La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Stage départemental « Mathématiques » Béatrice BIROU, IEN MIMIZAN Pays de Born Année scolaire 2009/2010.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Stage départemental « Mathématiques » Béatrice BIROU, IEN MIMIZAN Pays de Born Année scolaire 2009/2010."— Transcription de la présentation:

1 Stage départemental « Mathématiques » Béatrice BIROU, IEN MIMIZAN Pays de Born Année scolaire 2009/2010

2 B. BIROU, IEN MIMIZAN Pays de Born Mai HISTORIQUE Un rappel de lesprit des premiers programmes de lécole

3 B. BIROU, IEN MIMIZAN Pays de Born Mai Comme le stipulent les programmes et comme le pensent la plupart des professeurs, les élèves doivent « découvrir les notions comme réponses à des problèmes » ; ces derniers doivent être conçus comme des occasions de « donner du sens aux notions étudiées » car ils permettent de placer les élèves « en situation dapprentissage actif ». On ne saurait sopposer facilement à de tels principes sans remettre en cause tout un ensemble de recherches qui, depuis plus de 30 ans, ont contribué à les fonder – à commencer par celles de Piaget.

4 B. BIROU, IEN MIMIZAN Pays de Born Mai Trois grands modèles de lenseignement des mathématiques Un modèle magistral (qui apparaît dès 1887) principalement fondé sur lostension et la répétition. Lenseignement doit être « pratique, utilitaire et concret » et doit viser la transmission des rudiments du calcul nécessaires à la résolution de problèmes-types directement inspirés par vie sociale ou domestique. Mais les difficultés engendrées par ce type denseignement conduisent les professeurs à nenseigner que des solutions-types que lélève doit mémoriser faute de pouvoir les conceptualiser

5 B. BIROU, IEN MIMIZAN Pays de Born Mai Un modèle « activiste » apparaît à partir de 1938 en réaction au modèle magistral. Il émergera avec force dans les années 1970 dans la mouvance de lépistémologie génétique piagétienne et de la didactique des mathématiques : le problème devient le moyen privilégié de « donner du sens » aux connaissances enseignées

6 B. BIROU, IEN MIMIZAN Pays de Born Mai Le modèle métacognitif Le contexte démergence Dans les années 80, le constructivisme piagétien laisse place à la psychologie cognitive ; les difficultés des élèves sont alors interprétées comme le produit dune défaillance des procédures de sélection et de traitement des informations, et lenseignement métacognitif simpose comme un moyen de les corriger. Il est quasiment officialisé dès 1981 et donnera lieu en 1990, avec la Nouvelle Politique pour lÉcole, à lémergence de la notion de compétence transversale qui apparaîtra sous la rubrique « traitement de linformation »

7 B. BIROU, IEN MIMIZAN Pays de Born Mai Le « traitement de linformation » prend alors le pas sur la « construction des connaissances ». Ce mouvement se traduira par linstauration dun enseignement méthodologique et conduira, paradoxalement, à une sorte de « démathématisation » de lenseignement : pour apprendre des mathématiques, il ne sagit plus de faire résoudre des problèmes à lélève mais de lui apprendre à les résoudre par lenseignement de stratégies métacognitives afin que les élèves puissent mieux lire les énoncés (par exemple) ou, plus généralement, mieux traiter les informations.

8 B. BIROU, IEN MIMIZAN Pays de Born Mai Le modèle magistral Jusquen 1970, à lécole primaire, le calcul constituait lessentiel de lenseignement des mathématiques Il est alors intéressant de relire les épreuves proposées aux élèves de onze ans, voire dix, pour entrer en sixième à la fin des années cinquante, ainsi que celles du certificat détudes qui donnait le cap du travail dans les classes. I Opérations : 30, ,855 ; ,64 ; 364,16 x 30,20 ; 431,16 : 0,585 II Problème : Une personne achète, au prix de 2800 F lare, un champ rectangulaire dont le périmètre est 852 m et dont la longueur est le double de la largeur. 1.Calculez les dimensions du terrain. 2.Donnez en ares la surface de ce champ. 3.Elle paie immédiatement la moitié et elle paie lautre moitié six mois plus tard avec un intérêt annuel de 5 % ; calculez le montant de chaque versement. Entrée en 6ème Nancy 1959

9 B. BIROU, IEN MIMIZAN Pays de Born Mai Constats - une très grande capacité de calcul, voire même une certaine virtuosité dans la partie dite des « opérations » -la connaissance par coeur des tables dopération - une connaissance parfaite des techniques (par exemple réussir la division 431,16 : 0,585 suppose une connaissance parfaite des techniques) - les exercices dopérations posées étaient la base première de lentraînement au calcul mental dans sa dimension de connaissance des tables daddition et de multiplication. Lentraînement se devait dêtre régulier. La critique ultérieure a porté sur le côté mécanique de ce geste mais ce geste pouvait-il être ancré dans la mémoire sil nétait pas lié à son sens réel ? Il est clair que cette exigence se comprenait parfaitement dans une société où il fallait savoir compter dans toutes les situations de la vie : pour faire les courses, pour réaliser des travaux divers…

10 B. BIROU, IEN MIMIZAN Pays de Born Mai Le modèle « activiste » Il émergera avec force dans les années 1970 dans la mouvance de lépistémologie génétique piagétienne et de la didactique des mathématiques : le problème devient le moyen privilégié de « donner du sens » aux connaissances enseignées La rupture de 1970 : une priorité clairement donnée à la formation aux mathématiques et pas seulement au calcul Sans disparaître tout à fait, le mot « calcul » napparaît plus que deux fois dans le texte du programme. Quant à lesprit, il est donné par la circulaire du 2 janvier 1970 : « Lenseignement mathématique à lécole élémentaire veut répondre désormais aux impératifs qui découlent d'une scolarité obligatoire prolongée et de lévolution contemporaine de la pensée mathématique. Il s'agit, dès lors, de faire en sorte que cet enseignement contribue efficacement au meilleur développement intellectuel de tous les enfants de six à onze ans afin qu'ils entrent dans le second degré avec les meilleures chances de succès. Lambition d'un tel enseignement n'est donc plus essentiellement de préparer les élèves à la vie active et professionnelle en leur faisant acquérir des techniques de résolution de problèmes catalogués et suggérés par la vie courante, mais bien de leur assurer une approche correcte et une compréhension réelle des notions mathématiques liées à ces techniques. »

11 B. BIROU, IEN MIMIZAN Pays de Born Mai Conséquences: Les maîtres sont invités à remiser leurs pratiques traditionnelles jugées trop mécanistes pour y substituer des démarches permettant daccéder à un sens plus profond avec lobjectif de mieux fixer lessentiel ; ils sont invités à travailler la « compréhension » des notions en profondeur Ainsi lapproche du nombre à la maternelle ne passe plus par une répétition de la comptine numérique mais par une construction reposant sur des situations qui permettent au nombre dapparaître dans des classes déquivalence constituées dans des ensembles dobjets. En matière de numération, lécriture décimale napparaîtra quaprès un passage par dautres bases Ces modifications des programmes de mathématiques ont touché lensemble des programmes de la maternelle au lycée ; Si cette période fut très courte, puisque le programme de 1970 ne resta en application que moins de dix ans, elle a marqué profondément une génération denseignants, leurs formateurs et lhistoire de lenseignement des mathématiques

12 B. BIROU, IEN MIMIZAN Pays de Born Mai La didactique des mathématiques a donné un sens nouveau à la notion de problème La notion de « contrat didactique » est devenue essentielle à la compréhension de ce qui sopère durant un temps de classe. Je men tiendrai à deux citations : En 1986, Guy Brousseau indique que « le seul " moyen " de faire des mathématiques, cest de chercher et résoudre certains problèmes spécifiques et, à ce propos, de poser de nouvelles questions. Le maître doit donc effectuer non la communication dune connaissance, mais la dévolution du bon problème… » Il précise ce quil entend par contrat didactique : « Dans le jeu du maître avec le système élève-milieu, le contrat didactique est le moyen détablir les règles et stratégies de base puis de les adapter aux changements de jeu de lélève ». Les constats de lInspection générale en matière de conception de lactivité « Résolution de problèmes » dans ses liaisons avec la notion de calcul ont conduit à écrire le terme « brouillé ».

13 B. BIROU, IEN MIMIZAN Pays de Born Mai La notion de problème est « brouillée » (rapport IGEN) La place du problème dans les activités mathématiques est-elle: - centrale, cest-à-dire, permanente - spécifique, cest-à-dire, limitée à des temps dapprentissage. Les constats peuvent être résumés de la manière suivante : - Trop souvent, les objectifs de la situation sont perdus de vue, ce qui conduit à des temps de classe sans aucune conclusion. - Les objectifs dapprentissage se trouvent dilués, noyés dans un objectif vague: « on cherche ». - Les situations dapprentissage proposées sont appuyées sur des notions qui ne relèvent pas des programmes du niveau concerné.

14 B. BIROU, IEN MIMIZAN Pays de Born Mai Les procédures personnelles tendent à être stabilisées au détriment des procédures expertes qui, en conséquence, ne sont pas exercées. - Les maîtres ne sont pas assez attentifs aux connaissances des élèves ( ils ne les laissent pas utiliser ce quils savent, ce qui est acquis ; dans trop de cas, le maître senferme dans le schéma dapprentissage quil a prévu sur sa « fiche de préparation ».) - Les maîtres ne sont pas assez attentifs aux erreurs des élèves (pourtant, cest en regardant travailler les élèves au plus près de leur crayon que lon peut comprendre ce qui se passe dans la tête…et donc agir, rectifier, installer la bonne méthode, etc.) - Les activités ne sont pas assez différenciées. (Il faut tenir compte des connaissances réelles des élèves.) - Les travaux en groupes ne sont pas toujours maîtrisés (la réflexion personnelle est trop souvent négligée.)

15 B. BIROU, IEN MIMIZAN Pays de Born Mai …vers le socle commun de connaissances et de compétences

16 B. BIROU, IEN MIMIZAN Pays de Born Mai Une idée qui vient de loin… Animation pédagogique départementale 16

17 B. BIROU, IEN MIMIZAN Pays de Born Mai Animation pédagogique départementale 17 Des objectifs partagés au niveau européen… Pas + de 10 % de sorties du système sans qualification Pas + de 10 % de sorties du système sans qualification Augmentation de 15 % au moins de diplômés en mathématiques, sciences et technologie Augmentation de 15 % au moins de diplômés en mathématiques, sciences et technologie Au moins 85 % des jeunes de 22 ans possédant une qualification de lenseignement secondaire supérieur… Au moins 85 % des jeunes de 22 ans possédant une qualification de lenseignement secondaire supérieur…

18 B. BIROU, IEN MIMIZAN Pays de Born Mai Animation pédagogique départementale 18

19 B. BIROU, IEN MIMIZAN Pays de Born Mai « À propos du socle en mathématiques, le Haut conseil de léducation a proposé de : « donner une place accrue à la résolution de problèmes à partir de situations ouvertes et proches de la réalité » tout en insistant sur « la nécessité de créer aussi tôt que possible des automatismes en calcul (calcul mental, apprentissage des quatre opérations) ». Cet équilibre fait aujourdhui défaut dans bien des classes : les exercices dentraînement sont trop peu nombreux et les connaissances élémentaires ne peuvent dès lors être fixées.

20 B. BIROU, IEN MIMIZAN Pays de Born Mai Lenseignement des mathématiques à travers les nouveaux programmes et le socle commun Quelques points forts - Une réelle continuité entre les programmes de lécole et les programmes du collège ; - Une conception comme des programmes du pôle des sciences et offrent une meilleure synergie avec les programmes des autres disciplines scientifiques : cela se voit par exemple au collège au travers des thèmes de convergence ; - La mise en évidence à chaque niveau, des connaissances et des capacités attendues dans le cadre du socle commun. Ainsi, les mathématiques contribuent à entraîner les élèves à la pratique dune démarche scientifique consistant en la résolution de problèmes et, tout particulièrement dans le cadre du socle commun, de problèmes liés à la vie courante.

21 B. BIROU, IEN MIMIZAN Pays de Born Mai Les enjeux majeurs de lenseignement des mathématiques à lécole primaire et leur traduction dans les programmes 2008

22 B. BIROU, IEN MIMIZAN Pays de Born Mai Où en sont nos élèves Enquêtes PISA et PIRLS Le dispositif de lévaluation sur échantillon de la DEPP

23 B. BIROU, IEN MIMIZAN Pays de Born Mai Inégalités sociales Professions et catégories sociales Calcul

24 B. BIROU, IEN MIMIZAN Pays de Born Mai Lenjeu est clairement dinverser la tendance Il ny a pas de fatalité : les résultats des élèves dautres pays de lUE le prouvent Postulat : Laction des maîtres dans les classes peut améliorer les résultats des élèves 2 questions : Quels mathématiques dans le socle? Pour quoi faire?

25 B. BIROU, IEN MIMIZAN Pays de Born Mai La place et le rôle des mathématiques dans le socle Les mathématiques constituent la partie A du pilier 3 : les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique. En introduction de la partie A, le décret précise les objectifs assignés à lenseignement des principaux éléments de mathématiques : il est dit dabord « Les mathématiques fournissent des outils pour agir, choisir et décider dans la vie quotidienne » Et ensuite un peu plus loin, que : « Les compétences acquises en mathématiques conditionnent lacquisition dune culture scientifique. » Ces deux objectifs, rappelons le, nous posent deux questions : - Quelles mathématiques dans le socle ? - Pour quoi faire ?

26 B. BIROU, IEN MIMIZAN Pays de Born Mai Des outils pour agir, choisir et décider dans la vie quotidienne : On trouve en fait dans le socle deux types doutils pour le futur citoyen : - des outils techniques, qui lui seront nécessaires dans sa vie de tous les jours, et qu'il lui faudra pouvoir mobiliser sans difficulté : calculs des quatre opérations, notions de base sur la proportionnalité, calculs de statistiques élémentaires (moyenne, médiane), mais aussi connaissance des principales grandeurs et de leurs mesures, et des bases de géométrie. La responsabilité de lÉcole sur lacquisition de la plupart de ces outils est particulièrement forte ; - des outils logiques : il sagit dapprendre à raisonner, notamment pour résoudre des problèmes de la vie courante. Là encore, cest à lécole que doit démarrer cet apprentissage, qui sera très largement continué au collège.

27 B. BIROU, IEN MIMIZAN Pays de Born Mai Des bases pour lacquisition dune culture scientifique Les fondamentaux décrits en première partie, les bases de calcul et de géométrie, la capacité à résoudre des problèmes, sont nécessaires, indispensables même, à une poursuite détudes scientifiques, que ce soit en sciences physiques, en sciences de la vie et de la Terre, en mécanique ou en électronique pour ceux qui choisiront un cursus technologique, ainsi évidemment quen mathématiques. En fait ces deux objectifs, donner au futur citoyen des outils pour agir, choisir et décider dans la vie quotidienne, et fournir les outils nécessaires à lacquisition et au développement des compétences scientifiques des élèves, ne sont pas seulement visés par le socle, mais se retrouvent aussi dans les objectifs principaux de lenseignement des mathématiques à lécole et au collège. Ils sont peut-être simplement énoncés de manière un peu différente dans le socle, ce qui a eu quelques conséquences sur la réorganisation des programmes qui a suivi.

28 B. BIROU, IEN MIMIZAN Pays de Born Mai Le socle, levier pour une évolution des pratiques des enseignants Lapprentissage des mathématiques demande lassimilation de connaissances et de techniques ainsi qu'un entraînement au raisonnement logique. Il y a lieu de les identifier clairement et de les travailler consciemment. Lapprentissage de techniques, lautomatisation de certaines tâches, la mémorisation de résultats, sont indispensables. Pour des raisons intrinsèques (savoir effectuer très rapidement des calculs de la vie de tous les jours, par exemple, est une nécessité) mais aussi parce que cette automatisation libère lesprit et lui donne la possibilité de satteler entièrement à dautres tâches, plus abstraites, plus conceptuelles, plus difficiles, plus créatives. Apprendre à raisonner, à devenir autonome dans la mise en oeuvre de stratégies, à résoudre des problèmes dont lénoncé nest pas simple, à élaborer des stratégies de calcul, sexerce aussi. Laccès à la complexité se travaille : cest à lenseignant de construire patiemment et progressivement, par des exercices bien choisis, lautonomie de ses élèves devant des tâches de plus en plus complexes. Les indications pour lévaluation, proposées dans le livret de compétences, doivent engager les enseignants sur cette voie.

29 B. BIROU, IEN MIMIZAN Pays de Born Mai A la fin de lécole primaire, tout élève doit savoir compter avec les nombres entiers être capable de résoudre des problèmes simples relevant des quatre opérations donner du sens aux principales grandeurs comprendre et savoir utiliser les nombres décimaux être capable danalyser, à son niveau, des données en vue de leur traitement sêtre approprié les rudiments de géométrie plane objectifs essentiels des apprentissages du cycle II se renforcent au cycle III

30 B. BIROU, IEN MIMIZAN Pays de Born Mai Ce qui suppose Des connaissances : suite des nombres ; principe de la numération de position ; quest-ce quun angle droit ?..... Des automatismes : dans les connaissances : tables ; opérations ; utiliser léquerre… dans les raisonnements : sens des opérations ; calcul mental résolution de problèmes « simples » Le goût de la recherche et du raisonnement Résolution de problèmes « non simples » Recherche dinformation dans des situations complexes (Orsay)

31 B. BIROU, IEN MIMIZAN Pays de Born Mai Que nous apprennent les observations de classes ? Des emplois du temps et des progressions affichées « conformes », mais concrètement : trop souvent une reproduction de la progression de lan dernier une pratique généralisée du fichier en cycle II, qui tend à gagner du terrain aussi en cycle III trop rarement un cahier dédié aux mathématiques pas dentraînement systématique au calcul, ou alors beaucoup de calcul et très peu de problèmes peu de différenciation : certains élèves sennuient, dautres ne « suivent » pas des situations de recherche non reliées à un objectif dapprentissage ;

32 B. BIROU, IEN MIMIZAN Pays de Born Mai Les points de vigilance

33 B. BIROU, IEN MIMIZAN Pays de Born Mai Le respect des programmes et des progressions Le respect des horaires Les outils des élèves : le fichier ne suffit pas : les élèves ont-ils un cahier? pour faire quoi ? où (et quand) fait-on du calcul mental ? Où, quand et comment travaille-t-on le langage des mathématiques ? Les évaluations : contenus : progression, productions des élèves corrections : dans quel esprit ? en vue de quoi ?

34 B. BIROU, IEN MIMIZAN Pays de Born Mai Lutilisation pleine du temps dédié à la discipline pas dactivité sans objet identifiable, et annoncé pas dactivité sans visée dacquisitions évaluables pas dactivité sans conclusion pas délève « laissé pour compte » pas délève qui sennuie Exploiter les différentes procédures et les confronter pour faire progresser les élèves.

35 B. BIROU, IEN MIMIZAN Pays de Born Mai Il ne faut pas décourager la diversité. Au contraire, la favoriser, c'est favoriser l'autonomie intellectuelle, ce qui est le véritable objectif de l'école. Merci de votre attention


Télécharger ppt "Stage départemental « Mathématiques » Béatrice BIROU, IEN MIMIZAN Pays de Born Année scolaire 2009/2010."

Présentations similaires


Annonces Google