La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

UMB - COURS CAPES 2008 -2009 PRÉPARATION ÉPREUVE DIDACTIQUE LES COURANTS MÉTHODOLOGIQUES (2) Christine Hélot, IUFM dAlsace/UMB Strasbourg Groupe de recherche.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "UMB - COURS CAPES 2008 -2009 PRÉPARATION ÉPREUVE DIDACTIQUE LES COURANTS MÉTHODOLOGIQUES (2) Christine Hélot, IUFM dAlsace/UMB Strasbourg Groupe de recherche."— Transcription de la présentation:

1 UMB - COURS CAPES PRÉPARATION ÉPREUVE DIDACTIQUE LES COURANTS MÉTHODOLOGIQUES (2) Christine Hélot, IUFM dAlsace/UMB Strasbourg Groupe de recherche PLURIEL: plurilinguisme, dialogue interculturel et enseignement des langues

2 C. Hélot, IUFM Alsace-UMB Strasbourg 2 INTRODUCTION l La méthode audio-orale ou audio-lingual method l La méthode SGAV ou audio-visual method l On entre dans une ère plus "scientifique" de la didactique des LE.

3 C. Hélot, IUFM Alsace-UMB Strasbourg 3 LA MÉTHODE AUDIO-ORALE l Cette méthode s'est surtout développée aux USA : - suite aux besoins de l'armée américaine : ASTP ( ) - Contexte politique : 1957 : lancement du 1 er Spoutnik russe : 1958 : National Defence Act - l'enseignement des LE pour lutter contre l'isolationisme des USA. l On fait appel à des linguistes tel que Bloomfield (University of Yale) l La méthode ne dure que deux ans mais son impact est fort - Avant la CE était l'unique objectif de l'enseignement des LE. l La MAO sest développée suite aux travaux de linguistes (Lado, Fries, Brooks, Politzer) - dans le "English Language Institute" de l'U. du Michigan (Fries). l La méthode est née de la rencontre entre : - la psychologie behaviouriste et - la linguistique structurale.

4 C. Hélot, IUFM Alsace-UMB Strasbourg 4 CONCEPTION DE LA LANGUE l But général: communiquer dans la LE l Les 4 compétences sont visées l La priorité à l'oral, en particulier aux structures orales l L'écrit vient en second lieu, c'est de l'oral scripturé l La production suit la compréhension orale et écrite l Les 4 compétences ont un ordre: CO, EO, CE, EE l Le vocabulaire occupe une place seconde par rapport aux structures syntaxiques l L'évaluation porte sur des éléments spécifiques du code linguistique Ex: she sings / I sing

5 C. Hélot, IUFM Alsace-UMB Strasbourg 5 NATURE DE LA LANGUE l Elle est conçue comme un ensemble de cadres syntaxiques - qui s'acquierent comme un ensemble d'habitudes, d'automatismes linguistiques - les formes linguistiques appropriées sont utilisées de façon spontanée sans réflexion l L' accent est mis sur la correction de la forme linguistique pour transmettre un message l La méthode = un grand nombre d'exercices structuraux : prononciation, discrimination auditive et "patterns drills". l Fondement : linguistique structurale descriptive américaine - chaque langue a son système propre à différents niveaux : phonologique, morphologique, syntaxique. - la sémantique est presque absente de ce courant linguistique, - la forme prime sur le sens.

6 C. Hélot, IUFM Alsace-UMB Strasbourg 6 NATURE DE LA CULTURE l La culture est associée à la langue, l des éléments culturels sont explicitement donnés dans les manuels, l on compare la façon dont vivent les gens

7 C. Hélot, IUFM Alsace-UMB Strasbourg 7 CONCEPTION DE L'APPRENTISSAGE l Nature de l'apprentissage : - Apprendre une langue = acquérir un ensemble d'habitudes sous la forme d'automatismes linguistiques - ceci au moyen de la répétition : "overlearning" - sans nécessairement penser pour produire les énoncés corrects l Les textes théoriques sur le behaviourisme et le skinnerisme (1957) - expliquent bien le phénomène de : Stimulus - réaction – renforcement - Skinner (1957) Verbal Behaviour; il a surtout travaillé sur les animaux, l Rôle de l'apprenant : - l'apprenant imite le modèle de l'enseignant, réagit à ses directions - doit répondre rapidement à ses questions, de façon automatique, - sans prendre le temps de réfléchir au choix de telle ou telle forme.

8 C. Hélot, IUFM Alsace-UMB Strasbourg 8 CONCEPTION DE L'ENSEIGNEMENT l L'enseignant sert de modèle de prononciation - en plus des modèles enregistrés sur bande - et l'apprenant imite. l Il dirige et guide le comportement linguistique des apprenants l Le matériel : - les enregistrements occupent une place importante - le labo de langue est très utilisé pour les exercices structuraux

9 C. Hélot, IUFM Alsace-UMB Strasbourg 9 CONCEPTION DE LA RELATION PÉDAGOGIQUE l Relation didactique : - Le contenu est sélectionné à partir d'une analyse contrastive de L1 et LE - pour prévenir les erreurs et interférences - Le vocabulaire est plutôt limité - Le contenu est organisé à partir de ce qui est semblable en L1 et L - La progression est basée sur le degré de ressemblance + facile - Présentation est sous forme de dialogue qui doit être mémorisé - Une traduction du dialogue permet d'accéder au sens plutôt que des images - Beaucoup dexercices systématiques de prononciation : répétition surtout - Exercices de compréhension auditive pour chaque leçon - La grammaire fait l'objet d'un enseignement explicite, - présentation inductive à partir des exemples donnés dans le dialogue de départ.

10 C. Hélot, IUFM Alsace-UMB Strasbourg 10 RELATION D'APPRENTISSAGE l Rôle de la L1 : - on recommande l'usage de la LE en classe, - la L1 est source d'interférence. - la signification des mots nouveaux est présentée par gestes, mimiques, images, objets ou traduction. l Activités pédagogiques : - exercices structuraux pour automatiser les structures syntaxiques - exercices de substitution, modification, insertion, transformation - sont faits en labo de langue (non situationnels), - suivis d'une phase de transposition des acquis au contexte de lapprentissage

11 C. Hélot, IUFM Alsace-UMB Strasbourg 11 RELATION D'ENSEIGNEMENT l L'apprenant suit les directives de l'enseignant. l L'erreur n'est pas tolérée, elle doit être évitée, anticipée par analyse comparée avec la L1. l La correction des erreurs est un des rôles principaux de l'enseignant.

12 C. Hélot, IUFM Alsace-UMB Strasbourg 12 CONCLUSION l Cette méthode a bien fonctionné avec les débutants mais est devenue ennuyeuse et moins efficace à des niveaux plus avancés. l L'absence de transfert des connaissances hors de la salle de classe a été vite remarqué (Voir la critique de W. Rivers, 1964). l Attaquée dans ses fondements théoriques au niveau linguistique par Chomsky (1959) qui critique Skinner "l'acquisition de la langue relève de processus innés et universaux, pas d'un conditionnement".

13 C. Hélot, IUFM Alsace-UMB Strasbourg 13 LA MÉTHODE SGAV STRUCTURO-GLOBALE AUDIO-VISUELLE

14 C. Hélot, IUFM Alsace-UMB Strasbourg 14 INTRODUCTION l Pour faire face à la diffusion de l'anglais dans le monde l Pour assurer la continuation de la diffusion du français à l'étranger l Le MEN met sur pied une commission chargée d'élaborer "un français élémentaire" limité au vocabulaire considéré comme essentiel. l Gubérina de l'institut de Phonétique de Zagreb, P. Rivenc de l' ENS de St Cloud, R. Renard de Belgique vont définir ensemble les principes pédagogiques de la méthode SGAV. l 1962 : 1 er cours élaboré: VIF (Voix et Images de France) l 1963 : Bonjour Line, pour les enfants de 8 à 11 ans l Puis des méthodes pour d'autres langues.

15 C. Hélot, IUFM Alsace-UMB Strasbourg 15 CONCEPTION DE LA LANGUE l Objectif général : apprendre à communiquer, surtout verbalement, dans la langue usuelle, parlée familière. l L'accent est mis sur la CO qui doit toujours précéder la PO l Les éléments phonétiques sont mis en valeur l Les 4 compétences sont visées mais la priorité est donnée à l'oral sur l'écrit l Dans VIF, la lecture n'est introduite qu'à la leçon 32 après 70h de cours - écrit différé jusqu'à ce que les apprentissages soient assez assurés en LO - pour que l'écrit ne nuise pas à la correction de la prononciation. l L'insistence sur la prononciation et sa correction ainsi que sur la grammaire sert d'évaluation continue.

16 C. Hélot, IUFM Alsace-UMB Strasbourg 16 NATURE DE LA LANGUE l Avant tout un moyen de communication orale et d'expression. l La priorité est donnée au français quotidien parlé (En FLE) l Base : la théorie verbo-tonale à la base de la méthode SGAV - une langue est un ensemble acoustico-verbal : théorie de la perception auditive. l Le facteur affectif est pris en compte : - expression des émotions et sentiments, ansi que le non verbal (gestes mimique, kinésique etc) l L'influence du structuralisme de Saussure est indirecte. l Le SGAV implique une linguistique de la parole en situation - Saussure mettait l'accent sur l'aspect social de la langue l l Les méthodes SGAV s'intéressent à l'aspect individuel de la parole.

17 C. Hélot, IUFM Alsace-UMB Strasbourg 17 NATURE DE LA CULTURE l Elle fait partie intégrante de la langue l de nombreux éléments culturels implicites et explicites font référence aux modes de vie des locuteurs de LE.

18 C. Hélot, IUFM Alsace-UMB Strasbourg 18 CONCEPTION DE LAPPRENTISSAGE l Référence : la théorie psychologique de la Gestalt : - perception globale de la forme et - réorganisation par le cerveau en un tout des différents éléments perçus par les sens et filtrés par le cerveau. l L'approche d'une LE passe par les sens : l'oreille, la vue - = audio-visuel l La situation, les images, la grammaire, le contexte linguistique aident à l'intégration cérébrale de stimuli extérieurs. l La forme est plus importante que le sens.

19 C. Hélot, IUFM Alsace-UMB Strasbourg 19 RÔLE DE LAPPRENANT l Aucun contrôle sur le déroulement du contenu du cours l Les tâches et directives sont assignées par l'enseignant. l Il est actif quand il écoute, répète, comprend, mémorise et parle. l L'écoute active se fait lors de la présentation du dialogue enregistré au magnétophone et accompagné de films fixes l La répétition consiste en une reproduction du dialogue - avec l'aide des images - en imitant le plus fidèlement possible le rythme et l'intonation l L'apprenant doit ensuite répéter sans l'aide du magnétophone : - = c'est la mémorisation. l Lors de la phase d'exploitation l'apprenant doit produire de nouveaux énoncés - suite à des exercices de moins en moins directifs.

20 C. Hélot, IUFM Alsace-UMB Strasbourg 20 CONCEPTION DE LENSEIGNEMENT l L'enseignant est le modèle lingistique, - il corrige les erreurs, - aide à faire saisir le sens, - compose de nouvelles situations pour favoriser l'expression spontanée. l Le magnétophone et le film fixe ont un rôle de premier plan, l le livre de l'étudiant ne comporte que les images : pas d'écrit, pas de traduction.

21 C. Hélot, IUFM Alsace-UMB Strasbourg 21 CONCEPTION DE LA RELATION PEDAGOGIQUE Relation didactique - contenu sélectionné à partir du vocabulaire - Français Fondamental ( , Didier) = liste de 3000 mots choisis sur un critère de fréquence et disponibilité - L'ordre de présentation du lexique et de la grammaire suit le FF - Une grammaire de base est élaborée suivant un critère d'usage à l'oral - Les éléments nouveaux (lexique, morphologie, syntaxe) introduits dans une leçon sont présentés de nouveau dans d'autres phases de la même leçon et dans les leçons suivantes pour qu'il y ait assimilation - Priorité donnée aux sons fréquents et difficiles - Le contenu est présenté en phases ou moments de classe : présentation, explication, mémorisation, réemploi (dans des contextes différents) et fixation (exercices structuraux en labo) - Apprentissage de la grammaire de façon inductive, en situation dialoguée, rien n'est expliqué par l'enseignant, - donc apprentissage implicite, on pratique la règle plutôt que sa formulation. - On évite les comparaisons avec la L1.

22 C. Hélot, IUFM Alsace-UMB Strasbourg 22 RELATIONS APPRENTISSAGE ET ENSEIGNEMENT l Recours à la L1 fortement déconseillé l Activités pédagogiques : l on joue les dialogues, on pose des questions sur les images l les exercices structuraux sont un moyen de renforcement l conversation dirigée à partir des sketchs, expression libre etc. l Attitude de lenseignant l La plupart des interactions vont dans le sens enseignant apprenant l Plusieurs attitudes envers l'erreur : le système phonologique de la L1 est vu comme un obstacle à l'apprentissage du système phonologique de la LE. l L'étude du système des fautes des apprenants doit orienter la correction (error analysis).

23 C. Hélot, IUFM Alsace-UMB Strasbourg 23 CONCLUSION l La méthode SGAV tient compte du contexte social d'utilisation d'une langue. l Elle permet d'apprendre assez rapidement à communiquer oralement, mais surtout en face à face dans des situations conventionnelles l Elle permet moins bien de comprendre les locuteurs natifs entre eux ou les médias (dialogues trop épurés dans les leçons) l La démarche grammaticale est rigide et peu diversifiée l Il y a un grand décalage entre les intentions des auteurs (enseigner à des fins de communication) et les moyens utilisés : les situations et dialogues sont stéréotypés. l Il s'agit plus de l'acquisition de compétences linguistiques que de compétences de communication.

24 C. Hélot, IUFM Alsace-UMB Strasbourg 24 EXEMPLES DE MANUELS l Passport to English Capelle Girard, 1962 l It's up to You: Capelle Girard, 1976 l Langlais en 4 ème, 2 ème langue, Guitard et Marandet, Nathan, 1963


Télécharger ppt "UMB - COURS CAPES 2008 -2009 PRÉPARATION ÉPREUVE DIDACTIQUE LES COURANTS MÉTHODOLOGIQUES (2) Christine Hélot, IUFM dAlsace/UMB Strasbourg Groupe de recherche."

Présentations similaires


Annonces Google