La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

, Unité denseignement 6.1 Méthodes de Travail CM n°3 Licence en soins infirmiers Année universitaire 2009 - 2010 Pierre Hardouin Professeur des Universités.

Présentations similaires


Présentation au sujet: ", Unité denseignement 6.1 Méthodes de Travail CM n°3 Licence en soins infirmiers Année universitaire 2009 - 2010 Pierre Hardouin Professeur des Universités."— Transcription de la présentation:

1 , Unité denseignement 6.1 Méthodes de Travail CM n°3 Licence en soins infirmiers Année universitaire Pierre Hardouin Professeur des Universités

2 Où en est-on / déroulement de lUE? CM1 –Début du semestre –Sensibilisation globale aux différents aspects CM 2 –Milieu du semestre –Recherche documentaire ++ TD avec formateurs IFSI –Maîtrise du vocabulaire –Maîtrise des outils bureautiques –Fiche de lecture ++ CM 3 –Fin du semestre

3 Votre progression? Prise de notes Considéré comme acquis. Vocabulaire Considéré comme acquis. Bureautique de base Considéré comme acquis. Fiche de lecture et recherche documentaire ?

4 CM 3 Rappels Fiche de lecture Méthodologie Présentation Exemples Recherche documentaire Méthodologie Présentation Exemples Présentation orale et power point

5 Les étapes de la recherche documentaire Rappels 1.Définir le projet 2.Cerner le sujet 3.Localiser linformation 4.Effectuer la recherche 5.Sélectionner les documents 6.Organiser et archiver les documents 7.Traiter linformation

6 Les étapes de la recherche documentaire Rappels 1.Définir le projet 2.Cerner le sujet 3.Localiser linformation 4.Effectuer la recherche 5.Sélectionner les documents 6.Organiser et archiver les documents 7.Traiter linformation Fiche de lecture Documents fournis

7 La forme générale IMRAD Introduction: décrire le cadre général, poser une problématique. Localisation sur un pt particulier. Poser une question (et une seule) ou avancer une hypothèse. Matériel et méthodes: quel matériel détude, quelles techniques, quels critères dévaluation etc. Résultats: des travaux réalisés, des lectures. Tous les résultats, et rien que les résultats. And Discussion: répondre à la question initiale, faire des comparaison avec les données connues, critiquer létude, ouvrir des perspectives. Puis Conclusion qui doit être le miroir de lintroduction Références. Rappels

8 TPG UE 4.1.S1 Soins de confort et de bien-être 2ème partie : 3 heures Lire des extraits des livres proposés : –La toilette dévoilée : Marie-Annick Delomel –La face cachée des soins : Jocalyn Lawler –Voyage au cœur du soin : la toilette : Marie Ralablat –Soigner, un choix dhumanité : Laure Marmilloud Faire la synthèse par écrit de ces extraits. Puis reprendre les éléments relatifs à la dignité, la pudeur, lintimité. N Flament et G Godon

9 Question Définir le projet? 1.Définir le projet 2.Cerner le sujet 3.Localiser linformation 4.Effectuer la recherche 5.Sélectionner les documents 6.Organiser et archiver les documents 7.Traiter linformation

10 Les étapes 1.Définir le projet Quest-ce quon me demande? Pour qui? Quelles contraintes? Rappel réponse

11 Les étapes 1.Définir le projet Quest-ce quon me demande: 1) Synthèse écrite de 4 extraits de livres Les 4? Longueur? Normes de présentation? Recherche complémentaire? 2) Reprendre les éléments relatifs à certains mots-clés (dignité, pudeur, intimité) Un document ou 2? Pour qui: Cadre UE 4 1 S1; Formateurs? Méthodologie? Contraintes: Travail de groupe Papier ou informatique A remettre avant de commencer la partie 3 (réflexion à partir darticles proposés) réponse

12 Dans ce cas particulier, est-ce que le plan IMRAD sapplique? Question

13 Est-ce que le plan IMRAD sapplique? réponse OUI !!!

14 La forme générale IMRAD Introduction: décrire le cadre général, poser une problématique. Localisation sur un pt particulier. Poser une question (et une seule) ou avancer une hypothèse. Matériel et méthodes: quel matériel détude, quelles techniques, quels critères dévaluation etc. Résultats: des travaux réalisés, des lectures. Tous les résultats, et rien que les résultats. And Discussion: répondre à la question initiale, faire des comparaison avec les données connues, critiquer létude, ouvrir des perspectives. Puis Conclusion qui doit être le miroir de lintroduction Références. Rappel!!

15 En général à quoi faut-il penser en plus du plan IMRAD? Question

16 réponse Bibliographie Tables des matières Illustrations tableaux et légendes Annexes Signification des abréviations Cadre de réalisation et nom de lauteur En général a quoi faut-il penser en plus du plan IMRAD?

17 Dans ce cas particulier: IMRAD Introduction Matériel et méthodes Résultats And Discussion Puis Conclusion En + de IMRAD? Bibliographie, références Tables des matières Illustrations tableaux et légendes Annexes Signification des abréviations Cadre de réalisation et nom de lauteur

18 Exemple

19 A2 GROUPE X. Melle S, Mme K, Mme Karine et Mme C. Ces quatre textes nous parlent des soins apportés aux patients, de la gène, de la pudeur et de lintimité que lon doit franchir lors de la toilette ou des soins dans leur globalité. Ils nous parlent de ressenti vécu par les patients ou les soignants. Selon léducation familiale reçue, un soignant aura plus ou mal de mal à effectuer un soin. La pudeur sinculque dès la prime enfance. Plus il y a de tabou dans léducation, plus on sera pudique et plus il y aura de gène, que ce soit chez le patient ou le soignant. De plus le sexe, lâge et le milieu socio- culturel du patient seront une problématique supplémentaire. Avec de lexpérience, cette gène peut disparaître chez le soignant. Il existe différentes méthodes pour pallier à la gène : la plaisanterie, le dialogue… Par contre beaucoup se plaignent du manque denseignement de lapproche du corps humain durant le cursus scolaire. Lorsque sinstalle une relation de confiance avec le soignant, le soigné ressentira moins de gène. Dans certains service comme en palliatif, la toilette sera perçu comme un réconfort, on ne parlera plus de gène, ses soins seront un dernier rapport avec lhumain. Le patient nest pas à traiter comme un malade, mais comme une personne humaine avec toute sa dignité, avec le respect qui lui est dû. …/…

20 Pudeur : difficultés ni dordre technique, ni dordre éthique. Vient du registre des sensations et des relations. Gène. Malaise. Peur. Savoir rester à sa place. Absence daffectivité Intimité : corps à corps. Distance relationnelle intime. Découvrir inutilement le corps Dignité : Ne pas juger…ne pas critiquer, elle ou son corps. Contrôler son émotion. Ce qui est caché, secret. Lintime relève de ce qui est privé et très personnel, qui ne se dévoile pas. Les patients perdent le contrôle de leur corps. Apparaît au XII ème siècle, employé pour désigner les qualités qui font que nous sommes digne (estime, considération, prestige) Au XIV ème siècle, « dignité » désigne la valeur intrasèque dune chose ou dune personne. La dignité pourra entre comprise soit comme valeur absolue, soit comme valeur relative. La dignité soppose de + en + à la déchéance, tout physique que morale. Lindignité, cest la perte incontrôlée de ses « fonctions », et par la perte de la relation de soi à soi et aux autres.

21 Les éléments sont-ils présents? Introduction Matériel et méthodes Résultats And Discussion Conclusion Références Cadre de réalisation et nom de lauteur Question Le texte va safficher!

22 A2 GROUPE X. Melle S, Mme K, Mme Karine et Mme C. Ces quatre textes nous parlent des soins apportés aux patients, de la gène, de la pudeur et de lintimité que lon doit franchir lors de la toilette ou des soins dans leur globalité. Ils nous parlent de ressenti vécu par les patients ou les soignants. Selon léducation familiale reçue, un soignant aura plus ou mal de mal à effectuer un soin. La pudeur sinculque dès la prime enfance. Plus il y a de tabou dans léducation, plus on sera pudique et plus il y aura de gène, que ce soit chez le patient ou le soignant. De plus le sexe, lâge et le milieu socio- culturel du patient seront une problématique supplémentaire. Avec de lexpérience, cette gène peut disparaître chez le soignant. Il existe différentes méthodes pour pallier à la gène : la plaisanterie, le dialogue… Par contre beaucoup se plaignent du manque denseignement de lapproche du corps humain durant le cursus scolaire. Lorsque sinstalle une relation de confiance avec le soignant, le soigné ressentira moins de gène. Dans certains service comme en palliatif, la toilette sera perçu comme un réconfort, on ne parlera plus de gène, ses soins seront un dernier rapport avec lhumain. Le patient nest pas à traiter comme un malade, mais comme une personne humaine avec toute sa dignité, avec le respect qui lui est dû. …/…

23 A2 GROUPE X. Melle S, Mme K, Mme Karine et Mme C. Ces quatre textes nous parlent des soins apportés aux patients, de la gène, de la pudeur et de lintimité que lon doit franchir lors de la toilette ou des soins dans leur globalité. Ils nous parlent de ressenti vécu par les patients ou les soignants. Selon léducation familiale reçue, un soignant aura plus ou mal de mal à effectuer un soin. La pudeur sinculque dès la prime enfance. Plus il y a de tabou dans léducation, plus on sera pudique et plus il y aura de gène, que ce soit chez le patient ou le soignant. De plus le sexe, lâge et le milieu socio- culturel du patient seront une problématique supplémentaire. Avec de lexpérience, cette gène peut disparaître chez le soignant. Il existe différentes méthodes pour pallier à la gène : la plaisanterie, le dialogue… Par contre beaucoup se plaignent du manque denseignement de lapproche du corps humain durant le cursus scolaire. Lorsque sinstalle une relation de confiance avec le soignant, le soigné ressentira moins de gène. Dans certains service comme en palliatif, la toilette sera perçu comme un réconfort, on ne parlera plus de gène, ses soins seront un dernier rapport avec lhumain. Le patient nest pas à traiter comme un malade, mais comme une personne humaine avec toute sa dignité, avec le respect qui lui est dû. …/… Cadre de réalisation? Nom de lauteur?

24 Introduction? Ces quatre textes nous parlent des soins apportés aux patients, de la gène, de la pudeur et de lintimité que lon doit franchir lors de la toilette ou des soins dans leur globalité. Ils nous parlent de ressenti vécu par les patients ou les soignants. Selon léducation familiale reçue, un soignant aura plus ou mal de mal à effectuer un soin. La pudeur sinculque dès la prime enfance. Plus il y a de tabou dans léducation, plus on sera pudique et plus il y aura de gène, que ce soit chez le patient ou le soignant. De plus le sexe, lâge et le milieu socio- culturel du patient seront une problématique supplémentaire. Avec de lexpérience, cette gène peut disparaître chez le soignant. Il existe différentes méthodes pour pallier à la gène : la plaisanterie, le dialogue… Par contre beaucoup se plaignent du manque denseignement de lapproche du corps humain durant le cursus scolaire. Lorsque sinstalle une relation de confiance avec le soignant, le soigné ressentira moins de gène. Dans certains service comme en palliatif, la toilette sera perçu comme un réconfort, on ne parlera plus de gène, ses soins seront un dernier rapport avec lhumain. Le patient nest pas à traiter comme un malade, mais comme une personne humaine avec toute sa dignité, avec le respect qui lui est dû. …/… Décrire le cadre général Poser une problématique. Localisation sur un pt particulier. Poser une question (et une seule) ou avancer une hypothèse.

25 Introduction? Ces quatre textes nous parlent des soins apportés aux patients, de la gène, de la pudeur et de lintimité que lon doit franchir lors de la toilette ou des soins dans leur globalité. Ils nous parlent de ressenti vécu par les patients ou les soignants. Selon léducation familiale reçue, un soignant aura plus ou mal de mal à effectuer un soin. La pudeur sinculque dès la prime enfance. Plus il y a de tabou dans léducation, plus on sera pudique et plus il y aura de gène, que ce soit chez le patient ou le soignant. De plus le sexe, lâge et le milieu socio- culturel du patient seront une problématique supplémentaire. Avec de lexpérience, cette gène peut disparaître chez le soignant. Il existe différentes méthodes pour pallier à la gène : la plaisanterie, le dialogue… Par contre beaucoup se plaignent du manque denseignement de lapproche du corps humain durant le cursus scolaire. Lorsque sinstalle une relation de confiance avec le soignant, le soigné ressentira moins de gène. Dans certains service comme en palliatif, la toilette sera perçu comme un réconfort, on ne parlera plus de gène, ses soins seront un dernier rapport avec lhumain. Le patient nest pas à traiter comme un malade, mais comme une personne humaine avec toute sa dignité, avec le respect qui lui est dû. …/… Lesquels? Écrits par qui? Pour qui? Quand? Phrases qui suivent, À quoi correspondent-elles? 2 réponses en une Pas la peine dexpliquer, car les auteurs pensent sadresser à quelquun qui sait déjà!

26 Matériel et méthodes? Ces quatre textes nous parlent des soins apportés aux patients, de la gène, de la pudeur et de lintimité que lon doit franchir lors de la toilette ou des soins dans leur globalité. Ils nous parlent de ressenti vécu par les patients ou les soignants. Selon léducation familiale reçue, un soignant aura plus ou mal de mal à effectuer un soin. La pudeur sinculque dès la prime enfance. Plus il y a de tabou dans léducation, plus on sera pudique et plus il y aura de gène, que ce soit chez le patient ou le soignant. De plus le sexe, lâge et le milieu socio- culturel du patient seront une problématique supplémentaire. Avec de lexpérience, cette gène peut disparaître chez le soignant. Il existe différentes méthodes pour pallier à la gène : la plaisanterie, le dialogue… Par contre beaucoup se plaignent du manque denseignement de lapproche du corps humain durant le cursus scolaire. Lorsque sinstalle une relation de confiance avec le soignant, le soigné ressentira moins de gène. Dans certains service comme en palliatif, la toilette sera perçu comme un réconfort, on ne parlera plus de gène, ses soins seront un dernier rapport avec lhumain. Le patient nest pas à traiter comme un malade, mais comme une personne humaine avec toute sa dignité, avec le respect qui lui est dû. …/… Quel matériel détude, quelles techniques, quels critères dévaluation etc

27 Matériel et méthodes? Ces quatre textes nous parlent des soins apportés aux patients, de la gène, de la pudeur et de lintimité que lon doit franchir lors de la toilette ou des soins dans leur globalité. Ils nous parlent de ressenti vécu par les patients ou les soignants. Selon léducation familiale reçue, un soignant aura plus ou mal de mal à effectuer un soin. La pudeur sinculque dès la prime enfance. Plus il y a de tabou dans léducation, plus on sera pudique et plus il y aura de gène, que ce soit chez le patient ou le soignant. De plus le sexe, lâge et le milieu socio- culturel du patient seront une problématique supplémentaire. Avec de lexpérience, cette gène peut disparaître chez le soignant. Il existe différentes méthodes pour pallier à la gène : la plaisanterie, le dialogue… Par contre beaucoup se plaignent du manque denseignement de lapproche du corps humain durant le cursus scolaire. Lorsque sinstalle une relation de confiance avec le soignant, le soigné ressentira moins de gène. Dans certains service comme en palliatif, la toilette sera perçu comme un réconfort, on ne parlera plus de gène, ses soins seront un dernier rapport avec lhumain. Le patient nest pas à traiter comme un malade, mais comme une personne humaine avec toute sa dignité, avec le respect qui lui est dû. …/… Extraits? Citations? Opinions personnelles après la lecture des textes? Chacun des 4 membres du groupe a lu lun des 4 textes et en a tiré une phrase?

28 Résultats? Ces quatre textes nous parlent des soins apportés aux patients, de la gène, de la pudeur et de lintimité que lon doit franchir lors de la toilette ou des soins dans leur globalité. Ils nous parlent de ressenti vécu par les patients ou les soignants. Selon léducation familiale reçue, un soignant aura plus ou mal de mal à effectuer un soin. La pudeur sinculque dès la prime enfance. Plus il y a de tabou dans léducation, plus on sera pudique et plus il y aura de gène, que ce soit chez le patient ou le soignant. De plus le sexe, lâge et le milieu socio- culturel du patient seront une problématique supplémentaire. Avec de lexpérience, cette gène peut disparaître chez le soignant. Il existe différentes méthodes pour pallier à la gène : la plaisanterie, le dialogue… Par contre beaucoup se plaignent du manque denseignement de lapproche du corps humain durant le cursus scolaire. Lorsque sinstalle une relation de confiance avec le soignant, le soigné ressentira moins de gène. Dans certains service comme en palliatif, la toilette sera perçu comme un réconfort, on ne parlera plus de gène, ses soins seront un dernier rapport avec lhumain. Le patient nest pas à traiter comme un malade, mais comme une personne humaine avec toute sa dignité, avec le respect qui lui est dû. …/… Les 4 extraits vont dans le même sens? Ils sont complémentaires? Certains aspects sont contradictoires? Cette synthèse est établie sur des études, des opinions, une expérience?

29 Discussion? Ces quatre textes nous parlent des soins apportés aux patients, de la gène, de la pudeur et de lintimité que lon doit franchir lors de la toilette ou des soins dans leur globalité. Ils nous parlent de ressenti vécu par les patients ou les soignants. Selon léducation familiale reçue, un soignant aura plus ou mal de mal à effectuer un soin. La pudeur sinculque dès la prime enfance. Plus il y a de tabou dans léducation, plus on sera pudique et plus il y aura de gène, que ce soit chez le patient ou le soignant. De plus le sexe, lâge et le milieu socio- culturel du patient seront une problématique supplémentaire. Avec de lexpérience, cette gène peut disparaître chez le soignant. Il existe différentes méthodes pour pallier à la gène : la plaisanterie, le dialogue… Par contre beaucoup se plaignent du manque denseignement de lapproche du corps humain durant le cursus scolaire. Lorsque sinstalle une relation de confiance avec le soignant, le soigné ressentira moins de gène. Dans certains service comme en palliatif, la toilette sera perçu comme un réconfort, on ne parlera plus de gène, ses soins seront un dernier rapport avec lhumain. Le patient nest pas à traiter comme un malade, mais comme une personne humaine avec toute sa dignité, avec le respect qui lui est dû. …/… Validité de ces données? Comparaisons possibles? Perspectives ouvertes?

30 Conclusion? Ces quatre textes nous parlent des soins apportés aux patients, de la gène, de la pudeur et de lintimité que lon doit franchir lors de la toilette ou des soins dans leur globalité. Ils nous parlent de ressenti vécu par les patients ou les soignants. Selon léducation familiale reçue, un soignant aura plus ou mal de mal à effectuer un soin. La pudeur sinculque dès la prime enfance. Plus il y a de tabou dans léducation, plus on sera pudique et plus il y aura de gène, que ce soit chez le patient ou le soignant. De plus le sexe, lâge et le milieu socio- culturel du patient seront une problématique supplémentaire. Avec de lexpérience, cette gène peut disparaître chez le soignant. Il existe différentes méthodes pour pallier à la gène : la plaisanterie, le dialogue… Par contre beaucoup se plaignent du manque denseignement de lapproche du corps humain durant le cursus scolaire. Lorsque sinstalle une relation de confiance avec le soignant, le soigné ressentira moins de gène. Dans certains service comme en palliatif, la toilette sera perçu comme un réconfort, on ne parlera plus de gène, ses soins seront un dernier rapport avec lhumain. Le patient nest pas à traiter comme un malade, mais comme une personne humaine avec toute sa dignité, avec le respect qui lui est dû. …/… Que doit apporter une conclusion?

31 Forme? (français, formulations…) Ces quatre textes nous parlent des soins apportés aux patients, de la gène, de la pudeur et de lintimité que lon doit franchir lors de la toilette ou des soins dans leur globalité. Ils nous parlent de ressenti vécu par les patients ou les soignants. Selon léducation familiale reçue, un soignant aura plus ou mal de mal à effectuer un soin. La pudeur sinculque dès la prime enfance. Plus il y a de tabou dans léducation, plus on sera pudique et plus il y aura de gène, que ce soit chez le patient ou le soignant. De plus le sexe, lâge et le milieu socio- culturel du patient seront une problématique supplémentaire. Avec de lexpérience, cette gène peut disparaître chez le soignant. Il existe différentes méthodes pour pallier à la gène : la plaisanterie, le dialogue… Par contre beaucoup se plaignent du manque denseignement de lapproche du corps humain durant le cursus scolaire. Lorsque sinstalle une relation de confiance avec le soignant, le soigné ressentira moins de gène. Dans certains service comme en palliatif, la toilette sera perçu comme un réconfort, on ne parlera plus de gène, ses soins seront un dernier rapport avec lhumain. Le patient nest pas à traiter comme un malade, mais comme une personne humaine avec toute sa dignité, avec le respect qui lui est dû. …/…

32 Normes de présentation de travaux écrits? Ces quatre textes nous parlent des soins apportés aux patients, de la gène, de la pudeur et de lintimité que lon doit franchir lors de la toilette ou des soins dans leur globalité. Ils nous parlent de ressenti vécu par les patients ou les soignants. Selon léducation familiale reçue, un soignant aura plus ou mal de mal à effectuer un soin. La pudeur sinculque dès la prime enfance. Plus il y a de tabou dans léducation, plus on sera pudique et plus il y aura de gène, que ce soit chez le patient ou le soignant. De plus le sexe, lâge et le milieu socio- culturel du patient seront une problématique supplémentaire. Avec de lexpérience, cette gène peut disparaître chez le soignant. Il existe différentes méthodes pour pallier à la gène : la plaisanterie, le dialogue… Par contre beaucoup se plaignent du manque denseignement de lapproche du corps humain durant le cursus scolaire. Lorsque sinstalle une relation de confiance avec le soignant, le soigné ressentira moins de gène. Dans certains service comme en palliatif, la toilette sera perçu comme un réconfort, on ne parlera plus de gène, ses soins seront un dernier rapport avec lhumain. Le patient nest pas à traiter comme un malade, mais comme une personne humaine avec toute sa dignité, avec le respect qui lui est dû. …/…

33 Pudeur : difficultés ni dordre technique, ni dordre éthique. Vient du registre des sensations et des relations. Gène. Malaise. Peur. Savoir rester à sa place. Absence daffectivité Intimité : corps à corps. Distance relationnelle intime. Découvrir inutilement le corps Dignité : Ne pas juger…ne pas critiquer, elle ou son corps. Contrôler son émotion. Ce qui est caché, secret. Lintime relève de ce qui est privé et très personnel, qui ne se dévoile pas. Les patients perdent le contrôle de leur corps. Apparaît au XII ème siècle, employé pour désigner les qualités qui font que nous sommes digne (estime, considération, prestige) Au XIV ème siècle, « dignité » désigne la valeur intrasèque dune chose ou dune personne. La dignité pourra entre comprise soit comme valeur absolue, soit comme valeur relative. La dignité soppose de + en + à la déchéance, tout physique que morale. Lindignité, cest la perte incontrôlée de ses « fonctions », et par la perte de la relation de soi à soi et aux autres. Reprendre les éléments relatifs à certains mots- clés (dignité, pudeur, intimité)

34 Pudeur : difficultés ni dordre technique, ni dordre éthique. Vient du registre des sensations et des relations. Gène. Malaise. Peur. Savoir rester à sa place. Absence daffectivité Intimité : corps à corps. Distance relationnelle intime. Découvrir inutilement le corps Définitions? Dignité : Ne pas juger…ne pas critiquer, elle ou son corps. Contrôler son émotion. Ce qui est caché, secret. Lintime relève de ce qui est privé et très personnel, qui ne se dévoile pas. Les patients perdent le contrôle de leur corps. Apparaît au XII ème siècle, employé pour désigner les qualités qui font que nous sommes digne (estime, considération, prestige) Au XIV ème siècle, « dignité » désigne la valeur intrasèque dune chose ou dune personne. La dignité pourra entre comprise soit comme valeur absolue, soit comme valeur relative. La dignité soppose de + en + à la déchéance, tout physique que morale. Lindignité, cest la perte incontrôlée de ses « fonctions », et par la perte de la relation de soi à soi et aux autres.

35 2 ème exemple Introduction Matériel et méthodes Résultats And Discussion Conclusion Références Cadre de réalisation et nom de lauteur Rappel Question

36 La toilette dévoilée Cet extrait de livre a pour titre la toilette dévoilée, est a été écrit par Marie- annick Delomel qui nous présente les soins dhygiène qui pour elle représente une part très importante de lactivité soignante. La formation des soignants aux soins dhygiène prévoit lapprentissage de toute une gestuelle et dune organisation ayant pour but de prévenir le risque datteinte à la pudeur lors des toilettes. Lors lapplication sur le terrain après un entraînement à lécole en salle pratique, lenseignant vérifie la bonne intégration des ces données et reprend lélève qui ne respecte pas la pudeur de la personne. Lhomme malade soigné par dautres souffre forcément dune atteinte à sa pudeur. Les soins dhygiène dévoilent ce qui est considéré comme intime et qui fait intervenir les sentiments de pudeur : le corps dénudé, soumis au regard et au toucher dautrui. La pudeur est une attitude faite de discrétion et de retenue qui empêche de dire ou de faire ce qui peut blesser la décence. Cest une sorte de réserve qui évite de choquer les autres, de les gêner moralement. Mais cest aussi un sentiment ou une disposition personnelle qui conduit à éprouver de la gène ou de la honte devant ce qui peut blesser la décence, devant lévocation de choses intimes, et en particulier de nature sexuelle…/…

37 Quand à se qui révèle de lintime, cest ce qui appartient en propre à quelquun et reste généralement caché ou secret. Lintime révèle de ce qui est privé et traits personnels, qui ne se dévoile pas. La définition du dictionnaire rapproche lintime du sexuel, les rapports intimes étant synonymes de rapports sexuels. Les dispositions propres à la pudeur et à lintime régulent les relations sociales en maintenant un espace en soi et les autres, cet espace étant préservé par le regard, limage quon donne et la distance à ne pas franchir. Les moyens actuels dhygiène risquent daggraver le malaise lié à la violation de lespace intime et dattenter au sentiment de pudeur des personnes entièrement dénudées pour les besoins de la toilette. Il est probable que la personne éprouvée dans sa pudeur et son intimité réagisse et le montre par un ensemble de signes psychosomatiques. Les personnes ressentent une atteinte à leur pudeur et à leur intimité lorsque leur toilette est réalisée par un soignant. La toilette intime masculine, en dévoilant les organes génito-urinaires porte plus atteinte à une intimité qui sest distanciée de la pudeur en elle-même. A leur manière, les femmes aussi découvrent leur corps au cours de la toilette et font le plus souvent part de leur regrets. On révèle latteinte à la dignité humaine…/…

38 En conclusion, la règle de latteinte à la pudeur lors des soins, et particulièrement lors des soins dhygiène, partagée par les soignants, est un a priori trop général et systématique sur la relation soignant-soigné. La relation de soin de toilette implique un rapport intime et durable du corps du soignant au corps du soigné qui ne laisse pas indifférent lacteur du soin ; la pudeur de chacun est mise à lépreuve quel que soit son statut. De plus, le problème auquel se heurtent les jeunes soignants est plus éprouvant par lélève quil va devoir soccuper dune personne plus âgée que lui, pouvant être son père ou sa mère ; ainsi que de soigner une personne qui a le même âge. Si le toucher est particulièrement problématique, cest parce que, à la différence du regard, il est incontournable, obligé : le regard se contrôle, sadapte. Mais il faudra du temps pour maîtriser la gestuelle professionnelle.

39 La toilette dévoilée Cet extrait de livre a pour titre la toilette dévoilée, est a été écrit par Marie- annick Delomel qui nous présente les soins dhygiène qui pour elle représente une part très importante de lactivité soignante. Pourquoi? Qui cest? La formation des soignants aux soins dhygiène prévoit lapprentissage de toute une gestuelle et dune organisation ayant pour but de prévenir le risque datteinte à la pudeur lors des toilettes. Lors lapplication sur le terrain après un entraînement à lécole en salle pratique, lenseignant vérifie la bonne intégration des ces données et reprend lélève qui ne respecte pas la pudeur de la personne. Lhomme malade soigné par dautres souffre forcément dune atteinte à sa pudeur. Les soins dhygiène dévoilent ce qui est considéré comme intime et qui fait intervenir les sentiments de pudeur : le corps dénudé, soumis au regard et au toucher dautrui. La pudeur est une attitude faite de discrétion et de retenue qui empêche de dire ou de faire ce qui peut blesser la décence. Cest une sorte de réserve qui évite de choquer les autres, de les gêner moralement. Mais cest aussi un sentiment ou une disposition personnelle qui conduit à éprouver de la gène ou de la honte devant ce qui peut blesser la décence, devant lévocation de choses intimes, et en particulier de nature sexuelle…/… Auteur? Cadre?

40 Quand à se qui révèle de lintime, cest ce qui appartient en propre à quelquun et reste généralement caché ou secret. Lintime révèle de ce qui est privé et traits personnels, qui ne se dévoile pas. La définition du dictionnaire rapproche lintime du sexuel, les rapports intimes étant synonymes de rapports sexuels. Les dispositions propres à la pudeur et à lintime régulent les relations sociales en maintenant un espace en soi et les autres, cet espace étant préservé par le regard, limage quon donne et la distance à ne pas franchir. Les moyens actuels dhygiène risquent daggraver le malaise lié à la violation de lespace intime et dattenter au sentiment de pudeur des personnes entièrement dénudées pour les besoins de la toilette. Il est probable que la personne éprouvée dans sa pudeur et son intimité réagisse et le montre par un ensemble de signes psychosomatiques. Les personnes ressentent une atteinte à leur pudeur et à leur intimité lorsque leur toilette est réalisée par un soignant. La toilette intime masculine, en dévoilant les organes génito-urinaires porte plus atteinte à une intimité qui sest distanciée de la pudeur en elle-même. A leur manière, les femmes aussi découvrent leur corps au cours de la toilette et font le plus souvent part de leur regrets. On révèle latteinte à la dignité humaine…/…

41 En conclusion, la règle de latteinte à la pudeur lors des soins, et particulièrement lors des soins dhygiène, partagée par les soignants, est un a priori trop général et systématique sur la relation soignant-soigné. La relation de soin de toilette implique un rapport intime et durable du corps du soignant au corps du soigné qui ne laisse pas indifférent lacteur du soin ; la pudeur de chacun est mise à lépreuve quel que soit son statut. De plus, le problème auquel se heurtent les jeunes soignants est plus éprouvant par lélève quil va devoir soccuper dune personne plus âgée que lui, pouvant être son père ou sa mère ; ainsi que de soigner une personne qui a le même âge. Si le toucher est particulièrement problématique, cest parce que, à la différence du regard, il est incontournable, obligé : le regard se contrôle, sadapte. Mais il faudra du temps pour maîtriser la gestuelle professionnelle. Conclusion personnelle? Discussion? Conclusion de lauteur?

42 3 ème exemple Introduction Matériel et méthodes Résultats And Discussion Conclusion Références Cadre de réalisation et nom de lauteur Rappel Question

43 Groupe X EC, CW, SH, FD, LD 2ème partie : La toilette dévoilée de Marie-Annick DELOMEL Dans son ouvrage, lauteur nous fait part de son point de vue sur la toilette. Elle nous indique…risque datteinte à la pudeur lors des toilettes. Dignité : Lauteur évoque en particulier la dignité lorsquelle parle de lévolution … Intimité : Pour lauteur, lintimité appartient à quelquun, cest privé… Pudeur : Pour elle la pudeur sapprend très jeune, cest une attitude faite … La face cachée des soins de Jocalyn LAWLER Tout au long de lextrait, lauteur interroge les infirmières sur leur première … Dignité : Elle évoque la dignité lorsque les infirmières parlent de leur … Pudeur : Pour lauteur, la pudeur doit être respectée côté soignant et côté soigné… Intimité : Pour lauteur cest quelque chose de très important dans la société … Voyage au cœur du soin : la toilette de Marie Rajablat Dans son ouvrage, lauteur se base sur les révélations de soignants pour réfléchir … Dignité : Dans lœuvre de Marie Ralablat, la dignité cest le respect des choix … Pudeur : Selon lauteur, la pudeur dépend de différents facteurs : âge… Intimité : Selon lauteur, il faut conserver au maximum une distance pour … Soigner, un choix dhumanité de Laure Marmilloud Ayant suivi une formation en philosophie linfirmière en soin palliatif Laure Marmilloud sest penchée sur le cas des relations entre les patients et les soignants. Elle… Dignité : Lauteur considère quune personne digne est quelquun qui a les qualités suivantes : estime, considération et prestige. Daprès elle tous… l

44 Groupe X EC, CW, SH, FD, LD 2ème partie : La toilette dévoilée de Marie-Annick DELOMEL Dans son ouvrage, lauteur nous fait part de son point de vue sur la toilette. Elle nous indique…risque datteinte à la pudeur lors des toilettes. Dignité : Lauteur évoque en particulier la dignité lorsquelle parle de lévolution … Intimité : Pour lauteur, lintimité appartient à quelquun, cest privé… Pudeur : Pour elle la pudeur sapprend très jeune, cest une attitude faite … La face cachée des soins de Jocalyn LAWLER Tout au long de lextrait, lauteur interroge les infirmières sur leur première … Dignité : Elle évoque la dignité lorsque les infirmières parlent de leur … Pudeur : Pour lauteur, la pudeur doit être respectée côté soignant et côté soigné… Intimité : Pour lauteur cest quelque chose de très important dans la société … Voyage au cœur du soin : la toilette de Marie Rajablat Dans son ouvrage, lauteur se base sur les révélations de soignants pour réfléchir … Dignité : Dans lœuvre de Marie Ralablat, la dignité cest le respect des choix … Pudeur : Selon lauteur, la pudeur dépend de différents facteurs : âge… Intimité : Selon lauteur, il faut conserver au maximum une distance pour … Soigner, un choix dhumanité de Laure Marmilloud Ayant suivi une formation en philosophie linfirmière en soin palliatif Laure Marmilloud sest penchée sur le cas des relations entre les patients et les soignants. Elle… Dignité : Lauteur considère quune personne digne est quelquun qui a les qualités suivantes : estime, considération et prestige. Daprès elle tous… l

45 4 ème exemple Introduction Matériel et méthodes Résultats And Discussion Conclusion Références Cadre de réalisation et nom de lauteur Rappel Question

46 Synthèse Dans cet extrait du livre : La face cachée des soins de Jocalyn Lawler ; nous pouvons distinguer deux grandes parties : la première : les soins au corps et la seconde : la gène. Dans ces deux parties, lauteur nous fait part de ses études envers ces domaines en sappuyant sur des interviews dIDE. Tout dabord, lauteur nous explique quêtre infirmière, cest être réaliste dans la place quoccupe le corps dans notre société. Cependant les soins au corps nest pas une tache facile à faire pour celles-ci surtout les débutantes. Lorigine de ces difficultés est due ; selon lauteur ; à une culture britannique où le touché est tabou. La première expérience… Dans un second temps, nous verrons comment JL décrit et trouve des solutions envers cette gène. Selon les IDE, la gène est la conséquence dun manque de respect de lintimité du patient. Pour limiter cette gène, il faudrait selon lauteur ; appliquer certaines règles afin déviter ou de limiter cet gène. JL nous explique comment gérer sa propre gène, cest par exemple grâce : à lexpérience, à la rapidité des gestes effectués, et à lhumour. Cela permet lajustement aux situations des patients pour que ces derniers se sentent plus en confiance. De plus, il existe quatre règles somologiques pour les soins au corps :…Il existe aussi 5 grands facteurs permettant de structurer une situation… Pour conclure, les IDE doivent structurer un contexte donné afin daborder le corps et de gérer la gène.

47 Synthèse Dans cet extrait du livre : La face cachée des soins de Jocalyn Lawler ; nous pouvons distinguer deux grandes parties : la première : les soins au corps et la seconde : la gène. Dans ces deux parties, lauteur nous fait part de ses études envers ces domaines en sappuyant sur des interviews dIDE. Tout dabord, lauteur nous explique quêtre infirmière, cest être réaliste dans la place quoccupe le corps dans notre société. Cependant les soins au corps nest pas une tache facile à faire pour celles-ci surtout les débutantes. Lorigine de ces difficultés est due ; selon lauteur ; à une culture britannique où le touché est tabou. La première expérience… Dans un second temps, nous verrons comment JL décrit et trouve des solutions envers cette gène. Selon les IDE, la gène est la conséquence dun manque de respect de lintimité du patient. Pour limiter cette gène, il faudrait selon lauteur ; appliquer certaines règles afin déviter ou de limiter cet gène. JL nous explique comment gérer sa propre gène, cest par exemple grâce : à lexpérience, à la rapidité des gestes effectués, et à lhumour. Cela permet lajustement aux situations des patients pour que ces derniers se sentent plus en confiance. De plus, il existe quatre règles somologiques pour les soins au corps :…Il existe aussi 5 grands facteurs permettant de structurer une situation… Pour conclure, les IDE doivent structurer un contexte donné afin daborder le corps et de gérer la gène.

48 La forme générale IMRAD Introduction: décrire le cadre général, poser une problématique. Localisation sur un pt particulier. Poser une question (et une seule) ou avancer une hypothèse. Matériel et méthodes: quel matériel détude, quelles techniques, quels critères dévaluation etc. Résultats: des travaux réalisés, des lectures. Tous les résultats, et rien que les résultats. And Discussion: répondre à la question initiale, faire des comparaison avec les données connues, critiquer létude, ouvrir des perspectives. Puis Conclusion qui doit être le miroir de lintroduction Références. Rappels

49 CM 3 Rappels Fiche de lecture Méthodologie Présentation Exemples Recherche documentaire Méthodologie Présentation Exemples Présentation orale et power point

50 La recherche documentaire Rappels 1.Définir le projet 2.Cerner le sujet 3.Localiser linformation 4.Effectuer la recherche 5.Sélectionner les documents 6.Organiser et archiver les documents 7.Traiter linformation Après la fiche de synthèse

51 1) Travail préliminaire Notes de cours Presse générale ou spécialisée récente Se familiariser avec le cadre, la population et le vocabulaire du sujet Mots clés Période (dates) Cible Affiner les mots clés, préciser Lobjet et le champ Pré contenu Avant de démarrer vraiment: avoir une idée plus précise -Des mots clés - de lobjet et du champ Ouvrages Généraux Doc IFSI Internet Wikipedia Médical BU, Ville Région ORS Histoire, institutions… = tour dhorizon préalable

52 Affiner les mots clés, préciser Lobjet et le champ Pré contenu Pubmed Etc. Sante.gouv Legifrance Etc. BU,CD… Plutôt « médical » Plutôt «institution » Ma banque de données -organisée en fiches bibliographiques complètes (règles de bibliographie) -avec une note de synthèse pour chacune 2) Débuter la recherche A partir du précontenu Sur des sites spécifiques Pour obtenir des documents adaptés Et sous une forme utilisable

53 Lire et évaluer (/ pertinence, critères choisis) Trier (+/- intéressants, récents) Organiser (/ aspects, approches) Rebondir ( bibliographie, articles liés…) Ma banque de données 3) Poursuivre: Améliorer ma banque de données

54 Question Comment débuter recherche documentaire sur pudeur et soins infirmiers

55

56

57

58 Ma banque de données La ou les questions qui me sont posées 1.Réécrire ma ou mes questions 2.Poser les réponses trouvées lors de mes recherches 3.Argumenter ma discussion 4.Conclure 5.Mettre ma bibliographie Analyser (critique, synthèse) Organiser (faire un plan) 4) Le cœur du travail: digérer les données et sortir une production personnelle

59 ORGANISER SON ESPACE Écrire et garder à côté de soi MOTS CLES xxx xxxx xxx Les mots-clés Le plan PLAN Ccccc Vvvvv Cccc bbbb Qui sont évolutifs!

60 ORGANISER SON ESPACE MOTS CLES xxx xxxx xxx PLAN Ccccc Vvvvv Cccc bbbb QUESTION Données PRODUCTION: Document personnel

61 Rappels: Critères de critique et tri de linformation –Sujet –Source (vulgarisation, recherche, publicité…) –Nature (document original, commentaire…) –Validation (opinion, étude scientifique, critères méthodologiques, confirmé ou non…) –Date (récent ou non…) –Implication (anecdotique, conséquences…) –Synthèse et utilisation; stockage et indexation

62 Outils de mise en forme et de présentation Outils de communication –Expression écrite et outils de bureautique (Word, Excel,logiciels libres, …) –Expression orale et supports de présentation (Power-point)

63 Aspect général; rapport, article, synthèse… 1.Des règles physiques de présentation: SSS Page tire, de garde Page sommaire Corps de texte Bibiographie, références Annexes Document word (ou works) Enregistrement.doc Contrôle du format

64 2. Des règles générales de forme: 1. Un contenu général (ses idées et ses résultats par rapport à ceux des autres…) 2. Un Plan IMRAD et bibliographie, tables des matières, illustrations tableaux et légendes, annexes, signification des abréviations …nomettez pas le cadre de réalisation et le nom de lauteur!

65 Santé et géographie. Le malade est-il un consommateur? Comment évaluer un nouveau médicament Les aliments sont –ils des médicaments ou des poisons? Lhomme réparé. Les greffes. Le débat sur lhoméopathie et les médecines douces. Faut-il rembourser les maladies induites par les conduites à risque ? La santé : un défi pour les étudiants Législation et euthanasie. Troubles du comportement alimentaire : quelle place pour l'image du corps? Travaillons sur ces exemples suivant les règles qui ont précédé; Préliminaires : tour dhorizon Débuter la recherche: mots clés Quelles banques de données pour commencer? Plan

66 LA REGLE DES «3S » SIMPLE SOBRE=SECURITE Dead line : 10 j avant le rendu Temps de préparation: 2/3 Temps de rédaction correction relecture ext: 1/3 Rédaction

67 Normes de présentation des travaux écrits Directives générales: langue, correction linguistique, mise en page, papier, caractères, interlignes, pagination Guide typographique: accents, guillemets, italiques, majuscules, abréviations, sigles Ordre de présentation du travail Page titre Table des matières Liste des tableaux et figures Les parties du travail Bibliographie (résumé) Cf document G Godon

68 Bibliographie Question Comment référencer un article bibliographique? Exemple…/…

69

70 Patients' expectations of the maintenance of their dignity Milika R Matiti and Gillian M Trorey Authors: Milika R Matiti, MSc, PhD, RGN, BCUR (I et A), Lecturer, School of Nursing (Boston Centre), Education Centre, University of Nottingham, Boston, Lincolnshire, UK; Gillian M Trorey, BSc, PhD, PGCE, MBA, Lecturer in Continuing Professional Development, School of Education and Professional Development, University of Huddersfield, Queensgate, Huddersfield, West Yorkshire, UK Correspondence to Dr Milika Matiti, School of Nursing, Pilgrim Hospital Education Centre, University of Nottingham, Sibsey Road, Boston, Lincolnshire, PE21 9QS UK. Telephone: +44(0) (x5383). Copyright Journal compilation © 2008 Blackwell Publishing Ltd KEYWORDS dignity nurses nursing patient autonomy privacy Journal of Clinical Nursing Volume 17 Issue 20Volume 17 Issue 20, Pages Published Online: 17 Sep 2008 © 2009 Blackwell Publishing Ltd

71 Bibliographie Règles. Habituellement règles de Vancouver: Matiti MR, Trorey GM. Patients' expectations of the maintenance of their dignity. J Clin Nurs Oct;17(20):

72 Citer un site web Auteur (Organisme ou auteur personnel dans le cas d'une page personnelle). Titre de la page d'accueil, [Type de support]. Adresse URL: fournir l'adresse URL de la ressource (date: jour, mois, année de la consultation par l'usager) Exemple: Université Laval. Bibliothèque. Site de la Bibliothèque de l'Université Laval, [En ligne]. (Page consultée le 8 mai 1996)

73 Applications Présentation orale Unité denseignement 6.1 Méthodes de Travail

74 ORAL Avant –Fond –Quoi? (Examen, entretien, conférence…) –Vous? (Habillement…) –Forme? (nombre de personnes…)

75 ORAL Avant –Fond –Quoi? (Examen, entretien, conférence…) –Vous? (Habillement…) –Forme? (nombre de personnes…) Pendant –Fond –Outils? (Tableau, transparents, ordinateur…)

76 Power-point Technique Lisibilité Attention de lauditoire Illustrations Images, Films

77 ORAL Avant –Fond –Quoi? (Examen, entretien, conférence…) –Vous? (Habillement…) –Forme? (nombre de personnes…) Pendant –Fond –Outils? (Tableau, transparents, ordinateur…) –Vous (ton, intensité, position, regard…) MEAG 9 lorateur répond il aujourdhui à ces critères?

78 Ba ba du ppt Nouveau dossier Disposition générale proposées pour les diapositives Taille, couleurs de caractères Fond Insertion nouvelles diapositives Trieuse de diapositives Animations Diaporama

79 Examen Fiche à rédiger Travail individuel Soit fiche de synthèse soit recherche documentaire En faisant apparaître le plan Dactylographié, en respectant précisément les normes qui seront indiquées (ex: 1 page; arial 12; interligne simple; 5 références). Consignes précises: document G Godon

80 , Unité denseignement 6.1 Méthodes de Travail CM n°3 Licence en soins infirmiers Année universitaire Pierre Hardouin Professeur des Universités


Télécharger ppt ", Unité denseignement 6.1 Méthodes de Travail CM n°3 Licence en soins infirmiers Année universitaire 2009 - 2010 Pierre Hardouin Professeur des Universités."

Présentations similaires


Annonces Google