La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

IUFM de Creteil/ JLA Mise en œuvre et évaluation des piliers 6 et 7 du socle commun de connaissances et de compétences.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "IUFM de Creteil/ JLA Mise en œuvre et évaluation des piliers 6 et 7 du socle commun de connaissances et de compétences."— Transcription de la présentation:

1

2 IUFM de Creteil/ JLA Mise en œuvre et évaluation des piliers 6 et 7 du socle commun de connaissances et de compétences

3 IUFM de Creteil/ JLA POURQUOI METTRE EN PLACE UN SOCLE COMMUN DE CONNAISSANCES ET DE COMPETENCES ? POURQUOI METTRE EN PLACE UN SOCLE COMMUN DE CONNAISSANCES ET DE COMPETENCES ?

4 IUFM de Creteil/ JLA 1 LETAT DES LIEUX DU SYSTÈME EDUCATIF FRANCAIS Forces et faiblesses du système éducatif français * 50% des élèves en réussite * 15% des élèves en échec * 35% des élèves ayant connu des difficultés et ayant redoublé pendant la scolarité obligatoire, ce qui entraîne souvent des souffrances Forces et faiblesses du système éducatif français * 50% des élèves en réussite * 15% des élèves en échec * 35% des élèves ayant connu des difficultés et ayant redoublé pendant la scolarité obligatoire, ce qui entraîne souvent des souffrances

5 IUFM de Creteil/ JLA LES ELEVES EN DIFFICULTE EN PRIMAIRE ET EN COLLEGE: DES GARCONS PLUS QUE DES FILLES Garçons Filles Garçons Filles Lecteurs très efficaces 59% 70% Lecteurs très efficaces 59% 70% Très faibles capacités 8,9% 4,9% Très faibles capacités 8,9% 4,9% Difficultés sévères 6,1% 3,6% Difficultés sévères 6,1% 3,6% Les garçons sont plus souvent en difficulté : dans 15% des cas contre 8,5% pour les filles. Ils réussissent moins bien les épreuves de compréhension et sont plus nombreux que les filles dans les profils les plus faibles. Ils présentent aussi plus de déficits dans les mécanismes de base de traitement du langage. Les filles réalisent à lécole et au collège de meilleurs parcours scolaires que les garçons. A 14 ans, les filles sont pour plus des deux-tiers en troisième contre la moitié des garçons qui, à cet âge, sont environ un tiers à être encore en quatrième contre un quart des filles.

6 IUFM de Creteil/ JLA 2 LES EVALUATIONS INTERNATIONALES Que nous apprennent les évaluations PISA ? Lélève français maîtrise mieux les connaissances que les compétences. De plus, il nose pas répondre à certaines questions ouvertes par peur de lerreur trop stigmatisée dans notre système éducatif Lélève français na pas confiance en lui

7 IUFM de Creteil/ JLA « Dans la catégorie des « connaissances à propos de la science », les scores placent la France significativement au-dessus de la moyenne de lOCDE……Dans la compétence vérifiant la capacité à utiliser les connaissances qui conviennent dans une situation donnée, les résultats des élèves français se situent significativement en dessous de la moyenne de lOCDE……Les élèves français sont compétents lorsquil sagit dune restitution directe de connaissances, mais ils ont des difficultés à les mobiliser pour expliquer des phénomènes de manière scientifique dans des situations de la vie courante non évoquées en classe….. ( Note dinformation DEP/MEN n° Décembre 2007 )

8 IUFM de Creteil/ JLA

9

10 3 Les enjeux de la continuité pédagogique LES BESOINS DE LECONOMIE FRANCAISE IMPOSENT LA NECESSITE DUNE VERITABLE CONTINUITE PEDAGOGIQUE DE LECOLE AU LYCEE

11 IUFM de Creteil/ JLA 4 Lenjeu de lévaluation par compétences UNE SEPARATION DE PLUS EN PLUS FAIBLE ENTRE DISCIPLINES GENERALES ET DISCIPLINES PROFESSIONNELLES Des compétences transversales comme lesprit dinitiative, lautonomie, la créativité sont des compétences professionnalisantes comme lest, quel que soit le métier visé, la maîtrise de la langue écrite et orale

12 IUFM de Creteil/ JLA LE SOCLE COMMUN DE CONNAISSANCES NEST PAS UN SIMPLE PLANCHER, MAIS UNE PLANCHE DAPPEL, UN TREMPLIN

13 IUFM de Creteil/ JLA Au collège, maîtriser les connaissances et les compétences du socle commun Définition du socle commun : Ce quaucun élève ne doit ignorer à la fin de la scolarité obligatoire et qui est indispensable, selon la loi, « pour accomplir avec succès sa scolarité, poursuivre sa formation, construire son avenir personnel et professionnel et réussir sa vie en société » Maîtrise de la langue française Maîtrise des principaux éléments de mathématiques Culture humaniste et scientifique permettant le libre exercice de la citoyenneté Pratique dau moins une langue étrangère Maîtrise des Techniques dInformation et de Communication (TIC)

14 IUFM de Creteil/ JLA Font déjà lobjet, à un titre ou à un autre, des actuels programmes denseignement 1 - Maîtrise de la langue française 2 - Pratique dune langue vivante étrangère 3 - Compétences de base en mathématiques, culture scientifique et technologique 4 - Maîtrise des TIC 5 - Culture humaniste Ne font pas encore lobjet dune attention suffisante au sein de linstitution scolaire 6 – Compétences sociales et civiques 7 – Autonomie et initiative des élèves Les pratiques scolaires artistiques, culturelles et sportives contribuent à lacquisition du socle commun Le socle commun sorganise en sept piliers

15 IUFM de Creteil/ JLA les connaissances cest-à-dire les informations, les notions, les procédures acquises mémorisées et reproductibles par un individu dans un contexte donné ; cest-à-dire les informations, les notions, les procédures acquises mémorisées et reproductibles par un individu dans un contexte donné ;

16 IUFM de Creteil/ JLA les capacités cest-à-dire les opérations mentales, les mécanismes de la pensée que lindividu met en œuvre quand il exerce son intelligence cest-à-dire les opérations mentales, les mécanismes de la pensée que lindividu met en œuvre quand il exerce son intelligence

17 IUFM de Creteil/ JLA les attitudes cest-à-dire les comportements sociaux ou affectifs acquis par lindividu et mobilisables dans des domaines de la vie domestique, scolaire ou professionnelle cest-à-dire les comportements sociaux ou affectifs acquis par lindividu et mobilisables dans des domaines de la vie domestique, scolaire ou professionnelle

18 IUFM de Creteil/ JLA Des connaissances, des capacités et des attitudes Le HCE, suivi en cela par le ministère, a choisi de prendre comme définition de « compétences » celle utilisée par les instances européennes, dans leur rapport sur les compétences clés. Une compétence est « conçue comme une combinaison de connaissances fondamentales pour notre temps, de capacités à les mettre en œuvre dans des situations variées, mais aussi dattitudes indispensables tout au long de la vie, […] ».

19 IUFM de Creteil/ JLA EVALUER UNE COMPETENCE ? Dans une situation nouvelle, lélève doit être capable de mobiliser des savoirs, savoir faire et savoir être antérieurement acquis Les connaissances ont un rôle essentiel à jouer en tant quoutils à mobiliser. Inciter les élèves à utiliser leurs savoirs pour réagir efficacement aux situations. Lobjectif de tout enseignement est de faire vivre la pensée des élèves.

20 IUFM de Creteil/ JLA 6 – Les compétences sociales et civiques Connaître les règles de vie collective, codes de conduite, code dusage, interdits/permis, éducation à la sexualité, à la santé et à la sécurité, connaître les gestes de premiers secours Respecter les règles, communiquer et travailler en équipe, évaluer et assumer les conséquences de ses actes, respecter les règles de sécurité… Respect de soi et respect des autres, respect de lautre sexe, respect de la vie privée, gestion des conflits, prendre conscience que nul ne peut exister sans lautre, avoir le sens de la responsabilité… Mettre en place un parcours civique de lélève, favoriser une participation efficace et constructive à la vie sociale et professionnelle A) Vivre en société

21 IUFM de Creteil/ JLA B) Se préparer à sa vie de citoyen Déclaration des droits de lhomme, Convention internationale des droits de lenfant, symboles de la République et leur signification, règles fondamentales de la vie démocratique, valeurs qui fondent la République… Savoir évaluer la part dobjectivité et de partialité dans un discours Avoir conscience de la place et de limportance des médias Savoir construire une opinion personnelle Avoir la conscience de ses droits et devoirs, prendre conscience de limportance de lexercice du droit de vote, avoir la volonté de participer à des activités civiques…

22 IUFM de Creteil/ JLA

23 7 – Lautonomie et linitiative Connaître les processus dapprentissage, ses propres points forts et points faibles Connaître lenvironnement économique, lentreprise Etre capable de raisonner avec logique et rigueur Savoir sauto-évaluer Développer sa persévérance, avoir la maîtrise de son corps… Motivation, confiance en soi, désir de réussir Se prendre en charge personnellement Rechercher les occasions dapprendre… A)Lautonomie Le socle commun établit la possibilité déchanger, dagir et de choisir en connaissance de cause, en développant la capacité de juger par soi-même

24 IUFM de Creteil/ JLA

25

26 Toutes les connaissances acquises pour les autres compétences peuvent être utiles Avoir une démarche adaptée au projet Prendre des décisions Prendre des risques… Curiosité et créativité Motivation et détermination B) Lesprit dinitiative Concevoir, mettre en œuvre et réaliser des projets individuels ou collectifs

27 IUFM de Creteil/ JLA

28 LES 7 ENJEUX DU SOCLE COMMUN Marier excellence et démocratisation pour tous Marier excellence et démocratisation pour tous Mieux gérer la continuité pédagogique Mieux gérer la continuité pédagogique Favoriser les approches interdisciplinaires Favoriser les approches interdisciplinaires Renouveler les approches de lévaluation Renouveler les approches de lévaluation Reconnaître la diversité des formes de réussite Reconnaître la diversité des formes de réussite Remettre en cause la hiérarchie des disciplines, remettre à leur place les « éducation à » Remettre en cause la hiérarchie des disciplines, remettre à leur place les « éducation à » Permettre den finir avec les redoublements sous leur forme actuelle: lenjeu des PPRE. Permettre den finir avec les redoublements sous leur forme actuelle: lenjeu des PPRE.

29 IUFM de Creteil/ JLA CALENDRIER DE MISE EN ŒUVRE DU SOCLE

30 IUFM de Creteil/ JLA La validation des acquisitions privilègie une démarche collégiale, selon des modalités propres à chaque catégorie d'enseignement. La validation des acquisitions privilègie une démarche collégiale, selon des modalités propres à chaque catégorie d'enseignement. École élémentaire : enseignants du cycle réunis en conseil des maîtres de cycle. École élémentaire : enseignants du cycle réunis en conseil des maîtres de cycle. Collège et lycée professionnel : professeur principal, après consultation de l'équipe pédagogique de la classe. ( à partir de la rentrée 2009 dès la classe de 4 e : B.O. du 29 octobre 2009) Collège et lycée professionnel : professeur principal, après consultation de l'équipe pédagogique de la classe. ( à partir de la rentrée 2009 dès la classe de 4 e : B.O. du 29 octobre 2009) Sections d'enseignement général et professionnel adapté (SEGPA) : enseignant de référence de chaque division. Sections d'enseignement général et professionnel adapté (SEGPA) : enseignant de référence de chaque division.

31 IUFM de Creteil/ JLA « Lorsque les évaluations conduites dans les différents enseignements montrent que lélève maîtrise une compétence, la décision de la valider est prise collégialement par les membres de léquipe pédagogique concernés. Les compétences validées sont renseignées par le professeur principal dans les attestations de palier 3. Les attestations du palier 3, les grilles de référence qui précisent les exigences pour chaque compétence, ainsi que les outils daide à lévaluation sont mis à la disposition des équipes sur Eduscol « Lorsque les évaluations conduites dans les différents enseignements montrent que lélève maîtrise une compétence, la décision de la valider est prise collégialement par les membres de léquipe pédagogique concernés. Les compétences validées sont renseignées par le professeur principal dans les attestations de palier 3. Les attestations du palier 3, les grilles de référence qui précisent les exigences pour chaque compétence, ainsi que les outils daide à lévaluation sont mis à la disposition des équipes sur Eduscol. » ( Circulaire de rentrée 2010)

32 IUFM de Creteil/ JLA : 1 er DEGRE Des fiches d'attestation précisant les connaissances et compétences à évaluer en référence aux programmes en fin de CE1(pour la maîtrise de la langue française, les principaux éléments de mathématiques, les compétences sociales et civiques) et en fin de CM2 (pour chacune des sept grandes compétences du socle commun) doivent être remises aux familles (Circulaire du 24 novembre BO n°45 du 27 novembre 2008 )

33 IUFM de Creteil/ JLA En college Année scolaire Généralisation à tous les établissements de l'expérimentation de la validation des compétences acquises testée dans certains collèges en et en ( B Octobre 2009) Année scolaire Généralisation à tous les établissements de l'expérimentation de la validation des compétences acquises testée dans certains collèges en et en ( B Octobre 2009) Session 2010 du DNB Seules compétences exigibles : Session 2010 du DNB Seules compétences exigibles : –maîtrise des techniques usuelles de l'information et de la communication - à travers le brevet informatique et internet (B2i), –pratique d'une langue vivante étrangère - avec le niveau A2 en langue vivante. Session 2011 Prise en compte de l'acquisition de toutes les compétences du socle commun. Session 2011 Prise en compte de l'acquisition de toutes les compétences du socle commun.

34 IUFM de Creteil/ JLA Après plusieurs versions, la VERSION DEFINITIVE de lATTESTATION DE MAITRISE DES CONNAISSANCES ET COMPETENCES DU SOCLE COMMUN AU PALIER 3 ( Fin du collège) est parue dans le B.O. n°45 du 3 décembre 2009

35 IUFM de Creteil/ JLA « Jusquà la fin de la scolarité obligatoire, le livret personnel de compétences qui rassemble les attestations de chacun des paliers dans les sept grandes compétences du socle permet de suivre les acquisitions de chaque élève. Pour la validation de chacun des trois paliers du socle, les équipes pédagogiques sappuient sur des ressources en ligne comme les grilles de référence. Lutilisation du livret personnel de compétences par lensemble des enseignants en collège est lune des toutes premières priorités de lannée scolaire à venir » ( Circulaire de rentrée 2010)

36 « Au collège, le conseil pédagogique est le lieu où est menée la réflexion pédagogique induite par lévaluation des connaissances et des compétences du socle commun. (…) Les attestations de maîtrise des connaissances et des compétences du socle commun renseignées au palier 1 et au palier 2 sont des supports structurants pour la liaison école collège. Elles apportent des éléments dinformation essentiels pour la mise en place, sans délai, de laide et de laccompagnement au travail nécessaires aux élèves en difficulté scolaire.. » ( Circulaire de rentrée 2010)

37

38 TOUTES LES DISCIPLINES PEUVENT CONTRIBUER A LACQUISITION DE CERTAINES COMPETENCES TOUTES LES DISCIPLINES PEUVENT CONTRIBUER A LACQUISITION DE CERTAINES COMPETENCES

39 IUFM de Creteil/ JLA « Tous les enseignements, toutes les disciplines ont un rôle à jouer dans lacquisition des compétences du socle commun, et donc dans leur évaluation » ( Circulaire de rentrée 2010)

40 IUFM de Creteil/ JLA C omment toutes les disciplines peuvent contribuer à construire une capacité Une capacité : savoir adapter sa prise de parole (attitude et niveau de langue) à la situation de communication (lieu, destinataire, effet recherché). Pilier 1

41 IUFM de Creteil/ JLA On retrouve cette compétence du pilier évoquée dans les indications pour lévaluation dans la grille de référence du pilier pour : - Respecter les principes de civilité - Savoir débattre face à un cas de non-respect du règlement concernant un camarade ou soi- même - Respecter les différences, en particulier les personnes de lautre sexe dans ses mots comme dans ses actes.

42 IUFM de Creteil/ JLA Le CPE a donc son mot à dire dans lévaluation de cette capacité qui est une des six de « Sexprimer à loral » dans le livret dattestation de maîtrise des connaissances et compétences du socle commun.

43 IUFM de Creteil/ JLA Lévaluation des piliers 6 et 7 pose bien la question des connaissances, capacités, attitudes. Il y a la connaissance des principes de la citoyenneté, de la laïcité…. Il y a les pratiques de citoyenneté, de laïcité qui recouvrent les capacités et les attitudes.

44 IUFM de Creteil/ JLA Le rôle du CPE dans lévaluation des piliers 6 et 7 Ce rôle sarticule avec les missions du CPE: Ce rôle sarticule avec les missions du CPE: - Conseiller dans le domaine de la politique éducative le chef détablissement et lensemble de la communauté éducative y compris les parents. - Assurer avec les autres personnels le respect des règles de vie et du droit dans létablissement. - Contribuer à la continuité, à la cohérence et la pertinences éducatives au sein de létablissement.

45 IUFM de Creteil/ JLA LE CPE DOIT DONC ASSUMER UN ROLE DE GOUVERNANCE EDUCATIVE AFIN DE METTRE FIN A LA JUXTAPOSITION DES ACTIONS ET DES PROJETS DANS LETABLISSEMENT.

46 IUFM de Creteil/ JLA LE CPE DOIT APPORTER DE LA COHERENCE, DE LUNITE EN HARMONISANT, PAR EXEMPLE, LACCOMPAGNEMENT EDUCATIF, LE TRAITEMENT DES SANCTIONS, LA PRISE EN CHARGE DES DECROCHEURS

47 IUFM de Creteil/ JLA LACCOMPAGNEMENT EDUCATIF Il est important den mesurer les effets sur la réussite scolaire et de les articuler avec certaines compétences des piliers 6 et 7 CE QUI SE FAIT DANS LACADEMIE DAIX MARSEILLE: CE QUI SE FAIT DANS LACADEMIE DAIX MARSEILLE: Le chargé de mission « Accompagnement éducatif » de cette académie indique fin janvier 2010 que les établissements concernés: Le chargé de mission « Accompagnement éducatif » de cette académie indique fin janvier 2010 que les établissements concernés: Organisent des réunions trimestrielles entre les professeurs principaux et les intervenants en charge de laccompagnement éducatif pour débattre des élèves Organisent des réunions trimestrielles entre les professeurs principaux et les intervenants en charge de laccompagnement éducatif pour débattre des élèves Développent une implication des CPE pour mesurer les évolutions éventuelles du comportement et de lattitude en classe et dans létablissement des élèves bénéficiant de ce dispositif Développent une implication des CPE pour mesurer les évolutions éventuelles du comportement et de lattitude en classe et dans létablissement des élèves bénéficiant de ce dispositif BILAN: Les élèves sont plus assidus, plus attentifs en classe. Il y a moins de problèmes dincivilité. BILAN: Les élèves sont plus assidus, plus attentifs en classe. Il y a moins de problèmes dincivilité.

48 IUFM de Creteil/ JLA * Létablissement scolaire, espace laïque de savoir et de citoyenneté, doit développer des pratiques de citoyenneté, des initiatives citoyennes, créer des espaces de médiation, découte et de dialogue avec les jeunes et les familles. * Le lien social, déchiré par les inégalités et la crise, se reconstitue aussi dans la solidarité et par lengagement, que le civisme nest pas une règle froide et abstraite, mais un apprentissage collectif permanent. * La cohérence de laction des adultes de létablissement( Personnels de direction, déducation, enseignants, administratifs, ouvriers, sociaux….) est une nécessité. * Faire que tous les adultes de létablissement aient un discours cohérent est un enjeu important pour toute la communauté éducative.

49 IUFM de Creteil/ JLA Faire que tous les adultes de létablissement aient un discours cohérent est un enjeu important pour toute la communauté éducative. Faire que tous les adultes de létablissement aient un discours cohérent est un enjeu important pour toute la communauté éducative. Cela implique que chacun, de laide éducateur à lenseignant, du personnel administratif à léquipe de direction, soit conscient qu : Cela implique que chacun, de laide éducateur à lenseignant, du personnel administratif à léquipe de direction, soit conscient qu : il faut une cohérence entre le dire des discours et le faire du travail quotidien ; il faut une cohérence entre le dire des discours et le faire du travail quotidien ; il est nécessaire que chacun dans ses activités applique les mêmes règles que lautre, ait le même seuil de tolérance concernant ce qui est inacceptable, non négociable. il est nécessaire que chacun dans ses activités applique les mêmes règles que lautre, ait le même seuil de tolérance concernant ce qui est inacceptable, non négociable. Il est fondamental que lélève ressente que tout létablissement, toutes les heures de cours fonctionnent selon les mêmes règles. Les règles fonctionnant dans lécole nétant déjà pas les mêmes que celles fonctionnant dans la rue, dans la cité ou évoquées dans les médias, il est difficile de pour les élèves de se les approprier, sils ressentent que, concernant par exemple les retards, le rendu des devoirs, les injures, il y a une règle en français, une en mathématiques, une en EPS, etc… Il est fondamental que lélève ressente que tout létablissement, toutes les heures de cours fonctionnent selon les mêmes règles. Les règles fonctionnant dans lécole nétant déjà pas les mêmes que celles fonctionnant dans la rue, dans la cité ou évoquées dans les médias, il est difficile de pour les élèves de se les approprier, sils ressentent que, concernant par exemple les retards, le rendu des devoirs, les injures, il y a une règle en français, une en mathématiques, une en EPS, etc… Cela ne peut que déstabiliser les jeunes et rendre plus difficile lexercice du métier enseignant. Cette caractéristique des établissement français où la règle varie souvent selon les enseignants apparaît dans les enquêtes internationales comparatives. Cela ne peut que déstabiliser les jeunes et rendre plus difficile lexercice du métier enseignant. Cette caractéristique des établissement français où la règle varie souvent selon les enseignants apparaît dans les enquêtes internationales comparatives.

50 IUFM de Creteil/ JLA La construction dun seuil de lintolérable commun à toute léquipe éducative implique la construction dun compromis entre tous les personnels où chacun apporte sa vision mais accepte de pratiquer, dans sa classe, dans son atelier, la loi commune. Il faut se garder de penser quun simple consensus sans réflexion de toute léquipe de létablissement puisse y suffire. La construction dun seuil de lintolérable commun à toute léquipe éducative implique la construction dun compromis entre tous les personnels où chacun apporte sa vision mais accepte de pratiquer, dans sa classe, dans son atelier, la loi commune. Il faut se garder de penser quun simple consensus sans réflexion de toute léquipe de létablissement puisse y suffire. Le développement dune véritable communauté éducative regroupant tous les acteurs dun établissement, quelles que soient leurs origines, leurs philosophies, leurs croyances est le meilleur antidote contre les replis communautaires. Le développement dune véritable communauté éducative regroupant tous les acteurs dun établissement, quelles que soient leurs origines, leurs philosophies, leurs croyances est le meilleur antidote contre les replis communautaires.

51 IUFM de Creteil/ JLA Redonner sens au collectif Face à une telle situation, il est important que la société sinterroge sur ce qui peut redonner sens à du collectif. Face à une telle situation, il est important que la société sinterroge sur ce qui peut redonner sens à du collectif. Navons-nous pas trop rapidement abandonner des rites collectifs ?: La construction de la personnalité, le sentiment dappartenance à un groupe, à un établissement, à une nation passe par des rites. Navons-nous pas trop rapidement abandonner des rites collectifs ?: La construction de la personnalité, le sentiment dappartenance à un groupe, à un établissement, à une nation passe par des rites. Sil ny a plus aucun rite organisé par la société, ceux-ci passeront par dautres : la bande, les groupes ethniques ou religieux…. Sil ny a plus aucun rite organisé par la société, ceux-ci passeront par dautres : la bande, les groupes ethniques ou religieux…. Lappartenance à un collectif est un élément important du Vivre ensemble. Pour dépasser les tensions communautaires, il faut proposer des éléments dune appartenance collective. Lappartenance à un collectif est un élément important du Vivre ensemble. Pour dépasser les tensions communautaires, il faut proposer des éléments dune appartenance collective. Donner le sentiment quon appartient à un collectif doit être au cœur des projets détablissements ….. Donner le sentiment quon appartient à un collectif doit être au cœur des projets détablissements …..

52 IUFM de Creteil/ JLA Létablissement scolaire public doit se concevoir comme porteur dun projet collectif approprié par tous, élément dun projet national collectif. Létablissement scolaire public doit se concevoir comme porteur dun projet collectif approprié par tous, élément dun projet national collectif. Le défi de lécole inclusive nest donc pas dopposer des cultures, des traditions, mais en partant du principe que chaque culture porte une part duniversel, de donner sans attitude paternaliste ou néo-colonialiste des connaissances à la fois sur lhistoire, la culture des pays dorigine et sur le patrimoine national français et européen afin de forger un sentiment commun dappartenance qui ne nie pas la diversité des identités. Le défi de lécole inclusive nest donc pas dopposer des cultures, des traditions, mais en partant du principe que chaque culture porte une part duniversel, de donner sans attitude paternaliste ou néo-colonialiste des connaissances à la fois sur lhistoire, la culture des pays dorigine et sur le patrimoine national français et européen afin de forger un sentiment commun dappartenance qui ne nie pas la diversité des identités.

53 IUFM de Creteil/ JLA DONNER DE LA COHERENCE AUX DIFFERENTS DOMAINES DACTIVITES DE LA VIE SCOLAIRE Accueil-intégration, hébergement, restauration Accueil-intégration, hébergement, restauration Contrôle de lassiduité et lutte contre labsentéisme Contrôle de lassiduité et lutte contre labsentéisme Elaboration, diffusion et application des règles Elaboration, diffusion et application des règles Animation en milieu scolaire Animation en milieu scolaire Développement de la vie civique scolaire Développement de la vie civique scolaire Orientation et insertion professionnelle Orientation et insertion professionnelle Suivi pédagogique, psychologique et social des élèves Suivi pédagogique, psychologique et social des élèves Prévention des conduites dangereuses Prévention des conduites dangereuses

54 IUFM de Creteil/ JLA PILIER 6 COMPETENCES SOCIALES ET CIVIQUES Tous les lieux et moments de la vie scolaire permettent la mise en place de moments dacquisition de ces compétences, notamment dans le cadre de la participation à des projets (de classe, clubs, association sportive, formation des délégués..) en sinvestissant au CDI, dans le cadre du CESC, en s impliquant dans la passation d examen (ASR). Tous ces vécus sont autant de situations qui participent à lacquisition et à lévaluation de ces compétences. Tous les lieux et moments de la vie scolaire permettent la mise en place de moments dacquisition de ces compétences, notamment dans le cadre de la participation à des projets (de classe, clubs, association sportive, formation des délégués..) en sinvestissant au CDI, dans le cadre du CESC, en s impliquant dans la passation d examen (ASR). Tous ces vécus sont autant de situations qui participent à lacquisition et à lévaluation de ces compétences. On peut en outre utiliser pour lévaluation des études de cas, notamment pour la compétence « Avoir un comportement responsable » et des grilles dauto- évaluation On peut en outre utiliser pour lévaluation des études de cas, notamment pour la compétence « Avoir un comportement responsable » et des grilles dauto- évaluation

55 IUFM de Creteil/ JLA PILIER 7 LAUTONOMIE ET LINITIATIVE Lesprit dinitiative est développé par la mise en œuvre dactivités dans la classe et de projets denvergures très différents engageant activement les élèves: de la réalisation dun exposé à la recherche dun stage jusquaux projets collectifs impliquant lensemble de létablissement. Lesprit dinitiative est développé par la mise en œuvre dactivités dans la classe et de projets denvergures très différents engageant activement les élèves: de la réalisation dun exposé à la recherche dun stage jusquaux projets collectifs impliquant lensemble de létablissement. La démarche mobilisée dans ces actions implique d anticiper, dorganiser, de planifier. Par cette pratique, lélève apprend à travailler en équipe, à communiquer, à trouver des solutions, cest-à-dire à passer de la réflexion à laction. La démarche mobilisée dans ces actions implique d anticiper, dorganiser, de planifier. Par cette pratique, lélève apprend à travailler en équipe, à communiquer, à trouver des solutions, cest-à-dire à passer de la réflexion à laction. Si lesprit dinitiative est nécessaire pour sinvestir dans des actions et projets individuels ou collectifs, lautonomie est indispensable pour les réaliser. Si lesprit dinitiative est nécessaire pour sinvestir dans des actions et projets individuels ou collectifs, lautonomie est indispensable pour les réaliser.

56 IUFM de Creteil/ JLA LAUTO EVALUATION, PRATIQUE FORMATRICE FAVORISANT LAUTONOMIE, EST PROPOSE COMME OUTIL POUVANT CONTRIBUER A LA VALIDATION DE CE PILIER. LAUTO EVALUATION, PRATIQUE FORMATRICE FAVORISANT LAUTONOMIE, EST PROPOSE COMME OUTIL POUVANT CONTRIBUER A LA VALIDATION DE CE PILIER. LELEVE EN REFLECHISSANT A CE QUIL SAIT ET NE SAIT PAS FAIRE, A CE QUIL FAIT ET NE FAIT PAS, PREND CONSCIENCE DE SES PROCESSUS DAPPRENTISSAGE, DE SES PROPRES METHODES DE TRAVAIL, DE SES POINTS FORTS, DE SES POINTS FAIBLES. LELEVE EN REFLECHISSANT A CE QUIL SAIT ET NE SAIT PAS FAIRE, A CE QUIL FAIT ET NE FAIT PAS, PREND CONSCIENCE DE SES PROCESSUS DAPPRENTISSAGE, DE SES PROPRES METHODES DE TRAVAIL, DE SES POINTS FORTS, DE SES POINTS FAIBLES.

57 IUFM de Creteil/ JLA LENJEU DU TRAVAIL AVEC LES FAMILLES Faire adhérer la famille à la dynamique du socle est indispensable Lexpérience du Québec et de la Suisse montre quon échoue si le travail avec les familles nest pas mené « Il est déterminant de faire comprendre aux parents lintérêt des ruptures proposées en leur montrant dans quelle logique, quelle continuité ces évolutions sinscrivent » ( Rapport IGEN septembre 2007)

58 IL EST DONC NECESSAIRE DE PRESENTER SIMPLEMENT AUX FAMILLES Pourquoi avoir défini un socle de connaissances et de compétences? Quest-ce qui différencie une connaissance et une compétence? et de montrer quil ny a pas opposition, mais meilleure efficacité à acquérir des connaissances et développer des compétences

59 IUFM de Creteil/ JLA LES OUTILS Professionnels Programmes Programmes Le socle Le socle Les grilles de références Les grilles de références Les outils déquipe : écriture de parcours Les outils déquipe : écriture de parcours outils dévaluation; dossier pédagogique de suivi outils dévaluation; dossier pédagogique de suivi Elèves et familles Les bulletins qui doivent être revus Les bulletins qui doivent être revus Les livrets de compétences Les livrets de compétences Les portfolio Les portfolio

60 IUFM de Creteil/ JLA Ces documents de fin de cycle - complètent -éclairent les évaluations trimestrielles ILS NE SY OPPOSENT PAS

61 IUFM de Creteil/ JLA La pédagogie différenciée devient loutil majeur pour aider chaque élève à construire son parcours Les mots clés DIAGNOSTIQUER DIAGNOSTIQUER DIVERSIFIER DIVERSIFIER EVALUER EVALUER VALIDER DES COMPETENCES TOUT AU LONG DU PARCOURS SCOLAIRE VALIDER DES COMPETENCES TOUT AU LONG DU PARCOURS SCOLAIRE

62 IUFM de Creteil/ JLA Bien gérer lévaluation Lévaluation est un instrument de pilotage pédagogique. Lévaluation est un instrument de pilotage pédagogique. Elle doit garder sa JUSTE PLACE Elle doit garder sa JUSTE PLACE Il faut éviter de consacrer plus de temps à la vérification des acquis quaux apprentissages eux-mêmes Il faut éviter de consacrer plus de temps à la vérification des acquis quaux apprentissages eux-mêmes


Télécharger ppt "IUFM de Creteil/ JLA Mise en œuvre et évaluation des piliers 6 et 7 du socle commun de connaissances et de compétences."

Présentations similaires


Annonces Google