La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

M. KINTZLER - Professeur de Sciences Economiques et Sociales Les mécanismes du marché en C.P.P. Contact :

Présentations similaires


Présentation au sujet: "M. KINTZLER - Professeur de Sciences Economiques et Sociales Les mécanismes du marché en C.P.P. Contact :"— Transcription de la présentation:

1 M. KINTZLER - Professeur de Sciences Economiques et Sociales Les mécanismes du marché en C.P.P. Contact :

2 M. KINTZLER - Professeur de Sciences Economiques et Sociales Plan proposé : I. Les mécanismes du marché 1. En théorie, sur un marché, … A. Des exemples pour comprendre (cf. dossier) A. Des exemples pour comprendre (cf. dossier) B. Une définition à apprendre B. Une définition à apprendre 2. … Offre et demande s'équilibrent A. … selon la « loi » de l'offre et de la demande A. … selon la « loi » de l'offre et de la demande B. … selon la sensibilité au prix ou l'élasticité-prix B. … selon la sensibilité au prix ou l'élasticité-prix II …reposent sur lidéal-type néoclassique de la concurrence pure et parfaite (C.P.P.) 1. Ses 5 hypothèses … 2. …inspirent les stratégies des firmes en C.P.P. A. Elles tiennent compte des coûts de production A. Elles tiennent compte des coûts de production B. … et des prix de marché B. … et des prix de marché

3 M. KINTZLER - Professeur de Sciences Economiques et Sociales A. Des exemples pour comprendre A. Des exemples pour comprendre Remplissez le tableau suivant, à l'aide de cette liste : Vente de Renault Twingo - vente de blé par un agriculteur à un meunier - achat de semences par un agriculteur - achat d'actions Total - vente par la banque centrale de monnaie fiduciaire contre l'achat de titres - jeune cherchant un travail - banque achetant des contre des $ - ménage s'adressant à un notaire pour acheter une maison Offre (vendeurs) Demande (acheteurs) Objet de léchange Valeur Marché du travail Marché des biens RenaultMénage ou SNFTwingoprix Marché des services Marché financier Marché monétaire Marché des changes agriculteur agriculteur blé meunier Cours du blé Jeune demandeur demploi prixsemences semencier acte notarial emploisalaire notaireménage offreur demploi honoraires actionnaireactionnaire Actions Total Cours des actions Banque centrale achetant des titres Banque demandant de la monnaie Monnaiefiduciaire Taux dintérêt Banque achetant des $ Banque vendant des $ Devises ($, ) Taux de change

4 M. KINTZLER - Professeur de Sciences Economiques et Sociales Quelques remarques : Un même acteur économique peut être offreur ou demandeur Le prix dun marché peut varier : cours, taux, … S ur un marché quel qu'il soit, une offre rencontre une demande et s'échange entre elles un produit (Bien ou Service) à un prix les satisfaisant toutes les deux (sinon il n'y a pas échange)

5 M. KINTZLER - Professeur de Sciences Economiques et Sociales B. Une définition à apprendre Quelle définition donneriez-vous alors d'un marché ? Marché : = lieu de rencontre, réel ou fictif, entre une offre et une demande dont la confrontation conduit à la formation d'un prix d'équilibre et à la détermination d'un volume d'échange. Fictif ? Le lieu de rencontre peut être fictif si des contraintes matérielles empêchent une rencontre physique. Exemples : commerce électronique (e-business), vente par correspondance, marchés financiers (lignes informatiques défilant sur un écran), …

6 M. KINTZLER - Professeur de Sciences Economiques et Sociales A première vue, léconomie de marché apparaît alors comme un système décentralisé (sans agent centralisateur, tel que lÉtat) A priori, le marché répond à deux questions essentielles en économie : 1. Quelles quantités peut-on échanger ? 2. Quel prix satisfait offreurs et demandeurs ? Cela sous-entend éventuellement quun État ou une institution ninterviennent généralement pas sur un marché.

7 M. KINTZLER - Professeur de Sciences Economiques et Sociales 2. … Offre et demande s'équilibrent A. … selon la « loi » de l'offre et de la demande La demande (d'un bien ou d'un service) traduit l'intention d'un acheteur face au prix de ce bien ; elle représente la quantité de ce bien ou de ce service que le consommateur est disposé à acheter en fonction de son prix. La demande est généralement une fonction décroissante du prix. En effet, les consommateurs sont d'autant plus disposés à acquérir une certaine quantité de biens que le prix en est faible. (…) Corrélativement, l'offre représente la quantité de biens et de services que les « offreurs » (constructeurs, vendeurs) sont prêts à échanger pour un certain prix. Ainsi, si les prix sont élevés, les quantités offertes par les vendeurs seront importantes ; à l'inverse, des prix faibles pourront les dissuader de maintenir l'offre à un niveau élevé - en raison de la baisse des profits que peut engendrer une baisse du prix. La fonction d'offre est donc croissante par rapport au prix. Sur un marché, l'offre et la demande évoluent de façon contraire par rapport aux variations de prix. Il existe pourtant un prix pour lequel les quantités offertes seront égales aux quantités demandées : le prix d'équilibre. En effet, si lorsque le prix d'un bien s'accroît la demande diminue, et l'offre augmente, alors - pour un certain niveau de prix - offre et demande coïncident. Prenons l'exemple de l'industrie automobile. À , les constructeurs automobiles sont prêts à vendre véhicules, mais à ce prix, seuls seraient effectivement vendus. En revanche, si le prix des automobiles diminue, la demande va s'accroître et l'offre se réduire. Par exemple, si le prix proposé est de , il n'y a plus que voitures offertes, et voitures demandées. Finalement, pour un prix de euros, constructeurs et acheteurs vont tomber d'accord sur le nombre de véhicules à échanger. Le prix d'équilibre sera donc ici de Par tâtonnements, l'offre et la demande s'égalisent donc à un prix d'équilibre. Eric Maurus, "Marché", Cahiers Français, janvier-février 1997, n°279.

8 M. KINTZLER - Professeur de Sciences Economiques et Sociales Selon la « loi » de l'offre et de la demande, généralement : O > D prix O D prix O < D prix O = D prix

9 M. KINTZLER - Professeur de Sciences Economiques et Sociales Q° 2 : Pourquoi la demande est-elle "généralement une fonction décroissante du prix" ? Cela est-il vrai pour tous les biens ? En général, la demande est une fonction décroissante du prix car les consommateurs veulent acheter au prix le plus bas possible du fait de leur contrainte budgétaire. Plus le prix d'un bien diminue, plus sa demande augmente (et inversement). Ceci ne s'applique pas aux biens Giffen (cf. infra), dont la demande augmente quand leur prix augmente. (Ex : pomme de terre, du pain, pâtes alimentaires) Explication : une crise provoque une hausse des prix conduisant les ménages à consommer plus les biens de première nécessité. Les dépenses "somptuaires" (plats cuisinés, dépenses au restaurant, vêtement, loisirs, …) seront alors réduites. prix quantités Courbe de demande Les quantités demandées diminuent avec les prix Du côté du consommateur Faites ce graphique sur toute la largeur de votre cahier

10 M. KINTZLER - Professeur de Sciences Economiques et Sociales Q° 2 : Pourquoi la demande est-elle "généralement une fonction décroissante du prix" ? Cela est-il vrai pour tous les biens ? Suite … D'autres demandes, exceptionnelles, ne diminuent pas en fonction du prix : la demande de différence : certains consommateurs veulent se distinguer des autres (consommation ostentatoire). C'est l'effet de snobisme ou effet Veblen. Le prix devient un critère de sélection ; la demande d'anticipation : quand les consommateurs anticipent une nouvelle hausse des prix, ils achètent même à des prix élevés (essence lors d'un choc pétrolier).

11 M. KINTZLER - Professeur de Sciences Economiques et Sociales Q° 3 : Pourquoi loffre est-elle "généralement une fonction croissante du prix" ? Pourquoi la baisse des prix conduit-elle à une raréfaction de loffre ? En général, l'offre est une fonction croissante du prix car plus le prix de marché est élevé, plus l'entrepreneur produit pour réaliser davantage de profits. Il peut même paradoxalement organiser la pénurie car, selon l'adage, "ce qui et rare est cher". Réciproquement, une baisse des prix réduit l'offre car certaines entreprises, selon une logique de profits, ne peuvent vendre à perte sans faire faillite. prix quantités Courbe doffre Les quantités offertes diminuent avec les prix Du côté du producteur Reproduisez ce graphique sur le précédent

12 M. KINTZLER - Professeur de Sciences Economiques et Sociales Équilibre Offre-Demande A partir de la courbe de demande et de la courbe doffre, on obtient le graphique suivant : courbe de demande courbe doffrecourbe de demande courbe doffre Prix Quantités Courbe de demande Courbe doffre Q* P* Choc doffre P1 Q1 o Q1 d Choc de demande Q2 d Q2 o P2 pour P1 : Q1o > Q1d prix pour P2 : Q2o < Q2d prix pour P* : Q*o = Q*d = prix

13 M. KINTZLER - Professeur de Sciences Economiques et Sociales II …reposent sur lidéal-type néoclassique de la concurrence pure et parfaite (C.P.P.) 1. Ses 5 hypothèses … Hypothèses de la CPP SignificationExemplesContre-exemples Homogénéité Atomicité Fluidité Transparence Mobilité Produits & facteurs sont suffisamment proches (substituables) pour que seul le prix les différencie. Très nombreux, offreurs ou demandeurs sont de taille trop faible pour pouvoir influencer individuellement lO. ou la D. globale. Chaque intervenant peut, à tout moment, entrer (ou sortir) dans le marché sans coût élevé. A tout moment, offreurs et demandeurs sont parfaitement (et gratuitement) informés des conditions générales du marché. Travail et capital peuvent se déplacer dune activité à une autre. Affichage des prix au litre, au kg ; téléphonie fixe Produits avec marque Salons de coiffure, cafés dans les grandes villes Monopoles, marchandages, négociation, ententes Livrets dépargne Marchés réservés, règlementés (profession libérale, taxis, …) Bourse, informations du consommateur, Internet Délits dinitiés en Bourse Cadres sur le marché du travail, délocalisations Discriminations à lembauche,

14 M. KINTZLER - Professeur de Sciences Economiques et Sociales Remarques : Ces 5 hypothèses simultanément satisfaites définissent le modèle d'une concurrence pure et parfaite où chaque acteur économique en présence ne bénéficie d'aucun avantage sur ses concurrents. C'est une s ss situation idéale de marché (un idéal-type) pour les économistes libéraux (ou néo-classiques). Elle permet de satisfaire tous les acteurs en présence. Ainsi, les producteurs maximisent leur profit sous contrainte de coûts de production. De même, les consommateurs maximisent leur satisfaction (ou utilité) sous contrainte de budget. Producteurs et consommateurs sont dans ce modèle des h hh homo oeconomicus.

15 M. KINTZLER - Professeur de Sciences Economiques et Sociales 2. …inspirent les stratégies des firmes en C.P.P. A. Elles tiennent compte des coûts de production Une entreprise, en situation de concurrence pure et parfaite, produit des tondeuses en tenant compte des coûts suivants, exprimés en m (milliers d'euros). Entretien des bâtiments : 50 m par an. Impôts locaux : 64,5 m par an Rémunération des cadres de direction : 450 m par an Remboursements demprunts : 110 m par an Consommations intermédiaires : 34 m pour tondeuses Amortissement : 150 m par an Divers : 20,5 m par an La masse salariale des autres salariés varie non proportionnellement aux quantités produites et est donnée dans le tableau ci- dessous. Q° 1 : Soulignez et calculez les coûts fixes. Q° 2 : Donnez des exemples de coûts variables proportionnels. …………………………………………… …………………………………………... Q° 3 : Justifiez la non proportionnalité de la masse salariale des autres salariés. ……………………………………………… …………………………………... Q° 4 : Calculez les coûts totaux, moyens et marginaux en complétant le tableau. A SAVOIR Coût moyen = coût total / quantités produites Coût marginal = coût de la dernière unité produite (Ici, augmentation du coût total par tranche de 1000 tondeuses)

16 M. KINTZLER - Professeur de Sciences Economiques et Sociales Quantités produites (1000 tondeuses) Coûts fixes (m) Coûts variables non proportio nnels (m) Coûts variables proporti onnels (m) Coûts variables totaux (m) Coûts totaux (m) Coût moyen(m ) Coût marginal (m) Recettes p = 250 profit p = 250 qCFCVNPCVPCVCTCMCmRπ FormuleCf. Q°1xxxxxxxCf. Q°

17 M. KINTZLER - Professeur de Sciences Economiques et Sociales Quantités produites (1000 tondeuses) Coûts fixes (m) Coûts variables non proportio nnels (m) Coûts variables proporti onnels (m) Coûts variables totaux (m) Coûts totaux (m) Coût moyen(m ) Coût marginal (m) Recettes p = 250 profit p = 250 qCFCVNPCVPCVCTCMCmRπ FormuleCf. Q°1xxxxxxxCf. Q°

18 M. KINTZLER - Professeur de Sciences Economiques et Sociales Quantités produites (1000 tondeuses) Coûts fixes (m) Coûts variables non proportio nnels (m) Coûts variables proporti onnels (m) Coûts variables totaux (m) Coûts totaux (m) Coût moyen(m ) Coût marginal (m) Recettes p = 250 profit p = 250 qCFCVNPCVPCVCTCMCmRπ FormuleCf. Q°1xxxxxxxCf. Q° CVNP + CVP

19 M. KINTZLER - Professeur de Sciences Economiques et Sociales Quantités produites (1000 tondeuses) Coûts fixes (m) Coûts variables non proportio nnels (m) Coûts variable s proporti onnels (m) Coûts variables totaux (m) Coûts totaux (m) Coût moyen(m ) Coût marginal (m) Recettes p = 250 profit p = 250 qCFCVNPCVPCVCTCMCmRπ FormuleCf. Q°1xxxxxxx Cf. Q°2 CVNP + CVP CF + CV

20 M. KINTZLER - Professeur de Sciences Economiques et Sociales Quantités produites (1000 tondeuses) Coûts fixes (m) Coûts variables non proportio nnels (m) Coûts variable s proporti onnels (m) Coûts variables totaux (m) Coûts totaux (m) Coût moyen(m ) Coût marginal (m) Recettes p = 250 profit p = 250 qCFCVNPCVPCVCTCMCmRπ FormuleCf. Q°1xxxxxxx Cf. Q°2 CVNP + CVP CF+CV CT / q

21 M. KINTZLER - Professeur de Sciences Economiques et Sociales Quantités produites (1000 tondeuses) Coûts fixes (m) Coûts variables non proportio nnels (m) Coûts variable s proporti onnels (m) Coûts variables totaux (m) Coûts totaux (m) Coût moyen(m ) Coût marginal (m) Recettes p = 250 profit p = 250 qCFCVNPCVPCVCTCMCmRπ FormuleCf. Q°1xxxxxxx Cf. Q°2 CVNP + CVP CF+CVCT / q ΔCT / Δq

22 M. KINTZLER - Professeur de Sciences Economiques et Sociales Quantités produites (1000 tondeuses) Coûts fixes (m) Coûts variables non proportio nnels (m) Coûts variable s proporti onnels (m) Coûts variables totaux (m) Coûts totaux (m) Coût moyen(m ) Coût marginal (m) Recettes p = 250 profit p = 250 qCFCVNPCVPCVCTCMCmRπ FormuleCf. Q°1xxxxxxx Cf. Q°2 CVNP + CVP CF+CVCT / qΔCT/Δq p X q

23 M. KINTZLER - Professeur de Sciences Economiques et Sociales Quantités produites (1000 tondeuses) Coûts fixes (m) Coûts variables non proportio nnels (m) Coûts variable s proporti onnels (m) Coûts variables totaux (m) Coûts totaux (m) Coût moyen(m ) Coût marginal (m) Recettes p = 250 profit p = 250 qCFCVNPCVPCVCTCMCmRπ FormuleCf. Q°1xxxxxxx Cf. Q°2 CVNP + CVP CF+CVCT / qΔCT/Δqp X q R - CT

24 M. KINTZLER - Professeur de Sciences Economiques et Sociales Quantités produites (1000 tondeuses) Coûts fixes (m) Coûts variables non proportio nnels (m) Coûts variable s proporti onnels (m) Coûts variables totaux (m) Coûts totaux (m) Coût moyen(m ) Coût marginal (m) Recettes p = 250 profit p = 250 qCFCVNPCVPCVCTCMCmRπ FormuleCf. Q°1xxxxxxx Cf. Q°2 CVNP + CVP CF+CVCT / qΔCT/Δqp X qR - CT

25 M. KINTZLER - Professeur de Sciences Economiques et Sociales Courbes CM et Cm Q° 5 : Quel est le niveau de production pour lequel le profit est maximum ? Q° 6 : Construisez les courbes de coût moyen et de coût marginal (quantités en abscisses, coûts en m en ordonnées). Q° 7 : Quelle remarque pouvez-vous faire sur le prix de vente et le coût marginal quand le profit est maximum ? Expliquez Quand le profit est maximum le prix de vente égale le coût marginal Quand le profit est maximum (8000 tondeuses), le prix de vente égale le coût marginal. En CPP, la courbe de Cm coupe la courbe de CM en son minimum

26 M. KINTZLER - Professeur de Sciences Economiques et Sociales Le point mort Q° 8 : A partir de quelle quantité vendue, l'entreprise dépasse-t-elle le point mort ? Point mort PertesProfits

27 M. KINTZLER - Professeur de Sciences Economiques et Sociales Laire de profit Q° 9 : Représentez graphiquement l'aire correspondant au profit pour un prix de vente égal à 250. (sur le graphique avec les courbes de coût moyenne et de coût marginal) CM Cm Quantités P R M N O Q (p = 250 ) Raisonnons : On sait que Π = R - CT Quand le profit est maximum, le prix égale le Cm p q Explications éventuelles : L'entrepreneur a intérêt à produire une unité supplémentaire tant qu'elle lui rapporte plus qu'elle ne lui coûte) Ainsi, en CPP, l'équilibre du producteur correspond à la quantité pour laquelle le Cm = prix de marché. Le profit ( ) est alors maximal A long terme, ce profit attire de nouveaux producteurs. Or, CM = CT / q Alors, Π = p X q – CM X q = - = - =

28 M. KINTZLER - Professeur de Sciences Economiques et Sociales B. … et des prix de marché CM Cm Quantités P D O q Quand le profit est maximum, le prix égale le Cm p q D Q° 1 :Comment pouvez-vous expliquer l'augmentation du prix de vente ? Cas n°1 La hausse du prix de vente du producteur peut s'expliquer par une demande plus importante peut-être due par exemple à une hausse des salaires, car la courbe d'offre reste identique. Q ° 2 : Conséquence sur l'offre du producteur ? L'offre de tondeuses augmente car la hausse du prix de vente favorise le producteur. La zone de profit doit augmenter.

29 M. KINTZLER - Professeur de Sciences Economiques et Sociales B. … suite CM Cm Quantités P D O q p q Q° 3 :Comment pouvez-vous expliquer la baisse du prix de vente ? Cas n°2 Les prix baissent ici car davantage de producteurs se présentent sur le marché alors que la courbe de demande reste identique. En fait, les consommateurs font jouer la concurrence entre producteurs ("loi" de l'offre et de la demande). Q ° 4 : Conséquence sur l'offre du producteur ? L'offre diminue. Le profit est nul car le prix de vente, 185, est égal au coût moyen (et à son minimum). La zone de profit doit disparaître. O Q ° 5 : Que se passera-t-il si le prix diminue encore ? Que peut faire le producteur ? réduire ses coûts Si le prix diminue, quelles que soient les quantités produites, le producteur fera des pertes; il doit absolument réduire ses coûts (envisager des possibilités).

30 M. KINTZLER - Professeur de Sciences Economiques et Sociales B. … suite CM Cm Quantités P D q p q Q° 6 : Le producteur fait-il à nouveau du profit ? Pourquoi ? Cas n°3 Oui. Il a réduit ses coûts grâce à du progrès technique, à une baisse de certaines rémunérations (surtout salaire d'embauche), etc. Q ° 7 : Repassez en rouge, sur ces trois graphiques, la courbe d'offre du producteur. O Q ° 8 : Pourquoi les économistes néo-classiques ou libéraux défendent-ils la CPP ? situation optimale À long terme, le profit est nul La C.P.P. permet d'aboutir à une situation optimale pour la collectivité. La concurrence peut faire baisser les prix et augmenter la production, favorisant les consommateurs. Les firmes, non rentables, sont éliminées du marché. À long terme, le profit est nul. Pour réaliser à nouveau des profits, les producteurs devront réduire leurs coûts. De nouveaux producteurs seront attirés et les prix diminueront.

31 M. KINTZLER - Professeur de Sciences Economiques et Sociales Plan du chapitre suivant : I. Dans la réalité, la concurrence est rarement parfaite ; I. Dans la réalité, la concurrence est rarement parfaite ; … 1. Les stratégies de concentration et dalliance … 2. … et les stratégies de différenciation et dinnovation… 3. … conduisent à une concurrence monopolistique II … Dans la réalité, les limites du marché sont nombreuses… 1. L'existence de biens collectifs suscite des comportements de passager clandestin… 2. La complexité des interdépendances économiques et sociales entraîne des externalités 3. Lasymétrie de linformations remet en cause lefficacité du marché III. … si bien que le marché apparaît institutionnalisé 1. Ordre « naturel » pour Smith voire spontané pour Hayek, …. 2. … cest une institution pour Polanyi … 3. Finalement, tout ne se « marchande » pas


Télécharger ppt "M. KINTZLER - Professeur de Sciences Economiques et Sociales Les mécanismes du marché en C.P.P. Contact :"

Présentations similaires


Annonces Google