La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Intégration et handicap Pourquoi et comment intégrer ? Philippe Tremblay.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Intégration et handicap Pourquoi et comment intégrer ? Philippe Tremblay."— Transcription de la présentation:

1 Intégration et handicap Pourquoi et comment intégrer ? Philippe Tremblay

2 Handicap ? Vient du monde du sport (hand in cap). Il sagissait dun désavantage quon se donnait pour être « fair-play ». Aujourdhui, il sagit dun désavantage subi Trois termes : 1- Déficience 2- Incapacité 3- Handicap (ou désavantage)

3 Handicap Cest le résultat situationnel d'un processus interactif Deux séries de causes : 1-Les caractéristiques des déficiences et des incapacités de la personne découlant de maladies ou traumatismes; 2- Les caractéristiques de l'environnement créant des obstacles sociaux ou écologiques dans une situation donnée. Pas quun « problème » de l'individu (modèle médical). Interaction entre une déficience et une société qui ne facilite pas une intégration en dressant des barrières. Ces barrières, en partie, sont la cause de la différence, de l'isolement, et de la ségrégation.

4 Ségrégation Institutionnalisation des enfants avec handicap ou troubles dans un système différent (lieux différents, méthodes différentes, organisation différentes, etc.) des enfants dits ordinaires. Exemple : enseignement spécialisé Spécialisation/médicalisation/psychologisa tion Diagnostic, catégorisation, étiquetage

5 En faveur de la ségrégation ? Donner aux personnes avec handicap une chance juste de succès. Coopération versus compétition Capable dapprendre des compétences sociales et physiques dans un environnement qui les comprend et les accepte. Un personnel formé, de léquipement et des services spécialisés*. Améliorer les compétences qui augmentent la participation dans des situations plus intégratives (principe du transfert). Lattention individuelle est plus facile à procurer. Pouvoir se rencontrer.

6 Contre la ségrégation ? Apprentissage de compétences, de valeurs dattitudes et de comportements « dhandicapés » Diminue les espérances Contestation du transfert Dénie les bénéfices sociaux et psychologiques résultant de la rencontre avec des enfants valides. Rapport à la normalité et aux performances. Perte de liens dans la communauté et mauvaise préparation à la vie future Coût important et de longue durée Les interactions sont avec ladulte et non avec les autres enfants.

7 La solution : lintégration ? Terme polysémique Grande évolution depuis trente ans Idéologie et organisation pédagogique Grande variété des expériences en termes de degré dintégration et des bases conceptuelles qui sous-tendent lexpérience « Les acteurs sont motivés essentiellement par la représentation, par la définition opérationnalisée de ces notions dans leur pratique. »

8 Intégration Définition : « le processus maximisant linteraction entre les enfants handicapés et les autres ». Inclusion = création dun tout où chacun est inclus dans le départ. Intégration = addition à un tout, ajouter une partie à un tout. Lintégration est un processus et un objectif

9 Principes Droit à une qualité de vie. Respect de la dignité, de la liberté de choix, etc. Chances égales de pleine participation dans la société. Le niveau communautaire devrait servir de base pour les programmes et les services.

10 –Participer et samuser dans des activités avec des enfants valides sans leur imposer une compétition impossible. –Permettre aux enfants qui ont des capacités daméliorer les compétences et confiance en eux ; cela ne signifie pas de nier les services spécialisés quand ils sont appropriés. –Apporter un accompagnement et modifier ou ajouter des services quand nécessaire ; ne pas utiliser uniquement les services déjà présents. –Le support de la communauté dans le changement des attitudes et des politiques reflète le droit de ces personnes à une dignité, une confiance en eux et un engagement communautaire.

11 Concepts annexes Environnement le moins restrictif Normalisation (valeur des rôles sociaux) Adaptation

12 Environnement le moins restrictif (Least Restrictive Environment) Lorganisation qui est la moins différente de la situation ordinaire et qui offre simultanément les plus grandes opportunités dinteractions avec des enfants valides. Lenvironnement qui permet les meilleures combinaisons entre les compétences individuelles et les services dont il a besoin, pour la plus grande autonomie possible.

13 Normalisation Rendre disponible aux personnes avec handicap des situations de la vie quotidienne les plus proches possibles des normes et des situations de la vie ordinaire. Le but est de créer et défendre des rôles sociaux valorisés pour les personnes qui risquent dêtre dévaluées par leur situation handicapante. Lâge doit être adapté au niveau de lâge biologique et non au niveau de lâge fonctionnel. Imitation = moyen dapprentissage Lâge approprié aux rôles sociaux se comporter de manière appropriée et valorisée dans des environnements.

14 5 principes de ladaptation 1- Adapter seulement quand cest nécessaire. 2- Adapter sur des bases individuelles 3- Voir les adaptations comme temporaires 4- Adapter vers la « normalité » 5- Adapter pour la disponibilité pour tous

15 Bénéfices pour les valides Nouvelles attitudes basées sur de vraies expériences (sensibilisation) ; plus intégratifs en général. Plus compréhensif et tolérant envers les différences entre humains ; donne des occasions de coopération. Parents, éducateurs et décideurs de demain. Développement social et affectif (se sentir utile, une image de soi positive, etc.). Conscience des obstacles de lenvironnement; un environnement dapprentissage plus large. Apprendre à propos du matériel dadaptation physique, technologique; apprendre de nouvelles compétences qui peuvent bénéficier à tous. Préparation à des études, un travail, etc. Profiter des adaptations des enfants handicapés (pédagogie, matériel, etc.). Philippe Tremblay

16 Bénéfices pour les enfants handicapés Se comporter et apprendre avec une plus grande variété de personnes et dexpériences. Transfert direct des nouvelles compétences. Contribuer comme membre du groupe, appartenance. Amitiés et relations avec des enfants valides. Rôles sociaux positifs. Entraînement à de nouvelles compétences. Développement de lautonomie.

17 Bénéfices pour les professionnels Changements de représentations sur les capacités de lenfant. « Contagion » de lintégration. Amélioration des services pour tous. Ouverture à dautres techniques (animation, éducatives, etc.) Besoin de formation (apprentissage et transmission) Développement de nouvelles compétences professionnelles

18 Bénéfices pour les parents Permet de souffler. Lieux dintégration plus nombreux et plus proches. Plus grande confiance à lenfant et aux opérateurs. Changements de représentations sur les capacités réelles de lenfant. Lieu de rencontre « ouvert ».

19 Freins et critiques de lintégration La formation (ou le manque de formation) des professionnels Pas équipé pour répondre aux besoins des enfants handicapés (surtout dans le cas d handicap plus important) Les enfants avec handicap vont déranger et ralentir le reste du groupe ; ils prennent du temps dévolu précédemment à dautres participants Une trop grande différence entre les enfants handicapés et les valides. Les responsabilités légales (loi, assurances, etc.) La question du financement – lintégration coûte trop cher !!! Pas assez de temps ou dénergie pour se préparer aux besoins particuliers de lenfant intégré. Pas assez daide Pas accessible (trop cher à rendre accessible) La peur (déchouer, de la différence, de devoir toujours le faire, etc.)

20 Constats opérateurs Beaucoup de cas-par-cas Parents qui cachent des infos Certains « se débarrassent » de lenfant Manque de collaboration et dinformation avec et sur les autres professionnels (IMP, école, SA, etc.) Manque de ressources « dimpulsion » Les projets reposent généralement sur une ou deux personnes. Autonomie des opérateurs

21 Difficultés rencontrées par les parents Manque dinformation Refus dinscription Problèmes daccessibilité, déloignement, de mobilité ou dargent. Manque de place et/ou dadaptation suffisante. Problème social lié au handicap (différence, acceptation, etc.) qui semble être la difficulté la plus importante rencontrée. Pas facile non plus « daccoutumer » un enfant à un nouveau milieu. Philippe Tremblay

22 Participation ? TypeOuiNon 160%40% 248,78%51,22% 375%25% 445,95%54,05% 650%* 773,53%26,47% 871,6%28,4%

23

24 Type de structures fréquentées Spécialisé2932,95% Ordinaire6371,59% Intégration1314,77% Autres44,55%

25 Satisfaction 94,35% des parents se montrent satisfaits. Linsatisfaction concerne : le manque de formation des animateurs, les difficultés dinscription, le manque doffre et damélioration. La satisfaction concerne : le fait que cela soit un bon projet, que lenfant est bien entouré et soutenu, la socialisation, le bien-être (plaisir, amusement, heureux, etc.).

26 Participation future Il y a 87,88% des « enfants » qui souhaitent dans lavenir avoir des activités extrascolaires. Lintégration est plébiscitée. Lencadrement (qualité et quantité) est à repenser. Le maintien dans son groupe dâge biologique semble être une considération importante. On souhaite avec ces activités participer à lamélioration des capacités de lenfant, en lien avec son handicap.

27

28

29

30 Mettre en place un projet Volonté dintégration ? (demande, contacts, formation, obligation, expérience, etc.) Personne porteuse du projet ? Caractéristiques de lassociation (personnel, histoire, activités, locaux, etc.) Importance des parents

31 Les 10 conditions dintégration 1- Les valeurs 2- Les attitudes 3- Les facteurs légaux et sociaux () 4- Lorganisation extrascolaire 5- Les contenus 6- Lanimation 7- Les services de soutien 8- Les interactions avec le milieu 9- Lencadrement et le suivi 10- La préparation des intervenants

32 Définir le projet a)Quel type denfant pouvons-nous prendre en charge ? (expérience, formation, accessibilité, etc.) b)Quand ? Avec qui ? (date, groupe dâge, encadrement, référent, etc.) c)Que nous faut-il pour mettre le projet en place? (adaptation, personnel, partenariat, formation,, etc.) d)Calendrier e)Etc. Philippe Tremblay

33 Préparation/enfant Trouver le ou les enfants (publicité, partenariat, etc.) Rencontre avec lenfant et la famille Contact avec lécole, linstitution* Journée dessai Fiche médicale adaptée Analyse des besoins (encadrement, autonomie, moments critiques, etc.)

34 Préparation/milieu Calmer les craintes du personnel (durée, surcharge, etc.) Définir un référent Définir les besoins de sensibilisation ou de formation spécifique Définir lapport de personnel supplémentaire (stagiaire, professionnel, partenariat, etc.) Inclure ce thème à toutes les réunions préparatoires (rester à jour, « aware », etc.)

35 Préparation/enfants Sensibilisation des enfants (K7, discussion, expérience, visite, etc.) Rencontre organisée (repas, réunion dorganisation, etc.) Impliquer les enfants dans lorganisation pour augmenter la participation. Favoriser la coopération (jeux, mise en situation, etc.) Principe dégalité des chances = on aide plus celui qui en a le plus besoin, pour lui donner une égalité daccès et de participation.

36 Encadrement supplémentaire Normes décrétales 1 animateur pour 3 enfants handicapés légers (fréquentant les type 1, 3 et 8 de même que les enfants malentendants ou malvoyants* et les enfants trisomiques*, etc.) = +/- 2/jour 1 animateur pour 1 enfant avec un handicap lourd (polyhandicap, handicap physique, etc.) = +/- 3/jour Problèmes induits par la loi

37 Personnel En interne Professionnel payé en plus* Stagiaire Bénévole Volontaire ou chantier Partenariat avec une institution Famille Etc.

38 Financement Fonds internes Subside complémentaire (coordination communale de laccueil extrascolaire) Financement récurrent (ou non) de la commune Financement public (projets COCOF ou CF, Europe, etc.) Financement publics (Fondations, mécénat, Rotary et Lions Club, etc.) Projet de financement spécifique (souper, partenariat avec un mouvement de jeunesse, etc.) Etc. Philippe Tremblay

39 Préparation des activités Principes de ladaptation sur les besoins réels (ex. : communication, mobilité, compréhension, etc.) Rythme particulier (repas, sieste, soin, etc.) Les faire « pour de faux » (essai en voiturette, avec dautres enfants, etc.) Prévoir le pire pour vivre le meilleur.

40 Activités identiques à avant (encadrement, groupe, etc.) similaires mais adaptés à tous similaires mais adaptés à lenfant (rôle) nouvelles activités mixtes « activités dhandicapés » mixtes

41 Pendant les activités Veiller à avoir un référent* pour le ou les enfants auprès des autres professionnels, de la famille, des responsables, etc. Maximiser les contacts et activités communes et/ou similaires Faire un petit feed-back en fin de journée et apporter immédiatement les adaptations nécessaires Impliquer la famille (infos, cohérence éducative, etc.) Ne pas accepter dattitudes ou de comportements négatifs mais pouvoir les traiter avec le ou les enfants concernés (valeurs) Rester cohérent dans lintervention pour tous les enfants (règles, tâches, choix, etc.) Philippe Tremblay

42 Evaluation dune intégration Les indicateurs directs Présence à temps complet avec les autres Apprentissages similaires à ceux du programme général Ses progrès relatifs (PEI) Son acceptation par les autres Sa capacité à acquérir des habitudes et des comportements sociaux analogues aux autres

43 Les indicateurs indirects Climat de coopération des professionnels La participation des professionnels à des formations sur lintégration Le recours à des stratégies diversifiées danimation Gestion démocratique du groupe avec souplesse dans lapplication des règles Lindividualisation des objectifs (PEI) La mise en place de moyens favorisant les contacts entre enfants

44 Après les activités Evaluer auprès des parents, enfants, professionnels, etc. Les conditions dintégration ont-elles été remplies ? Suite à apporter (arrêt, amélioration, « contamination », etc.) Formation complémentaire On prépare déjà les prochaines … Philippe Tremblay


Télécharger ppt "Intégration et handicap Pourquoi et comment intégrer ? Philippe Tremblay."

Présentations similaires


Annonces Google