La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Cas clinique infectieux 5. Une patiente de 22 ans consulte pour des leucorrhées modérées jaunes associées à des brûlures urinaires intermittentes. Une.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Cas clinique infectieux 5. Une patiente de 22 ans consulte pour des leucorrhées modérées jaunes associées à des brûlures urinaires intermittentes. Une."— Transcription de la présentation:

1 Cas clinique infectieux 5

2 Une patiente de 22 ans consulte pour des leucorrhées modérées jaunes associées à des brûlures urinaires intermittentes. Une patiente de 22 ans consulte pour des leucorrhées modérées jaunes associées à des brûlures urinaires intermittentes. Elle se plaint par ailleurs de dyspareunie. Elle se plaint par ailleurs de dyspareunie. Lexamen au spéculum montre un col légèrement hémorragique avec quelques sécrétions mucopurulentes. Lexamen au spéculum montre un col légèrement hémorragique avec quelques sécrétions mucopurulentes. Son partenaire actuel, qui laccompagne en consultation, souffre dune urétrite depuis plusieurs semaines non traitée. Son partenaire actuel, qui laccompagne en consultation, souffre dune urétrite depuis plusieurs semaines non traitée.

3 Quels examens complémentaires pratiquez-vous chez cette patiente ? Quels examens complémentaires pratiquez-vous chez cette patiente ?

4 Recherche dune infection à Chlamydia Trachomatis : Recherche dune infection à Chlamydia Trachomatis : prélèvement au niveau de lendocol et urètre pour recherche par PCR prélèvement au niveau de lendocol et urètre pour recherche par PCR On peut compléter par un examen du premier jet durine On peut compléter par un examen du premier jet durine Recherche dune infection à gonocoque : Recherche dune infection à gonocoque : Prélèvement sécrétions purulentes au niveau du col pour examen direct avec coloration de Gram et pour mise en culture avec antibiogramme Prélèvement sécrétions purulentes au niveau du col pour examen direct avec coloration de Gram et pour mise en culture avec antibiogramme Prélèvements au niveau pharyngé et anus Prélèvements au niveau pharyngé et anus Recherche de MST associées : sérologies VIH, TPHA VDRL, Hépatites B et C. Recherche de MST associées : sérologies VIH, TPHA VDRL, Hépatites B et C.

5 Quel traitement prescrivez vous et la surveillance du traitement ? Quel traitement prescrivez vous et la surveillance du traitement ?

6 Traitement anti Chlamydia : Traitement anti Chlamydia : Azithromycine 2 g per os en prise unique Traitement antigonocoque si direct positif Traitement antigonocoque si direct positif Abstinence sexuelle ou rapports protégés jusquà 7 jours après la dose unique Abstinence sexuelle ou rapports protégés jusquà 7 jours après la dose unique Dans cette observation, il est difficile de trancher entre une infection à Chlamydia (le plus probable) et une gonococcie ou une co infection : il est donc nécessaire de revoir la patiente entre 7 et 14 jours avec les résultats des prélèvements. Si la culture est positive pour gono : traiter une gonococcie. Dans cette observation, il est difficile de trancher entre une infection à Chlamydia (le plus probable) et une gonococcie ou une co infection : il est donc nécessaire de revoir la patiente entre 7 et 14 jours avec les résultats des prélèvements. Si la culture est positive pour gono : traiter une gonococcie. Traitement du partenaire indispensable après prélèvements Traitement du partenaire indispensable après prélèvements

7 Infections à Chlamydia Trachomatis Quelques Rappels bactérie intracellulaire bactérie intracellulaire 1 ère cause durétrite non gonococcique : 20 à 50 % des cas 1 ère cause durétrite non gonococcique : 20 à 50 % des cas 1 ère cause dorchi-épididymite 1 ère cause dorchi-épididymite 1 ère cause de cervico-vaginites 1 ère cause de cervico-vaginites 1 ère cause de salpingite, de stérilité tubaire et de GEU 1 ère cause de salpingite, de stérilité tubaire et de GEU

8 Infections à Chlamydia Trachomatis Quelques Rappels Lincubation est variable : de qq jours à qq mois Lincubation est variable : de qq jours à qq mois Le portage asymptomatique est fréquent : 90 % chez la femme Le portage asymptomatique est fréquent : 90 % chez la femme Chez lhomme : urétrite avec écoulement transparent modéré (50 %) ; 10 % au moins de formes asymptomatiques Chez lhomme : urétrite avec écoulement transparent modéré (50 %) ; 10 % au moins de formes asymptomatiques Chez la femme : leucorrhée et cervicite à lexamen au spéculum avec sécrétions mucopurulentes, parfois hémorragiques Chez la femme : leucorrhée et cervicite à lexamen au spéculum avec sécrétions mucopurulentes, parfois hémorragiques

9 Infections à Chlamydia Trachomatis Quelques Rappels Complications Chez lhomme : orchi-épididymite Chez lhomme : orchi-épididymite Chez la femme : Chez la femme : Salpingite : il sagit dune salpingite subaiguë, évoluant à bas bruit : - fièvre peu élevée - règles douloureuses - vagues douleurs abdominales Toute salpingite non traitée évolue vers la stérilité tubaire Toute salpingite non traitée évolue vers la stérilité tubaire

10 Infections à Chlamydia Trachomatis Quelques Rappels Syndrome de Fiessinger-Leroy-Reiter Homme jeune Homme jeune Après une urétrite Après une urétrite Arthite réactionnelle (polyarthrite asymétrique des grosses articulation + svt atteinte axiale) Arthite réactionnelle (polyarthrite asymétrique des grosses articulation + svt atteinte axiale) Conjonctivite bilatérale Conjonctivite bilatérale Balanite circinée, lésions psoriasifomes (pustules palmo plantaire) Balanite circinée, lésions psoriasifomes (pustules palmo plantaire)

11 Infections à Chlamydia Trachomatis Quelques Rappels Chez le nouveau-né ophtalmie néonatale ophtalmie néonatale pneumonie néonatale à chlamydia trachomatis : étiologie principale des pneumopathies néonatales pneumonie néonatale à chlamydia trachomatis : étiologie principale des pneumopathies néonatales

12 Infections à Chlamydia Trachomatis Quelques Rappels Diagnostic bactériologique Prélèvement urétral pour mise en culture : spécificité 100 % ; sensibilité % (technique réservée à des labo spécialisés) Prélèvement urétral pour mise en culture : spécificité 100 % ; sensibilité % (technique réservée à des labo spécialisés) Recueil du premier jet durine et examen par PCR : sensibilité excellente Recueil du premier jet durine et examen par PCR : sensibilité excellente Sérologie chlamydia trachomatis : mauvaise sensibilité et spécificité Sérologie chlamydia trachomatis : mauvaise sensibilité et spécificité

13 Infections à Chlamydia Trachomatis Quelques Rappels Traitement cyclines cyclines - ex : doxycycline 200 mg/j durée du traitement : 7 jours Aucune résistance aux cyclines Traitement minute : azithromycine (Zithromax) 2g Traitement minute : azithromycine (Zithromax) 2g

14 Infections à Chlamydia Trachomatis Quelques Rappels Il nest pas nécessaire de faire un contrôle de guérison. Il nest pas nécessaire de faire un contrôle de guérison. Toutefois, chez les femmes jeunes, refaire recherche de C. Trachomatis 3 à 6 mois après le traitement est recommandé (risque de recontamination). Toutefois, chez les femmes jeunes, refaire recherche de C. Trachomatis 3 à 6 mois après le traitement est recommandé (risque de recontamination).


Télécharger ppt "Cas clinique infectieux 5. Une patiente de 22 ans consulte pour des leucorrhées modérées jaunes associées à des brûlures urinaires intermittentes. Une."

Présentations similaires


Annonces Google