La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Colonel Dominique GRANDJEAN Vétérinaire en Chef Service de Santé et de Secours Médical Brigade de Sapeurs Pompiers de Paris RCH2 G.1.1.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Colonel Dominique GRANDJEAN Vétérinaire en Chef Service de Santé et de Secours Médical Brigade de Sapeurs Pompiers de Paris RCH2 G.1.1."— Transcription de la présentation:

1 Colonel Dominique GRANDJEAN Vétérinaire en Chef Service de Santé et de Secours Médical Brigade de Sapeurs Pompiers de Paris RCH2 G.1.1.

2 B N.R.«B».C. Risque «B»iologique Naturel RCH2 G.1.1.

3 Risques biologiques : de quoi parlons nous ? Risque Biologique Probabilité que chacun a dêtre exposé à un danger dorigine biologique Lié à laction dun être organisé Indirecte [toxine, venin] Directe [agent déclenchant la maladie] RCH2 G.1.1.

4 Risque Biologique NaturelProvoqué Constant Grippe Méningite Paludisme Mycoses Envenimations Fièvre aphteuse Carie du blé Ré-émergent Émergent Tuberculose Diphtérie Trypanosomoses Sida Ebola Nipam Accidentel ESB Listériose Hépatite C TIAC Intentionnel Chantage Guerre Terrorisme RCH2 G.1.1.

5 Mortalité humaine liée au risque biologique Constant Émergent Accidentel Intentionnel Menace Terrorisme « psychologique » RCH2 G.1.1.

6 Risque biologique : éléments de typologie DANGER Source ou situation pouvant nuire par blessure ou atteinte à la santé, dommage à la propriété, ou lenvironnement du lieu de travail… Biologique DangereuxSaphrophyteIndispensable Flore pathogène Mycotoxines … Flore ambiante Roquefort/bleu … Flore intestinale Pénicilline … RCH2 G.1.1.

7 RISQUE Probabilité de survenue dun problème défini, au sein dune population déterminée, située dans un environnement dangereux, pendant une période déterminée. Combinaison : Probabilité x Conséquences Grippe aviaire : Très faible x Très lourdes =?=? Risque biologique : éléments de typologie RCH2 G.1.1.

8 MENACE Survenue dun problème défini par lintermédiaire dun évènement pouvant se réaliser. Permet lobtention dun résultat sans déclenchement du problème défini. Bioterrorisme = emploi ou menace demploi du « B » Terreur incontrôlable Risque biologique : éléments de typologie RCH2 G.1.1.

9 Typologie des agents pathogènes BactériesVirusParasitesChampignonsToxines RCH2 G.1.1.

10 Les bactéries « Êtres unicellulaires napportant ni au règne animal, ni au règne végétal. Doués dune reproduction autonome (scissiparité). Peuvent vivre ou survivre dans le milieu environnant. » CommensalesPathogènes Saprophytes Vivent sur lhôte sans lui causer de troubles Opportunistes : x si déficit immunitaire Provoquent la maladie Virulence : x dans organisme Toxinogénèse : possible Cytotoxicité ; possible Vivent dans la nature et transforment les déchets végétaux Contamination : plaies RCH2 G.1.1.

11 Les bactéries Immunité spécifique Bactériostatiques Immunité non spécifique Bactéricides Antibiotiques RCH2 G.1.1.

12 Typologie des agents pathogènes BactériesVirusParasitesChampignonsToxines RCH2 G.1.1.

13 Les virus « Micro-organismes infectieux à structure simple mais définie, parasites absolus des cellules vivantes possédant un seul type dacide nucléique -ADN/ARN-, et se reproduisant à partir de son seul matériel génétique» Immunité spécifique ?????? ?Antiviraux ? ????? Immunité non spécifique Virucides Antibiotiques RCH2 G.1.1.

14 Typologie des agents pathogènes BactériesVirusParasitesChampignonsToxines RCH2 G.1.1.

15 Les Parasites Ectoparasites Endoparasites RCH2 G.1.1.

16 Typologie des agents pathogènes BactériesVirusParasitesChampignonsToxines RCH2 G.1.1.

17 Les Champignons Pouvoir pathogène direct Pouvoir pathogène indirect RCH2 G.1.1.

18 Typologie des agents pathogènes BactériesVirusParasitesChampignonsToxines RCH2 G.1.1.

19 Les Toxines Toxine botulinique RCH2 G.1.1.

20 BIOTERRORISME « Utilisation intentionnelle, ou menace demploi, a des fins terroristes, de micro-organismes [bactéries, virus, champignons] ou de toxines, dans le but dinduire une maladie chez lHomme, lanimal ou le végétal » Pourquoi « micro-organismes » ? Notion darme biologique RCH2 G.1.1.

21 Risque biologique intentionnel Risque = probabilité x virulence préjudice aléatoire Menace = renseignement effectif danger documenté Évaluer le risque Identifier la menace RCH2 G.1.1.

22 Le risque biologique intentionnel « Arme nucléaire du pauvre » 1 km US $ 800 US $ 1 US $ Armes Conventionnelles Armes Nucléaires Armes Biologiques RCH2 G.1.1.

23 Le risque biologique intentionnel « Arme à conséquences plus étendues » Arme ChimiqueArme NucléaireArme biologique RCH2 G.1.1.

24 Dans le passé…. RCH2 G.1.1.

25 … les nations connaissaient leurs ennemis… RCH2 G.1.1.

26 … il leur é tait « facile » de se savoir attaqu é es … RCH2 G.1.1.

27 … puis vint le terrorisme … palpable … RCH2 G.1.1.

28 … et impalpable ! RCH2 G.1.1.

29 Attaque terroriste biologique Ouverte Couverte - Effet dannonce - Crédit réclamé - Motivation expliquée - Agent identifié - Attaque vicieuse - Agent largement disséminé - Crédit réclamé à posteriori - Agent diagnosé Terreur, psychose Morbidité, mortalité RCH2 G.1.1.

30 Présence dagents biologiques de guerre / terrorisme 1/ Déclenchement de systèmes de détection biologique automatique, sils existent 2/ Apparition de fumées, aérosols, pulvérisations émanant daéronefs, de véhicules, dobus, de gaines daération- chauffage… 3/ Odeurs, liquides, pellicules, particules suspects 4/ Apparition de symptômes ou de victimes « inexpliqués » (humains et animaux) RCH2 G.1.1.

31 BIOTERRORISME Utilisation darmes biologiques telles que classiquement évoquées RCH2 G.1.1.

32 … le bioterrorisme a une histoire Armées romaines Contamination des puits dalimentation en eau avec des cadavres danimaux Armées Scythes Utilisation de flèches infectées après «trempage » dans des corps en putréfaction RCH2 G.1.1.

33 … le bioterrorisme a une histoire Siège de Caffa (Crimée) en 1346 Catapultage de cadavres pesteux par larmée tartare Grande Peste Noire Sir Jeffrey Amhrest (Amériques) en 1763 Don de couverture porteuses de la variole aux Indiens RCH2 G.1.1.

34 … le bioterrorisme a une histoire Unité 731 de Ping Fang (Mandchourie) en 1936 Unité de « purification deau » de larmée japonaise travaillant sur le armes biologiques 1940 : attaque de la Chine avec du bacille de la peste (puces) 1945 : Autodestruction de lunité 1946 : immunité des responsables (accords secrets avec armée américaine) RCH2 G.1.1.

35 … le bioterrorisme a une histoire Base X de lIle de Gruinard (Ecosse) en 1942 Essais de dispersion de Bacillus Anthracis par larmée britannique sur les moutons de île. En 1944, Churchill lance la production de bombes à anthrax RCH2 G.1.1.

36 … le bioterrorisme a une histoire Camp Derrick (Etats-Unis) en 1942 Militarisation de Bacillus Anthracis, Francisella Tularensis, Coxiella Burnetii, entérites hémorragiques avec essais terrain en Programme stoppé par Nixon en RCH2 G.1.1.

37 … le bioterrorisme a une histoire Biopreparat en 1973 Un an après la convention dinterdiction du développement, de la production et du stockage des armes biologiques, larmée russe met en place un complexe militaro-industriel. Militarisation de : variole, peste, charbon, tularélie- morve, fièvre Q, entérites hémorragiques, Marburg. Défections de Pasechnik (1989) puis Alibekov (1992) RCH2 G.1.1.

38 … le bioterrorisme a une histoire Les «parapluies bulgares» en 1978 Assassinat de Markov à Londres Tentative dassassinat de Kostov à Paris Ricine RCH2 G.1.1.

39 … le bioterrorisme a une histoire Salman Park et al Muthanna (Irak) en 1985 Programme de larmée irakienne conduit par Rihab Taha (Dr Germes ; le 5 de cœur). 6 tonnes de toxine botulinique et 9 tonnes de charbon produits en 1988) RCH2 G.1.1.

40 … le bioterrorisme a une histoire Kameido, Tokyo (Japon) le 1 er juillet 1993 Après une « mission » au Zaire (Ebola), la secte Aum Shinrikyo aérosolise du bacille du charbon à partir dun bâtiment. 9 attaques biologiques (charbon, toxine botulinique) auraient ainsi été conduites. RCH2 G.1.1.

41 … le bioterrorisme a une histoire Washington (Etat-Unis) le 4 octobre 2001 Attaque terroriste à lanthrax, vectorisé par des enveloppes de courrier, émanant dun individu en désir de vengeance… RCH2 G.1.1.

42 … le bioterrorisme a une histoire … dont découle la crise Biotox doctobre 2001 : -10 octobre : premières lettres suspectes en France -15 octobre : activation des laboratoires militaires -22 octobre : activation des laboratoires civils 5000 interventions « Bio » BSPP 4500 analyses 3000 personnes sous traitement aucun cas de charbon (…) -USA : 22 cas de charbon avec 5 dcd RCH2 G.1.1.

43 AGENTS BIOLOGIQUES UTILISABLES Classification CDC Center for Diseases Control Atlanta (USA) Repertoire OMS World Health Organization A B C Bactéries Virus Protozoaires Champignons RCH2 G.1.1.

44 AGENTS BIOLOGIQUES UTILISABLES Classification CDC catégorie A - dissémination facile, transmission inter-humaine - mortalité élevée - panique et perturbations sociales ++ Bacillus anthracis Yersinia pestis Francisella tularensis Poxvirus (variole) Filovirus (Ebola, Marburg) Arenavirus (Lassa, Machupo) toxines de Clostridium botulinum RCH2 G.1.1.

45 AGENTS BIOLOGIQUES UTILISABLES Classification CDC catégorie B - dissémination moins facile - morbidité et mortalité modérées Coxiella burnetii Brucella sp Burkholderia mallei Alphavirus encéphalite du Vénézuela encéphalites équines Ricine Entérotoxine B de Staphylococcus Toxine epsilon de C. perfringens pathogènes à transmission alimentaire RCH2 G.1.1.

46 AGENTS BIOLOGIQUES UTILISABLES Classification CDC catégorie C - pathogènes émergents à potentialité d'utilisation future - disponibilité - production et dissémination faciles - morbidité et mortalité élevées virus Nipah Hantavirus Fièvres hémorragiques à tiques Encéphalites à tiques RCH2 G.1.1.

47 AGENTS BIOLOGIQUES UTILISABLES Classification CDC Center for Diseases Control Atlanta (USA) Repertoire OMS World Health Organization A B C Bactéries Virus Protozoaires Champignons RCH2 G.1.1.

48 Agents biologiques répertoriés par lOMS comme susceptibles dêtre utilisés à des fins terroristes Bactéries, rickettsioses et chlamydia Bacillus anthracis (anthrax ou charbon) Bartonella quintana (fièvre des tranchées) Brucella species (brucellose) Burkholderia mallei (morve) Burkholderia pseudomallei (mélioïdose) Francisella tularensis (tularémie) Salmonella typhi (thyphïde) Shigella species (shigellose) Vibrio cholerae (choléra) Yersinia pestis (peste) Coxiella burnetti (fièvre Q) Orienta tsutsugamushi (fièvre fluviale du Japon) Rickettsia prowazeki (typhus exanthématique) Rickettsia rickettsii (f. des montagnes rocheuses) RCH2 G.1.1.

49 Agents biologiques répertoriés par lOMS comme susceptibles dêtre utilisés à des fins terroristes Protozoaires Naegleria fowleri (méningite à amibes) Toxoplasma gondii (toxoplasmose) Schistosoma species (bilharziose) Champignons Coccidioides immitis (coccidiomycose) Histoplasma capsulata (histoplasmose) RCH2 G.1.1.

50 Agents biologiques répertoriés par lOMS comme susceptibles dêtre utilisés à des fins terroristes Junin (f. hémorragique dArgentine) Machupo (f. hémorragique de Bolivie) Fièvre de Lassa Encéphalite à tique (verno-estivale russe) Dengue Fièvre jaune Fièvre hémorragique dOmsk Encéphalite équine de lest des E-U Chikungunya Onyong-nyong Encéphalite équine du Vénézuela Variole Autre poxviroses (monkeypox/whitepox) Grippe Virus Hantavirus (f.épidémique hémorragique /syndrome de détresse respiratoire chez ladulte) Fièvre de Crimée-Congo Fièvre de la vallée du Rift Fièvre dEbola Fièvre de Marburg Chorioméningite lymphocytaire RCH2 G.1.1.

51 Scénarios bioterroristes envisageables Aérosolisation Epandage Peu vraisemblable Dispersion Bâtiments Réserves daliments Nébulisation Aéroport Gare, Métro RCH2 G.1.1.

52 Scénarios bioterroristes envisageables Autres possibilités Sabotage Toxination VectorisationPortage Fausse alerte Engin improvisé RCH2 G.1.1.

53 Dispersion de lagent pathogène [50 kg d'agent pathogène largués par un avion sur 2 km au- dessus d'une ville de habitants] Cas dune aérosolisation [Debord, HIA Bégin] RCH2 G.1.1.

54 Dispersion de lagent pathogène Manœuvre américaine « Dark Winter » Cas dune vectorisation humaine RCH2 G.1.1.

55 Bioterrorisme « Variole » sur les USA Exercice simulant lattaque bioterroriste de 3 états des USA par dissémination délibérée de virus de la variole à lhiver RCH2 G.1.1.

56 Objectifs de lexercice Étudier limpact dune attaque bioterroriste sur la sécurité nationale du pays Étudier les réponses fédérale et détats à une situation de crise imprévue dans le domaine biologique Évaluer les décisions de « vie et mort » prises face à une telle situation Recenser les besoins en gestion de linformation et préciser les rôles des médias Apprécier les réactions des décideurs face aux implications éthiques, politiques, culturelles, opérationnelles et légales RCH2 G.1.1.

57 Jour 1 : Emergence de la crise Le 9 décembre 2002, plusieurs dizaines de patients se présentent dans les hôpitaux dOklahoma City, souffrant dune maladie étrange La rumeur circule rapidement de leur atteinte par le virus de la variole Le CDC confirme le diagnostic de variole RCH2 G.1.1.

58 A propos de la variole Dernier cas sur terre en 1978, aux USA en 1949 Maladie hautement contagieuse. 30 p100 de mortalité. Diffusion par inhalation. Chaque malade contamine en moyenne 10 personnes Virus militarisé par lURSS et lIraq Vaccin efficace uniquement avant symptomatologie. Vaccination arrêtée en 1972 aux USA. Intégralité de la population US sensible RCH2 G.1.1.

59 Victimes de la variole RCH2 G.1.1.

60 Situation variolique cumulée nationale RCH2 G.1.1.

61 Situation variolique cumulée nationale Décembre Cumul Cas par jour RCH2 G.1.1.

62 Estimation des cas de variole à venir Cas variole Morts variole 17/1203/0120/0103/02 RCH2 G.1.1.

63 Dispersion de lagent pathogène Dissémination du SRAS à partir de lHôtel Métropole (Hong Kong - 28 mars 2003) Cas dune vectorisation humaine Hôtel M Hong Kong Guangdong, Chine A A H,J A Hong Kong SAR 95 professionnels de santé (prS) >100 contacts Etats- Unis 1 prS I, L,M K Irlande 0 prS K Singapour 34 prS 37 contacts C,D,E B B Vietnam 37 prS 21 contacts F,G Canada 18 prS F,G 11 contacts RCH2 G.1.1.

64 BIOTERRORISME Utilisation darmes biologiques telles que classiquement évoquées Risque biologique intentionnel à composante animale RCH2 G.1.1.

65 MICROBIOLOGIQUEMACROBIOLOGIQUE ZOONOTIQUE SOCIOLOGIQUE ALIMENTAIREANIMALIER RCH2 G.1.1.

66

67 CONTAMINATION DELIBEREE ALIMENTSEAU POTABLE PRODUCTIONS ANIMALES PRODUCTIONS VEGETALES RESEAU PUBLIC SOURCES PRIVEES BOISSONS DIVERSES Sur pieds Via le sol Sur pieds Via lalimentation animale STOCKS DALIMENTS RCH2 G.1.1.

68 CATASTROPHE SANITAIRE CATASTROPHE ECONOMIQUE ET SOCIOLOGIQUE Toxi Infection Alimentaire Collective Zoonose majeure Contaminants N et C toxiques Atteinte grave du secteur agricole Destruction du potentiel génétique Conséquences sociétales RCH2 G.1.1.

69 A CE JOUR, PEU DEXEMPLES DE CONTAMINATION VOLONTAIRE DES ALIMENTS 1984 / USA / OREGON 751personnes atteintes de salmonellose suite à la contamination volontaire dun bar à salades par les membres dune secte religieuse. RCH2 G.1.1.

70 NIMPORTE OU, DE LA FOURCHE A LA FOURCHETTE RCH2 G.1.1.

71 1/En contaminant le produit final par des agents chimiques, radiologiques ou biologiques avec lintention de tuer ou de rendre malades les consommateurs. 2/En désintégrant les systèmes de distribution des aliments. 3/En sattaquant à léconomie agricole par lintroduction dorganismes pathogènes pour les cultures ou de maladies épizootiques comme la fièvre aphteuse. 4/En faisant circuler des rumeurs dans les médias ou sur internet avec lintention de générer anxiété, peur, panique. RCH2 G.1.1.

72 MICROBIOLOGIQUEMACROBIOLOGIQUE ZOONOTIQUE SOCIOLOGIQUE ALIMENTAIREANIMALIER RCH2 G.1.1.

73

74 Anémie infectieuse des équidés Arboviroses Brucellose Campylobactériose Chlamydioses Chorio-méningite lymphocytaire Cox-pox et vaccine Ecthyma contagieux Escherichia coli O157:H7 Encephalomyocardite Encéphalites à tiques Hépatite virale A Grippes Fièvre Q Fièvre hémorragique avec syndrome rénal Fièvre charbonneuse Leptospirose Maladie de Newcastle Maladie de Lyme Maladie de Creutzfeldt-Jacob Maladie dAujeszky Listériose Grippes Ornithose-psittacose Infections transmises par morsure Maladie des griffes du chat Pasteurellose Poxviroses Pseudotuberculose Rage Rickettsioses Rouget Salmonelloses Shigelloses Staphylococcies Stomatite papuleuse des bovins Streptobacillose Streptococcies Tahyna Tétanos Tuberculose Tularémie West-Nile Yersina enterocolitica Borréliose Ebola Fièvre aphteuse Fièvre de Lassa Fièvre de la Vallée du Rift Fièvre jaune Hanta Herpès B Maladie de Marburg Maladie de Yaba Maladie vésiculeuse contagieuse Mélioïdose Méningo-encéphalomyélites américaines Morve Nipah Peste Sodoku Variose du singe Stomatite vésiculeuse contagieuse Syndrome pulmonaise à Hantavirus RCH2 G.1.1.

75 MICROBIOLOGIQUEMACROBIOLOGIQUE ZOONOTIQUE SOCIOLOGIQUE ALIMENTAIREANIMALIER RCH2 G.1.1.

76 5% Chien Force / Combat 90% Chien Nike Préoccupation Expérience vécue Méconnaissance Représentation de la Société Association à la délinquance Phénomène « Pitt-Bulls » Peur… du chien 5% Chien Criminalité RCH2 G.1.1.

77 Phénomène« Reptiles » Surfaces de vente Vente Circuits parallèles Frayeur phobique justifiée Lacunes des textes Envois postaux Venimosités extrêmes Vente par Internet Convention de Washington / CITES Détention libre [capacités ?] Identification ? RCH2 G.1.1.

78 Phénomène « faune sauvage métropolitaine » Prophylaxie antirabique Recolonisation du tissu urbain Frayeur phobique injustifiée Carences de moyens Lacunes éducatives Nuisibilité ONC Abattage Vaccinations RCH2 G.1.1.

79 Si larme biologique est larme du pauvre Si lobjectif du terrorisme est de répandre la terreur Quid dune possible terreur « macrobiologique » ? RCH2 G.1.1.

80 1/ Utilisation terroriste de lanimal 2/ Terrorisme touchant lanimal RCH2 G.1.1.

81

82

83 Introduction de virus aphteux 24/48h avant la fermeture RCH2 G.1.1.

84 1/ Utilisation terroriste de lanimal 2/ Terrorisme touchant lanimal RCH2 G.1.1.

85 Maladie de carré Parvovirose RCH2 G.1.1.

86 Importance dune communication vétérinaire pédagogique « Sida » du chat« Grippe » aviairePeste ?Parvovirose RCH2 G.1.1.

87 Recherche technologique ciblée sur le risque biologique Système de soutien du triage rapide Anticorps thérapeutiques Détection rapide des agents pathogènes RCH2 G.1.1.

88 Mieux vaut prévenir que ne pas guérir… Plan BIOTOX Plan Variole Plan Grippe RCH2 G.1.1.


Télécharger ppt "Colonel Dominique GRANDJEAN Vétérinaire en Chef Service de Santé et de Secours Médical Brigade de Sapeurs Pompiers de Paris RCH2 G.1.1."

Présentations similaires


Annonces Google