La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Équilibres et déséquilibres dans les nouvelles théories classique et keynésienne Les grands points de rupture La nouvelle économie classique La nouvelle.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Équilibres et déséquilibres dans les nouvelles théories classique et keynésienne Les grands points de rupture La nouvelle économie classique La nouvelle."— Transcription de la présentation:

1 Équilibres et déséquilibres dans les nouvelles théories classique et keynésienne Les grands points de rupture La nouvelle économie classique La nouvelle économie keynésienne Quelques débats théoriques : Lintervention de lÉtat Les cycles et la croissance Le chômage

2 Les grands points de rupture NéoclassiquesKeynesCourant néolibéral traditionnel Nouveaux économistes classiques Nouveaux économistes keynésiens MarchéAcceptation de la loi de loffre et de la demande Autorégulation par les prix Acceptation de la loi de loffre et de la demande Pas de régulation par les prix Acceptation de la loi de loffre et de la demande Autorégulation par les prix Acceptation de la loi de loffre et de la demande Autorégulation par les prix Acceptation de la loi de loffre et de la demande Régulation par les prix (mais imparfaite) RationalitéRationalité au sens habituelPas dhypothèse de rationalité Rationalité au sens habituel Rationalité au sens fortRationalité au sens faible Lien entre microéconomie et macroéconomie Analyse essentiellement microéconomique. Le lien nest pas exclu No bridgeAnalyses tantôt microéconomiques, tantôt macroéconomiques Analyse macroéconomique se fondant sur lanalyse microéconomique Cadre danalyse habituel Economie pureEconomie réelle Economie pure Economie réelle DéséquilibresImpossibles (raisonnement dans le cadre dune économie pure) Déséquilibres sur le marché du travail PossiblesImpossiblesPossibles Intervention de lEtat Dangereuse sauf (monopoles, biens collectifs et effets externes) SouhaitableDangereuse car le marché est meilleur (ou moins mauvais) dans tous les cas Inutile, voire dangereusePossible Les grands points de rupture (synthèse simplificatrice, et donc non parfaitement exacte)

3 Le modèle demande globale/offre globale

4 Les hypothèses de la nouvelle macroéconomie classique La reprise du modèle de l'équilibre général : les marchés sajustent continuellement et léconomie est en état constant déquilibre Les anticipations sont rationnelles (Muth) information parfaite possibilité de prévoir absence dillusion monétaire Tout point est un point déquilibre qui résulte du comportement optimisateur des agents économiques

5 Lexplication des cycles par la nouvelle économie classique Cycles déquilibre et effet de surprise (Lucas) Choc monétaire Effet de surprise et anticipation biaisée

6 Lexplication des cycles par la nouvelle économie classique Les chocs réels (Kydland, Prescott ; Long et Plosser) Chocs de demande, chocs doffre Chocs positifs, chocs négatifs Chocs exogènes, mais surtout chocs technologiques Irrégularité du progrès technique Phénomènes procycliques

7 La nouvelle économie classique et la politique économique Abandon des politiques discrétionnaires pour respecter la cohérence intertemporelle : inefficacité des politiques monétaires (Lucas) inefficacité des politiques budgétaires : « équivalence ricardienne » (Barro)

8 La nouvelle économie keynésienne Le déséquilibre est possible car la rigidité des prix et lasymétrie de linformation nuisent aux ajustements des marchés La rigidité des prix Linformation asymétrique La rigidité des salaires et le chômage involontaire

9 La nouvelle économie keynésienne Les causes de la rigidité des prix La concurrence imparfaite Les coûts de transaction Les marchés de clientèle

10 La nouvelle économie keynésienne Linformation asymétrique La sélection adverse exemple des automobiles doccasion (Akerlof 1970) exemple du rationnement du crédit (Stiglitz et Weiss 1981) exemple de lassurance (Stiglitz et Rothschild 1976) Laléa moral modèle du « tire-au-flanc » (Stiglitz) modèle des professions dexpert

11 La nouvelle économie keynésienne La rigidité des salaires et le chômage involontaire Les théories des contrats implicites (Azariadis 1975) Les modèles du salaire defficience « coûts de rotation » de la main-dœuvre (Stiglitz) modèle « échange / don » (Akerlof) selection adverse (Akerlof, Stiglitz, Spence…) modèle du « tire-au-flanc » Lhystérèse du chômage (Phelps) dépréciation du capital humain modèle « insiders / outsiders » (Lindbeck, Snower, Phelps)

12 La nouvelle économie keynésienne et la politique économique Respect de la cohérence intertemporelle et donc abandon des politiques contra-cycliques systématiques Acceptation de certaines politiques discrétionnaires ponctuelles Le déficit budgétaire peut-être accepté en situation de sous-emploi La politique monétaire peut être envisagée dans certains cas Le marché du travail doit gagner en flexibilité

13 Quelle intervention de lEtat ? Nouvelle économie classiqueNouvelle économie politiqueNouvelle économie keynésienne Intervention conjoncturelle Abandon des politiques discrétionnaires pour respecter la cohérence intertemporelle : inefficacité des politiques monétaires (Lucas) inefficacité des politiques budgétaire : « équivalence ricardienne » (Barro) Abandon des politiques discrétionnaires qui ont surtout des objectifs électoraux. Respect de la cohérence intertemporelle et donc abandon des politiques contra-cycliques systématiques, mais acceptation de certaines politiques discrétionnaires ponctuelles. Place de lEtat dans léconomie LEtat doit se désengager pour laisser fonctionner le marché : assouplir la législation... LEtat a un rôle à jouer en favorisant les différentes accumulations qui sont sources de croissance endogène. LEtat na aucun rôle économique à jouer : Pas dintervention en cas de monopole (Tullock, Buchanan, école du public choice). Pas dintervention en ce qui concerne les biens publics (Arrow, Buchanan) Pas dintervention en ce qui concerne les externalités (Coase) LEtat doit se désengager pour laisser fonctionner le marché : assouplir la législation... LEtat a un rôle à jouer en favorisant les différentes accumulations qui sont sources de croissance endogène.

14 « Théories traditionnelles »Nouvelle économie classique Cycle Croissance Relations entre le cycle et la croissance Politiques économiques Périodicité / régularité Cycles de " déséquilibre" Dus à un surajustement Souvent dus à des problèmes d'ajustement de la demande et des prix L'effet du cycle est temporaire Les cycles sont indésirables Résulte de facteurs d'offre (stables) : - croissance démographique - - stock de capital - - progrès technique Mais comme le stock de capital a tendance à s'ajuster, les deux principaux facteurs sont exogènes Phénomène non auto-entretenu et limité par les rendements décroissants Croissance déséquilibrée dans les modèles post-keynésiens et équilibrée dans les modèles d'inspiration néoclassique Les cycles sont des déviations temporaires qui n'affectent pas le trend de la croissance (croissance potentielle) Croissance et cycles ont des déterminants différents (facteurs d'offre pour l'un et surtout de demande pour l'autre) Politiques contra-cycliques de régulation de la demande Éventuellement politique de soutien à l'investissement et à la recherche développement Pas de périodicité Cycles d'équilibre (la fluctuation s'explique par le maintien à l'équilibre dans une situation nouvelle) Dus à : - effets de surprise selon Lucas - chocs exogènes ou chocs de progrès technique L'effet du cycle est permanent Les cycles sont souhaitables Résulte de facteurs endogènes (expérience, recherche- développement…) Phénomène cumulatif et auto-entretenu ; les rendements sont constants Chaque facteur endogène de croissance produit des effets externes positifs qui favorisent la croissance Chaque choc a une influence permanente qui donc affecte la croissance. Les déterminants de la croissance sont les mêmes que les principaux déterminants des cycles : théorie de la croissance et théorie des cycles deviennent une même théorie La politique conjoncturelle est à bannir car les cycles sont souhaitables et d'équilibre L'Etat doit favoriser les différentes accumulations sources de croissance

15 Chômage volontaire ou involontaire ? Détermination du niveau de lemploi Ajustement du marché du travail Possibilité de chômage involontaire Néoclassiques Sur le marché du travailParfaitNon Keynes En fonction du niveau de la production Pas dajustementOui Courant néolibéral traditionnel Sur le marché du travailImparfaitNon Nouveaux économistes classiques Sur le marché du travailParfaitNon Nouveaux économistes keynésiens Sur le marché du travailImparfaitOui


Télécharger ppt "Équilibres et déséquilibres dans les nouvelles théories classique et keynésienne Les grands points de rupture La nouvelle économie classique La nouvelle."

Présentations similaires


Annonces Google