La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

UE: Agents infectieux – Hygiène – Aspects généraux Mise à jour le: 11.02.2013 Protozooses digestives Jean MENOTTI Laboratoire de Parasitologie-Mycologie.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "UE: Agents infectieux – Hygiène – Aspects généraux Mise à jour le: 11.02.2013 Protozooses digestives Jean MENOTTI Laboratoire de Parasitologie-Mycologie."— Transcription de la présentation:

1 UE: Agents infectieux – Hygiène – Aspects généraux Mise à jour le: Protozooses digestives Jean MENOTTI Laboratoire de Parasitologie-Mycologie Hôpital Saint-Louis AP-HP / Université Paris Diderot

2 Classification protozoaires digestifs Amibes –Entamoeba histolytica Flagellés – Giardia intestinalis Coccidies –Cryptosporidies –Cystoiospora belli –Sarcocystis hominis –Cyclospora

3 Amibiase Ensemble de troubles causés par Entamoeba histolytica. Protozoaire Les autres amibes digestives Entamoeba dispar, Entamoeba coli, Entamoeba hartmanni, Pseudolimax butschlii, Endolimax nana ne sont pas (ou très peu) pathogènes

4 Amibiase : cycle Phase digestive, au niveau du colon : amibiase intestinale Risque de dissémination par voie sanguine et de localisations extra-digestives : foie, poumon, cerveau Plusieurs formes parasitaires : formes végétatives mobiles et kystes

5 Formes parasitaires Trophozoïtes (ou formes végétatives) microns Mobiles (pseudopodes) Fragiles Localisées au niveau du colon Peuvent se transformer en formes végétatives hématophages Envahissement de la paroi colique et diffusion par voie sanguine (amibiase hépatique, pulmonaire…) Kystes (= formes de résistance) microns 4 noyaux Eliminés dans les selles Directement infectants Très résistants

6 Amibiase : distribution géographique L amibiase est cosmopolite, particulièrement dans les pays chauds à niveau dhygiène bas.

7 Amibiase : contamination Toujours à partir de kystes Eau sale Aliments consommés crus, souillés par des kystes Mains sales dun porteur (auto-infestation possible) Contaminations familiales et interhumaines Rôle des mouches et des cafards dans la dissémination Rôle des conditions dhygiène +++

8 Amibiase intestinale Amibiase intestinale aiguë = dysenterie amibienne Incubation : silencieuse ou douleurs abdominales ou diarrhée apyrétique Période détat diarrhée glairo-sanglantes (5 à 20 selles) douleurs abdominales : épreinte, ténesme Pas de fièvre déshydratation, amaigrissement, asthénie Formes chroniques Douleur abdominales Diarrhée

9 Physiopathologie de lamibiase intestinale aiguë Invasion de la muqueuse intestinale par des formes végétatives hématophages

10 Amibiase hépatique La complication extra-intestinale la plus fréquente –Toujours au décours dune amibiase intestinale, qui peut être passée inaperçue –Peut sembler primitive –Consécutive au passage sanguin de formes hématophages Hépatite amibienne présuppurative début brutal douleur hypochondre droit en bretelle hépatomégalie fièvre 38 39° altération de létat général Abcès amibien altération de l état général grande oscillation de température VS élevée hyperleucocytose à polynucléaires neutrophiles hépatomégalie syndrome pulmonaire base droite

11 Amibiase hépatique Abcès amibien Radio : image en dôme, en brioche Echographie : zone hypoéchogène Tomodensitométrie : zones hypodenses parenchymateuses Ponction : pus chocolat sans amibe Bonne évolution sous traitement

12 Autres manifestations cliniques de lamibiase Amoebome = pseudotumeur parasitaire du colon (caecum ou sigmoïde). Rare Amibiase pulmonaire, cérébrale, cutanée : localisations peu fréquentes

13 Diagnostic biologique de lamibiase Pas dhyperéosinophilie Amibiase intestinale : Examen parasitologique des selles fraîchement émises (pas de charbon, Bismuth, huile….) Mise en évidence des formes végétatives et des kystes. Impossible de différencier E. histolytica et E. dispar (identification moléculaire nécessaire) Présence éventuelle de formes végétatives hématophages Amibiase extra-intestinale : Sérologie +++ Lexamen de selle peut être négatif !!

14 Traitement et prévention de lamibiase Traitement : Amoebicides de contact : tiliquinol + tilbroquinol (Intétrix ® ) Amoebicides tissulaires : dérivés imidazolés –Métronidazole (Flagyl ® ) –Tinidazole (Fasigyne ® ) –Secnidazole (Flagentyl ® ) Ponction de labcès Prévention : Hygiène individuelle et collective

15 Giardiose Protozoose intestinale due à un flagellé: Giardia lamblia ou Giardia intestinalis Parasitose cosmopolite fréquente Contamination par ingestion deau contenant des kystes Contamination « directe » (mains sales), Epidémies familiales

16 Giardia duodenalis : formes parasitaires Flagellé parasite Multiplication extracellulaire asexuée sous forme végétative, mobile (taille: microns) Intestin grêle Formation de kystes (8 à 10 microns, forme ovalaire) Emission dans les selles de formes végétatives et de kystes directement contaminants

17 Giardiose : clinique, épidémiologie, diagnostic, traitement Clinique : diarrhée, douleurs abdominales. Pas de localisation extra digestive Prévalence : –1,3% dans la population française. –4,9% chez lenfant (crèche) Epidémiologie : endémique + épidémique (crèches, collectivités, épidémies familiales) Diagnostic : Examen parasitologique des selles : mise en évidence des kystes et des formes végétatives Traitement : métronidazole, tinidazole ou secnidazole

18 Coccidioses intestinales Dues à la présence dans la muqueuse de lintestin grêle de coccidies (protozoaires appartenant à lembranchement des Apicomplexa) : –Cryptosporidium –Cystoisospora belli –Sarcocystis hominis –Cyclospora cayetanensis Cryptosporidium et Cystoisospora belli redoutables chez immunodéprimés

19 Cryptosporidiose Protozoaire (coccidie) intestinal Multiplication intracellulaire asexuée et sexuée à la surface des entérocytes. Emission doocystes directement contaminants Contamination : par ingestion doocystes. Espèces : Cryptosporidium parvum (zoonose) C. hominis (~ strictement humain) Autres espèces : C. felis, C. canis, C. meleagridis, C.muris… Parasitisme des entérocytes par C. parvum. Photo A. Bonnin. ANOFEL

20 Cycle de Cryptosporidium spp. Contamination par ingestion doocystes par lintermédiaire des mains, de leau, daliments souillés (+ rarement par inhalation) oocystes (contenant 4 sporozoïtes) directement infestants

21 Epidémiologie et clinique de la cryptosporidiose Epidémiologie : Contamination de lenvironnement par des oocystes Rôle des animaux délevage +++ Épidémies dues à la contamination des ressources deau Clinique : Sujet immunocompétent : Diarrhée spontanément résolutive en 2 à 3 semaines Durée et gravité des symptômes plus marquées chez lenfant et personne âgée Rares localisations extra digestives Sujet immunodéprimé (VIH+, greffé rénal…) : Diarrhée chronique, malabsorption, cachexie Localisations biliaires Prévalence : 0,3% dans la population française. 3% chez sujets VIH+

22 Diagnostic et traitement de la cryptosporidiose Diagnostic : Examen des selles par microscopie optique (coloration de Ziehl-Neelsen modifiée) : mise en évidence des oocystes Histologie PCR Identification spécifique : PCR-RFLP, séquençage Traitement : Nitazoxanide, paromomycine : efficacité partielle Reconstitution immunitaire +++ Photos A. Bonnin, J.F. Pays. ANOFEL Penser à demander cette recherche sur la prescription !!!! car elle nest pas faite systématiquement

23 Prévention de la cryptosporidiose chez l'immunodéprimé Chimioprophylaxie : Non justifiée car peu efficace Reconstitution immunitaire : Très forte diminution de la prévalence de la cryptosporidiose chez les patients VIH+ depuis 1996 Prévention de la primo-infection : Prévention collective par la protection des ressources (eau, aliments) Prévention individuelle par recommandations hygiéno-diététiques

24 Principales épidémies de cryptosporidioses dues à l'eau de boisson AnnéeLieuNb de sujets contaminés Origine 1987Georgie Rivière 1992Oregon Rivière 1993Wisconsin Réservoir 1994Japon461Puits 1989Angleterre 5 000Réservoir 2001France480Réseau USA Asie Europe Source : Roze et coll.

25 Cryptosporidiose : épidémie de Milwaukee Relation entre le nombre de cas et la contamination du réservoir Nord

26 Contamination des moules par Cryptosporidium Lieu d étude: La Corogne (Espagne) Isolement de Cryptosporidum Uniquement dans les sites proches des estuaires Pas de relargage doocystes après 48 heures en eau propre Cryptosporidium parvum Source: Gomez-Bautista et coll. Applied Environ. Microbiol. 2000

27 Isosporose à Cystoisospora belli Coccidiose intestinale Multiplication intracellulaire Emission doocystes immatures Clinique: Diarrhée aiguë et chronique Epidémiologie: Endémique (zones tropicales) Zoonose: non Diagnostic Microscopie optique Traitement: Cotrimoxazole, fluoroquinolones Macrolides ? Oocyste immature (G) et sporulé (D) de C. belli Photo P. Marty, Poitiers. ANOFEL

28 Cycle de Cystoisospora belli Contamination par ingestion doocystes matures libérant 2 sporocystes contenant chacun 4 sporozoïtes Schizogonie : trophozoïte schizonte contenant de nombreux mérozoïtes Gamogonie : gamétocyte mâle et femelle oocyste émis dans les selles maturation dans le milieu extérieur

29 Cystoisospora belli

30 Sarcocystose à Sarcocystis hominis Parasite hétéroxène : –schizogonie chez le bœuf ou le porc (hôtes intermédiaires) mérozoïtes dans le tissu musculaire –gamogonie chez lhomme (hôte définitif) oocyste subit une maturation complète dans lintestin 2 sporocystes infestants (contenant chacun 4 sporozoïtes) émis dans les selles Affection cosmopolite

31 Sarcocystose à Sarcocystis hominis Clinique : asymptomatique sauf terrain fragilisé Diagnostic : présence de sporocystes dans les selles Traitement (dans les cas graves) : cf. isosporosose Photo ANOFEL J.-F. Pays

32 Cyclosporose à Cyclospora cayetanensis Oocystes de C. cayetanensis. Photos S. Bretagne. ANOFEL Coccidiose intestinale : Multiplication intracellulaire Emission doocystes Clinique : Diarrhées explosives et aqueuses douleurs abdominales, myalgies, céphalées, fébricule. Pas de localisation extra-digestive. Diagnostic : Microscopie optique (UV). Epidémiologie : Endémique + épidémique Consommation de fruits Zoonose ? Traitement : Cotrimoxazole, fluoroquinolones

33 Cycle de Cyclospora cayetanensis Après maturation dans le milieu extérieur, les oocystes renferment 2 sporocystes contenant chacun 2 sporozoïtes Répartition géographique : Asie du Sud-Est, Amérique du Nord et du Sud, Afrique, Europe

34 Diarrhées parasitaires chez patient immunocompétent Giardia duodenalis F.V. kyste oocyste Cryptosporidies Coloration Ziehl-Neelsen oo Cyclospora oocyste

35 Parasites digestifs chez limmunodéprimé Cryptosporidies : anapath Isospora belli Microsporidies : coloration trichrome Cryptosporidies Coloration Ziehl-Neelsen


Télécharger ppt "UE: Agents infectieux – Hygiène – Aspects généraux Mise à jour le: 11.02.2013 Protozooses digestives Jean MENOTTI Laboratoire de Parasitologie-Mycologie."

Présentations similaires


Annonces Google