La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Les stratégies dintervention AIDE ALIMENTAIRE ET NUTRITION.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Les stratégies dintervention AIDE ALIMENTAIRE ET NUTRITION."— Transcription de la présentation:

1 Les stratégies dintervention AIDE ALIMENTAIRE ET NUTRITION

2 Plan de la présentation 1. Objectifs et Stratégies 2. Interventions alimentaires Distribution générale Blanket feeding Rations familiales 3.Mesures de la malnutrition 4.Interventions nutritionnelles Aspects cliniques Prise en charge Centre de stabilisation Centre ambulatoire

3 Réduire la mortalité et la morbidité dues à la malnutrition Assurer la couverture des besoins alimentaires en fonction du niveau dinsécurité alimentaire de la population à risque… Objectifs généraux des interventions Nutritionnelles et Alimentaires

4 Contextes dintervention Famine Déplacement de population Désastre naturel Malnutrition endémique Epidémies : shigelle, rougeole VIH / TB (programmes ciblés) Epidémies carentielles Nut intégrée (hôpitaux, chir, cas infectieux en OPD, anté-natal ?…)

5 classiques champs daction MSF ! ModéréeSévère Insécurité Alimentaire Modérée Transitoire Insécurité Alimentaire Sévère Transitoire ( ex. Saisonalité des 'Soudures' ) Urgences Insécurité Alimentaire Modérée Chronique Insécurité Alimentaire Sévère Chronique ( Sous-Alimentation Chronique ) (mortalité infanto-juvénile & taux brut de mortalité (CMR) Chronique Transitoire INSECURITE ALIMENTAIRE et Combinaisons des dimensions TEMPS & SEVERITE (Stephen Devereux) relèvent aussi du mandat MSF !!!

6 Insécurité alimentaireMalnutrition et Maladie Distribution générale Distribution ciblée (blanket classique, blanket ciblée,ration familiale en protection) Consultations Hospitalisation & TB,HIV,… Centre de stabilisation Centre ambulatoire PNSupplémentaire Stratégies Programmes AlimentairesProgrammes Nutritionnels

7 Pop Générale À risque, vulnérable Mal-nourris sévères & modérés Distribution générale Centre de stabilisation Centre Ambulatoire Distribution ciblée Avec ou sans ration familiale SANS PATHOLOGIE AVEC PATHOLOGIE STRATEGIES dINTERVENTION, Synthèse du ciblage

8 Distribution générale EXEMPLE QUANTITE Céréale400 gr Légumineuses 60 gr Huile 25 gr CSB 100 gr Sucre 15 gr Sel 5 gr TOTAL 605 gr EXEMPLE QUANTITE Céréale400 gr Légumineuses 60 gr Huile 25 gr CSB 100 gr Sucre 15 gr Sel 5 gr TOTAL 605 gr Ration générale journalière 2100 kcal 10 à 12% protéines 20 % lipides EXEMPLE QUANTITE Céréale400 gr Légumineuses 60 gr Huile 25 gr CSB 100 gr Sucre 15 gr Sel 5 gr TOTAL 605 gr Couvre les besoins alimentaires de base pour la totalité de la population Population cible : tous les foyers affectés Moyens : distributions alimentaires de masse régulières Logistique +++: transport, structures, gestion et distribution de la bouffe Programmes alimentaires

9 Distribution Blanket alimentaire Complément pour les populations vulnérables si insécurité alimentaire et/ou en cas distribution générale insuffisante, ou si dispositif thérapeutique saturé Population cible type : moins de 5 ans, moins de 110cm (+/- femmes enceintes et allaitantes) Moyens : distributions de masse ciblées régulières à travers les moins de 5 ans (à adapter au contexte… ex. <3 ans) Ration type Farine enrichie+huile Ration sèche Dépend de la qualité/quantité de la distribution générale min 500 kcal/pers/jour Pour 1 famille de 6 pers.: 5 kg farine enrichie 1 litre huile 10 jours Programmes alimentaires

10 Distribution Blanket alimentaire Programmes alimentaires Distribution ciblée (blanket) + Dépistage nutritionnel de masse (Périmètre Brachial, oedèmes) Dépistage médical (référence) Traitement de masse (Vit A, Zinc,…) Organisation Flux !! jusquà bénéficiaires/j Critères dinclusion rapide (ex : taille < 110cm) Ration: 5 kg Unimix + 1 litre huile Contrôle de la foule !!

11 identification de vulnérabilité et/ou carence spécifiques incidence annuelle de la malnutrition dans la sous-population visée thérapeutique et/ou préventive distribution dun supplément nutritionnel adapté RUSF ciblage des groupes à risque (ex. enfants 6-36 mois) Maradi Niger 2007 En 2006, jusquà 50% des enfants 6-36 mois ont fait une épisode de malnutrition aiguë dans l année distribution pendant 6 mois Programmes alimentaires Distribution Blanket thérapeutique

12 Ration de protection: protéger la ration donnée à lenfant malnutri = assurer lefficacité du traitement soutenir une famille (et surtout les enfants de cette famille) vulnérable, soutenir une famille privée de la mère (si centre 24h) Ration de décharge: apporter un soutien alimentaire à la famille pour éviter une rupture dans la consommation de lenfant juste guéri Rations « familiales » ± pendant interventions nutritionnelles

13 Mesures de la Malnutrition

14 Balance Salter : 25 kg graduée à 100 g Balance SECA 0-15kg graduée à 10g Enfant déshabillé Lire la balance bien en face Ne pas toucher lenfant pendant la mesure Le poids

15 La Taille Mesure relevée au 0,5 cm le plus proche < 2 ans ou < 85 cm : mesurer lenfant couché > 2 ans ou > 85 cm : mesurer lenfant debout

16 Poids dun enfant comparé au poids attendu pour sa taille Reflète variations récentes de létat nutritionnel Meilleur indicateur de malnutrition aiguë (émaciation) Avantages: pas besoin de lâge ATTENTION : modifié par la présence doedèmes Très utilisé en situation durgence nutritionnelle Indice: Poids - Taille

17 Le périmètre brachial (PB ou MUAC) Milieu du bras gauche au repos Meilleur indicateur du risque de décès (PB < 110 mm) Utilisé car PB varie peu entre mois (1,5 cm environ) Rapide et facile à utiliser, utilisé pour dépistage de masse Critère dadmission dans prog. nut. pour enfants de 65 à 110cm

18 Pression bilatérale pendant 3 secondes avec les pouces sur le dos des pieds Oedème nutritionnel si apparition dune dépression bilatérale (signe du godet) Signe de gravité Les Oedèmes

19 Seuils et Classification pour les enfants < 60 mois

20 Programmes Nutritionnels Aspects cliniques

21 Marasme Marasme – Perte musculaire massive: fesses, épaules, os et tendons visibles Absence des gras sous-cutané Pré-éminence des os Peau fine et atrophique Faciès ridé, vieillot Cheveux fins, cassants

22

23 Kwashiorkor « gros ronchon pas bien portant » Anorexie, apathie, irritabilité – Œdèmes bilatéraux (godet +) - membres inférieurs - Puis mbres sup, face et paupières Troubles de la pigmentation Peau sèche et fragile, décollée (aspect de brûlé) Lésions cutanées Cheveux raides, fins, décolorés, secs, cassants

24 Micronutriments type I & II fer, cuivre, sélénium, calcium, iode, vitamines A, B, D, E, K nitrogène, acides aminés essentiels, sodium, potassium, chlorure, phosphore, soufre, zinc, magnésium arrêt de croissance atrophie des tissus anorexie & émaciation Type I nutrients (stockés) - maladies carentielles spécifiques - échappent à l'anthropométrie - déficience: ni bonne santé, ni résistance à la maladie Type II nutrients ( non stockés)

25 Prise en charge de la malnutrition

26 Malnutrition aiguë – stratégie classique TFCSFC W/H < 70% (<3 ZS) MUAC < 110 mm Oedème W/H < 80% (<2 ZS) Traiter la Malnutrition Modérée Prévenir la Malnutrition Sévère Ambulatoire Traiter la Malnutrition Sévère Reduire la Mortalité Hospitalisation LAIT THERAPEUTIQUE (F-100) bons resultats capacité de couverture limitée risque nosocomial contraintes familiales FARINES PRECUITES ENRICHIES (Unimix) résultats médiocres partage des rations taux dabandon élevé charge de travail et suivi lourds

27 Semaine médicale, juin 2007 RUTF Pâtes denses en nutriments (équivalent au F Fe) Prêt-à-manger Sans eau - ne peut pas être contaminé Présentation idéale en sachet individuel aliments solides préfèrés par les enfants Capacité et couverture améliorées Traitement en ambulatoire Sites décentralisés et multipliés Extension des populations-cibles Résultats améliorés Diagnostic précoce (acceptabilité- accessibilité et recrutement) Soins de références de qualité La révolution des Ready-to-Use Therapeutic Food

28 RUTF LAITS THERAPEUTIQUES SELS DE REHYDRATATION F-100F-75 Produits thérapeutiques

29 Global database on child malnutrition, UNICEF 2001 Malnutrition Aiguë et mortalité 60 millions démaciés ! (<2 z scores) dont 22% de sévères + de 5,3 millions de décés !! Dont 66% de « modérés » !!!

30 Programmes Nutritionnels Malnutrition aigue Modérée ou sévère avec complication Programmes thérapeutiques Hospitalisation Modérée ou sévère sans complication Programmes thérapeutiques ambulatoires Exemple Niger extension de la prise en charge thérap à la malnut modérée6

31 COMPLIQUEE Anorexie Pathologie sévère Apathique Centre StabilisationCentre Ambulatoire NON-COMPLIQUEE Appétit Aucun pathologie sévère Alerte Lait F 75, F 100 puis F100+ RUTF Modes de Prise en charge TRIAGE ADMISSION P/T < -3 Z-score PB < 110 mm Oedèmes RUTF Nouveaux Standards OMS 05, incluent parmi les « sévères » une partie des anciens modérés

32 Volet Hospitalisation Objectifs : Traiter la malnutrition aiguë compliquée Diminuer la mortalité Population cible : Malnutrition sévère + modérée avec complication Moyens : Centre de stabilisation 24h / 24 (parfois day-care pour raisons sécu ou acceptabilité)

33 Volet Hospitalisation Comment: apport de Diètes appropriées (phases,produits) – Traitement médical systématique Anthelminthique, Vitamine A, Acide Folique, Antibiotique, Antipaludéen, Vaccination Rougeole Suivi individuel spécifique +++ Support émotionnel et psychosocial

34 Déshydratation Insuffisance cardiaque Septicémies Infections sévères Anémie sévère Hypothermie Hyperthermie Stabiliser Soins intensifs Traitement des pathologies associées Volet Hospitalisation

35 Surveillance pendant la prise en charge Pesée quodienne; PB chaque semaine; taille /28 jours Nombre, aspect et couleur des selles, vomissements, état dhydratation, rythme respiratoire, état respiratoire (toux, etc.) et taille du foie. Surveillance diététique (appetit et prise alimentaire); Volet Hospitalisation

36 Organisation dun Centre de stabilisation 24/24 Ouvert 7 jours par semaine 6 à 8 repas /jour Optimum 150 bénéficiaires par centre staff par centre Staff qualifié, service de nuit Soins intensifs ( électricité, oxygène, transfusion ) et suivi individuel Volet Hospitalisation

37 Volet Ambulatoire Objectifs : Traiter la malnutrition aiguë non compliquée Population cible : Malnutrition sévère + modérée sans complication Enfants sortant du centre de stabilisation Moyens : Centre ambulatoire

38 Organisation dun centre Ambulatoire Au minimum 1 fois par semaine (jours douverture selon nombre denfants) Possibilité plus de 1500 bénéf./sem. RUTF : ready to use therapeutic food 2 plumpynut/j, en plus du plat familial 14 à 21 semaines Suivant sécurité alim: ration de protection familiale Pas pour enfants sévèrement malades Staff qualifié en nombre limité Référence médicale possible vers CS 24h Volet Ambulatoire

39 Malnutrition aiguë compliquée et non-compliquée

40 Désavantages des CNT classiques Très efficace, mais... cher Compliqué pour la famille (mère absente) Risque dinfection nosocomiale Couverture limitée Moins cher Protège les autres enfants de la famille (mère reste à la maison) et meilleure acceptabilité ( moins dabandons) Réduction des risques dinfections croisées Augmentation du nombre de bénéficiaires pris en charge Moyens lourds concentrés sur cas compliqués en CNT Possibilité dintégration dans les SSP Avantages des stratégies Ambulatoires (CS + CA)

41 De 1993 à 2002: Des CNTs… généralement limitée à 100 patients. Tx de guérison de 75 à 85%) 2002: Angola patients malnutris (23 CNT, 174 internationaux et 2000 personnels angolais). 2003: Niger patients (tx de guérison de + de 85%). 8 expatriés et 100 personnels nigériens. 2005: Niger patients malnourris sévères (tx de guérison de + de 90%). 4 hopitaux, 17 centres ambulatoires. 2006: Niger enfants malnutris modérés et sévères (tx de guérison de + de 90%). 2 hopitaux, 11 centres ambulatoires enfants dans 22 pays 2007: Niger. Distribution dun complément nutritionnel à lensemble des enfants de 6 mois 3 ans dans un district du Niger (63 000) Evolution des opérations de MSF France

42 ...Surtout pas la maman, qui est la meilleure alliée du soignant, et finalement la meilleure soignante de lenfant… Tout est un enjeu parfois vital. Ne négliger rien ni personne…


Télécharger ppt "Les stratégies dintervention AIDE ALIMENTAIRE ET NUTRITION."

Présentations similaires


Annonces Google