La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Liste des interdictions 2009. SUBSTANCES ET MÉTHODES INTERDITES EN PERMANENCE (En et Hors Compétition)

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Liste des interdictions 2009. SUBSTANCES ET MÉTHODES INTERDITES EN PERMANENCE (En et Hors Compétition)"— Transcription de la présentation:

1 Liste des interdictions 2009

2 SUBSTANCES ET MÉTHODES INTERDITES EN PERMANENCE (En et Hors Compétition)

3 SUBSTANCES INTERDITES (Classes S)

4 Classe S 1 AGENTS ANABOLISANTS

5 S1.1 Stéroïdes anabolisants androgènes (SAA) (a) SAA exogènes (b) SAA endogènes par administration exogène –et les métabolites ou isomères

6 Commentaire sur la classe S1.1(b) un échantillon sera considéré comme contenant cette substance interdite et un résultat danalyse anormal sera rapporté si la concentration de la dite substance interdite ou de ses métabolites ou de ses marqueurs et/ou tout autre rapport pertinent dans léchantillon du sportif diffère à un point tel des valeurs normales trouvées chez lhomme quune production endogène normale est improbable

7 Sauf si le sportif prouve que la concentration de substance interdite ou de ses métabolites ou de ses marqueurs et/ou tout autre rapport pertinent dans léchantillon du sportif est attribuable à un état physiologique ou pathologique.

8 Quelle que soit la concentration, léchantillon du sportif sera considéré comme contenant une substance interdite si, en se basant sur une méthode danalyse fiable (par ex. SMRI), le laboratoire peut démontrer que la substance interdite est dorigine exogène.

9 Nota: SMRI Lanalyse isotopique par couplage chromatographie en phase gazeuse / spectrométrie de masse permet de mesurer de très petites quantités de produits sans purification préalable

10 Lorganisation antidopage responsable effectuera une investigation complémentaire, si la comparaison avec des profils stéroïdiens endogènes de référence est atypique, ou quand un laboratoire a rendu un rapport T/E supérieur à quatre (4) pour un (1) et que lapplication dune méthode danalyse fiable (par ex. SMRI) na pas démontré que la substance interdite était dorigine exogène

11 Cette investigation comprendra un examen de tous les contrôles antérieurs et/ou subséquents. un suivi longitudinal du sportif en procédant à au moins trois contrôles inopinés sur une période de trois mois

12 S1.2 Autres agents anabolisants, incluant sans sy limiter Clenbutérol (vétérinaire) modulateurs sélectifs des récepteurs aux androgènes (SARMs =Selective androgen receptors modulators) etc

13 Classe S2 HORMONES ET SUBSTANCES APPARENTÉES

14 1. Agents stimulants de lérythropoïèse érythropoïétine (EPO) rHuEpo alpha ou bêta (EPO recombinante) darbépoïétine (Depo) hématide ( protéine à même action que EPO)

15 2. Hormone de croissance (GH), Et facteurs de croissance analogues à linsuline (par ex. IGF-1) facteurs de croissance mécaniques (MGFs)

16 3. Hormones sexuelles Gonadotrophine chorionique (CG) et hormone lutéinisante (LH) interdites chez le sportif de sexe masculin seulement

17 4. Insulines

18 5. Corticotrophines et dautres substances possédant une structure chimique similaire ou un (des) effet(s) biologique(s) semblables

19 Commentaire sur la classe S2 à moins que le sportif puisse démontrer que la concentration était due à un état physiologique ou pathologique, un échantillon sera considéré comme contenant une substance interdite Protocole inspiré des anabolisants

20 S3. BÊTA-2 AGONISTES

21 Tous Tous les bêta-2 agonistes, y compris leurs isomères D-et L-, sont interdits.

22 Mais si utilisés par inhalation nécessitent également une autorisation dusage à des fins thérapeutiques en conformité avec la section correspondante du Standard international pour lautorisation dusage à des fins thérapeutiques.

23 Salbutamol = anabolisant Même si une autorisation dusage à des fins thérapeutigues a été délivrée, la présence dans lurine de salbutamol à une concentration supérieure à ng/mL sera considérée comme un résultat danalyse anormal, à moins que le sportif ne prouve par une étude de pharmacocinétique contrôlée que ce résultat anormal est bien la conséquence de lusage dune dose thérapeutique de salbutamol par voie inhalée.

24 S4. ANTAGONISTES ET MODULATEURS HORMONAUX

25 Les classes suivantes de substances sont interdites 1. Inhibiteurs daromatase, 2. Modulateurs sélectifs des récepteurs aux oestrogènes (SERMs), 3. Autres substances anti-oestrogéniques, (clomifène par exemple), 4. Agents modificateurs de(s) la fonction(s) de la myostatine

26 . Nota: Aromatase est une enzyme nécessaire à la conversion d'androgène en œstrogène Les inhibiteurs daromatase diminuent ainsi les concentrations dœstrogène dans le corps et sont pertinents contre les tumeurs qui dépendent de lœstrogène pour la croissance. Ils sont habituellement utilisés comme thérapie de deuxième ligne (après tamoxifen) pour le traitement du cancer du sein chez les femmes en post ménopause.

27 Pourquoi dopant?

28 Nota: Myostatine anciennement connue sous le nom de Growth differentiation factor 8 (GDF 8) est un facteur de croissance qui limite la croissance des tissus musculaires.

29 S5. DIURÉTIQUES ET AUTRES AGENTS MASQUANTS

30 Produits masquants Diurétique, probénécide, succédanés de plasma –par ex. administration intraveineuse dalbumine, dextran,hydroxyéthylamidon et mannitol,

31 Commentaire sur la classe S5 une autorisation dusage à des fins thérapeutiques nest pas valable si léchantillon durine du sportif contient un diurétique détecté en association avec des substances exogènes interdites à leurs niveaux seuils ou en dessous de leurs niveaux seuils.

32 MÉTHODES INTERDITES Classes M

33 M1. AMÉLIORATION DU TRANSFERT DOXYGÈNE

34 M1. Amélioration du transfert doxygène 1. Le dopage sanguin, y compris lutilisation de produits sanguins autologues, homologues ou hétérologues,ou de globules rouges de toute origine. 2. Lamélioration artificielle de la consommation, du transport ou de la libération de loxygène, –les produits chimiques perfluorés –léfaproxiral (RSRl3) –et les produits dhémoglobine modifiée:par ex. les substituts de sang à base dhémoglobine, les produits à base dhémoglobines réticulées.

35 M2. MANIPULATION CHIMIQUE ET PHYSIQUE

36 M2. Manipulation chimique et physique 1. La falsification, ou la tentative de falsification, dans le but daltérer lintégrité et la validité des échantillons recueillis lors de contrôles du dopage. –Cette catégorie comprend, sans sy limiter, la cathétérisation, la substitution et/ou laltération de lurine. 2. Les perfusions intraveineuses sont interdites sauf dans le contexte dinterventions chirurgicales, en situation durgence médicale ou lors dexamens cliniques.

37 M3. DOPAGE GÉNÉTIQUE

38 M3. Dopage génétique Le transfert de cellules ou déléments génétiques ou lutilisation de cellules, déléments génétiques, ou dagents pharmacologiques modulant lexpression génique endogène, et ayant la capacité daugmenter la performance sportive. Les agonistes du récepteur activé par les proliférateurs des péroxysomes (PPAR) (par ex. GW 1516) et les agonistes de laxe PPAR-protéine kinase activée par lAMP (AMPK) (par ex. AICAR).

39 Nota: Les proliférateurs de peroxysomes (PP) sont des substances naturelles ou synthétiques induisent la prolifération des peroxysomes, organites intracellulaires où se produisent des réactions de détoxification essentielles pour la survie des cellules. Les PP agissent sur la transcription des gènes par le biais de récepteurs nucléaires : les PPAR α, β et γ

40 Nota: les PPAR α, β et γ Les proliférateurs de peroxysomes activent le récepteur nucléaire PPARα (peroxisome proliferator activated receptor α) qui contrôle lexpression des gènes des enzymes de la voie de β-oxydation des acides gras. => Dopage LeTNFα (tumour necrosis factor α) semble nécessaire à laction des proliférateurs de peroxysomes Les proliférateurs de peroxysomes sont des cancérogènes non génotoxiques chez les rongeurs en induisant la prolifération cellulaire le danger est le cancer chez lhomme(?)

41 Nota: L'adénosine monophosphate cyclique (AMPc, AMPcyclique) produit à partir d'ATP par l'enzyme adényl cyclase agit souvent en tant qu'intermédiaire, dans l'action des hormones ou des neurotransmetteurs notamment. Il fait partie des seconds messagers. active une protéine kinase (AMPK) qui assure la phosphorylation de diverses protéines

42 Nota: L'AMP-activated protein kinase (AMPK) constitue un détecteur de l'état énergétique de la cellule et joue un rôle clé dans la régulation du métabolisme énergétique. En réponse à une déplétion énergétique cellulaire, l'AMPK active les voies métaboliques qui produisent de l'énergie (oxydation des acides gras) et inhibe celles qui en consomment (lipogenèse, néoglucogenèse)

43 SUBSTANCES ET MÉTHODES INTERDITES EN COMPÉTITION

44 Outre les catégories Sl à S5 et M1 à M3 interdites en dehors et pendant les compétitions telles que définies antérieurement

45 SUBSTANCES INTERDITES

46 SUBSTANCES INTERDITES Classes S

47 S6. STIMULANTS Tous les stimulants (y compris leurs isomères optiques [D- et L-] lorsquils sappliquent) sont interdits, À lexception –des dérivés de limidazole pour application topique (oxymétazoline par ex) –et des stimulants figurant dans le Programme de surveillance 2009.

48 Les stimulants incluent : (a) Stimulants non-spécifiés : –Adrafinil, amfépramone, (b) Stimulants spécifiés (exemples déterminés en détail) –Adrénaline, cathine, éphédrine –substances possédant une structure chimique similaire ou un (des) effet(s) biologique(s) similaire(s).

49 Programme de surveillance 2009 ne sont pas considérées comme des substances interdites bupropion, caféine, phényléphrine, phénylpropanolamine, pipradrol, pseudoéphédrine, synéphrine.

50 Particularités Ladrénaline, associée à des agents anesthésiques locaux, ou en préparation à usage local (par ex. par voie nasale ou ophtalmologique), nest pas interdite. La cathine est interdite quand sa concentration dans lurine dépasse 5 microgrammes par millilitre. Léphédrine et la méthyléphédrine sont interdites quand leurs concentrations respectives dans lurine dépassent 10 microgrammes par millilitre.

51 S7. NARCOTIQUES

52 Buprénorphine, dextromoramide, diamorphine (héroïne), fentanyl et ses dérivés, hydromorphone, méthadone, morphine, oxycodone, oxymorphone, pentazocine, péthidine.

53 S8. CANNABINOÏDES Les cannabinoïdes par ex. –le haschisch, –la marijuana

54 S9. GLUCOCORTICOÏDES

55 Glucocorticoïdes par voie systémique Tous les glucocorticoïdes sont interdits lorsquils sont administrés orale, –intraveineuse, –intramusculaire –rectale.

56 Glucocorticoïdes par voie non systémique Conformément au Standard international pour lautorisation dusage à des fins thérapeutiques, une déclaration dusage doit être remplie par le sportif pour les glucocorticoïdes administrés par voie –intra articulaire –péri articulaire –péri tendineuse –péridurale –intradermique –par inhalation à lexception des voies dadministration indiquées ci-dessous

57 Glucocorticoïdes en topiques Les préparations topiques utilisées pour traiter des affections –auriculaires –buccales –dermatologiques (incluant ionophorèse/phonophorèse) –gingivales –nasales –ophtalmologiques –périanales ne sont pas interdites et ne requièrent en conséquence ni dautorisation dusage à des fins thérapeutiques ni de déclaration dusage.

58 SUBSTANCES INTERDITES DANS CERTAINS SPORTS Classes P

59 P1. ALCOOL en compétitionLalcool (éthanol) est interdit en compétition seulement, dans les sports suivants. La détection sera effectuée par éthylométrie et/ou analyse sanguine. Le seuil de violation (valeurs hématologiques) est 0,10 g/L. –aéronautique (FAI) ; –automobile (FIA) ; –boules (IPC boules) ; –karaté (WKF) ; –motocyclisme (FIM) ; –motonautique (UIM) ; –pentathlon moderne (UIPM) pour les épreuves comprenant du tir –quilles (Neuf- et Dix-) (FIQ) ; –tir à larc (FITA, IPC).

60 P2. BÊTABLOQUANTS (1) aéronautique (FAI) ; automobile (FIA) ; billard et snooker (WCBS) ; bobsleigh (FIBT) ; boules (CMSB, IPC boules) ; bridge (FMB) ; curling (WCF) ; golf (IGF) ; gymnastique (FIG) ; lutte (FILA) ; motocyclisme (FIM) ; motonautique (UIM) ;

61 P2. BÊTABLOQUANTS (2) pentathlon moderne (UIPM) pour les épreuves comprenant du tir ; quilles (Neuf- et Dix-) (FIQ) ; ski (FIS) pour le saut à skis, freestyle saut/halfpipe et le snowboard halfpipe/big air ; tir (ISSF, IPC) (aussi interdits hors compétition) ; tir à larc (FITA, IPC) (aussi interdits hors compétition) ; voile (ISAF) pour les barreurs en match racing seulement ;

62 LAviron Bayonnais: dopé au jambon

63

64

65 Elle est produite à partir d'ATP (figure 1) par l'enzyme adénylate cyclase (ou adényl cyclase) et peut être dégradé par une phosphodiestérase. L'adénylate cyclase est généralement activée ou réprimée en réponse à l'activation par un ligand (hormone, neurotransmetteur) d'un récepteur à sept domaines transmembranaires couplé à une protéine G. Si la protéine G possède une sous- unité αs, l'adénylate cyclase est activée, si la protéine G possède une sous-unité αi, l'adénylate cyclase est réprimée.adénylate cyclase

66 Les protéines kinases sont des enzymes qui catalysent le transfert d'un groupe phosphate de l'adénosine triphosphate (ATP) sur l'hydroxyle (groupe -OH) des chaînes latérales des acides aminés ayant une fonction alcool : sérine, thréonine et tyrosine.enzymes phosphateadénosine triphosphateATPhydroxyle chaînes latéralesacides aminésalcoolsérinethréonine tyrosine Protéine-OH + ATP protéine-O-PO32- + ADP


Télécharger ppt "Liste des interdictions 2009. SUBSTANCES ET MÉTHODES INTERDITES EN PERMANENCE (En et Hors Compétition)"

Présentations similaires


Annonces Google