La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

SURVEILLANCE MEDICALE DES SALARIES DES ENTREPRISES INTERVENANTES COURRIER Aurélie Capacitaire SIMEON Runa Interne Concours E.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "SURVEILLANCE MEDICALE DES SALARIES DES ENTREPRISES INTERVENANTES COURRIER Aurélie Capacitaire SIMEON Runa Interne Concours E."— Transcription de la présentation:

1 SURVEILLANCE MEDICALE DES SALARIES DES ENTREPRISES INTERVENANTES COURRIER Aurélie Capacitaire SIMEON Runa Interne Concours E

2 DEFINITIONS : Entreprise extérieure (EE) : entreprise juridiquement indépendante de lEU amenée à faire travailler son personnel ponctuellement ou en permanence dans les locaux d'une autre EU Entreprise extérieure (EE) : entreprise juridiquement indépendante de lEU amenée à faire travailler son personnel ponctuellement ou en permanence dans les locaux d'une autre EU = entreprise intervenante ou sous-traitante Entreprise utilisatrice (EU) : = Entreprise "d'accueil" où l'opération est effectuée par du personnel appartenant à d'autres entreprises, lorsque ce personnel n'est pas complètement sous sa direction Entreprise utilisatrice (EU) : = Entreprise "d'accueil" où l'opération est effectuée par du personnel appartenant à d'autres entreprises, lorsque ce personnel n'est pas complètement sous sa direction

3 PROFESSIONS CONCERNEES : Entreprises de nettoyage Entreprises de nettoyage Entreprises de services généraux Entreprises de services généraux Entreprises de surveillance et de sécurité Entreprises de surveillance et de sécurité Entreprises de maintenance et de réparation Entreprises de maintenance et de réparation Entreprises de manutention, de déménagement, de transport Entreprises de manutention, de déménagement, de transport Sociétés de services et de conseils : informatique, expertise comptable, ressources humaines, services médicaux et sociaux Sociétés de services et de conseils : informatique, expertise comptable, ressources humaines, services médicaux et sociaux Bâtiment, génie civil, construction et réparation navale Bâtiment, génie civil, construction et réparation navale

4 EXCLUSIONS : Sont exclus de cette définition : Les entreprises d'intérim Les entreprises d'intérim Les artisans intervenant au domicile des particuliers Les artisans intervenant au domicile des particuliers Les salariés des particuliers employeurs Les salariés des particuliers employeurs

5 EVALUATION DU RISQUE : Pour le salarié de l'entreprise extérieure : Pour le salarié de l'entreprise extérieure : Risques d'accidents par méconnaissance des locaux Risques d'accidents par méconnaissance des locaux Risques spécifiques à l'EU (physiques, chimiques, biologiques…) Risques spécifiques à l'EU (physiques, chimiques, biologiques…) Difficultés d'adaptation (rythme de travail de l'entreprise, travail de nuit, de week-end, astreintes…) Difficultés d'adaptation (rythme de travail de l'entreprise, travail de nuit, de week-end, astreintes…) Travail isolé Travail isolé Pour l'entreprise utilisatrice : Pour l'entreprise utilisatrice : Gêne occasionnée par la coactivité (bruit, circulation, pollution…) Gêne occasionnée par la coactivité (bruit, circulation, pollution…) Risques d'accidents par méconnaissance des risques et/ou des consignes Risques d'accidents par méconnaissance des risques et/ou des consignes

6 RISQUES POUR LA SANTE : Accidents du travail : fonction de l'activité de lEE, des risques spécifiques au sein de lEU, si formation à la sécurité insuffisante Accidents du travail : fonction de l'activité de lEE, des risques spécifiques au sein de lEU, si formation à la sécurité insuffisante Maladies professionnelles : à la fois celles de la profession de lEE et celles des EU. Elles peuvent se potentialiser. Maladies professionnelles : à la fois celles de la profession de lEE et celles des EU. Elles peuvent se potentialiser. Autres : décompensation d'une maladie antérieure, méconnaissance d'une pathologie préexistante faute de suivi Autres : décompensation d'une maladie antérieure, méconnaissance d'une pathologie préexistante faute de suivi

7 SURVEILLANCE MEDICALE REGLEMENTAIRE : Article R : Article R : "Le médecin du travail de l'EE communique au médecin du travail de l'EU, sur demande de ce dernier, tous les éléments du dossier médical individuel des salariés de l'EE qui lui sont nécessaires. "Le médecin du travail de l'EE communique au médecin du travail de l'EU, sur demande de ce dernier, tous les éléments du dossier médical individuel des salariés de l'EE qui lui sont nécessaires. Le médecin du travail de l'EU fournit au médecin du travail de l'EE, sur demande de ce dernier, toutes indications sur les risques particuliers que présentent les travaux pour la santé des salariés concernés de l'EE". Le médecin du travail de l'EU fournit au médecin du travail de l'EE, sur demande de ce dernier, toutes indications sur les risques particuliers que présentent les travaux pour la santé des salariés concernés de l'EE".

8 SURVEILLANCE MEDICALE REGLEMENTAIRE : Article R : Article R : "Le médecin du travail de l'EU assure, pour le compte de l'EE, la réalisation des examens complémentaires rendus nécessaires par la nature et la durée des travaux effectués par le salarié de l'EE dans l'EU. Les résultats sont communiqués au médecin du travail de l'EE, notamment en vue de la détermination de l'aptitude." "Le médecin du travail de l'EU assure, pour le compte de l'EE, la réalisation des examens complémentaires rendus nécessaires par la nature et la durée des travaux effectués par le salarié de l'EE dans l'EU. Les résultats sont communiqués au médecin du travail de l'EE, notamment en vue de la détermination de l'aptitude." Ces examens complémentaires sont prescrits soit par le médecin du travail de l'EE, soit par celui de l'EU après concertation avec le médecin du travail de l'EE. Ces examens complémentaires sont prescrits soit par le médecin du travail de l'EE, soit par celui de l'EU après concertation avec le médecin du travail de l'EE.

9 SURVEILLANCE MEDICALE REGLEMENTAIRE : Article R : Article R : « L'examen périodique peut être effectué par le médecin du travail de l'EU pour le compte de l'EE. Il en communique les résultats au médecin de l'EE, notamment en vue de la détermination de l'aptitude. » « L'examen périodique peut être effectué par le médecin du travail de l'EU pour le compte de l'EE. Il en communique les résultats au médecin de l'EE, notamment en vue de la détermination de l'aptitude. » Nécessité dune entente préalable, au moment de l'élaboration du plan de prévention Nécessité dune entente préalable, au moment de l'élaboration du plan de prévention Charge financière assurée par l'EE Charge financière assurée par l'EE Détermination de l'aptitude relevant du médecin du travail de l'EE Détermination de l'aptitude relevant du médecin du travail de l'EE

10 SURVEILLANCE MEDICALE REGLEMENTAIRE : Les services de médecine du travail des EE intervenant dans des établissements où est implantée une installation nucléaire de base, et y employant des salariés classés en catégorie A ou B ne peuvent en assurer la surveillance médicale que s'ils ont été spécialement habilités à cet effet. Les services de médecine du travail des EE intervenant dans des établissements où est implantée une installation nucléaire de base, et y employant des salariés classés en catégorie A ou B ne peuvent en assurer la surveillance médicale que s'ils ont été spécialement habilités à cet effet. Dans le cas contraire, c'est le service de médecine du travail de l'EU qui assure la surveillance des salariés concernés. Dans le cas contraire, c'est le service de médecine du travail de l'EU qui assure la surveillance des salariés concernés. Dans tous les cas, il en assure l'évaluation de l'exposition interne (décret n° du 13 février 1997, arrêtés du 28 mai 1997). Dans tous les cas, il en assure l'évaluation de l'exposition interne (décret n° du 13 février 1997, arrêtés du 28 mai 1997).

11 SURVEILLANCE MEDICALE REGLEMENTAIRE : Article R : Article R : Par accord entre le chef de l'EU, celui de l'EE et les médecins du travail, le médecin du travail de l'EE a accès aux postes de travail de l'EU occupés par les salariés qu'il suit.

12 SURVEILLANCE MEDICALE REGLEMENTAIRE : Visite médicale d'embauche Visite médicale d'embauche Visites systématiques tous les 2 ans (tous les ans en cas de SMR) Visites systématiques tous les 2 ans (tous les ans en cas de SMR) Examens complémentaires en fonction des données de l'interrogatoire, de l'examen clinique et du poste de travail : dans le cadre de la détermination d'aptitude ou relatifs à une surveillance médicale renforcée Examens complémentaires en fonction des données de l'interrogatoire, de l'examen clinique et du poste de travail : dans le cadre de la détermination d'aptitude ou relatifs à une surveillance médicale renforcée

13 SURVEILLANCE MEDICALE CONSEILLEE : Spécificité en fonction des postes de travail occupés Spécificité en fonction des postes de travail occupés Interrogatoire : Interrogatoire : adéquation du poste et de l'expérience professionnelle, temps de transport, sommeil, dépassement d'horaires, connaissance des risques dans l'EU, respect des mesures de prévention, port des équipements de protection, qualité de l'encadrement, existence de référents. Vaccinations : DTP tous les 10 ans, hépatite B éventuellement Vaccinations : DTP tous les 10 ans, hépatite B éventuellement Suivi post-professionnel selon les risques Suivi post-professionnel selon les risques

14 LE PLAN DE PREVENTION : Article R : doit prévoir : Article R : doit prévoir : Inspection commune des lieux de travail, des installations et du matériel préalablement à l'exécution de l'opération Inspection commune des lieux de travail, des installations et du matériel préalablement à l'exécution de l'opération Délimitation des zones d'intervention Délimitation des zones d'intervention Matérialisation des zones dangereuses Matérialisation des zones dangereuses Établissement d'un plan d'accès aux locaux et d'un plan de circulation des personnes et des engins Établissement d'un plan d'accès aux locaux et d'un plan de circulation des personnes et des engins

15 LE PLAN DE PREVENTION : Article R : Article R : Les chefs d'entreprise procèdent en commun à une analyse des risques. Les chefs d'entreprise procèdent en commun à une analyse des risques. « Lorsque ces risques existent, les employeurs arrêtent d'un commun accord, avant le début des travaux, le plan de prévention définissant les mesures qui doivent être prises par chaque entreprise en vue de prévenir ces risques. » « Lorsque ces risques existent, les employeurs arrêtent d'un commun accord, avant le début des travaux, le plan de prévention définissant les mesures qui doivent être prises par chaque entreprise en vue de prévenir ces risques. »

16 LE PLAN DE PREVENTION : Définition des phases d'activités dangereuses et des moyens de prévention spécifiques Définition des phases d'activités dangereuses et des moyens de prévention spécifiques Adaptation des matériels, installations et dispositifs à la nature des opérations à effectuer Adaptation des matériels, installations et dispositifs à la nature des opérations à effectuer Instructions à donner aux salariés Instructions à donner aux salariés Organisation prévue pour les premiers secours Organisation prévue pour les premiers secours Organisation de la coordination et du commandement Organisation de la coordination et du commandement Liste des postes de travail relevant d'une surveillance médicale renforcée Liste des postes de travail relevant d'une surveillance médicale renforcée Répartition des charges d'entretien Répartition des charges d'entretien

17 LE PLAN DE PREVENTION : Article R : Plan de prévention établi par écrit, avant le commencement des travaux, si : Article R : Plan de prévention établi par écrit, avant le commencement des travaux, si : Nombre total d'heures de travail prévisible égal au moins à 400 heures de travail sur une période égale au plus à 12 mois, que les travaux soient continus ou discontinus Nombre total d'heures de travail prévisible égal au moins à 400 heures de travail sur une période égale au plus à 12 mois, que les travaux soient continus ou discontinus Quelle que soit la durée prévisible de l'opération, lorsque les travaux à effectuer pour réaliser l'opération sont au nombre des travaux dangereux Quelle que soit la durée prévisible de l'opération, lorsque les travaux à effectuer pour réaliser l'opération sont au nombre des travaux dangereux

18 LE PLAN DE PREVENTION : Article R : "Le plan de prévention est tenu, pendant toute la durée des travaux, à la disposition de l'inspecteur du travail, des agents des services de prévention de la CRAM ou de la MSA et/ou de l'OPPBTP." Article R : "Le plan de prévention est tenu, pendant toute la durée des travaux, à la disposition de l'inspecteur du travail, des agents des services de prévention de la CRAM ou de la MSA et/ou de l'OPPBTP." Article R : En cas de travail de nuit ou de travail isolé, le chef de l'EE doit prendre les mesures nécessaires pour assurer les secours de son salarié dans les plus brefs délais en cas d'accident. Article R : En cas de travail de nuit ou de travail isolé, le chef de l'EE doit prendre les mesures nécessaires pour assurer les secours de son salarié dans les plus brefs délais en cas d'accident.

19 AUTRES MESURES : Article R : Avant le début des travaux, le chef de l'EE doit informer ses salariés des dangers de l'activité et des mesures de prévention prises (voies d'accès, locaux mis à disposition, matérialisation des zones dangereuses, équipements de protection individuelle…) Article R : Avant le début des travaux, le chef de l'EE doit informer ses salariés des dangers de l'activité et des mesures de prévention prises (voies d'accès, locaux mis à disposition, matérialisation des zones dangereuses, équipements de protection individuelle…) Article R : Pendant l'exécution des travaux, le chef de l'EU s'assure du respect des mesures décidées et coordonne de nouvelles mesures si nécessaire. Article R : Pendant l'exécution des travaux, le chef de l'EU s'assure du respect des mesures décidées et coordonne de nouvelles mesures si nécessaire.

20 AUTRES MESURES : Article R : Ces réunions ont lieu au moins une fois tous les 3 mois lorsque les travaux prévus nécessitent plus de heures sur 12 mois. Article R : Ces réunions ont lieu au moins une fois tous les 3 mois lorsque les travaux prévus nécessitent plus de heures sur 12 mois. Articles R et R : Le chef de l'EE doit informer le chef de l'EU de l'affectation de nouveaux salariés. Ceux-ci doivent être formés et le chef de l'EU doit s'en assurer. Articles R et R : Le chef de l'EE doit informer le chef de l'EU de l'affectation de nouveaux salariés. Ceux-ci doivent être formés et le chef de l'EU doit s'en assurer.

21 AUTRES MESURES : Article R : L'EU doit mettre des installations sanitaires, des vestiaires et des locaux de restauration à la disposition des salariés de l'EE. Article R : L'EU doit mettre des installations sanitaires, des vestiaires et des locaux de restauration à la disposition des salariés de l'EE. Respect du protocole de sécurité pour les opérations de chargement et déchargement (Arrêté du 26 avril 1996) Respect du protocole de sécurité pour les opérations de chargement et déchargement (Arrêté du 26 avril 1996) Réglementation spécifique pour les opérations du BTP (Articles R238-1 à R238-56) Réglementation spécifique pour les opérations du BTP (Articles R238-1 à R238-56)

22 INFORMATION OBLIGATOIRE DES INSTITUTIONS REPRESENTATIVES DU PERSONNEL Articles R à R : Articles R à R : Information des CHSCT au plus tard dans les 3 jours des dates des inspections et des réunions de coordination et de toute situation d'urgence ou de gravité ; plan de prévention tenu à disposition Information des CHSCT au plus tard dans les 3 jours des dates des inspections et des réunions de coordination et de toute situation d'urgence ou de gravité ; plan de prévention tenu à disposition Désignation de membres pour participer à l'inspection préalable Désignation de membres pour participer à l'inspection préalable Affichage dans lEU des noms et lieux de travail des représentants du CHSCT de l'EU et des EE, nom du médecin du travail et lieu où est située l'infirmerie Affichage dans lEU des noms et lieux de travail des représentants du CHSCT de l'EU et des EE, nom du médecin du travail et lieu où est située l'infirmerie

23 FORMATION OBLIGATOIRE POUR LE PERSONNEL AFFECTE A DES TRAVAUX A DANGER SPECIFIQUE : Article R : Article R : A la charge de l'EE A la charge de l'EE Avant le début des travaux et sur les lieux même de leur exécution Avant le début des travaux et sur les lieux même de leur exécution Doit porter sur les dangers spécifiques, les zones dangereuses et les moyens adoptés pour les matérialiser, les dispositifs collectifs et individuels de protection, les voies d'accès aux lieux d'intervention, aux locaux et aux installations ainsi que les issues de secours Doit porter sur les dangers spécifiques, les zones dangereuses et les moyens adoptés pour les matérialiser, les dispositifs collectifs et individuels de protection, les voies d'accès aux lieux d'intervention, aux locaux et aux installations ainsi que les issues de secours Formation ou compétence particulière : CACES pour les caristes et conducteurs d'engins, habilitation électrique Formation ou compétence particulière : CACES pour les caristes et conducteurs d'engins, habilitation électrique

24 REGLEMENTATION : Décret n° du 20 février 1992 Décret n° du 20 février 1992 Articles R à R du Code du Travail Articles R à R du Code du Travail Circulaire DRT n°93-14 du 18 mars 1993 Circulaire DRT n°93-14 du 18 mars 1993 Arrêté du 4 juillet 1996 Arrêté du 4 juillet 1996 Arrêté du 26 avril 1996 Arrêté du 26 avril 1996 Décret n° du 4 mai 1995 Décret n° du 4 mai 1995 Décret n° du 26 décembre 1994 Décret n° du 26 décembre 1994 Arrêté du 10 mai 1994 Arrêté du 10 mai 1994


Télécharger ppt "SURVEILLANCE MEDICALE DES SALARIES DES ENTREPRISES INTERVENANTES COURRIER Aurélie Capacitaire SIMEON Runa Interne Concours E."

Présentations similaires


Annonces Google