La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

COMPORTEMENTS. Difficultés posée par ce chapitre Notions Intelligence, Conscience ? Mesures 1. Quelle est la validité des données comportementales obtenues.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "COMPORTEMENTS. Difficultés posée par ce chapitre Notions Intelligence, Conscience ? Mesures 1. Quelle est la validité des données comportementales obtenues."— Transcription de la présentation:

1 COMPORTEMENTS

2 Difficultés posée par ce chapitre Notions Intelligence, Conscience ? Mesures 1. Quelle est la validité des données comportementales obtenues en captivité? 2. Comment mesurer des comportements chez les cétacés libres alors quils sont invisibles 90% du temps ?

3 L organe des comportements le cerveau - Le cerveau des cétacés est lourd et volumineux dans labsolu - Coefficient dencéphalisation (rapport poids du cerveau/poids total) inférieur à lhomme mais très supérieur aux primates

4 HOMMEDAUPHIN - Plus de circonvolution que chez lhomme donc surface relative plus importante - Néocortex frontal (constitué de matière grise et jouant un rôle dans les fonctions cognitives élaborées ) est épais

5 Les comportements En liberté, on peut observer 4 types de comportements 1. Alimentation 2. Socialisation 3. Repos 4. voyage

6 Lalimentation Les odontocètes (cétacés à dents) = prédateurs Les mysticètes (cétacés à fanons) = filtreurs REGIMES ALIMENTAIRES

7 Les odontocètes (cétacés à dents) = carnivores prédateurs - Ils sont au sommet de la chaîne alimentaire - Ils se nourrissent dune grandes diversités de proies (crustacés, mollusques, calmars, poissons, oiseaux et mammifères) - Dents toutes identiques, pointues et coniques, conformées pour retenir les corps frétillants et glissants quils gobent (ne servent pas à couper, mordre, déchiqueter, broyer) -Sacré appétit : une orque de 6 tonnes mange 100 kg/jour; un tursiops de 150 kg mange 8 kg/jour (pour lutter contre déperdition de chaleur) -Vite fait bien fait : dans des conditions normales, ils ne passent que 10% de leur temps à se nourrir mais la pollution et la surpêche ont vidés les océans alors maintenant ils y passent jusquà 80% de leur temps

8 Les fanons sont des lames cornées plantées sur la mâchoire supérieure qui constituent un filtre. Les mysticètes avalent dénormes quantité deau puis il la repousse à travers le filtre à laide de leur langue en piston. Ils lèchent ensuite lintérieur de leur fanon avec la langue pour récupérer la nourriture Les mysticètes (cétacés à fanons) = filtreurs Ils se nourrissent de krill (petit crustacés microscopique) Baleine à bosse Rorqual commun Rorqual boréal

9 Les Megaptères utilisent une technique de chasse en groupe très singulière: elles émettent par lévent une sorte de filet de bulles dair pour regrouper les poissons puis elles remontent vers la surface en formant une sorte de cylindre de 10 m de diamètre. Ensuite elles se jettent sur le banc bouche ouverte et FESTIN !!!

10 LA CHASSE La recherche du poisson 1. la recherche peut être menée par lensemble du groupe Le troupeau entier se déplace à lunisson en formations de géométries variables et totalement synchronisées COOPERATION /COMMUNICATION

11 La recherche du poisson 2. la recherche peut être menée par une partie du groupe Ce type de recherche permet aux dauphins de s'éloigner beaucoup plus et de couvrir un plus vaste territoire. La configuration du "troupeau" complet ne cesse alors de se modifier, du fait du départ et de l'arrivée continuelle des multiples sous-groupes en recherche Selon différents circuits complexes, les dauphins ratissent littéralement les eaux, Lorsque l'un des dauphins parmi ces petits groupes localisent le poisson (phase de détection), tous les autres membres de la troupe s'approchent aussitôt pour profiter du festin.

12 La recherche du poisson 3. la recherche peut être menée par des « éclaireurs » - Un groupe de 2 à 4 dauphins voyagent le long du rivage, à une distance de trois cent mètres, en suivant soigneusement les contours de la côte. Le gros de la troupe les suit en parallèle, plus au large. Mais lorsque l'un des "scouts" détectent le poisson, toute la bande les rejoint aussitôt et la chasse peut alors commencer. -Il semble que chaque dauphin puisse devenir éclaireur à un moment donné et qu'aucune spécialisation n'existe en ce domaine. -Il semble que les dauphins-éclaireurs puissent communiquer au reste du groupe des informations précises sur les proies potentielles et leur nombre. Si le poisson est peu abondant, il ny a quun petit groupe qui vient rejoindre les éclaireurs. Par contre si le banc est énorme, c'est toute la troupe qui se déplacera.

13 La capture du poisson Restreindre et contrôler les mouvements de la proie = FISH BALL Différentes techniques

14 Les dauphins encerclent le banc de poisson en tournant et en se rapprochant petit à petit = carrousel horizontal Quand le banc est plus important, les dauphins plongent sous le banc = carrousel vertical Ils peuvent même parfois des bulles pour effrayer le poisson et resserrer encore le banc Les carrousels

15 Les murs Les dauphins poussent les poissons vers la berge… …ou vers un mur de dauphins

16 La chasse-poursuite Les dauphins poursuivent le poisson sans chercher à restreindre sa mobilité soit en formation frontale à lunisson soit de façon diffuse La chasse en solitaire Le plus souvent, le dauphin pousse le poisson vers la berge ou vers un filet (technique du mur adapté à un seul individu) et technique du « poisson sur la plage ».

17

18 Le prédateur suprême : LORQUE - Lorque est le seul cétacés à chasser des proies à sang chaud (phoques, otarie, lion de mer, marsouins, dauphins, oiseaux) et sattaque également aux requins, aux raies manta et même aux baleines géantes. - Les orques résidents chassent de manière individuelle ou maternelle (mère et son petit), mais peuvent également chasser en groupe. En cas de chasse individuelle, des éléments quittent le groupe pour aller chasser, puis réintègrent celui ci. - Les orques nomades ont besoin d'une très grande cohésion pour la chasse. Ils utilisent différentes méthodes qui dépendent du type de proie et de « la culture »

19 La chasse au thon Les orques se placent en éventail afin de ratisser les eaux grâce à leur sonar. Dès qu'une orque repère un banc de saumons ou de poissons, elle avertit les autres membres, qui encerclent alors le banc. Les prédateurs plongent alors tour à tour vers leurs proies, tout en émettant des signaux qui indiquent leur position aux autres membres. Parfois ils utilisent leur arme secrète : le cri qui tue Chasse des poissons plus petits ou des calmars Dans les eaux norvégiennes tous les ans à la même époque, il y a un énorme rassemblement de harengs qui attire les orques. Dans ce cas, ils utilisent la méthode des fish ball et assomment les proies à violents coups de caudales.

20 1. L'orque vérifie tout dabord la présence de proie en sortant la tête de l'eau, tout en restant à la verticale, et en scrutant la banquise : c'est le spy-hopping. Chasse aux mammifères en Antartique 2. Si la proie se trouve sur un morceau de banquise libre, l'orque fonce à grande vitesse sous la glace et frappe pour la briser ou la secouer afin de faire tomber la proie dans l'eau et de la dévorer. C'est au moment de leur chute depuis la banquise, que l'orque doit agir, après il a peu de chance car les proies sont agiles dans leau.

21 - Sur les îles Crozet, ou en Patagonie, au printemps, les plages sont couvertes de phoques, de manchots, de lions de mer et d'éléphants de mer, qui jouent, chassent ou se reposent. Les orques se tiennent à la limite des eaux profondes, prés du bord. - L'orque fonce sur sa cible et séchoue sur la plage pour happer sa proie mais va du fait de la très faible profondeur, s'échouer sur le sable. Pour repartir à leau, l'orque donne de grands mouvements et s'agite frénétiquement - La plupart du temps, cest le mâle qui chasse pour sa famille - Parfois, l'adulte rapporte sa proie pour jouer avec avant de lachever et de la manger : 2 hypothèses pour expliquer ce comportement: Initiation des jeunes orques à la chasse ou rituel de chasse ?

22

23 La sociabilisation - La reproduction - La vie en société

24 La reproduction Toutes les étapes de leur reproduction - Parade - Accouplement - Gestation - Accouchement - Allaitement - Élevage des jeunes se déroulent au large là est la difficulté !!!!!

25 - Le comportement sexuel des cétacés est totalement différent en liberté et en captivité LA SEXUALITE -En liberté, le delphineau à une sexualité précoce : il connaît son premier orgasme avec sa mère vers lâge de 3 mois -Le mâle est sexuellement actif à partir de la puberté et toute lannée -La femelle est active toute lannée et réceptive seulement pendant les périodes dovulation -les cétacés sont en général polygames et polyandres, mais chez certaines espèces, notamment lorque, les couples peuvent durer plusieurs années (voire toute la vie) -les cétacés ont parfois (souvent en captivité mais aussi en liberté) des comportements sexuels « différents »: - brutalité et viol des femelles à plusieurs mâles - Masturbation - Homosexualité

26 - Dimorphisme sexuel peu important Mâle et femelle - Cest la taille du périnée (os séparant la fente génitale de la fente anale) qui permet de différencier le mâle de la femelle. - Parfois il y a une différence de taille (chez cachalot, orque, globicéphale, le mâle est plus gros que la femelle, chez les mysticètes cest souvent madame qui est plus grosse) – chez lorque laileron dorsal du mâle est plus grand que celui de la femelle

27 Le pénis du mâle est habituellement invisible, logé et replié en S dans dans une fente du bas ventre par de puissants muscles rétracteurs hydrodynamisme oblige!! Cest un organe fibro-élastique (= taureau ou porc), donc lérection nest pas due à un afflux de sang (comme chez le cheval ou chez lhomme) mais à un raidissement des fibres Le sexe de la femelle est exactement comme le notre

28 - On ignore lessentiel de leurs jeux amoureux en liberté - La saison des amours varie selon les espèces, mais la plupart des cétacés sadonnent aux jeux sexuels en dehors des périodes dovulation. Pour le plaisir et pour la mise en place de la hiérarchie sociale : ce type de comportement hédoniste ne se retrouve que chez les grands singes et chez lhomme Parade nuptiale - Chez certaines espèces, notamment les mégaptères, le choix de la femelle dépend des talents de chanteur du mâle. - Les accouplements peuvent être précédés de rites complexes de séduction (sauts, cabrioles, figures acrobatiques), de caresses (avec les nageoires pectorales et caudale et avec leur rostre) ou de rivalités entre mâles (bulles, coups de dent et de rostre)

29 - Quand les amoureux se sont trouvés, ils tentent de sisoler - La copulation ne dure quune 10 aine de secondes mais peut se répéter plusieurs fois (10 ou 12 fois en un après midi) Accouplement - Lépisode amoureux saccompagne de toutes sortes de clics, gazouillis, sifflements, grincements et murmures -En général laccouplement se fait ventre contre ventre horizontalement ou verticalement


Télécharger ppt "COMPORTEMENTS. Difficultés posée par ce chapitre Notions Intelligence, Conscience ? Mesures 1. Quelle est la validité des données comportementales obtenues."

Présentations similaires


Annonces Google