La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Leptospirose, et autres risques infectieux en eau douce Prof. Pierre Tattevin, Maladies Infectieuses et Réanimation Médicale, CHU Rennes INSERM U835, Université

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Leptospirose, et autres risques infectieux en eau douce Prof. Pierre Tattevin, Maladies Infectieuses et Réanimation Médicale, CHU Rennes INSERM U835, Université"— Transcription de la présentation:

1 Leptospirose, et autres risques infectieux en eau douce Prof. Pierre Tattevin, Maladies Infectieuses et Réanimation Médicale, CHU Rennes INSERM U835, Université Rennes 1, France

2 Programme Leptospirose généralités formes cliniques - leptospiroses hospitalisées au CHU prévention Contamination fécale règlementation risques ? Divers bilharziose des canards légionellose

3 Leptospirose – généralités (1) Spirochétose Comme les borrélioses (Lyme) et la syphilis Points communs Maladie infectieuse systémique Sensibilité ATB parfaite Diagnostic uniquement sérologique, et retardé Ecologie Réservoir = mammifères asymptomatiques portage prolongé élimination urinaire Jauréguiberry S, Tattevin P. Lettre Infectiologue 2005

4 Leptospirose – généralités (2) Transmission: muqueuse ou excoriation cutanée 1/3 = professionnel Agriculture ou élevage (> 50%) Travaux égouts, voirie BTP 2/3 = loisirs Kayakistes Pécheurs deau douce Amoureux de la nature Incubation variable Moyenne = 10 jours plus court si inoculum lourd Plus long si jeune, en forme ? Jauréguiberry S, Tattevin P. Lettre Infectiologue 2005

5 Daprès: leptopspirose en milieu professionnel Dr Pascal Hermann, 2007

6 Facteurs de risque indépendants de leptospirose en France (InVS) NB: Activité professionnelle à haut risque => peu représentés

7 Leptospirose – clinique (1)

8 Leptospirose – clinique (2)

9 Daprès: leptopspirose en milieu professionnel, Dr Pascal Hermann, 2007

10

11 Sérovars les plus communs en Ille-et-Vilaine ° Grippotyphosa (n=10) ° Ictero-haemorrhagiae (n=5) ° Copenhageni (n=4) ° Australis (n=3)

12 Répartition des sérovars en France NB: le vaccin a une efficacité démontrée sur Icterohaemorrhagiae uniquement

13 Leptospiroses admises en réanimation, (n=5) - Durée moyenne de séjour en réa: 6 (de 3 à 10 j) => 100% guérison - Motifs de passage en réanimation Hémorragie intra-alvéolaire Dialyse (2) Encéphalopathie et méningite Etat de choc - 3/5 sérovars copenhageni RR à 12.5 [ ], p=0.003

14

15

16 Patients de réanimation 5 patients Durée moyenne de séjour : 6 (de 3 à 10 j) Motifs de passage en réanimation –Hémorragie intra-alvéolaire –Dialyse (2) –Encéphalopathie et méningite –Collapsus 3/5 sérovars copenhageni –RR à 12.5 [ ], p=0.003 Patients de réanimation 5 patients Durée moyenne de séjour : 6 (de 3 à 10 j) Motifs de passage en réanimation –Hémorragie intra-alvéolaire –Dialyse (2) –Encéphalopathie et méningite –Collapsus 3/5 sérovars copenhageni –RR à 12.5 [ ], p=0.003 Patients de réanimation 5 patients Durée moyenne de séjour : 6 (de 3 à 10 j) Motifs de passage en réanimation –Hémorragie intra-alvéolaire –Dialyse (2) –Encéphalopathie et méningite –Collapsus 3/5 sérovars copenhageni –RR à 12.5 [ ], p=0.003 Leptospirose: diagnostic de confirmation

17 Leptospirose – traitement curatif Bactérie hyper-sensible, avec 2 conséquences: Tout marche, ou presque ! Doxycycline* Amoxicilline per os (même posologies angines) Ceftriaxone (même une seule injection) Macrolides, fluoroquinolones (pas 1 er choix, mais efficace quand même !) Efficacité des traitements empiriques pour diagnostics autres Réaction de Jarish-Herxeimer Aggravation brutale (dans les heures qui suivent la première prise) Voire nouvelles localisations Méningite aiguë Choc septique Tattevin P et al. Eur J Clin Microbiol Infect Dis 2003

18 Leptospirose – traitement préventif (1)

19 Leptospirose – traitement préventif (2)

20 Leptospirose – traitement préventif (3)

21

22

23

24

25 Daprès: leptopspirose en milieu professionnel, Dr Pascal Hermann, 2007

26

27

28 Contamination fécale des eaux douces Contrôle qualité des eaux de baignade E. coli et entérocoques sont des marqueurs, pas des risques Contamination fécale => risque potentiel de pathogènes à transmission oro-fécale (hépatite A, shigellose, etc…) En pratique: risque peu documenté Seuil optimalSeuil acceptable

29 Autres risques infectieux La bilharziose des canards Impasse parasitaire chez lHomme Maladie cutanée bénigne prurigineuse Apparition immédiate après exposition Durée jusquà 10 jours Légionellose Un cas Rennais après noyade volontaire dans la Vilaine Inhalation massive nécessaire

30 Merci de votre attention !


Télécharger ppt "Leptospirose, et autres risques infectieux en eau douce Prof. Pierre Tattevin, Maladies Infectieuses et Réanimation Médicale, CHU Rennes INSERM U835, Université"

Présentations similaires


Annonces Google