La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

AVANT- PROPOS Ce diaporama sadresse avant tout aux personnes atteintes de maladie de Parkinson (PcP) ou concernées (conjoints, accompagnants, aidants)

Présentations similaires


Présentation au sujet: "AVANT- PROPOS Ce diaporama sadresse avant tout aux personnes atteintes de maladie de Parkinson (PcP) ou concernées (conjoints, accompagnants, aidants)"— Transcription de la présentation:

1 AVANT- PROPOS Ce diaporama sadresse avant tout aux personnes atteintes de maladie de Parkinson (PcP) ou concernées (conjoints, accompagnants, aidants) déjà rodées à la thérapeutique et possédant déjà quelques connaissances sur les mécanismes en jeu

2 AVANT- PROPOS La présentation simplifiée et le langage utilisé pour mettre ce diaporama à la portée de tous naltèrent ni le sérieux ni la rigueur du travail sous-jacent. Les apparentes approximations nen sont pas de réelles, mais des choix délibérés pour expliquer plus facilement. Léducation thérapeutique nest ni un cours universitaire ni une publication scientifique adressée à des professionnels mais un ensemble de données destinées à des spécialistes du vécu de la maladie de Parkinson, ceux qui la subissent 24h sur 24 sans lavoir ni demandée ni apprise.

3 AVANT- PROPOS Prendre tout le temps nécessaire pour voir et revoir ce diaporama, pour comprendre et mémoriser toute linformation apportée, et assimiler lensemble jusquà ce quil devienne familier sont les premiers pas dune éducation thérapeutique qui permettra ensuite de savoir adapter correctement son traitement en toute circonstance.

4 OPTIMISATION DU TRAITEMENT DOPAMINERGIQUE DANS LA MALADIE DE PARKINSON

5 Ce diaporama est dédié à Emile Rainon (PcP) et Pierre Lemay (conjoint) pour leur travail pionnier dapplication pratique de ces bases Pierre Remigereau (PcP) pour sa conception originale dune application informatique avec courbes en temps réel Bernard Geffray (PcP) pour sa conception des bases de loptimisation thérapeutique telle quici développée PcP = personne atteinte de maladie de Parkinson

6 Première Partie Bases théoriques

7 1. Action de courte durée, action de longue durée 2.Taux plasmatique et synaptique, taux seuil, taux moyen

8 1. Action de courte durée, action de longue durée

9 Laction des dopaminergiques au niveau du système nigrostrital est double. Prenez votre temps pour lire et assimiler les diapositives suivantes. La compréhension de cette double action est en effet fondamentale.

10 Sarrête avec lélimination du médicament (une à quelques heures) Se poursuit longtemps après lélimination du médicament (plusieurs jours) La DOUBLE ACTION de LA DOPAMINE et des AGONISTES DOPAMINERGIQUES ACTION DE COURTE DURÉE ACTION DE LONGUE DURÉE SDR Short Duration Response LDR Long Duration Response « Comme un solo » chanté par un ténor qui ensuite sarrête « Comme un orchestre » joue en permanence la musique de fond

11 SAUF lorsque des À-COUPS PHASIQUES sont associés, liés à des évènements comportementaux dans le cadre des circuits de la récompense, de la motivation ou dans celui des circuits du stress lors de stimuli inattendus Les récepteurs dopaminergiques sont stimulés de façon permanente ( = TONIQUE ) grâce à la réponse de longue durée à la dopamine DANS LES CONDITIONS NORMALES

12 Des À-COUPS PHASIQUES ( = le solo du ténor) surviennent sur le fond tonique liés à des évènements comportementaux dans le cadre des circuits de la récompense, de la motivation ou dans celui des circuits de ladapatation (= du stress) lors de stimuli inattendus DANS LES CONDITIONS NORMALES Cette libération phasique de dopamine a un effet fort mais bref

13 Sarrête avec lélimination du médicament (une à quelques heures) Se poursuit longtemps après lélimination du médicament (plusieurs jours) La DOUBLE ACTION de LA DOPAMINE et des AGONISTES DOPAMINERGIQUES ACTION DE COURTE DURÉE ACTION DE LONGUE DURÉE SDR Short Duration Response LDR Long Duration Response « Comme un solo » chante un court morceau puis sarrête « Comme un orchestre » joue en permanence la musique de fond

14 LUNE DE MIEL La prise médicamenteuse bien que discontinue permet, grâce à laction de longue durée, que le mouvement reste possible hors médication ACTION LONGUE + ACTION COURTE « Lorchestre joue sa musique de fond en permanence » AUCUNE FLUCTUATION PAS DE ON/OFF

15 La disparition du fond musical continue (LDR = long duration response) caractérise la phase des fluctuations motrices La phase des CPK motrices levo-dopa induites est caractérisée par la quasi disparition de lorchestre de fond. La DBS permet de rétablir en partie laction de cet orchestre COMPLICATIONS L-DOPA INDUITES ACTION COURTE CONSERVÉE mais progressivement « le solo est moins long et moins fort » PERTE DE LACTION DURABLE « Lorchestre de fond devient inaudible » OFF OFF OFF ON OFF OFF OFF ON OFF OFF OFF ON OFF Le mouvement nest possible que lorsque les médications permettent un taux intra-synaptique suffisant La phase des complications motrices levo-dopa induites est caractérisée par la disparition de la réponse de longue durée (lorchestre de fond). La neurostimulation cérébrale profonde permet de rétablir en partie cette réponse de longue durée

16 COMPLICATIONS L-DOPA INDUITES OFF OFF OFF ON OFF OFF OFF ON OFF OFF OFF ON OFF FLUCTUATION ON/OFF sous médication discontinue Dyskinésies au pic de dose et en fin de dose Wearing-off: réapparition des signes avant la fin de dose

17 2.Taux plasmatique et synaptique, taux seuil, taux moyen

18 Taux plasmatique = Quantité, concentration du médicament dans le sang Taux intrasynaptique = Quantité, concentration du médicament dans le cerveau DEFINITIONS de BASE

19 Pour obtenir une stimulation adéquate, le taux intra-synaptique de la substance dopaminergique utilisée 1/ SUFFISANT = Supérieur à un TAUX SEUIL au dessus duquel se déclenche lordre dinitiation motrice 2/ SANS IMPORTANTE VARIATION (aussi constante que possible, sans grande oscillation) = « avec la plus faible PULSATILITE » Cette pulsatilité est en effet responsable des effets secondaires des traitements dopaminergiques (fluctuations motrices, effet ON/OFF, dyskinésies) BASES DE LOPTIMISATION DU TRAITEMENT DOPAMINERGIQUE

20 Le taux plasmatique et intra-cérébral varie : en fonction du temps Après absorption orale dun médicament, son taux plasmatique va augmenter jusquà un maximum (= pic de dose) puis diminuer progressivement au fur et à mesure de son passage dans le cerveau, de sa dégradation et de son élimination. EVOLUTION du TAUX PLASMATIQUE et INTRASYNAPTIQUE

21 HEURES CONCENTRATION Cmax = Pic de dose EVOLUTION TAUX SANGUIN

22 Cette corrélation nest PAS mathématique et elle varie selon de nombreux facteurs. CEPENDANT cette corrélation est bien une réalité en pratique CORRELATION ENTRE TAUX PLASMATIQUE et INTRASYNAPTIQUE

23 Notion de taux moyen Il sagit de la moyenne calculée à partir des doses médicamenteuses de la prescrition rapportée aux 24 heures de la journée (ligne bleue sur nos courbes) Ce taux moyen doit être au plus proche du taux seuil de déclenchement des effets. Trop supérieur, il y a surdosage inutile. Inférieur, il y a absence deffets. DEFINITIONS de BASE

24 Notion de taux seuil Il existe un taux au dessus duquel se déclenchent les effets positifs des médications et en dessous duquel aucun effet nexiste, selon la loi du tout ou rien DEFINITIONS de BASE

25 LA LOI DU TOUT OU RIEN Taux minimal ou taux seuil Effet positif = Les troubles moteurs disparaissent Pas deffet = Les troubles moteurs réapparaissent (sauf en lune de miel du fait de laction de longue durée…lorchestre de fond) TOUT RIEN Pas deffet = Les troubles moteurs persistent (car le taux de médication ne dépasse pas le taux seuil) Prise de médicament = Le taux va augmenter dans le sang puis au niveau intra-synaptique)

26 LE TAUX SEUIL VARIE = DUN INDIVIDU A LAUTRE

27 LE TAUX SEUIL VARIE SELON LANCIENNETE DE LA MALADIE ET DE LA PRISE MEDICAMENTEUSE Le taux seuil augmente progressivement au fil des années (doù la nécessaire augmentation des doses) jusquà un maximum qui diminuera ensuite très lentement

28 OPTIMISATION ET TAUX SEUIL Le but de loptimisation est dobtenir 1.Un taux moyen intrasynaptique de dopaminergiques le plus près possible du taux seuil afin déviter une prescription insuffisante (trop peu deffet moteur et off++) ou une prescription exagérée (trop de dyskinésies) 2. Des variations du taux moyen les plus faibles possibles autour du taux seuil = le moins de pulsatilité possible car la pulsatilité conditionne lapparition des complications motrices et leur intensité

29 EVALUATION HABITUELLE DU TAUX SEUIL Déterminer le taux seuil est fondamental Son évaluation actuelle passe par létude des symptômes en fonction des types, doses et horaires des médications en cours doù limportance +++ de la préparation de la consultation

30 PREPARATION DE LA CONSULTATION Elle est IMPÉRATIVE pour qui veut 1.Ne rien oublier 2.Etre précis 3.Aider à une juste évaluation de ses symptômes 4.Adapter sa thérapeutique « au plus près » de ses nécessités Elle consiste à reporter par écrit 1. Les prises médicamenteuses (type, dosage, nombre comprimés, horaires de prise) 2. Les symptômes moteurs et les troubles levodopa-induits (type, intensité, durée) A réaliser sur 2-3 jours et établir une moyenne

31 Notion de pulsatilité La variabilité du taux intrasynaptique induit par les médications, ou pulsatilité finit par altérer et faire disparaître la réponse de longue durée. DEFINITIONS de BASE

32 PULSATILITE Corrélation entre pulsatilité dans le sang/dans le cerveau Conséquences dune imoportantr pulsatilité disparition progressive de la réponse de longue durée aux dopaminergiques (orchestre de fond) et donc des complications LDI (levo-dopa induites) motrices ou non motrices, sensibles à la dopamine h = 74 Corrélation entre pulsatilité dans le sang/dans le cerveau Conséquences de la pulsatilité disparition progressive de la réponse de longue durée (orchestre de fond) complications LDI (levo-dopa induites) motrices ou non motrices, sensibles à la dopamine

33 Les témoignages du vécu des personnes atteintes apportent de nombreux éléments pour la compréhension des méchanismes

34 Le Sinemet Fizz a été inventé par des personnes atteintes qui ne voulaient prendre que dinfimes petites doses très fréquentes pour échapper à lalternance dyskinésies et off. Une gorgée de ce mélange fait de 300 ml de soda (ginger ale) -- avec un Sinemet 25/250 permet de prendre 25 mg de Sinemet par gorgée. -- avec trois 1/2 Sinemet 100 permet de prendre 10 à 15 mg de Sinemet par gorgée

35 DOSES DE LEVO-DOPA OBJECTIFS DE LOPTIMISATION DE LA THÉRAPIE DOPAMINERGIQUE PULSATILITÉ QUALITÉ DE VIE

36 IMPORTANCE +++ de la REGULARITÉ HORAIRE de la PRISE MÉDICAMENTEUSE Utiliser tous les moyens pour se discipliner

37 INTESTIN BARRIERE INTESTINALE BARRIERE HEMATO ENCEPHALIQUE CIRCULATION SANGUINE Labsorption concomitante daliments protéinés diminue ou ralentit le passage de la L-Dopa au travers des barrières intestinale et hémato-encéphalique Pour permettre le plus grand passage possible de L-Dopa dans le cerveau, il est possible dadopter un régime protéique décalé

38 INTESTIN BARRIERE INTESTINALE BARRIERE HEMATO ENCEPHALIQUE CIRCULATION SANGUINE Ce régime décale la ration protéïque globale journalière sur le repas du soir. Ce nest PAS un régime hypoprotéique. Le régime protéïque décalé ne concerne que les personnes arrivées au stade des complications motrices de la L-Dopa. Ce régime ne se fait que sur avis médical et sous contrôle régulier.

39 Application informatique ASSOCIATION MEDIAPARK

40 Taux moyen = Taux résultant calculé à partir des doses médicamenteuses de la prescription en cours, rapporté aux 24 heures de la journée (ligne bleue sur nos courbes) Taux seuil = Taux minimum au dessus duquel se déclenche lordre dinitiation motrice DEFINITIONS de BASE

41 TAUX MOYEN Taux Moyen h = 74

42 Pulsatilité = Variabilité du taux intrasynaptique de dopaminergiques induit par lapport discontinu de dopamine et dagonistes dopaminergiques. Indice de pulsatilité = Paramètre créé pour comparer les courbes de différents médicaments dans des conditions DEFINITIONS de BASE

43 Indice de Pulsatilité = hauteur pulsatilité taux moyen Un bon Indice de Pulsatilité est < % Hauteur de pulsatilité (plus grande variation) INDICE DE PULSATILITÉ

44 L application informatique permet de comprendre les caractéristiques des médications

45 h = Indice de Pulsatilité = altura h / taux moyen IP = 70/40 IP = 175 % Taux moyen 4 Modopar 125 par jour, et 20h L-DOPA

46 h = 70 h = IP = 175 % IP = 62,5 % Modopar 62,5: 8 prises par jour = 400 mg L-Dopa /jour Modopar 125: 4 prises par jour = 400 mg L-Dopa /jour Si la L-Dopa est fractionnée en doses plus petites mais plus fréquentes

47 La L-Dopa seule ne permet pas une faible pulsatilité

48 h = 70 h = IP = 175 % IP = 62,5 % Modopar 62,5: 8 prises par jour = 400 mg L-Dopa /jour Modopar 125: 4 prises par jour = 400 mg L-Dopa /jour Seule laugmentation du nombre de prises en utilisant de plus petites doses permet de diminuer la pulsatilité dune même dose totale quotidienne SINEMET FIZZ

49 Comparaison Sinemet /Sinemet + Comtan Pic max = quasi identique Durée efficacité = 3 h / 4 h Elimination totale = 9 h / 11 h sinemet 100 sinemet Comtan 200 mg INHIBITEURS ENZYMATIQUES ENTACAPONE (Comtan, Stalevo)

50 Pic max = 1 < 2 < 3 Taux moyen = 45/ 80/125 I.Pulsatilité = élevée, >30% Comparaison Stalevo 50/100/150 toutes les 3 heures

51 Stalevo 50 toutes les 2 h ½ Taux moyen : 50 I.P = 60% Stalevo 50 toutes les 3 h Taux moyen : 40 I.P = 87.5% Stalevo 50 toutes les 2 h Taux moyen : 55 I.P = 30% Seule laugmentation du nombre de prises en utilisant de plus petites doses permet de diminuer la pulsatilité dune même dose totale quotidienne SINEMET FIZZ

52 AGONISTES DOPAMINERGIQUES Plus le médicament agoniste reste longtemps dans le sang et le cerveau, moins son taux varie = plus longue est sa demi-vie, plus faible est sa pulsatilité

53 AGONISTES DOPAMINERGIQUES Médicament (molécule) Demi-vie (en heures) Sinemet® (carbidopa/levodopa) Sinemet® + Comtan® (entacapone) Parlodel® (bromocriptine) Celance® (pergolide) 7 16 Requip® (ropinirole) 6 8 Sifrol® (pramipexole) 8 12 (cabergoline, pas dAMM en France) >24

54 Parlodel 20 mg à 8 a.m, 12 et 8 p.m à 3-4 ans de MP (total = 60 mg) Taux moyen : 60 I.P: 86% Requip 6 mg à 8 a.m, 12, et 8 p.m à 3-4 ans de MP (total = 18 mg) Taux moyen : 35 I.P: 77%

55 Pramipexole 0.50 mg (Sifrol 0.35 mg) 2 comprimés à h (Total = 3 mg ) Taux moyen: 28 I.P: 42% Celance 1 mg à 8 a.m, 12 et 8 p.m (total = 3 mg) Taux moyen: 25 I.P: 28% Taux moyen: 30 I.P: 20% Cabergoline 2 mg à 8 a.m et 8 p.m (total = 4 mg)

56 En monothérapie, certains agonistes présentent une pulsatilité très faible AGONISTES DOPAMINERGIQUES Pour tous les autres, seule laugmentation du nombre de prises en utilisant de plus petites doses permet de diminuer la pulsatilité dune même dose totale quotidienne

57 Même à dose MAXIMALE le taux moyen des agonistes reste MODÉRÉ. AGONISTES DOPAMINERGIQUES

58 Ainsi, lorsque le taux seuil est élevé la prise de tel ou tel agoniste même à dose maximale ne permet pas datteindre et de dépasser ce taux seuil. Selon la « loi du tout ou rien », leffet positif sur les troubles moteurs ne se déclenche pas et le traitement devient alors inefficace.

59 LA LOI DU TOUT OU RIEN Taux minimal ou taux seuil TOUT RIEN Pas deffet = Les troubles moteurs persistent (car le taux moyen dagoniste ne dépasse pas le taux seuil)

60 AGONISTES DOPAMINERGIQUES Ceci explique quapparaisse, sous agonistes purs, la progressive nécessité dajoût de L-Dopa. Il ne sagit donc pas dune question de bonne ou mauvaise molecule mais tout simplement du niveau dactivité nécessaire à un stade donné de la maladie motrice

61 L-DOPA SEULE OU AVEC ENTACAPONE Fort niveau daction possible (= à taux seuil élevé) MAIS Forte pulsatilité OPTIMISATION NÉCESSAIRE --- Pour protéger des complications motrices ultérieures --- Pour améliorer ces complications lorsquelles existent ( Complications motrices =dyskinésies, fluctuations) TRAITEMENTS DOPAMINERGIQUES

62 ANTAGONISTES SEULS Pulsatilité faible pour certains, Pulsatilité moyenne pour dautres, OPTIMISATION MAIS Niveau daction toujours modéré TRAITEMENTS DOPAMINERGIQUES

63 LETUDE –des différents fractionnements de dose et horaires de prise –et de toutes les combinaisons possibles révèle alors UNE PALETTE TRES IMPORTANTE DE POSSIBILITÉS ADAPTÉES A CHAQUE SITUATION AVEC UNE PULSATILITÉ LA PLUS MODÉRÉE POSSIBLE TRAITEMENTS DOPAMINERGIQUES

64 EN PRATIQUE

65 COMMENT DETERMINER AU PLUS PRECIS LE TAUX SEUIL 1.Relevé préalable des symptômes (type, horaires et circonstances survenue et disparition, intensité) 2.Logiciel

66 COMMENT DETERMINER AU PLUS PRECIS LE TAUX SEUIL Le relevé préalable des symptômes en fonction des horaires et doses de prise médicamenteuse par la personne atteinte ou son accompagnant est fondamental pour déterminer le moment du déclenchement et de fin des effets positifs et les reporter sur les graphiques.

67 COMMENT DETERMINER CORRECTEMENT LE TAUX SEUIL En consultation actuelle ( = sans logiciel), la durée des effets moteurs positifs et leur circonstance dapparition et de disparition permettent destimer très approximativement si le taux de médication convient ou pas.

68 COMMENT DETERMINER AU PLUS PRECIS LE TAUX SEUIL Grâce à sa base de données, un programme logiciel peut calculer précisément et automatiquement le taux moyen de toute prescription en cours et, plus particulièrement, de toutes les associations thérapeutiques utilisant plusieurs médicaments Ce taux va servir de référence au calcul du taux seuil.

69 COMMENT DETERMINER CORRECTEMENT LE TAUX SEUIL La base de données pharmacocinétiques du logiciel utlisé contient les courbes de pharmacocinétique référencées de tous les médicaments dopaminergiques, à toute posologie, sous toute formulation (standard, dispersible, retard) et toutes les courbes résultantes des associations thérapeutiques.

70 COMMENT DETERMINER CORRECTEMENT LE TAUX SEUIL Le logiciel calcule automatiquement le taux moyen en fonction de la prescription en cours. Ce taux va servir de référence au calcul du taux seuil en comparant lhoraire théorique et lhoraire réel de déclenchement et de fin des effets positifs des traitements en cours.

71 HEURES CONCENTRATION Taux seuil = Taux moyen ET si les effets moteurs cessent au moment où la courbe rouge descendante croise la ligne bleue, pour lui devenir inférieure, cest que le taux seuil est égal au taux moyen (cas idéal) Si le déclenchement des effets positifs survient au moment où, sur le graphique, la courbe rouge ascendante (évolution du taux en cours) croise et dépasse la ligne bleue (taux moyen)

72 DETERMINER CORRECTEMENT LE TAUX SEUIL HEURES CONCENTRATION Taux moyen = Taux seuil et si ces effets moteurs sarrêtent quand la courbe rouge descendante croise de nouveau la ligne bleue, cest que le taux moyen est égal au taux seuil (cas idéal) Si le déclenchement des effets positifs survient au moment où, sur le graphique, la courbe rouge ascendante (évolution du taux en cours) croise et dépasse la ligne bleue (taux moyen),

73 HEURES CONCENTRATION Si le déclenchement des effets positifs est plus précoce ( = avant le croisement de la courbe en phase ascendante) ET si les effets moteurs cessent plus tardivement (= après le croisement de la courbe descendante) cest que le taux seuil est inférieur au taux moyen (= la dose globale peut être diminuée) Taux seuil < Taux moyen

74 COMMENT DETERMINER CORRECTEMENT LE NIVEAU DU TAUX SEUIL HEURES CONCENTRATION Taux seuil = Taux moyen ET si les effets moteurs cessent au moment où la courbe rouge descendante croise la ligne bleue, pour lui devenir inférieure, cest que le taux seuil est égal au taux moyen (cas idéal) Si le déclenchement des effets positifs survient au moment où, sur le graphique, la courbe rouge ascendante (évolution du taux en cours) croise et dépasse la ligne bleue (taux moyen),

75 HEURES CONCENTRATION Taux seuil > Taux moyen théorique DETERMINER CORRECTEMENT LE TAUX SEUIL

76 1 MODOPAR COMTAN et 20 heures. CAS CLINIQUE 1 REQUIP 2X2 mg et 20h Courbe Résultante

77 Courbe résultante des deux prescriptions concomitantes (même dose totale) avec changement de répartition horaire et de dosage de chaque prise (1/2 dose L-Dopa) CAS CLINIQUE 1 1 MODOPAR COMTAN et 20 heures. REQUIP 2X2 mg et 20h

78 Stalevo 100 : 1 cp à et 19 h Celance 0.25 et 0.50 : 1 cp de chaque à h Stalevo 100 : 1 cp à 8 h // Stalevo 50 : 1 cp à h Celance 0.25 et 0.50 : 1 cp de chaque à h CAS CLINIQUE 2

79 Femme de 46 ans, 5 années de MP diagnostiquée et traitée, forme rigide+++ –akinéto-hypertonique pure- L dopa = 1100 à 1200 mg/jour Traitement: Modopar Comtan et Requip = 20 mg/j Confort mauvais (off +++, dyskinesies +++) Actuellement, 7 ans de MP ; l-dopa = 750 à 800 mg Requip = 18 mg et Confort Taux Moyen = 155 IP = 58 % Taux Moyen = 95 IP = 20 %

80 L-Dopa 400 mg au lieu de 600 mg et Requip 4 x 1 mg au lieu de 3 X 1 mg 7 prises au lieu de 6 TM et IP = diminution+++ Bien meilleur controle des troubles cliniques avec confort estimé à + 80% TM = 70 IP = 114% AVANT APRES Femme de 56 ans, 11 de MP « se sentant très mal » akinétohypertonique+++ Peu de « on » mais surtout alternance de dyskinésies+++ et de « off » avec rigidité +++ Modopar Comtan: et 23 h ½ Modopar dispersible : h Requip 1 mg : et 19 h Modopar Comtan : et 21h Modopar Comtan : 7 h Requip 1 mg : et 19 h 1 Modopar 125 Retard 22 h TM = 25 IP = 50 %

81 LES PLUS ET LES MOINS DE LA METHODE D OPTIMISATION

82 LES MOINS THEORIQUES 1. Les courbes sont dérivées de données théoriques et non pas individuelles 2. Ne sont ainsi pas pris en considération (car non étudiées actuellement en médecine de terrain dans la MP) : Les variations liées au poids, Les variations dues à la vitesse de digestion et/ou d absorption Les variations chronobiologiques LES MOINS PRATIQUES 1. Augmentation du nombre total de prises médicamenteuses journalières 2. Nécessité+++ de respecter des horaires de prise

83 Effet de loubli de 50 mg de L-Dopa + Entacapone à 11h 30 Sans correction volontaire, leffet se ressentira jusquà 20-21h !!! Sans oubli Les petits oublis font les grands offs

84 1.Rapidité des résultats 2.Base de données complète et accessible 3.Facilité dactualisation des données 4.Calculs automatiques en courbes et en aires 5.Grande facilité dutilisation et de mémorisation LES PLUSTHEORIQUES

85 LES PLUS PRATIQUES 1.Nette amélioration symptomatique Facilité dadaptation +++ en fonction des symptômes des PcP 3.Diminution fréquente des doses de L-Dopa et, parfois, de celles des agonistes 4.Espoir +++ de diminuer les risques ultérieurs de maladie levo-dopa induite en permettant une bienne moindre pulsatilité Indice satisfaction très important > 80% +++ (sans aucune valeur statistique)

86 UTILITÉ DUNE APPLICATION INFORMATIQUE 1.Aide à la prescription (médecins) 2.Optimisation de la prescription (patients) 3.Vérification de la pulsatilité dans des cas très précis (médecins, patients) 4.Vérification données pharmacocinétiques (médecins) 5.Aide didactique (médecins, patients, aides) 6.Projections théoriques sur futurs médicaments (médecins, laboratoires) 7.Projections théoriques sur les essais cliniques (médecins, laboratoires)

87 A. FROBERT Lyon, Juin 2006 Tulipes… Anne-Marie Nicolas

88 Pour les références bibliographiques et toute question à propos de loptimisation dopaminergique contactez Reproduction interdite


Télécharger ppt "AVANT- PROPOS Ce diaporama sadresse avant tout aux personnes atteintes de maladie de Parkinson (PcP) ou concernées (conjoints, accompagnants, aidants)"

Présentations similaires


Annonces Google