La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Politique de Maintenance Définir les types de Maintenance Définir les types de Maintenance Choix dune politique de Maintenance Choix dune politique de.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Politique de Maintenance Définir les types de Maintenance Définir les types de Maintenance Choix dune politique de Maintenance Choix dune politique de."— Transcription de la présentation:

1 Politique de Maintenance Définir les types de Maintenance Définir les types de Maintenance Choix dune politique de Maintenance Choix dune politique de Maintenance

2 Politique de maintenance

3 Coûts de Maintenance CGM : Coût Global Maintenance = CGM : Coût Global Maintenance = CIM : Coût des Interventions Maintenance (Direct)+ CIM : Coût des Interventions Maintenance (Direct)+ CDM : Coût Défaillance Maintenance (Indirect) + CDM : Coût Défaillance Maintenance (Indirect) + CSM : Coût Stockage Maintenance + CSM : Coût Stockage Maintenance + ASM : Amortissement des surinvestissements Maintenance ASM : Amortissement des surinvestissements Maintenance Attention à la réduction du CSM et de son influence néfaste sur le CDM Investissement sans prise en compte des contraintes de maintenance entraînera une hausse du CIM et du CSM pour pallier aux fragilités constatées

4 Indicateur CIM/VAN VAN : Valeur à neuf du matériel sans tenir compte des frais de transports, installation et raccordement aux utilités VAN : Valeur à neuf du matériel sans tenir compte des frais de transports, installation et raccordement aux utilités CIM/VAN permet de relativiser le coût des interventions à la valeur des machines (biens immobilisés) CIM/VAN permet de relativiser le coût des interventions à la valeur des machines (biens immobilisés)

5 CIM/VAN : des exemples

6 CIM / UU UU est lunité dutilisation représentative de lusure des matériels en fonctionnement UU est lunité dutilisation représentative de lusure des matériels en fonctionnement Heure de marche, kms parcourus, tonnes produites, Nombre de cycles Heure de marche, kms parcourus, tonnes produites, Nombre de cycles Pas de prise en compte des conditions dutilisations Pas de prise en compte des conditions dutilisations Permet de comparer des matériels ou sites similaires Permet de comparer des matériels ou sites similaires Mettre en relief un suréquipement en matériel avec une faible utilisation pour chacun, doù augmentation du CIM Mettre en relief un suréquipement en matériel avec une faible utilisation pour chacun, doù augmentation du CIM Chimie : 50 à 160 la tonne Chimie : 50 à 160 la tonne Sidérurgie : 60 à 160 la kilo tonne Sidérurgie : 60 à 160 la kilo tonne Agroalimentaire : 30 à 150 la tonne Agroalimentaire : 30 à 150 la tonne Machine outils traditionnelle : 2 à 10 par heure de marche Machine outils traditionnelle : 2 à 10 par heure de marche

7 CIM / VAJ VAJ représente la valeur ajoutée produite VAJ représente la valeur ajoutée produite Le ratio ne prend pas en compte les conditions dutilisation Le ratio ne prend pas en compte les conditions dutilisation Degré dautomatisation : forte automatisation entraîne baisse de la MO production mais nécessite Coûts de Maintenance élevée, doù augmentation du CIM Degré dautomatisation : forte automatisation entraîne baisse de la MO production mais nécessite Coûts de Maintenance élevée, doù augmentation du CIM La VAJ nest pas toujours interprétée de la même façon : les dépenses dénergie sont-elles considérées comme de la matière ? La VAJ nest pas toujours interprétée de la même façon : les dépenses dénergie sont-elles considérées comme de la matière ?

8 CSM / Valeur du stock Il est en moyenne de 26% avec un sigma de 5 %. Une pièce de 10 kF a donc un CSM de 2,6 kF !!! Il est en moyenne de 26% avec un sigma de 5 %. Une pièce de 10 kF a donc un CSM de 2,6 kF !!! La valeur du stock est directement proportionnelle aux risques encourus sur le CDM La valeur du stock est directement proportionnelle aux risques encourus sur le CDM La valeur du stock varie entre 1,5% et 2,5% de la VAN des matériels à maintenir La valeur du stock varie entre 1,5% et 2,5% de la VAN des matériels à maintenir Le CSM représente de 4 à 6% du CIM et nest donc pas prioritaire ! Le CSM représente de 4 à 6% du CIM et nest donc pas prioritaire !

9 Démarche : Plan daction 1. Identifier les conditions d'utilisation du matériel 2. Définir les opérations de maintenance légale 3. Élaborer les plans de lubrification 4. Définir les opérations de maintenance préventive 5. Définir les pièces de rechange à stocker 6. Définir les aides à la maintenance curative 7. Structurer les documents de mise en oeuvre 8. Estimer le coût du choix de politique de maintenance effectué 9. Démontrer la rentabilité du choix de politique de maintenance effectué 10. Vendre le choix de politique de maintenance effectué 11. Mesurer les résultats obtenus et actualiser le choix si nécessaire II s'agit de faire de la maintenance rentable, nécessaire et suffisante au « propriétaireutilisateur », et non pas de mettre en place de la technique non rentable même si elle satisfait intellectuellement les techniciens

10 1. Identifier les conditions dutilisations du matériel VAN VAN Durée de vie matériel Durée de vie matériel Taux dutilisation Taux dutilisation Puissance utilisée / puissance installée Puissance utilisée / puissance installée Qualification du personnel Qualification du personnel CDM CDM Fonctionnement en marche dégradée Fonctionnement en marche dégradée Quand le matériel est il laissé libre par la production Quand le matériel est il laissé libre par la production Conditions de mise en sécurité du matériel Conditions de mise en sécurité du matériel

11 2. Définir les opérations de maintenance légale Afin de minimiser les risques d'accident de personnel et de protection de l'environnement, le législateur a précisé par différents arrêtés et décrets les vérifications réglementaires à réaliser sur certains matériels. Un registre des vérifications réglementaires doit être tenu au service maintenance Afin de minimiser les risques d'accident de personnel et de protection de l'environnement, le législateur a précisé par différents arrêtés et décrets les vérifications réglementaires à réaliser sur certains matériels. Un registre des vérifications réglementaires doit être tenu au service maintenance appareils de levage: arrêté du 09/06/1993 appareils de levage: arrêté du 09/06/1993 appareillage pour travaux à l'air comprimé, réservoirs: décret du 09/07/1974, articles 34 et 35, appareillage pour travaux à l'air comprimé, réservoirs: décret du 09/07/1974, articles 34 et 35, Etc …….. Etc …….. II faut noter que dans ces arrêtés et décrets, tous les contrôles et vérifications sont exprimés en fréquences calendaires: journée, semaine, mois, trimestre, année, voire 3 ans et 10 ans. Ceci entraîne que le coût du préventif légal ne dépend pas des heures d'utilisation du matériel mais c'est un coût « fatal » lié à la présence du matériel.

12 3. élaborer les plans de lubrification Les quantités de points à graisser Les quantités de points à graisser Les fréquences de graissage Les fréquences de graissage La diversité des huiles et graisses à stocker La diversité des huiles et graisses à stocker 1. Pour l'élaboration des plans de lubrification, le technicien méthodes maintenance peut obtenir une assistance importante de la part de techniciens des fournisseurs d'huiles et graisses. Ces fournisseurs proposent cette aide dans le cadre de leur démarche commerciale. 2. Si dans le guide de la « Maintenance à la conception », les règles de lubrification attendues par l'entreprise sont parfaitement définies et appliquées par les constructeurs et/ou fournisseurs de matériels, le travail à réaliser dans cette étape d'élaboration du choix de politique de maintenance sera très simplifié, voire réduit à néant. 3. Consulter aussi la Partie 14 pour plus de détails sur le « Guide de la maintenance à la conception ».

13 4. Définir les opérations de maintenance préventive Les points à surveiller sont ceux qui correspondent à Les points à surveiller sont ceux qui correspondent à une usure de pièces par frottement, corrosion et/ou érosion, une usure de pièces par frottement, corrosion et/ou érosion, une pièce dont la durée de vie, par construction, est inférieure à celle du matériel, par exemple la pile d'un automate programmable a une durée de vie inférieure à celle de l'automate. une pièce dont la durée de vie, par construction, est inférieure à celle du matériel, par exemple la pile d'un automate programmable a une durée de vie inférieure à celle de l'automate. La détermination des points à surveiller consiste à identifier ces points. Elle peut se faire à partir de six origines La détermination des points à surveiller consiste à identifier ces points. Elle peut se faire à partir de six origines (1). L'analyse AMDEC Analyse des modes de défaillance, de leurs effets et de leur criticité. (1). L'analyse AMDEC Analyse des modes de défaillance, de leurs effets et de leur criticité. (2). L'expérience des professionnels maintenance. (2). L'expérience des professionnels maintenance. (3). L'expérience d'autres utilisateurs de même matériel. (3). L'expérience d'autres utilisateurs de même matériel. (4). Les techniques d'auscultation en maintenance prédictive ou en maintenance conditionnelle. (4). Les techniques d'auscultation en maintenance prédictive ou en maintenance conditionnelle. (5). La documentation technique constructeur. (5). La documentation technique constructeur. (6). Les analyses de défaillance. (6). Les analyses de défaillance. C'est dans cette étape que le technicien méthodes maintenance va apporter toutes ses connaissances et compétences professionnelles, ainsi que son esprit de créativité rentable, puisqu'il va s'agir pour lui de définir ce qu'il faut surveiller préventivement car il existe des risques, la périodicité de la surveillance à effectuer.

14 5. Définir les Pièces de rechange à stocker 1. Identification des risques résiduels de défaillance (ce que lon ne surveille pas par choix ou obligation ) 2. Évaluation du CDM généré par le risque éventuel 3. Évaluation du coût de stockage (CSM) de la pièce de rechange 4. Réparer sur place ou différer en procédant dabord par un échange standard II s'agit ici des pièces de rechange que nous appellerons « pièces de rechange de sécurité», à ne pas confondre avec la notion de stock de sécurité utilisée en gestion des stocks. Ces pièces de sécurité sont mises en stock afin de diminuer le temps dintervention, donc son CDM. II s'agit ici des pièces de rechange que nous appellerons « pièces de rechange de sécurité», à ne pas confondre avec la notion de stock de sécurité utilisée en gestion des stocks. Ces pièces de sécurité sont mises en stock afin de diminuer le temps dintervention, donc son CDM. Un stock est constitué lorsque le besoin (sortie de pièces) nest pas compatible avec le rythme des entrées (attente des pièces ou délai de livraison) Un stock est constitué lorsque le besoin (sortie de pièces) nest pas compatible avec le rythme des entrées (attente des pièces ou délai de livraison) Le stock est une assurance. Une assurance est prise quand un risque existe et que lon veut se prémunir des conséquences de ce risque. Le CDM peut donc diminuer au prix dun CSM Le stock est une assurance. Une assurance est prise quand un risque existe et que lon veut se prémunir des conséquences de ce risque. Le CDM peut donc diminuer au prix dun CSM Le risque à couvrir a deux origines : Le risque à couvrir a deux origines : o Défaillance dun composant avec durée de vie inférieure à celle prévue, ou défaut dutilisation ou de fabrication o Usure ou vieillissement de composant que lon peut pas suivre en préventif (usure non décelable ou composant inaccessible, coût du préventif > coût curatif structuré)

15 6. Aides à la maintenance curative La maintenance curative ou dépannage entraîne par définition un CDM dont la valeur dépend La maintenance curative ou dépannage entraîne par définition un CDM dont la valeur dépend des données économiques de production, des données économiques de production, de la durée du dépannage. de la durée du dépannage. Les aides à la maintenance curative sont des documents à utiliser par les professionnels, qui ont pour objectif de réduire la durée du dépannage en facilitant Les aides à la maintenance curative sont des documents à utiliser par les professionnels, qui ont pour objectif de réduire la durée du dépannage en facilitant Le diagnostic de la panne : quel est le sous ensemble ou l'ensemble qui est défectueux Le diagnostic de la panne : quel est le sous ensemble ou l'ensemble qui est défectueux La réalisation du dépannage en présentant le mode opératoire d'intervention pour La réalisation du dépannage en présentant le mode opératoire d'intervention pour accéder à l'ensemble ou sous ensemble concerné accéder à l'ensemble ou sous ensemble concerné effectuer le démontage effectuer le démontage effectuer le remontage effectuer le remontage réaliser les réglages indispensables, réaliser les réglages indispensables, signaler les erreurs à ne pas commettre. signaler les erreurs à ne pas commettre. Certaines informations font partie de la documentation constructeur, mais ce nest pas toujours le cas. Pour les matériels de conception interne, il nexiste que rarement un document opérationnel Certaines informations font partie de la documentation constructeur, mais ce nest pas toujours le cas. Pour les matériels de conception interne, il nexiste que rarement un document opérationnel

16 7. Structurer les documents de mise en oeuvre Dans cette étape, il s'agit de mettre en forme toutes les informations nécessaires Dans cette étape, il s'agit de mettre en forme toutes les informations nécessaires à « l'utilisateur propriétaire » des matériels afin qu'il puisse comprendre, participer et valider le choix de politique de maintenance qui lui est pro­posé, à « l'utilisateur propriétaire » des matériels afin qu'il puisse comprendre, participer et valider le choix de politique de maintenance qui lui est pro­posé, aux professionnels d'interventions maintenance et aux opérateurs de conduite afin qu'ils puissent réaliser correctement les opérations retenues. aux professionnels d'interventions maintenance et aux opérateurs de conduite afin qu'ils puissent réaliser correctement les opérations retenues. Les documents de mise en oeuvre sont Les documents de mise en oeuvre sont les schémas et plan de lubrification, les schémas et plan de lubrification, les consignes permanentes de préventif réalisées soit par les opérateurs de conduite, soit par les professionnels de maintenance, les consignes permanentes de préventif réalisées soit par les opérateurs de conduite, soit par les professionnels de maintenance, les gammes de travail de préventif, les gammes de travail de préventif, la liste des pièces de rechange à stocker, la liste des pièces de rechange à stocker, les aides au diagnostic de panne, les aides au diagnostic de panne, les gammes de dépannage. les gammes de dépannage.

17 8. Estimer le coût du choix de politique de maintenance consolider l'ensemble du coût global de la maintenance préventive qui est égal à consolider l'ensemble du coût global de la maintenance préventive qui est égal à CIM + CDM + CSM = CGM Maintenance préventive, CIM + CDM + CSM = CGM Maintenance préventive, analyser les opérations onéreuses pour en vérifier la validité surtout pour l'aspect périodicité (les opérations à faible fréquence sont les plus onéreuses. analyser les opérations onéreuses pour en vérifier la validité surtout pour l'aspect périodicité (les opérations à faible fréquence sont les plus onéreuses. Envisager si nécessaire une modification du matériel Envisager si nécessaire une modification du matériel Maîtriser limpact sur lorganisation en terme de charge de travail selon que les périodicités soient calendaires ou dépendantes de lutilisation réelle du matériel (suivi de production). Possibilité de faire appel à des prestataires Maîtriser limpact sur lorganisation en terme de charge de travail selon que les périodicités soient calendaires ou dépendantes de lutilisation réelle du matériel (suivi de production). Possibilité de faire appel à des prestataires

18 9. Démontrer la rentabilité des choix Sassurer que les opérations de maintenance préventive prévues sont nécessaires et suffisantes, Sassurer que les opérations de maintenance préventive prévues sont nécessaires et suffisantes, Comparer la rentabilité du CGM préventif proposé par rapport à d'autres choix possibles. Comparer la rentabilité du CGM préventif proposé par rapport à d'autres choix possibles. La démonstration mathématique étant difficile à faire, on démontrera alors que La démonstration mathématique étant difficile à faire, on démontrera alors que le choix fait obéit aux règles du bon sens maintenance le choix fait obéit aux règles du bon sens maintenance le CGM maintenance préventif représente un coût « d'assurance" normal par rapport aux risques potentiels. le CGM maintenance préventif représente un coût « d'assurance" normal par rapport aux risques potentiels.

19 10. Vendre la politique de maintenance Deux conditions essentielles à la bonne mise en œuvre des choix effectués Deux conditions essentielles à la bonne mise en œuvre des choix effectués Lutilisateur du matériel est daccord sur son contenu (démontrer la rentabilité pour être assuré dobtenir les moyens nécessaires à la mise en œuvre) Lutilisateur du matériel est daccord sur son contenu (démontrer la rentabilité pour être assuré dobtenir les moyens nécessaires à la mise en œuvre) Les intervenants estiment que les choix sont réalistes et efficaces (les impliquer au maximum tout au long des phases danalyse et de réalisation des documents) Les intervenants estiment que les choix sont réalistes et efficaces (les impliquer au maximum tout au long des phases danalyse et de réalisation des documents)

20 11. Mesurer les résultats obtenus et actualiser si nécessaire A partir des CR (compte-rendu) de Visites préventives, des analyses de pannes résiduelles, on adapte les choix effectués (notamment les périodicités qui pèsent directement sur le CGM préventif ) A partir des CR (compte-rendu) de Visites préventives, des analyses de pannes résiduelles, on adapte les choix effectués (notamment les périodicités qui pèsent directement sur le CGM préventif ) Les outils informatiques (GMAO) sont ici nécessaires pour faire un bilan rapide de lévolution des coûts Les outils informatiques (GMAO) sont ici nécessaires pour faire un bilan rapide de lévolution des coûts


Télécharger ppt "Politique de Maintenance Définir les types de Maintenance Définir les types de Maintenance Choix dune politique de Maintenance Choix dune politique de."

Présentations similaires


Annonces Google