La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Tumeurs malignes primitives du rein Tumeurs malignes primitives du rein M Péneau.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Tumeurs malignes primitives du rein Tumeurs malignes primitives du rein M Péneau."— Transcription de la présentation:

1 Tumeurs malignes primitives du rein Tumeurs malignes primitives du rein M Péneau

2 Epidémiologie 3 ème tumeur urologique en fréquence Incidence 12,4 / , en augmentation Sex-ratio 2 / 1 en défaveur des hommes 5ème et 6ème décennies >3000 décès par an en France

3 Facteurs favorisants Terrain génétique Von Hippel Lindau (VHL) Hémodialyse chronique responsable dune dysplasie multi-kystique acquise Transplanté rénal Exposition professionnelle au Cadmium

4 Anatomopathologie 95% sont des tumeurs épithéliales 5% sarcomes, des lymphomes 5 grands types de tumeurs épithéliales Carcinomes à cellules claires, 75% des ADK du rein Carcinomes tubulo-papillaires, 10 à 15% Carcinomes à cellules chromophobes, 5% Carcinomes de Bellini, rares, 1% Carcinomes sarcomatoïdes, rares, < à 5%

5 Diagnostic Classiquement Hématurie macroscopique totale, spontanée, isolée (20%) Douleurs lombaires, peu spécifiques (pesanteur), quelques fois évoluées (10%) Masse lombaire Autres signes Signes denvahissement cave : varicocèle, œdème des membres inférieurs, circulation veineuse collatérale Altération de létat général Syndrome para-néoplasique : hépatomégalie, fièvre au long cours, HTA

6 Diagnostic Dans 50 à 70 % des cas Découverte fortuite

7 Diagnostic para-clinique Imageries +++ Echographie rénale Masse déformant les contours du rein, proche de léchogénicité du rein normal Mode de découverte fréquent, surtout à droite Masse kystique atypique Vérifie la présence dun rein controlatéral normal

8 Diagnostic para-clinique Imageries +++ TDM abdominale avec injection Meilleur examen pour le diagnostic et lextension Masse parenchymateuse déformant ou non le contour du rein, se rehaussant après linjection du contraste par rapport au rein normal Apprécie lextension extra-capsulaire et / ou veineuse Vérifie absence ou présence dadénopathies hilaires ou régionales

9 Diagnostic para-clinique Autres examens dimageries IRM Meilleur examen pour lextension veineuse UIV Na plus dintérêt pour le diagnostic Artériographie Demandée éventuellement si chirurgie conservatrice envisagée

10 Diagnostic para-clinique Autres examens dimageries Bilan dextension, opérabilité Extension veineuse : doppler ou angio-IRM Extension métastatique : TDM thoracique, TDM cérébrale, scintigraphie osseuse

11 Diagnostic para-clinique Biologie peu dintérêt Aucun signe nest spécifique NFS : anémie, polyglobulie VS/CRP élévation franche, valeur pronostique? Ionogramme : créatininémie, calcémie Bilan hépatique

12 Évolution et pronostic Évolution Extension dabord locale puis régionale Extension endo-veineuse : caractéristique du cancer du rein Métastases le plus souvent pulmonaires et multiples Autres sites : osseux, cérébraux, hépatiques, surréalismes, rénal controlatéral Évolution imprévisible dans le temps

13 Classification TNM T Statu tumoral et ses rapports avec lorgane N Atteinte ganglionnaire ? M Métastases ?

14 Évolution et pronostic TNM >5 Caps+ VRVCVRVC V C> D T1T2T3a T3bT3cT4

15 Évolution et pronostic Pronostic Une tumeur localisée de bas grade nucléaire est associée à une survie à 5 ans de plus de 80% Les signes de mauvais pronostic sont la présence dadénopathies, le franchissement de la capsule, la présence de sites métastatiques Néanmoins Une thrombectomie associée à une néphrectomie permet de retrouver un pronostic équivalent au stade de la tumeur primitive Une métastase pulmonaire unique lorsquelle est enlevée, associée à la néphrectomie, donne une survie à 5ans dans plus de 30% des cas

16 Cancer du rein Seul traitement curatif: chirurgie

17 Le risque vasculaire

18 Le risque viscéral Pancréas Vx spléniques rate foie Veine cave

19 Traitement Chirurgie +++ Néphrectomie élargie Traitement de référence Retire le rein, la graisse péri-rénale, les gg pédiculaires, la surrénale Voies dabord lombaire ou sous costale trans péritonéale Justifiée sur la multifocalité fréquente de la tumeur et devant les exigences de la chirurgie carcinologique (évite récidives locales) Complications la voie dabord, le risque hémorragique

20 Traitement Chirurgie +++ Néphrectomie partielle De nécessité : rein unique, tumeur bilatérale De principe de plus en plus : Tumeurs de moins de 5 cm avec des résultats identiques à ceux de la néphrectomie élargie Complications : de la voie dabord, hémorragie, fistule urinaire Insuffisance rénale (rein unique), récidive locale

21 Voies antérieures Abord trans-péritonéal Agrandissement possible Indications: chirurgie carcinologique Section musculo-aponévrotique, lésions nerveuses Risque déventration Transverse sus-ombilicale (TssO) Voie sous costale, bilatéralisée en « chevron » (VsC) Incisions angulaires (Â) Voie médiane (Abd ant), para-rectale (P-R) VsC chevron TssO Abd ant P-R Inc Â

22 Lombotomie Abord direct du rein et surrénale, simplicité dexécution Exploration intra péritonéale possible bien que limitée Section musculaire Risque lésion nerfs inter-costaux Indications : - voie historique de la néphrectomie - pas douverture péritonéale Table cassée Support antérieur postérieur Repères: 11 et 12 côtes

23 Voie verticale intercosto-iliaque Accès direct au rein, sans délabrement musculaire Ne sagrandit pas facilement Indications : - néphrectomies sur rein atrophique - pyélotomie simple Table cassée Support antérieur Repères: - crête iliaque - 12 côte - masse sacro-lombaire

24 Voie laparoscopique Accès peu délabrant. Risque vasculaire +++ Indications : - néphrectomies élargies - néphrectomie partielle (en évaluation) Table cassée Décubitus latéral Repères: - crête iliaque - 12 côte - masse sacro-lombaire - 2 à 4 trocards

25 Traitement Traitements des formes métastatiques (Médiane de survie < 1 an) Radiothérapie : palliative sur les douleurs osseuses Immunothérapie : interféron-a, interleukine-2. Rémission prolongée seulement chez une faible proportion de patients (environ 5%) Motzer et al, J Clin Oncol 1999; 17 (8):

26 Anti-angiogéniques Thérapies ciblées intéressant les processus de néo-angiogénèse Molécules inhibitrices Activité Tyrosine-Kinase de VEGF Sunitinib/ Interféron alpha (1 ligne) Survie sans progression 11/5 mois Sorafénib/ Interféron alpha (2 ligne) Survie sans progression 6/3 mois Molécules inhibitrices Activité Sérine-Thréonine de mTOR Temsirolimus/ Interféron alpha (1 ligne, risque élevé) Survie globale 10,9/7,3 mois Motzer et al, ASCO 2006; 185: 930S Escudier et al, ASCO 2005; 185: 1093S Hudes et al, ASCO 2006; 185: 930S

27 Cancer du testicule Cancer du testicule M Péneau

28 Epidémiologie Le plus fréquent des cancers de lhomme jeune Responsable de 10% des décès dans la tranche dâge ans 5% des cancers urologiques

29 Étiologie Inconnue Facteurs favorisants Sujet jeune Ectopie testiculaire (même corrigée) Atrophie testiculaire

30 Anatomo-pathologie Tumeurs germinales : 95% Séminomes (40%) Tumeurs germinales non séminomateuses (60%) Carcinome embryonnaire, térato-carcinome, tératome, chorio-carcinome tumeurs du sac vitellin Tumeurs non germinales : 5% Tumeurs à cellules de Leydig Fréquence des formes bigarrées

31 Clinique Asymptomatique Découverte dune masse testiculaire dure, irrégulière Plus rarement Douleur à type de pesanteur Forme inflammatoire Hydrocèle masquant une tumeur Masse rétro-péritonéale Gynécomastie (T. cell. De Leydig, TNS, Chorio-carcinome)

32 Bilan pré-thérapeutique Echographie scrotale Confirmation du siège testiculaire Testicule contro-latéral Extension locale TDM thoraco-abdomino-pelvienne Extension lymphatique Exploration métastatique Marqueurs tumoraux Béta HCG, Alpha 1 Foeto-prot., LDH

33 Classification TNM T1 Vx - Ly - Alb+/- Vag - T2 Vx + Ly + Alb + Vag + T3 Vx +/- Ly +/- Cord + T4 Vx +/- Ly +/- Scrot +

34 Traitement Castration voie inguinale Confirmation histologique Accord du patient Prothèse CECOS

35 Traitement Séminomes Sans métastase Simple surveillance ou radiothérapie lombo-aortique de 25 Gy Métastase gg Radiothérapie lombo-aortique 25 à 30 Gy (Chimiothérapie) Métastase viscérale Chimiothérapie, si persistance de masses résiduelles > 3cm exérèse curage Tumeurs de bon pronostic 70 à 100% de guérison

36 Traitement Tumeurs germinales non séminomateuses Sans métastase Facteurs de risque absents Surveillance ou curage ganglionnaire homolatéral Facteurs de risque présents Chimiothérapie première si masses résiduelles curage Avec métastase Chimiothérapie, si masses résiduelles curage Survie à 5ans 50 à 80%

37 Problèmes spécifiques aux tumeurs testiculaires et à leurs traitements Anéjaculation Stérilité


Télécharger ppt "Tumeurs malignes primitives du rein Tumeurs malignes primitives du rein M Péneau."

Présentations similaires


Annonces Google