La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Joëlle HUTINET Ecole de Santé Publique Faculté de Médecine Les cancers, première cause de mortalité en France.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Joëlle HUTINET Ecole de Santé Publique Faculté de Médecine Les cancers, première cause de mortalité en France."— Transcription de la présentation:

1 Joëlle HUTINET Ecole de Santé Publique Faculté de Médecine Les cancers, première cause de mortalité en France

2 Définir et caractériser les cancers et leurs principales localisations Présenter les caractéristiques épidémiologiques des principaux cancers. Présenter le dispositif institutionnel et législatif spécifique Donner des exemples d' actions de prévention primaire, secondaire et tertiaire OBJECTIFS

3 DEFINITION C'est le résultat d'une prolifération anormale et incontrôlée de cellules au sein d'un organe En l'absence de traitement ces cellules anormales envahissent les tissus voisins Puis se localisent à distance Ganglions os, foie, poumons METASTASES

4 DEVELOPPEMENT DUN CANCER

5 PROCESSUS DE CANCERISATION ETAPE 1 CANCER IN SITU: lésions qui sans traitement tumeur maligne ETAPE 2 CANCER INVASIF: voie lymphatique voie sanguine ganglions, os, foie, poumons, cerveau

6 QUELQUES SIGNES Au niveau de la peau: apparition ou modif d'un grain de beauté ( couleur, forme, épaisseur) - Au niveau de la gorge: persistance d'une voix enrouée, toux, difficulté pour avaler - Au niveau du cou, de l'aine, d'un sein, d'un testicule: masse non douloureuse qui ne disparaît pas

7 PREVALENCE DES CANCERS HOMMES La prostate 36% Le colon rectum 14 % FEMMES Le sein 45% Le colon rectum 12 %

8 PREVALENCE DES CANCERS CHEZ L'HOMME Après 65ans La prostate 46,2% CHEZ LA FEMME Entre 45 et 64 ans Le sein 54,5%

9 PREVALENCE DES CANCERS CHEZ L'ENFANT Chez lenfant, le cancer est une maladie rare qui représente 1 à 2% de l'ensemble des cancers. Risque annuel de survenue: 1 sur 500 à 600 enfants de 0 à 18 ans - Leucémies et cancers des voies lymphatiques: 40% - Tumeurs solides embryonnaires dans les reins, le système nerveux, œil, foie, organes génitaux Chez les enfants <5 ans - Tumeurs cérébrales à tous les âges - Tumeurs osseuses, des testicules et des ovaires chez le grand enfant et l'adolescent 70 à 80 % vont guérir

10 INCIDENCE DES CANCERS CHEZ L'ADULTE nouveaux cas par an dont cancers de la prostate -> 50 % vivants après 5 ans guériront CHEZ L'ENFANT nouveaux cas par an dont 400 chez les jeunes de 15 à 18 ans

11 MORTALITE PAR CANCER décès / an par cancer entre 2003 et % après 65 ans - 1ère cause de décès chez l'homme (32,9% de l'ensemble des décès masculins): (- 22%) - 2ème chez la femme (23,4% de l'ensemble des décès féminins): (-14%)

12 MORTALITE PAR CANCER CHEZ L'ENFANT Même si la mortalité par cancer baisse de 2,5% par an, 500 enfants décèdent chaque année. Les cancers constituent la deuxième cause de mortalité entre 1 et 14 ans et la troisième cause pour les ans.

13 MORTALITE PREMATUREE PAR CANCER HOMMES 1. CANCER DU POUMON DC estimés en CANCER DU COLON-RECTUM 9200 DC estimés en CANCER DE LA PROSTATE 8290 DC estimés en 2010 FEMMES 1. CANCER DU SEIN DC estimés en CANCER DU COLON-RECTUM 8200 DC estimés en CANCER DU POUMON 7700 DC estimés en 2010

14 CAUSES ET FACTEURS FAVORISANTS - TABAC: principale cause de DC lié au cancer: 80% des cancers du poumon - ALCOOL: facteur de risque pour les VADS, l'œsophage, le colon-rectum, le sein et le foie - ALIMENTATION, ACTIVITE PHYSIQUE: facteurs de risques et facteurs protecteurs

15 CAUSES ET FACTEURS FAVORISANTS LES AGENTS INFECTIEUX : - Helicobacter pylori, bactérie qui colonise l'estomac cancer ou ulcère -Papillomavirus cancer du col de l'utérus -Virus de l'Hépatite B et C (VHB et VHC) cirrhose et cancer du foie

16 CAUSES ENVIRONNEMENTALES ENVIRONNEMENT: agents physiques, biologiques, chimiques présents dans les lieux de vie et de travail - ULTRAVIOLETS: 70% des mélanomes cutanés dus à l'exposition solaire (importance du type de peau) - RADON: gaz radioactif provenant du sous-sol, 2ème facteur de risque dans les cancers du poumon - AMIANTE et autres expositions professionnelles: cancer du poumon, de la vessie, leucémies, mesothélium

17 Les facteurs génétiques jouent un rôle incontestable dans certains cancers dits "héréditaires" ou "familiaux", mais ces cancers liés à une transmission génétique sont rares. Dans les cancers du sein et du colon, leur taux ne dépasse pas 5% de l'ensemble des cancers de ces organes. FACTEURS GENETIQUES

18 CONSEQUENCES INDIVIDUELLES > Les conséquences psychologiques varient en fonction: - de la localisation du cancer - du patient: âge, personnalité, rôle social - du moment: diagnostic, traitement, rémission, rechute, - de l'entourage > Les conséquences matérielles - Prise en charge en ALD mais frais annexes

19 CONSEQUENCES COLLECTIVES Conséquences économiques: 7,5% des dépenses de santé - frais de recherche - indemnités journalières - pension d'invalidité - frais de réinsertion

20 LA PREVENTION PREVENTION PRIMAIRE: Avant l'apparition de la maladie - Information - Vaccination - Contrôle des gaz d'échappement - développement des sources d'énergie non polluantes

21 LA PREVENTION PREVENTION SECONDAIRE: Empêche les complications de la maladie - DEPISTAGE SYSTEMATIQUE Du cancer du sein tous les 2 ans pour les femmes de 50 à 74 ans mammographie. Si >0 biopsie Du cancer colorectal pour tous à partir de 50 ans recherche de sang occulte dans les selles. Si >0 coloscopie Des mélanomes cutanés

22 LA PREVENTION PREVENTION SECONDAIRE: TRAITEMENT - CHIRURGICAL: exérèse de la tumeur et des ganglions voisins - MEDICAL: - Chimiothérapie (effets secondaires) - Hormonothérapie - Immunothérapie

23 LA PREVENTION PREVENTION SECONDAIRE: Radiothérapie: 50 % des patients Dépend de la localisation, du stade, de l'état du malade Les rayons détruisent l'appareil de reproduction des cellules cancéreuses Souvent en association avec chirurgie Effets secondaires

24 LA PREVENTION PREVENTION TERTIAIRE: Evite les rechutes - visite médicale de contrôle - réadaptation - réinsertion professionnelle

25 LE DISPOSITIF LEGISLATIF - Loi EVIN - Loi de Santé Publique du 9 aout 2004 Mise en place de 5 plans dont le PLAN CANCER - Loi HPST du 21 juillet 2009

26 LES PLANS CANCER - PLAN : 70 mesures - PLAN : 5 axes, 30 mesures et 118 actions

27 LE PLAN CANCER La prévention: rattraper notre retard (mesures 1 à 20) 2. Un dépistage mieux organisé (mesures 21 à 28) 3. Des soins de meilleure qualité centrés autour du patient (mesures 29 à 53) 4. Un accompagnement social plus humain et plus solidaire (mesures 54 à 60) 5. Une formation plus adaptée (mesures 61 à 65) 6. Une recherche porteuse d'espoir (mesures 66 à 70) CREATION DE L'INSTITUT NATIONAL DU CANCER

28 LE PLAN CANCER Axe Recherche: 26 actions Renforcer les moyens de la recherche pluridisciplinaire Axe Observation: 12 actions Optimiser et développer les systèmes de surveillance Axe Prévention – Dépistage: 37 actions Lutter contre les inégalités d'accès au dépistage Axe Soins: 27 actions Renforcer la qualité de prise en charge pour tous les malades atteints d'un cancer Axe Vivre pendant et après un cancer: 16 actions Développer une prise en charge sociale personnalisée

29 LE DISPOSITIF INSTITUTIONNEL - INSTITUT NATIONAL DU CANCER Créé par la loi de Santé Publique de 2004 Agence sanitaire et scientifique en cancérologie Coordonne la politique nationale - observation - évaluation - définition des bonnes pratiques - information du public et des professionnels - expertise et formation - recherche - actions de prévention

30 LE DISPOSITIF INSTITUTIONNEL - LES CANCEROPOLES à l'échelle régionale En 2003, sept cancéropôles ont été créés sur le territoire français (mesure 66 du Plan Cancer). Ces structures régionales associent territorialement: - les unités de recherche - les services hospitaliers universitaires - parfois les industriels, dans un objectif de renforcement et de coordination de la recherche.

31 Répartition géographique des canceropôles (INCA)

32 LE DISPOSITIF INSTITUTIONNEL « Les centres de lutte contre le cancer » ou CLCC (ordonnance du 01/10/45) Etablissements privés reconnus dutilité publique avec des équipes pluridisciplinaires Ces centres assurent un ensemble de fonctions qualifiées: - dépistage - examens cliniques et paracliniques orientés - traitements - surveillance de lefficacité thérapeutique - recherche en cancérologie - programmes denseignement dans la spécialité pour les personnels médicaux et paramédicaux

33 LE DISPOSITIF INSTITUTIONNEL Les structures hospitalières: Les hôpitaux publics ou privés, surtout les CHR ont des moyens importants dans ce domaine et assurent un travail complémentaire à celui des CLCC

34 ET AUSSI … LES ASSOCIATIONS reconnues d'utilité publique - Ligue Nationale contre le cancer Information Prévention Accompagnement des familles - L'ARC (Association pour la Recherche contre le Cancer) Financement de projets de recherche Aide à la formation de jeunes chercheurs

35 ET AUSSI … - LES ÉTABLISSEMENTS DE RECHERCHE Le CNRS et surtout lINSERM ont mis en place de nombreuses équipes et programmes sur cette thématique - LE CENTRE INTERNATIONAL DE RECHERCHE SUR LE CANCER DE LYON couvre de larges domaines de la cancérologie: de la recherche fondamentale à des recherches cliniques et thérapeutiques.

36 CONCLUSION Même si une personne sur 3 aura un cancer dans sa vie Des tendances se confirment: - la diminution de la mortalité par cancer - les gains croissants sur lespérance de vie après un cancer, malgré une incidence toujours en hausse. Des réalités se dessinent comme : - lefficacité de la prévention - la construction dun parcours de soins coordonné et adapté à chaque patient pendant et après la maladie. La notion de guérison des cancers est une réalité qui simpose aujourdhui.

37


Télécharger ppt "Joëlle HUTINET Ecole de Santé Publique Faculté de Médecine Les cancers, première cause de mortalité en France."

Présentations similaires


Annonces Google