La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Les Troubles Nutritionnels Chez Lenfant Dr BOUGHAMOURA.L 4 éme Médecine Janvier 2012 www.promedecine.wordpress.com.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Les Troubles Nutritionnels Chez Lenfant Dr BOUGHAMOURA.L 4 éme Médecine Janvier 2012 www.promedecine.wordpress.com."— Transcription de la présentation:

1 Les Troubles Nutritionnels Chez Lenfant Dr BOUGHAMOURA.L 4 éme Médecine Janvier 2012

2

3

4 Introduction La malnutrition: une insuffisance ou un excès dapport alimentaire. Avant MN insuffisance / malnutrition proteino calorique (MPC) Actuellement: une nouvelle forme de MN: surpoids / obésité.

5 Malnutrition Proteinocalorique (MPC)

6 I/ Introduction-Définition La MPC est définie comme une insuffisance dapport alimentaire (IAA). Cette insuffisance peut être: ** quantitative portant sur les 3 constituants de lalimentation, ou ** qualitative touchant électivement les protides. La MPC est une pathologie encore très fréquente dans les pays du tiers monde.

7 Elle peut se manifester cliniquement par plusieurs tableaux, dont 2 les plus sévères : ** Le Kwashiorkor : défini par la triade classique : anoréxie, oédème, hypoprotidémie. ** Le marasme : amaigrissement très important. Des tableaux intermédiaires peuvent se rencontrer / Kwashiorkor marastique. Le traitement comporte 2 volets : ** Le traitement curatif : un apport calorique adéquat. ** Le traitement préventif: ++

8 II/ Les facteurs Favorisants : LIAA dépend de plusieurs facteurs : 1)-Le sevrage brutal et précoce de lallaitement maternel 2)-Les difficultés de salimenter 3)-La méconnaissance des besoins alimentaires de lenfant erreurs diététiques 4)-Le manque des ressources 5)-Les enfants abandonnés 6)-Les maladies chroniques: diarrhée chronique, cardiopathie congénitale, infections récidivantes.

9 III/ Étude Clinique : A/ Les Données Cliniques: Le retard pondéral : * Soit quil sagit dune absence de prise régulière de poids (P<-2 DS). * Soit une cassure de la courbe pondérale, Le retard statural (RS) : la taille est généralement touchée lorsquil sagit dune MPC chronique. RS: modéré voir absent si MPC aigue. La diminution voir disparition du panicule adipeux. Autres : * Œdèmes * Troubles de phanères et de la peau, * HMG * Troubles du comportement : triste, apathique, anorexie.

10 B/ Évaluation De La Gravité: Le degré de dénutrition est évalué en se référant aux critères anthropométriques : Poids, T, PB, PC et les rapports P/ P. Moyen - T / T moyenne - PB/PC. La Classification De GOMEZ : elle permet de différencier 3 stades de MPC en se basant uniquement sur le poids. Poids / Poids Moyen : 9O – 115 % : normale. 75 – 90 % MPC légère ou de 1er degré 6O-75 % MPC modérée ou de 2ème degré : < 6O % MPC sévère ou de 3ème degré :

11 C/ Les Examens Complémentaires : * NFS : à la recherche dune anémie * EPP : protidémie – albuminémie * Glycémie;TP; Iono sgn; Férritinémie;Fer sérique; * Cholestérolémie * Rx du poignet gauche AO * Rx du tibia une ostéopénie * Biopsie du grêle : à la recherche de signes de malabsorption ou parasitose intestinale. * Biopsie hépatique : stéatose hépatique.

12 IV/ Les Formes Cliniques : A/ Formes légères: ++ B/ Formes sévères: B-1/Le Marasme: - Due à une IAA globale et chronique 1.Age : la 1ére année de vie Clinique: état damaigrissement important, - une cachexie : avec disparition du panicule adipeux (tronc, membres puis le visage aspect de vieillard). - La peau est fine, sèche, fripée, les os et les tendons sont visibles sous la peau. - La croissance staturale : se ralentit secondairement. - lappétit reste longtemps conservé de même que lactivité. - Les troubles digestifs : constipation ou diarrhée DH2O. - Ni œdèmes ni HMG +++.

13

14

15 B-2/Le Kwashiorkor (KWK) : - Du à une carence dapport protidique. 1. Age : 1- 4 ans, surtout durant la 2 éme année de vie Clinique : * Au début: anorexie importante et constante, cassure de la courbe pondérale. * La phase détat : le tableau clinique est complet : Les œdèmes : constants; mains, pieds, visage tableau danasarque.

16 Les lésions de la peau et des phanères : La peau est sèche et fragile. Les cheveux sont fins cassants décolorés, dépigmentés, des lésions muqueuses / fissures anales ou péribuccales ( chéilite). HMG : constante due à une surcharge en graisse. Des troubles du comportement : apathique, triste, anorexique. Des troubles digestifs : douleurs, ballonnement abdominal. La courbe staturale est normale ou peu ralentie.

17

18

19 3-Les Examens Complémentaires : Une anémie sévère est souvent retrouvée. Hypoprotidémie+Hypoalbuminémie: constantes. Hypocholestérolémie. Hyponatrémie – Hypokaliémie +++ Les oligo-éléments : Zinc – Cuivre – Mg – Fer. Le bilan immunitaire est perturbé avec atteinte de limmunité ¢ et humorale, surtout Ig A. La biopsie du grêle : atrophie villositaire totale ou sub totale. La biopsie hépatique : stéatose hépatique

20 C/ Les Formes Intermédiaires : Kwashiorkor Marastique : Il sagit denfant marastique soumis à un sevrage brutal ou rarement dun Kwashior à son début qui présente une maladie grave. Le pronostic: sévère et la mortalité est de 35 à 4O %.

21 V/ Pronostic: Le décès: 1. Déshydratation et troubles électrolytiques 2. Décompensation cardiaque 3. Infections: :tous les types de MN même «banale», avec un rôle majeur de la carence en micronutriments (Selinium,Zinc,foldine,Vit…) 4. Hypothermie 5. Hypoglycémie 6. Insuffisance hépatique

22

23 MARASMEKWASHIORKOR DéfinitionDéficit énergétique globale et chronique MN protéique isolée ou prédominante aigue Age6-8 mois1-4 ans ÉvolutionLenteRapide Retard statural+++/- Poids / Poids moyen< 60%> 75%

24 MARASMEKWASHIORKOR Poids /Poids moyen < 60%> 75% OedèmesAbsents+++ constants Panicule adipeux AbsentConservé ComportementNormal ou vifTriste, apathique anorexique +++ Protidémie/AblNormales +++ AnémieModéréeSévère Immunité+/- altéréeTrès altérée

25 Poids / Poids Moyen Sans œdèmeAvec œdème 60-80%HypotrophieKwashiorkor ( > 75 %) <60%MarasmeKwashiorkor marastique

26 VI/ Traitement: A/ Traitement Curatif: Formes sévères: Hospitalisation systématique +++ * 1ére étape : il faut commencer par : Corriger les troubles hydroelectrolytiques. Perfusion dalbumine (si Protidémie < gr/l). Transfusion CG si anémie sévère (Hb < 6 gr/dl). * 2 éme étape : la rénutrition peut se faire par 2 méthodes : Voie entérale : si létat de lenfant le permet et ceci grâce à une nutrition entérale à débit continu (NEDC). On commence cette rénutrition par un régime hypocalorique : ( 50 Kcal/kg/j et de 10 Kcla/kg/j ) Hypercalorique ( /kg/j). Voie parentérale (IV): si troubles digestifs. Il faut substituer les carences en oligo-éléments : fer, foldine, zinc. Un apport en vitamines liposolubles ADEK.

27 Éducation hygiénique et nutritionnelle des mamans tenant compte des réalités locales. Planification des naissances. Encourager lAM +++. Eviter le sevrage brutal et précoce. Traiter convenablement la Diarrhée et la DH2O. B/ Traitement Préventif :

28 Surpoids et obésité I/ Introduction: Lobésité est définie par lOMS « excès de masse grasse pouvant avoir des conséquences néfastes pour la santé ». La fréquence de lobésité rapidement et particulièrement chez lenfant. Depuis 1998 lOMS considère lobésité comme un problème majeur de santé publique à léchelle mondiale Prévention + PEC : une priorité % Obésité infantile (persiste) adulte +++ Complications: métaboliques, cardiovasculaires, respiratoires….

29 II/ Définition: 1/ Lindice de masse corporel: IMC +++ indice de Quételet = P (en kg) / T² (en m) Ne permet pas de distinguer entre masse maigre et masse grasse. 2 / Évolution de lIMC: Lévolution de lIMC reflète les variations physiologiques de ladiposité au cours de la croissance de manière dynamique. Contrairement aux adultes, lIMC des enfants varie selon le sexe et lâge. Durant la 1ére année de vie lIMC, puis jusquà lâge de 6 ans, puis de nouveau jusquà la fin de la puberté. La remontée de la courbe qui survient en moyenne entre lâge de 5-7 ans correspond au rebond dadiposité.

30

31 3/ Courbes de Référence de lIMC disponible pour définir le surpoids et lobésité de lenfant: Courbes Françaises: Le surpoids est défini par : 97è < IMC < 97è + C30 Lobésité est définie par un IMC : IMC >97è +C30 à 18 ans.

32 SP: 97é 97é+C30

33 Références internationales de lIOTF (international obesity task force 2000 )

34 III/ Épidémiologie La prévalence de lobésité infantile a triplé ces 20 dernières années. Elle frappe aussi bien les pays industrialisés que les pays en voie de développement. Sousse (2008): milieu scolaire(6-13 ans): 20 % SP dont 5% obésité. Surpoids :1/10 enfants dans le monde 155 millions d enfants en SP dont millions sont obèses.

35 IV/ Physiopathologie

36

37 V/ Facteurs Prédisposants A/ Facteurs Constitutionnels: 1/ Lobésité parentale: 50% des enfants de parents obèses deviendront eux- mêmes obèses 7% des enfants nés des parents « normaux » deviendront obèses. 2/ Le poids de naissance: macrosomie. 3/ Rebond dadiposité précoce: < 6 ans est prédictif dobésité 4/ Allaitement Maternel : facteur protecteur 5/ Causes rares dobésité: Syndromes génétiques: syndrome de Prader-Willi, syndrome de Bardet-Biedl Endocrinopathies: hypothyroïdie, Sd cushing Obésité monogénique

38 B/ Facteurs environnementaux Alimentation: quantité, qualité, grignotage…... Sédentarité: jeux vidéo, ordinateur….. Activité physique: réduite

39 VI/ Evolution /Complications: A/ Évolution de lobésité: Les enfants obèses ont un risque de 25-50% de devenir des adultes obèses. B/ Complications: L'obésité est un L'obésité est un facteur de risque majeur: - - HTA, Diabète de type 2, Maladies cardiovasculaires, Asthme, Apnée du sommeil - Risque plus important pour certains cancers : (intestin, sein), Autres : arthrose, infertilité, RGO… - Risque plus important pour certains cancers : (intestin, sein), Autres : arthrose, infertilité, RGO… - Complications psychologiques. - Complications psychologiques.

40 VII/ Prise en charge Prévention la plus appropriée à lâge de lenfant Dépistage le plus précoce possible Prise en charge: enfant obèse et ses parents Lutter contre la sédentarité Lactivité physique ++ Soutien psychologique.

41 VII/Conclusion: Lobésité infantile, nouvelle forme de malnutrition :un problème préoccupant du fait de son évolution rapide, morbidité. Il est donc important de pouvoir la dépister dés lenfance. La PEC est lourde, difficile, contraignante Prévention ++ Un programme national de dépistage ++. La MPC : prévention/AM++

42 Merci pour votre attention


Télécharger ppt "Les Troubles Nutritionnels Chez Lenfant Dr BOUGHAMOURA.L 4 éme Médecine Janvier 2012 www.promedecine.wordpress.com."

Présentations similaires


Annonces Google