ET DE MORTALITE (V01-Y98) CHAPITRE XX : CHAPITRE XXI :Facteurs influant sur l'état de santé et motifs de recours aux services de santé (Z00-Z99) CHAPITRE XXI : Formations référents Bastio Ajaccio.07/2009

23 B/ Les velléités de classification scientifique et les approches mondiales du handicap Les classifications internationales des pathologies : Le DSM IV « L'approche adoptée par le DSM-IV vise à éliminer l'interprétation dans l'établissement du diagnostic. » Pour y parvenir, Quatre types de critères ont été définis par L'American psychiatric association :  les caractéristiques descriptives du symptôme visé  sa fréquence ou sa durée  l'âge auquel il est apparu  des critères d'exclusion basés sur la présence d'autres diagnostics. Un nombre minimum de symptômes est nécessaire pour qu'un diagnostic soit porté. Pour certains diagnostics (par exemple la dépression), la présence de certains symptômes est obligatoire. Le DSMIV se veut athéorique Le DSM-IV comporte cinq axes qui étudient respectivement :  Axe I : les troubles cliniques  Axe II : les troubles de la personnalité et le retard mental  Axe III : affections médicales générales  Axe IV : troubles psychosociaux et environnementaux  Axe V : évaluation globale et fonctionnement Formations référents Bastio Ajaccio.07/2009

24 B/ Les velléités de classification scientifique et les approches mondiales du handicap Des classifications des pathologies aux classifications des handicaps Pour évaluer les handicaps l’OMS s’est basée sur une triple approche : Conception de la santé, Classification des pathologies, Classification des handicaps Les classifications des pathologies sont donc au cœur des représentations et des classifications dans le champ du handicap. Formations référents Bastio Ajaccio.07/2009

25 A/Pourquoi les handicaps ont été classés, quels moyens ont été utilisés ? Classification Internationale des Handicaps (CIH, OMS, 1980) Maladie ou trouble (CIM) Déficience (organes et fonctions) incapacités (activités) Désavantages (rôles sociaux) Formations référents Bastio Ajaccio.07/2009

26 B/ Les velléités de classification scientifique et les approches mondiales du handicap CIF CIH SOCIETE Participation (restriction) PERSONNE Activités (limitation) CorpsActivités Participation CORPS Fonctions et Structures (déficience) Formations référents Bastio Ajaccio.07/2009

27 Classification québécoise du processus de production du handicap Interaction Facteurs de risque Cause Facteurs personnels Facteurs environnementaux Systèmes organiques Facilitateur Obstacle Intégrité Déficience Aptitudes Capacité Incapacité Habitudes de vie Participation sociale Situation de handicap Formations référents Bastio Ajaccio.07/2009

28 B/ Les velléités de classification scientifique et les approches mondiales du handicap Le handicap et les modèles de pensées dans lesquels il se déploie La théorie du Stigmate: l’infirmité est conçue comme un marquage – parmi d’autres – du corps et/ou de l’esprit et confère à son porteur une identité sociale virtuelle encombrante et mortifère dont une des conséquences est l’évitement du stigmatisé par la communauté. Goffman E. (1968), Stigmates. Les usages sociaux du handicap,Paris, Ed. de Minuit, Formations référents Bastio Ajaccio.07/2009

29 B/ Les velléités de classification scientifique et les approches mondiales du handicap Le handicap et les modèles de pensées dans lesquels il se déploie La théorie de l’outsider: Même s’ils ne portent pas de stigmates visibles, les infirmes sont perçus comme des outsiders pour Norbert Elias: appréhendés par un groupe établi comme intrus, bizarres, en perpétuel flagrant délit de non-conformité, ils menacent le groupe dans l’idée qu’il se fait de son identité. Elias N., Scotson J.L. (1997), Logiques de l’exclusion, Paris, Fayard. Formations référents Bastio Ajaccio.07/2009

30 B/ Les velléités de classification scientifique et les approches mondiales du handicap Le handicap et les modèles de pensées dans lesquels il se déploie La théorie de l’oppression Proposée dans le cadre universitaire britannique par des chercheurs en situation de handicap, l’échec de l’intégration est prémédité et organisé, car l’infirmité est vue comme une menace, un grain de sable susceptible de coincer les rouages sociaux où le travail et la performance sont des vertus cardinales survalorisées. Oliver M. (1990), The politics of disablement,Londres, Macmillan. Formations référents Bastio Ajaccio.07/2009

31 B/ Les velléités de classification scientifique et les approches mondiales du handicap Le handicap et les modèles de pensées dans lesquels il se déploie La théorie culturaliste Les représentations du handicap peuvent dépendre de facteurs liés à des données religieuses, langagières et traditionnelles. Les personnes handicapées se constituent en groupes culturels avec leurs traits singuliers, à partir de conditions de vie, d’une histoire, etc. Lane H. (1991), Quand l’esprit entend. Histoire des sourds et muets, Paris, Odile Jacob.liver M. Formations référents Bastio Ajaccio.07/2009

32 C/ Les modalités de gouvernance dans l’approche Française Les limites des classifications du handicap Dans cette analyse, la médecine et la psychologie deviennent des agents détenteurs par délégation du pouvoir de décider qui satisfait ou non aux normes nécessaires à la bonne marche de la société. L’infirmité en soi n’existe pas ici, elle est relative aux conditions de sa production dans une société et une culture environnante créatrices d’obstacles en tous genres pour se protéger et se maintenir, d’où l’oppression. Formations référents Bastio Ajaccio.07/2009

33 C/ Les modalités de gouvernance dans l’approche Française Évaluer le handicap pourquoi faire ? L’évaluation, est au cœur de la politique du handicap, dès les processus de reconnaissance ou d’orientation, il s’agit d’évaluer le niveau du handicap de la personne. Ceci pose bien sûr de nombreux problèmes, qu’est ce qu’évaluer un handicap, à l’aune de quelle normalité, de quelles références, de quelle conception de la santé et du vivant ? Les classifications ont comme premier impact, dans le champ du handicap, de permettre une évaluation du handicap, c’est le cas notamment pour l’attribution de « prestations sociales ». Formations référents Bastio Ajaccio.07/2009

34 C/ Les modalités de gouvernance dans l’approche Française La diversité des process d’évaluation en France Actuellement on peut distinguer plusieurs types de guides d’évaluation, Le guide barème MDPH, les Barèmes indicatifs d’invalidité (accidents du travail et maladie professionnelle). les articles L à du code de la sécurité sociale pour les pensions d’invalidité, les guides d’évaluation dans les fonctions publiques et le guide du régime militaire… Multitude d’approches, de vocabulaire, d’évaluations et de pratiques. En effet ici on parle en termes de taux d’incapacité, là en termes de taux d’invalidité, ou encore de réduction des capacités de travail de 2/3… Formations référents Bastio Ajaccio.07/2009

35 C/ Les modalités de gouvernance dans l’approche Française Evaluation du Handicap et Emploi RQTH AAH-CI ORP PI RAT Evaluation de l’aptitude Formations référents Bastio Ajaccio.07/2009

36 C/ Les modalités de gouvernance dans l’approche Française Deux modèles en santé? Formations référents Bastio Ajaccio.07/2009 MODELE MEDICALMODELE GLOBAL SYSTEME DE SANTE CURATIF ET PREVENTIF Modèle ferméModèle ouvert La prévention est médicale : vaccination et hygiène publique. Elle utilise les moyens informatifs de communication. La prévention est un ensemble de moyens informatifs, éducatifs, formatifs et médicaux. La maladie est principalement organique. La maladie résulte de facteurs complexes, organiques, psychiques, sociaux, économiques et environnementaux. Elle affecte l'individu. Elle affecte l'individu, sa famille et l'environnement. Elle doit être diagnostiquée et traitée. L'approche est curative Elle demande une approche continue de la prévention à la réadaptation qui tienne compte des facteurs organiques, psychologiques et sociaux. Par des médecins. Par des professionnels de la santé travaillant en collaboration avec d'autres professionnels notamment sociaux et éducatifs. Dans un système autonome centré autour d'hôpitaux. Dans un système ouvert et interdépendant avec la communauté. La réadaptation est organisée dans des centres spécialisés

37 C/ Les modalités de gouvernance dans l’approche Française La personne handicapée au cœur du dispositif ? Des mosaïques D’institutions évaluatrice, De barèmes De structures d’accompagnement Un guichet unique, quelles limites? Formations référents Bastio Ajaccio.07/2009

38 D/ Les implications des problèmes conceptuels liés aux classifications Le handicap, des définitions hétérogènes et une classification impossible On l’a vu sans même aborder les différences institutionnelles et de types de handicaps entre l’enfance et l’age adulte, il y a une multiplicité des modalités d’appréhension du handicap, la variabilité semble, a minima, doublement irréductible, car liée à une aire culturelle et à une singularité en situation. La santé ne peut en elle-même faire l’objet d’une science, le handicap à pour une partie de son essence la santé. L’objet de la classification est mal défini et ne peut être strictement défini Il n’y a pas une méthode unique de classification du handicap et du fait que l’objet handicap échappe à une seule discipline implique qu’il ne puisse exister une seule méthode Il n’y a pas une classification du handicap Il n’y a pas d’accord sur les principes de classification Il n’y a pas d’accord sur les concepts fondamentaux des classifications (santé dépendance situation maladie déficience norme aptitude invalidité infirmité…) Formations référents Bastio Ajaccio.07/2009

39 D/ Les implications des problèmes conceptuels liés aux classifications Les enjeux d’une politique classificatoire du handicap Quelle place pour les personnes Handicapées entre égalité, autonomie, participation, assistance, précarité, exclusion ? Politiques des misères : « Misère propre » : Afghanistan, Bosnie, Tchétchénie… « Misère sale :misère du prolétaire, la misère du quotidien, la misère des gens simples » clochards et chômeurs, délinquants et intérimaires, apprentis et employés, ouvriers et prolétaires, celle qui fait le trottoir avec les prostituées, dort sous les ponts avec les vagabonds, couche dans le lit des prisonniers, hante le sommeil et les nuits des gens sans travail ou contractuels. (Bourdieu, La misère du monde; Onfray, Politique du rebelle ) Formations référents Bastio Ajaccio.07/2009

40 D/ Les implications des problèmes conceptuels liés aux classifications Les enjeux d’une politique classificatoire du handicap. Quelle place pour les personnes Handicapées entre égalité, autonomie, participation, assistance, précarité, exclusion ? Formations référents Bastio Ajaccio.07/2009 StatutLogique politiqueSortie « positive »Sortie « négative » Demandeur d’emploi indemnisé Assurance chômage Emploi Formation Demandeur d’emploi non indemnisé Revenu de prestation sociale Emploi Formation Bénéficiaire du RSA Revenu de prestation sociale (de deuxième niveau) Emploi Formation Prestation médico- sociale Errance, marginalisation Bénéficiaire de l’AAHRevenu de prestation médico-sociale Emploi Formation Dispositif de soin Errance, marginalisation Dispositif d’internement

41 D/ Les implications des problèmes conceptuels liés aux classifications L’activité professionnelle des accompagnateurs comme lieu de résolution des contradictions dans les classifications du handicap Comment, les professionnels peuvent-ils se positionner dans ce dispositif entre ces principes qui bornent leur activité et qui réduisent la portée au sein de la liaison santé travail ? Quelle pensée du travail révèle une conception de l’intervention sociale basée sur le principe de compensation individuelle, comment parler d’aptitude sans envisager l’impact global du handicap sur le collectif de travail ? Formations référents Bastio Ajaccio.07/2009

42 D/ Les implications des problèmes conceptuels liés aux classifications L’activité professionnelle des accompagnateurs comme lieu de résolution des contradictions dans les classifications du handicap La tentation est forte, pour ceux qui travaillent, de choisir le confort d’un discours sur les tâches qui évite de s’exposer en rendant compte de l’activité elle-même. Réciproquement, la tentation est forte pour les spécialistes du concept, dans le confort d’une tour d’ivoire, de se satisfaire des modèles qu’ils ont conçus et des enchaînements qu’ils ont imaginés. « Il faut donc déranger méthodiquement et nos savoirs constitués, et nos expériences de travail afin de progresser sans cesse sur les deux plans ». (Y. Schwartz L. Durive Vocabulaire ergologique 2001) Formations référents Bastio Ajaccio.07/2009


Télécharger ppt "FORMATIONS DES RÉFÉRENTS CORSE 6 ET 7 JUILLET 2009 Les classifications du handicap : Concepts et problèmes Formations référents Bastio Ajaccio.07/2009."

Présentations similaires


Annonces Google