La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Cancers de lenfant Spécificités de la prise en charge de lenfant et de sa famille Dr Philippe LE MOINE Département de Pédiatrie et Génétique Médicale CHU.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Cancers de lenfant Spécificités de la prise en charge de lenfant et de sa famille Dr Philippe LE MOINE Département de Pédiatrie et Génétique Médicale CHU."— Transcription de la présentation:

1 Cancers de lenfant Spécificités de la prise en charge de lenfant et de sa famille Dr Philippe LE MOINE Département de Pédiatrie et Génétique Médicale CHU MORVAN, BREST

2 Niveaux de prise en charge Maladie – Traitements spécifiques – Traitements non spécifiques Personne – Besoins propres – Environnement Famille : parents fratrie, grands parents Société : classe, activités, …

3 Traitements du cancer Chirurgie – Biopsie : à visée diagnostique – Exérèse : à visée thérapeutique Chimiothérapie – Conventionnelle – Intensive (greffe de moelle) Radiothérapie

4 Chirurgie particularités pédiatriques Limiter les séquelles Chirurgie première – Biopsie – Exérèse sans risque Chirurgie seconde – Exérèse – Parfois limitée pour éviter les séquelles

5 Chimiothérapie particularités pédiatriques Patient non taré – Plus de choix de traitements – Plus fortes posologies chez lenfant que ladulte – Rythme plus intense (21 jours vs 28) Contraintes liées à lâge – Arrivée tardive des nouvelles molécules : moins de choix de traitements – Toxicité forte chez les nourrissons < 6-12 mois < 10 kg

6 Chimiothérapie particularités pédiatriques Séquelles – Fertilité Conservation de sperme rarement faisable Tentatives actuelles de congélation ovaires, testis – Développement Croissance : peu Puberté : parfois – Audition – Anomalies rénales : glomérulopathies, tubulopathies – Anomalies cardiaques : allongement du temps de perfusion des anthracyclines

7 Radiothérapie particularités pédiatriques Efficacité mais toxicité Toxicités : selon le territoire irradié, et la dose – Alopécie +/- réversible – Troubles digestifs +/- réversibles – Troubles de croissance (vertèbres, …) – Troubles endocriniens (hypophyse) – Troubles neurocognitifs (lenteur, mémoire)

8 Soins de support Tout ce qui nest pas de la thérapeutique spécifique du cancer (Chimiothérapie, Radiothérapie, Chirurgie) Pour aider lenfant – À supporter la maladie – À supporter les traitements Pour limiter les séquelles – Physiques – Psychiques

9 KT Permet la réalisation des perfusions sans galérer sur les VVP – Problèmes de voie dabord – Problèmes de diffusion Cathéter central, à demeure, tunnellisé – Extériorisé = Broviac (coiffe dépidermisation) – Non extériorisé = Site implantable, PAC Entretien – Tous les 8-15 jours pour les KT – Tous les 4-6 semaines pour les PAC

10 Soins de bouche Tout nouvel enfant est vu par odontologiste (fac dentaire) Nourrisson (pas de dent) – Toilette bouche compresse Bicar Na 1,4 % – Passage compresse imbibée Fungizone® Hors aplasie, brosse à dents INAVA 15% – 6 dents à 2 ans: Brossage ou compresse sans produit, brosse à dents conservée dans Eludril® rincée avant Toilette bouche ou rinçage avec Bicar Na 1,4 % Passage compresse imbibée Fungizone® ou ½ cac – > 2 ans Brossage dentifrice fluoré, brosse à dents conservée dans Eludril® rincée avant Rinçage avec Bicar Na 1,4 % 1 càc Fungizone® à déglutir

11 Soins de bouche Aplasie. Brosse à dents INAVA 7% – 6 dents à 2 ans: Brossage ou compresse sans produit, brosse à dents conservée dans Eludril® rincée avant Eludril® collutoire 3 sprays Toilette bouche ou rinçage avec Bicar Na 1,4 % Passage compresse imbibée Fungizone® ou ½ cac – > 2 ans Brossage sans dentifrice, brosse à dents conservée dans Eludril® rincée avant Eludril® collutoire 3 sprays Rinçage avec Bicar Na 1,4 % 1 càc Fungizone® à déglutir

12 Prévention Pneumocystis carinii Déficit de immunité cellulaire – Corticoïdes > 20 mg/kg/j plus de 3-6 mois – Chimiothérapie – Déficit congénital ou acquis (HIV) Infection pulmonaire parasitaire grave Durée: – 3 mois post chimiothérapie conventionnelle – 6 mois post chimiothérapie haute dose – 12 mois post allogreffe – Tant que lymphocytes T CD4+ < 500/mm 3

13 Prévention Pneumocystis carinii Bactrim: – 4-6 mg/kg de triméthoprime sans dépassé un cp de Bactrim Forte. Lundi, mercredi vendredi – Sauf allergie, méthotrexate HD, déficit G6PD Isothiénate de pentamidine (Pentacarinat®) – Aérosol 200 mg/m² toutes les 4 semaines – Précédée par un aérosol de salbutamol

14 Aplasie PNN< 500/mm 3 Si fièvre – Bilan infectieux en urgence : Documentation bactériologique –Hémocultures –ECBU –Copro Bilan de tolérance –Coagulation (CIVD?) –Transaminases –Iono

15 Aplasie Antibiothérapie – En urgence – À large spectre Rocéphine Amiklin Vancomycine : protection KT central – Jusquà sortie daplasie

16 Transfusions Seuils transfusionnels – Hb < 7 g/dl – Plaquettes < 20000/mm 3 Qualités – Concentré érythrocytaire Volume environ 15 à 20 ml/kg Durée : 3 heures Phénotypé, irradié, CMV- – Concentré plaquettaire daphérèse Passage rapide minutes Irradié, CMV- – Prévention incidents : polaramine, voire solumédrol

17 FCH G-CSF – Diminue la durée daplasie de 3 jours environ – Peser le bénéfice/coût et risque – Neupogen® ou Granocyte® 5 g/kg/j SC le soir – Utilisation aussi pour recrutement avant recueil CSP EPO – Efficacité incertaine chez lenfant – Risque?? Pas de facteur plaquettaire efficace connu

18 Douleur Prise en charge précoce – Évaluation systématique Au diagnostic Lors des hospitalisation – Traitements adaptés à lévaluation Douleurs de la maladie – Site de la tumeur Volume Compression des organes de voisinage – Métastases Os Moelle osseuse Méninges – Douleurs de projection Envahissement ou compression nerveuse

19 Douleur Douleurs des traitements – Chirurgie Cicatrices Pansements – Chimiothérapie Vincristine Sels de platine Mucites – Radiothérapie Brûlures Névrites radiques

20 Diététique Aider à garder un état général correct Supplémentation dans lalimentation Gastrostomie? Mesures simples de prévention infectieuse Laver légumes crus et fruits non épluchables Pas de fromages à moisissures Pas de fruits de mer crus

21 Psychologie Veiller à léquilibre psychique – De lenfant malade – Des parents – De la fratrie Aider à la tolérance psychique des contraintes liées à la maladie Aider à laccueil de lenfant et de sa famille tels quils sont

22 Jusquoù avec lenfant? La vérité est la clé de la confiance – Lenfant sait sa maladie – Lenfant est partenaire du traitement : Il adhère au projet Il pose des questions et a des réponses Il sait quil y a des limites : toxicités, échecs – Les explications sont vraies mais positives – La vérité nest pas un exutoire Il y a un lien affectif avec lenfant : – Limites générales – Limites individuelles du soignant?

23 Jusquoù avec la famille? Les parents sont les interlocuteurs privilégiés – Les connaître – Les accepter dans leurs différences – Devoir de vérité et de clarté Ils sont les plus proches de lenfant Ils sont accompagnés même après le décès La fratrie est accueillie et accompagnée Limites de laccompagnement = limites du soignant

24 Socialisation Garder le lien social plutôt que le renouer après Maintien de la scolarisation – À lhôpital – À domicile – En lien avec la classe dorigine Fratrie Associations et activités

25 Vie spirituelle Respect de la religion ou croyance de lenfant et de sa famille – Sinformer précocement – En parler Si demande de famille ou enfant : baptême, … Modalités de traitement : ex transfusion et TJ Perspectives de décès Deuil

26 Soins palliatifs Perte du projet curatif Continuité des soins de support Rechercher les désirs de lenfant et de sa famille – Écouter – Essayer de réaliser au mieux Accepter la valeur de cette vie même dans ses limites

27 Conclusion Maladies rares Maladies hétérogènes Prise en charge spécialisée – Spécifique de la maladie – Non spécifique de la maladie – Accueil et reconnaissance de lenfant – Accueil et reconnaissance de la famille

28 Conclusion Dynamique de soins et daccompagnement – Du premier jour – Jusquà la guérison – Jusquà la mort éventuellement Veiller au bien supérieur de lenfant – Qualité des soins et des choix – Confort – Sécurité

29


Télécharger ppt "Cancers de lenfant Spécificités de la prise en charge de lenfant et de sa famille Dr Philippe LE MOINE Département de Pédiatrie et Génétique Médicale CHU."

Présentations similaires


Annonces Google