La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Intervention de Martine HA-SUM CPC à Saint-Benoît Stage T2: Intervention du mardi 3 novembre 2009 1 COMMENT PRENDRE EN COMPTE LA DIVERSITE.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Intervention de Martine HA-SUM CPC à Saint-Benoît Stage T2: Intervention du mardi 3 novembre 2009 1 COMMENT PRENDRE EN COMPTE LA DIVERSITE."— Transcription de la présentation:

1 Intervention de Martine HA-SUM CPC à Saint-Benoît Stage T2: Intervention du mardi 3 novembre COMMENT PRENDRE EN COMPTE LA DIVERSITE DES ELEVES? Circonscription de Saint-Benoît Année scolaire 2009/2010

2 La compétence 6 du référentiel PE Stage T2: Intervention du mardi 3 novembre Prendre en charge et conduire la classe en prenant en compte la spécificité du public: 6a/ Prendre en compte les rythmes dapprentissage des élèves. 6b/ Déterminer, à partir des besoins identifiés, les étapes nécessaires à lacquisition progressive des savoirs et des savoirs-faire prescrits. 6c/ Mettre en œuvre des dispositifs pédagogiques visant à adapter la progression à la diversité des élèves ( pédagogie différenciée, PPRE, …). 6d/ Préserver légalité et léquité entre élèves.

3 Objectifs Stage T2: Intervention du mardi 3 novembre Etre capable danalyser une situation, des résultats et des comportements délèves Etre capable dorganiser une différenciation par un choix et une mise en place de différents dispositifs Etre capable dévaluer les résultats et la pertinence des choix

4 Représentations Stage T2: Intervention du mardi 3 novembre Quévoque pour vous « la prise en compte de la diversité des élèves »?

5 Sommaire Stage T2: Intervention du mardi 3 novembre ) La différenciation pédagogique 2) Les dispositifs daide aux élèves en difficulté 3) Présentation de cas de classes 4) Les postures enseignantes 5) Rappels 6) Une définition de la difficulté dapprentissage 7) Distinguer soutien et aide spécialisée 8) Proposition dune méthode de travail 9) La préparation de classe: un exemple de situation dapprentissage différenciée 10) Quelques pistes de réflexion 11) Présentation doutils

6 1)La différenciation pédagogique Stage T2: Intervention du mardi 3 novembre Recueil des pratiques effectives dans les classes Quelles sont les différenciations pratiquées avec vos élèves? Quand, comment, lesquelles, pourquoi?

7 Stage T2: Intervention du mardi 3 novembre I) DEFINITION DE LA DIFFERENCIATION PEDAGOGIQUE 1.Quest-ce que la différenciation pédagogique? 2.Sa finalité 3.Ce que nest pas la différenciation pédagogique II) POURQUOI DIFFERENCIER? 1.Le contexte: lhétérogénéité des élèves 2.Les postulats de Burns 3.Les postulats de léducabilité III) LES DISPOSITIFS DE DIFFERENCIATION 1.La différenciation des structures 1.Les différents types de regroupement denfants 2.La différenciation des productions 3.La différenciation des processus 3.Les différentes démarches dapprentissage 4. La différenciation des contenus IV) QUAND DIFFERENCIER? 1.Avant lapprentissage 2.Pendant lapprentissage 3.Après lapprentissage V) COMMENT EVALUER? VI) LA PREPARATION DE CLASSE CONCLUSION

8 I)DEFINITION DE LA DIFFERENCIATION PEDAGOGIQUE Stage T2: Intervention du mardi 3 novembre Quest-ce que la différenciation pédagogique? Du côté de lenseignant : La différenciation pédagogique évoque une préoccupation (attitude) de lenseignant à mobiliser et à mettre en place une organisation de travail et des dispositifs didactiques qui placent régulièrement chacun, chacune dans une situation optimale pour le développement de compétences. Du côté de lenfant : Cest une réponse sur mesure à lenfant dans la prise en compte de sa singularité dans un contexte dinteractions pour lui permettre de sapproprier des compétences selon son propre itinéraire.

9 I)DEFINITION DE LA DIFFERENCIATION PEDAGOGIQUE Stage T2: Intervention du mardi 3 novembre Sa finalité La finalité de la différenciation, cest plus que lutter contre léchec scolaire, cest avant tout amener chaque élève à aller le plus loin possible au maximum de ses potentialités.

10 I)DEFINITION DE LA DIFFERENCIATION PEDAGOGIQUE Stage T2: Intervention du mardi 3 novembre Ce que nest pas la différenciation pédagogique Il ne sagit pas simplement de faire autrement ou autre chose (pédagogie diversifiée), même si cette démarche fait partie de la pédagogie différenciée ; Il ne sagit pas daboutir à ce que chaque élève poursuive un parcours en autonomie, sans échange ni communication, au point de lisoler (enseignement cloisonné). Il ne sagit pas non plus dune pédagogie de soutien qui ne serait réservée quaux élèves en difficulté en parallèle à une pédagogie plus traditionnelle pour les « bons élèves ». Il ne sagit pas de différencier les objectifs, mais de permettre à tous les élèves datteindre les mêmes buts par des voies différentes. On pourra en revanche moduler le niveau dexigence.

11 II) POURQUOI DIFFERENCIER? Stage T2: Intervention du mardi 3 novembre Le contexte: lhétérogénéité des élèves Lhétérogénéité des élèves se manifeste par des inégalités. Inégalité de culture (connaissances, vocabulaire, les stratégies dapprentissage) Inégalités de valeurs (lécole est-elle valorisée ? Est-elle perçue comme un moyen dascension sociale ? Quelles sont les habitudes éducatives familiales : rigide, souple, laxiste ?) Inégalité de « savoir-être », de comportements (vis à vis de la prise de parole, vis-à-vis du cours : participation, perturbation, passivité, …) Inégalité des environnements éducatifs (contexte de létablissement : confort des lieux, matériel disponible, nombre de collègues présents, présence de ressources locales) inégalité des enseignants (différences de méthodes pédagogiques expérimentées) Inégalités sociales (PCS, type de famille) Inégalité dexpériences vécues Inégalité des projets (certains envisagent des études courtes, dautres, une classe préparatoire, etc.) Etc.

12 II) POURQUOI DIFFERENCIER? Stage T2: Intervention du mardi 3 novembre Le contexte: lhétérogénéité des élèves « Toute situation didactique proposée ou imposée uniformément à un groupe délèves est inévitablement inadéquate pour une partie dentre eux. » (Perrenoud, 1992)

13 II) POURQUOI DIFFERENCIER? Stage T2: Intervention du mardi 3 novembre Le contexte: lhétérogénéité des élèves Hétérogénéité des élèves Hétérogénéité des élèves Détermination de profils délèves, de styles cognitifs Mise en place dune pédagogie différenciée correspondant à ces profils. - auditifs/visuels, - inductif/déductif, - méthodique / inorganisé - besoin de guidage ou d'indépendance, - réflexif/impulsif, - etc.

14 II) POURQUOI DIFFERENCIER? Stage T2: Intervention du mardi 3 novembre Les postulats de Burns Il ny a pas deux apprenants qui progressent à la même vitesse. Il ny a pas deux apprenants qui soient prêts à apprendre en même temps. Il ny a pas deux apprenants qui utilisent les mêmes techniques détude. Il ny a pas deux apprenants qui possèdent le même répertoire de comportements. Il ny a pas deux apprenants qui possèdent le même profil dintérêt. Il ny a pas deux apprenants qui soient motivés pour atteindre les mêmes buts.

15 II) POURQUOI DIFFERENCIER? Stage T2: Intervention du mardi 3 novembre Les postulats de léducabilité « Rien ne garantit jamais au pédagogue quil a épuisé toutes les ressources méthodologiques, rien ne lassure quil ne reste pas un moyen encore inexploré, qui pourrait là, où jusquici, tout a échoué ». « La réussite des élèves dépend peut-être, soit dun regard qui encourage ou soit dun autre qui vous fige sur place. »

16 II) POURQUOI DIFFERENCIER? Stage T2: Intervention du mardi 3 novembre Les postulats de léducabilité A partir du moment où lenseignant croit profondément que tout enfant peut réussir, il est plus facile de planifier des situations dapprentissage qui soient fécondes pour tous.

17 La zone proximale de développement Stage T2: Intervention du mardi 3 novembre « Cest la distance entre le niveau de développement actuel tel quon peut le déterminer à travers la façon dont lenfant résout des problèmes seul et le niveau de développement potentiel tel quon peut le déterminer à travers la façon dont lenfant résout des problèmes lorsquil est assisté par ladulte ou collabore avec dautres enfants plus avancés. » Vygotski

18 La zone proximale de développement Stage T2: Intervention du mardi 3 novembre Autrement dit, le développement actuel marque ce qu'un individu maîtrise déjà seul, le type et le niveau de fonctionnement cognitif qu'il est capable de mettre en œuvre de façon autonome pour résoudre un problème. La zone proximale marque ce qui peut constituer la prochaine étape de son développement actuel pour peu qu'une interaction sociale (avec un adulte ou des pairs) soit initiée. Cette distinction entre développement actuel et zone proximale permet à Vygotski de préciser le sens du développement : du social (médiation) vers l'individuel (développement actuel). Le médiateur doit, en effet, situer son intervention dans la zone proximale de développement pour permettre à l'apprenant de dépasser ses compétences actuelles grâce à une activité conjointe avec le médiateur ou avec d'autres apprenants.

19 III)LES DISPOSITIFS DE DIFFERENCIATION Stage T2: Intervention du mardi 3 novembre ) Les processus Les formes différentes de guidance Lenseignant peut différencier: 2) Les productions Les projets déquipe pour réaliser des productions 1) Les structures Les groupements délèves (groupes de besoin, de rythme, de niveau…) 4) Les contenus Les niveaux dexigence par rapport à une tâche Les activités (leur complexité, leur longueur, leur durée…) Les outils (oral, écrit, manipulations, schémas, tableaux, textes…) Les supports (types de textes, longueur…) Différencier la pédagogie

20 III) LES DISPOSITIFS DE DIFFERENCIATION Stage T2: Intervention du mardi 3 novembre Sur quoi peut porter la différenciation ? 1) La différenciation des structures : Il sagit de modifier les modalités lorganisation de la classe (constitution de groupes homogènes ou hétérogènes, de niveau, de besoin, travail en autonomie), le nombre dintervenants, le lieu du cours, …

21 Le groupe classe Les groupes de « stratégies de recherche » Les groupes de « représentations » (Point de départ de confrontations cognitives) Les groupes arbitraires permanents (jeux déquipe…) Les groupes daffinité Les groupes de besoin (entrées diversifiées par rapport aux apprentissages) Les groupes de niveau 1) LES DIFFERENTS TYPES DE REGROUPEMENT DENFANTS Stage T2: Intervention du mardi 3 novembre

22 III) LES DISPOSITIFS DE DIFFERENCIATION Stage T2: Intervention du mardi 3 novembre )La différenciation des processus 1 objectif final Démarche 2 Diagnostic préalable : identification des besoins Démarche 1 Démarche 3

23 Stage T2: Intervention du mardi 3 novembre La démarche sensitive : préparer l'activité pour que l'enfant puisse toucher, sentir, goûter, écouter, etc. Permettre à l'enfant d'exprimer ses sentiments, ses émotions, bref, l'enfant doit expérimenter. La démarche de recherche d'informations : préparer l'activité de telle manière que l'enfant prenne connaissance des informations diverses : faits, photos, noms, chiffres, etc. Expliquer, répondre aux questions, faire consulter des livres aux enfants, interviewer un spécialiste, féliciter leur esprit critique, les aider à formuler des questions précises; autrement dit : dire ce qu'ils savent ou ce qu'ils ne savent pas de la matière qui va être abordée. La démarche inductive : il faut faire observer des exemples variés d'un concept, d'une notion, d'une règle, élaborer une première définition, observer de nouveaux exemples et contre-exemples, élaborer une définition plus complète que la précédente. La démarche déductive : il faut faire observer une règle, un principe, une donnée, élaborer des exemples ou des cas particuliers en application. La démarche scientifique : faire formuler des hypothèses face à une situation problème, choisir une hypothèse et inventer une expérience qui permettra de la vérifier, réaliser l'expérience, confronter le résultat à l'hypothèse de départ, confirmer et faire une synthèse ou choisir une nouvelle hypothèse. La démarche technologique ou d'anticipation : il faut faire définir le "produit" à fabriquer (établir les critères de réussite), rechercher des procédures de fabrication, rechercher les étapes, fabriquer, confronter et évaluer, garder des traces. La démarche de résolution de problème : il faut faire représenter la situation problème, repérer les étapes de la recherche, choisir et utiliser des outils de résolution, valider le résultat final. La démarche créative : faire tripatouiller librement, chercher, observer, réaliser, expérimenter, observer les résultats, communiquer, confronter, évaluer, garder des traces. La démarche imaginative : préparer son activité de telle manière que les enfants puissent rêver, imaginer, créer des histoires, échafauder des hypothèses, inventer des solutions, "voir dans leur tête" des situations non observables sur papier. LES DIFFERENTES DEMARCHES DAPPRENTISSAGE

24 III) LES DISPOSITIFS DE DIFFERENCIATION Stage T2: Intervention du mardi 3 novembre ) La différenciation des contenus 1 objectif final (exemple : maîtrise dune connaissance particulière à partir dun texte) Objectif de savoir-faire 1 Exemple : éviter la paraphrase. Objectif de savoir-faire 1 Exemple : éviter la paraphrase. Objectif de savoir-faire 2 Exemple : travailler largumentation. Objectif de savoir-faire 2 Exemple : travailler largumentation. Objectif de savoir-faire 3 Exemple : étude approfondie dun texte théorique. Objectif de savoir-faire 3 Exemple : étude approfondie dun texte théorique.

25 IV) QUAND DIFFERENCIER? Stage T2: Intervention du mardi 3 novembre Avant lapprentissage Dans une pédagogie différenciée, la planification de la séquence denseignement / apprentissage sarticule autour de la connaissance que lenseignant a de ses élèves. Il propose différents itinéraires adaptés à ses élèves pour que chacun vive une réussite. Doù limportance dapprendre à poser un bon diagnostic et de définir clairement son intention pédagogique.

26 IV) QUAND DIFFERENCIER? Stage T2: Intervention du mardi 3 novembre Pendant lapprentissage Pendant lapprentissage, lenseignant continuera dintervenir auprès de ses élèves de façon différenciée, leur apportera le soutien nécessaire pour les amener vers une solution appropriée. Il doit prévoir des moments dautoévaluation et dautorégulation pour les élèves afin quils puissent détecter leurs difficultés et se réajuster rapidement.

27 IV) QUAND DIFFERENCIER? Stage T2: Intervention du mardi 3 novembre Après lapprentissage Après lapprentissage, lenseignant doit gérer la remédiation des élèves qui éprouvent certaines difficultés et prévoir des activités denrichissement pour ceux qui progressent plus rapidement. Ces activités peuvent être de lordre de la complexité de la tâche. Les mesures de remédiation offertes aux élèves en difficulté doivent leur permettre daborder le savoir à partir dapproches et de moyens adaptés. Ce ne doit surtout pas être « plus de la même chose ».

28 V) COMMENT EVALUER? Stage T2: Intervention du mardi 3 novembre Pratiquer une évaluation au service de lélève Lenseignant doit modifier, si ce nest déjà fait, sa conception de lévaluation. Il doit apprendre à observer et à questionner. Lévaluation formative est avant tout au service de lélève pour lui permettre de prendre conscience de sa propre façon dapprendre, de ses progrès et de ses difficultés. Grâce à elle, lélève peut réguler ses apprentissages.

29 Objectifs nationaux – projet stratégique académique – projet de circonscription – contrat de performance – projet décole – programmes programmations – progressions – progressivités - projet de cycle – projet de classe – évaluations – développement de lenfant – apports de la recherche – postulats (Burns, éducabilité) Une compétence est choisie par lenseignant. Elle se décline en objectifs de séquence et en objectifs de séances. Compétence Séquence 1Séquence 2Séquence 3 Séance 1Séance 2Séance 3 Séquence Stage T2: Intervention du mardi 3 novembre VI)LA PREPARATION DE CLASSE

30 Préalables Évaluations diagnostiques Séance 1 Objectif 1 Différenciation pédagogique La préparation de classe Construction possible dune séquence dans une démarche de différenciation pédagogique : Les moments de différenciation Objectif atteint : Séance de complexification Objectif 1 Objectif non atteint : Différenciation pédagogique avec des stratégies différentes qui sadaptent aux besoins. Constitution de différents groupes Objectif 1 Objectif en cours dacquisition : Séance de consolidation Objectif 1 Dispositifs daides Objectif 1 Séance de remédiation Objectif 1 Séance 2 Objectif 2 Reprise du scénario jusquà la fin de la séquence Évaluation sommative ÉVALUATION FORMATIVE 30 Aide spécialisée

31 Préalables Évaluations diagnostiques Séance 1 Objectif 1 Différenciation pédagogique La préparation de classe Construction possible dune séquence dans une démarche de différenciation pédagogique : Les moments de différenciation Objectif atteint : Séance de complexification Objectif 1 Objectif non atteint : Différenciation pédagogique avec des stratégies différentes qui sadaptent aux besoins. Constitution de différents groupes Objectif 1 Objectif en cours dacquisition : Séance de consolidation Objectif 1 Dispositifs daides Objectif 1 Séance de remédiation Objectif 1 Séance 2 Objectif 2 Reprise du scénario jusquà la fin de la séquence Évaluation sommative ÉVALUATION FORMATIVE 31 Aide spécialisée

32 CONCLUSION Stage T2: Intervention du mardi 3 novembre La différenciation pédagogique tient compte des besoins différents de élèves en classe et requiert une organisation scolaire adaptée au défi de la réussite. Léchec scolaire aura des chances de diminuer dans la mesure où la diversité des élèves et de leur cheminement sera valorisée plutôt quignorée ou dénigrée.

33 2) Les dispositifs daide aux élèves en difficulté Stage T2: Intervention du mardi 3 novembre Quelles difficultés? Quelles actions?

34 34 Lenseignant repère et analyse les difficultés des élèves Sur le temps des enseignements obligatoires (24 h) La différenciation pédagogique Il peut demander laide de personnes ressources dans le cadre déchanges de service, Enseignants supplémentaires du RAR, Enseignants de la CLIN, Enseignants daide à la réussite scolaire. Enseignants spécialisés du RASED. Le RASED ne fait pas partie du PPRE. Hors temps denseignement scolaire Les stages de remise à niveau pendant les vacances scolaires Laccompagnement éducatif Ce sont des actions possibles du PPRE. Sur le temps consacré à laide personnalisée (60h) Lélève peut bénéficier de 2h hebdomadaires selon un dispositif arrêté par le conseil des maîtres. Lidentification des besoins se fait en termes de compétences. La priorité doit être accordée aux disciplines fondamentales du socle commun de connaissances et de compétences, et plus particulièrement le français et les mathématiques. Ce nest pas une révision des bases, ni une aide aux devoirs. Cest une action possible dun PPRE. Les objectifs dapprentissage sont fixés pour la période, pour chaque groupe, en fonction des besoins repérés. Les modalités dévaluation de ces aides sont définies en termes de progrès de lélève. Lenseignant évalue les effets de ces aides à chaque période. Il est indispensable de mettre en place des stratégies efficaces denseignement, des pratiques et des outils innovants. Il active le dispositif ou les dispositifs le plus approprié()s Le premier étant la différenciation pédagogique, en classe. Lenseignant coordonne toutes les actions même sil ne les conduit pas entièrement lui même. Il peut mettre en place un Programme Personnalisé de Réussite Educative: PPRE. Il doit obtenir laccord et lengagement de la famille par écrit. Un volet de réussite éducative est inscrit au projet décole. Lenseignant doit évaluer les effets des actions du PPRE à chaque période. De la justesse de lanalyse de la difficulté mise en œuvre du dispositif le plus approprié A une difficulté scolaire peuvent répondre plusieurs dispositifs

35 LE CONTRAT MORAL Stage T2: Intervention du mardi 3 novembre La mise en confiance de lélève, la dimension conviviale de ces temps daide personnalisée sont partie prenante de la réussite visée.

36 Evaluations nationales, académiques, de classe. En classe RASED Prévenir les difficultés durables d'apprentissage (éviter l'apparition d'une difficulté, son installation ou son amplification). Aider à leur dépassement (remédier) PPRE Programme Personnalisé de Réussite Educative: PPRE. On doit obtenir laccord et lengagement de la famille par écrit. Un volet de réussite éducative est inscrit au projet décole. Lenseignant doit évaluer les effets des actions du PPRE à chaque période. Il peut demander laide de personnes ressources dans le cadre déchanges de service, RAR, CLIN… Aide Personnalisée Ce sont les « 60 heures ». Lélève peut bénéficier de 2h hebdomadaires selon un dispositif proposé par le conseil des maîtres et arrêté par lIEN. Repérage par le maître. Evolution de la liste délèves en cours dannée. Ce nest ni un atelier périscolaire ni une aide aux devoirs. Cest pour faire acquérir les compétences de base, pour résoudre les difficultés dapprentissage. Stage de remise à niveau Cest un dispositif adressé aux élèves qui présentent des lacunes en français et en mathématiques. Sur la base du volontariat de la part des enseignants. Bilan de compétences à établir avant par lenseignant de la classe. Evaluation des progrès par lenseignant du stage transmise à la famille et à lenseignant de la classe. Accompagnement éducatif Prévu à la rentrée 2008 pour les écoles élémentaires des zones déducation prioritaires, possibilité pour les autres écoles élémentaires. Cest une offre complémentaire aux enseignements en dehors du temps scolaire pour les élèves volontaires. Aide aux devoirs et aux leçons. Pratique sportive. Pratique artistique et culturelle. La différenciation pédagogique concerne tous les élèves. Elèves en difficulté : la différenciation se fait dans un premier temps en classe puis continue en classe même si dautres dispositifs daide sont mis en place. Accompagnement Construction des apprentissages Aide spécialisée Stage T2: Intervention du mardi 3 novembre

37 DIFFERENCIATION PEDAGOGIQUE Dispositif Principe de base de la pratique enseignante Cycle 1, 2, 3 Objectifs Aider au métier d'élève, à l'organisation de son travail à la compréhension des consignes, au sens des apprentissages. Améliorer les compétences de base par la prévention, l'accompagnement et la remédiation. « Différencier cest prendre en compte la diversité des élèves, de tous les élèves. » Concepteur, coordonateur Enseignant de la classe Conduite et évaluation de laction Enseignant de la classe Garant de laction Enseignant de la classe Elèves concernés Tous Modalités dorganisation Par petits groupes, avec supports adaptés Durée et fréquence Au quotidien Contraintes

38 PPRE Dispositif Programme personnalisé de réussite éducative Cycle 2, 3 Objectifs Renforcer les efforts des enseignants en matière de différenciation pédagogique, au sein de la classe, au profit des élèves pour lesquels la maîtrise des compétences et connaissances du socle commun n'est pas assurée. Concepteur, coordonateur Enseignant de la classe en collaboration avec l'équipe pédagogique Conduite et évaluation de laction Chaque intervenant Garant de laction Directeur Elèves concernés Redoublants Rencontrant des difficultés importantes ou moyennes susceptibles de compromettre leurs apprentissages Elèves qui risquent de ne pas maîtriser les compétences attendues de fin de cycle en référence au socle commun. Modalités dorganisation Groupes de besoins Durée et fréquence Temps quotidiens et spécifiques intensifs et de courtes durées Contraintes Document écrit organisé contractualisé

39 L'AIDE PERSONNALISEE Dispositif « Les 60 heures » Cycle Moyenne section (langage), Cycles 2 et 3 Objectifs Acculturer (développer des connaissances encyclopédiques) Apprendre à apprendre Entraîner, consolider une acquisition en cours Développer l'attention, la mémorisation, la compréhension, la réflexion et l'imagination. Concepteur, coordonateur Enseignant de la classe en collaboration avec l'équipe pédagogique Conduite et évaluation de laction Chaque intervenant Garant de laction Directeur Elèves concernés Elèves ayant des difficultés à entrer dans la tâche ou dans les apprentissages, à gérer des tâches multiples ou complexes, ayant besoin de plus de temps pour entrer dans les acquisitions, nayant pas fait certaines acquisitions. Modalités dorganisation Petits groupes Durée et fréquence 2 heures hebdomadaires Contraintes Obligation de service. Inscrit dans le projet décole. Document écrit sinspirant de la logique PPRE.

40 STAGE DE REMISE A NIVEAU Cycle CM1 et CM2 Objectifs Atteindre les compétences du socle commun en français et en mathématiques, à la fin du cycle 3, en vue de l'évaluation du deuxième palier. Concepteur, coordonateur Léquipe pédagogique conçoit le dispositif et le propose à l'IEN pour validation. Conduite et évaluation de laction Enseignants volontaires. Garant de laction L'IEN assure la coordination du dispositif et regroupe les écoles si nécessaires. Elèves concernés Ne maîtrisant pas les compétences du socle commun en français et en mathématiques. Modalités dorganisation Petits groupes : maximum 6. Durée et fréquence Stage de 15 heures à raison de 3 heures par jour. Contraintes L'enseignant doit communiquer les résultats des dernières évaluations. Autorisation parentale. Inscrit dans le projet décole.

41 ACCOMPAGNEMENT EDUCATIF Cycle 2 et 3 Objectifs Aider aux devoirs et aux leçons Dynamiser des pratiques culturelles et/ou sportives. Concepteur, coordonateur Enseignants volontaires, assistants d'éducation et pédagogiques ; intervenants socio-culturels et sportifs (associatifs,...) parents d'élèves, bénévoles,. actions partenariales : (CLAS, CEL, ERE…) Conduite et évaluation de laction Les différents intervenants Garant de laction Le directeur diffuse un document d'information en direction des familles, conserve un exemplaire des conventions signées par les différents partenaires, inscrit un volet spécifique « accompagnement éducatif » au projet. Elèves concernés Élèves volontaires des écoles élémentaires Modalités dorganisation Petits groupes Durée et fréquence Toute l'année 2h (de préférence après la classe) par semaine sur 4 jours Contraintes Autorisation parentale.

42 Conclusion Stage T2: Intervention du mardi 3 novembre Mettre en pratique la différenciation pédagogique dans les classes sans attendre. Oser prendre des risques pour progresser dans ses pratiques pédagogiques. Bilan: en conseil de maîtres en présence de linspection dans le cadre dune réunion pédagogique de circonscription.

43 3)Présentation de cas de classes Stage T2: Intervention du mardi 3 novembre Consigne: Voici différentes classes qui pratiquent des dispositifs de différenciation. Définir quels sont les leviers utilisés par les enseignants permettant la réussite des élèves.

44 Stage T2: Intervention du mardi 3 novembre Les relations maître/élève Les climats de classe La classe lieu de vie Lautonomie Le sens des apprentissages Le statut de lerreur La conception des apprentissages Les outils daide

45 45 4) Les postures enseignantes Modèle, - Il est attentif, disponible, sécurisant Il utilise des formes détayage de grande proximité. - Il se place physiquement en position dinterlocuteur, face à lenfant, face à son regard, à sa hauteur ; il regarde lenfant avec qui il converse. - Il intervient de manière non verbale : gestes, mimiques, actions, postures - Il tente de décrypter lexpression de lenfant si elle est peu compréhensible, - Il encourage à la prise de parole par un regard bienveillant; - Il stimule verbalement - Il verbalise abondamment la situation en cours, commente ce quil fait, ce que fait lenfant. - Il reprend, reformule, ce qua dit lélève dans la langue orale adulte - Il précise des mots. Il choisit le lexique et la syntaxe de façon à être compris. - Il fournit des modèles phonologiques corrects - Il joue de lexpressivité de la voix, accentue les intonations - Il répète au besoin, certaines informations ou détails - Le message est bien articulé, bien organisé - Il présente des modèles de solution Tuteur, Lenseignant accompagne les activités et leur donne du sens - Il montre que ce qui est dit est écouté, pris en compte - il valorise les tâtonnements et les tentatives - Il sollicite léchange avec chaque enfant et interagisse avec lui chaque fois quil tente de produire un énoncé - Il fait répéter sans insister si lenfant nest pas coopérant. - Il laisse le temps, accepte les silences - Il a une tutelle et un cadrage étroit en référence avec la consigne -Il reprend, reformule, précise des mots. Il choisit le lexique et la syntaxe de façon à être compris Animateur, - Il met en œuvre des situations dautonomie - Il canalise lattention et la motivation de lenfant sur la tâche. - Il encourage les échanges entre enfants et maintient les enfants dans la tâche - Il organise les prises de parole - Il rend explicite les règles de la communication et incite chacun à les respecter : écouter, parler à son tour, rester dans le propos de léchange et chercher à lenrichir - Il répète au besoin, certaines informations ou détails

46 5) Rappels Stage T2: Intervention du mardi 3 novembre Point théorique Elève en difficulté La difficulté de lélève Nécessité au niveau dune équipe de réfléchir au terme, enjeu et implication de « la difficulté scolaire » Eviter le déterminisme individuel (social) Quelle place pour lélève en difficulté?

47 6) Une définition de la difficulté dapprentissage Stage T2: Intervention du mardi 3 novembre La difficulté dapprentissage évoque la ou les difficulté(s) dun élève à progresser dans ses apprentissages en relation avec les attentes des programmes nationaux. Les difficultés dapprentissage peuvent prendre des formes très variables : certaines sont temporaires, dautres persistent tout au cours de la scolarité de lélève. Cette façon denvisager la difficulté dapprentissage séloigne dune conception axée sur des catégories de difficultés et se centre davantage sur les besoins de lélève.

48 Une définition de la difficulté dapprentissage Stage T2: Intervention du mardi 3 novembre Les difficultés dapprentissage sont la résultante dinteractions entre 3 composantes : 1. Composante individuelle Etat de santé Profil cognitif Intérêt et motivation Profil affectif Style et rythme dapprentissage Aspects sensoriels ou moteurs II. Composante familiale et sociale Niveau socio-économique Langue et culture Degré de scolarisation des parents Pratiques éducatives III. Composante scolaire Pratiques pédagogiques Perceptions et attentes des enseignants Mode dorganisation et de fonctionnement de la classe et de lécole Relations interpersonnelles

49 Une définition de la difficulté dapprentissage Stage T2: Intervention du mardi 3 novembre Cette conception entraîne une vision plus systémique de la problématique et oblige à abandonner lidée que les difficultés dapprentissage relèvent dun facteur isolé. Elle rend parfois complexe le choix des interventions à privilégier ; le but étant toujours daider au mieux lélève à réussir. Aider un élève à réussir signifie lamener à réaliser son plein potentiel, c'est-à-dire lui donner accès à un parcours différencié. Le socle commun invite à mener tous les élèves à la réussite, mais comme tous ne progressent pas au même rythme, cet objectif ne peut être atteint que si les différences sont prises en compte, que si une différenciation pédagogique existe.

50 7)Distinguer soutien et aide spécialisée Stage T2: Intervention du mardi 3 novembre Aide spécialisée Soutien Une difficulté ciblée Des difficultés plurielles Notions scolaires Processus cognitifs Enseignant de la classe Enseignant spécialisé Aide ponctuelleAide plus soutenue

51 Le fonctionnement du RASED Stage T2: Intervention du mardi 3 novembre Voir organigramme

52 8) Proposition dune méthode de travail Stage T2: Intervention du mardi 3 novembre Partir des évaluations Analyser les résultats Organiser son intervention Constituer des groupes Elaborer un emploi du temps Proposer des médiations Utiliser différents outils Constituer un outil de suivi de lélève

53 Stage T2: Intervention du mardi 3 novembre Exemple pratique: EXPLOITATION DES RESULTATS DES EVALUATIONS CM2

54 Les nouvelles évaluations Stage T2: Intervention du mardi 3 novembre De nouveaux protocoles nationaux dévaluations en CE1 et en CM2 sont proposés aux enseignants. Ils permettent de dresser un bilan des acquis des élèves. Lobjectif est daider par un dispositif efficace les élèves qui en ont le plus besoin. Pour les enseignants, il sagit de s approprier les nouveaux programmes, danalyser finement les résultats et de repérer les difficultés isolées ou massives, dadapter les dispositifs daide et de soutien: -La différenciation pédagogique dans la classe, -La mise en place dun PPRE, -Laide personnalisée, -Le stage de remise à niveau, -Laccompagnement éducatif.

55 Analyse des résultats dune circonscription, dune école Stage T2: Intervention du mardi 3 novembre Les résultats 2009 de la circonscription Les performances des élèves par champs en français Etablir lordre des difficultés en français.

56 Évaluations CM Comparaison du taux de réussite circonscription/secteurs 56

57 Évaluations CM Comparaison par champs circonscription/secteurs 57

58 Les performances des élèves par champs en français Stage T2: Intervention du mardi 3 novembre LIRE ECRIRE VOCABULAIRE GRAMMAIRE ORTHOGRAPHE FRANCAIS 53,267,95,431,558,351,5

59 Stage T2: Intervention du mardi 3 novembre Grammaire (31,50%) Repérer les temps simples et les temps composés de l'indicatif, le conditionnel présent et l'impératif présent ; conjuguer et utiliser à bon escient les verbes des premiers et deuxièmes groupes, être et avoir, ainsi que quelques verbes fréquents en comprenant et en appliquant leurs règles de formation pour les temps étudiés. (17%) - Distinguer selon leur nature le nom (propre/commun), les articles, les déterminants possessifs, les adjectifs. Distinguer selon leur nature les mots des classes déjà connues, ainsi que les pronoms possessifs, démonstratifs, Interrogatifs et relatifs. (31%) - Identifier le verbe et le sujet (sous forme d'un nom propre, d'un groupe nominal ou d'un pronom personnel) ; reconnaitre le complément d'objet (direct et indirect) du verbe, reconnaitre le complément du nom Reconnaître les compléments circonstanciels de lieu, de temps. (49%) - Lire (53,20%) Repérer dans un texte des informations explicites et en inférer des informations nouvelles (Implicites) (46%) - Repérer les effets de choix formels (emplois de certains mots, utilisation d'un niveau de langue bien caractérisé, etc.). (43%) - Vocabulaire (55,4%) Identifier l'utilisation d'un mot ou d'une expression au sens figuré (47%) - Orthographe (58,30%) Ecrire sans erreur les homophones grammaticaux. (49%) - Ecrire (67,90%) Ordre des difficultés en français:

60 Analyse des résultats dune classe 60 Lire les résultats des élèves Analyser les résultats de chaque élève Repérer le nombre délèves en difficulté 1

61 a. Une lecture par champs 61 Français lire écrire vocabulaire grammaire orthographe

62 62

63 Ordre des difficultés en français 63 Français Grammaire: 3,6 Vocabulaire: 4,7 Orthographe: 5,9 Écrire: 5,9 Lire: 6,7

64 b. Une lecture par compétences Stage T2: Intervention du mardi 3 novembre compétences en français

65 Stage T2: Intervention du mardi 3 novembre

66 Lire4,5 Dégager le thème d'un texte.7,3 Repérer dans un texte des informations explicites.7,5 Repérer dans un texte des informations explicites et en inférer des informations nouvelles (Implicites). 3,8 Repérer les effets de choix formels (emplois de certains mots, utilisation d'un niveau de langue bien caractérisé, etc.). 3,4 Exprimer un point de vue, une interprétation et le justifier en se fondant sur le texte. 3,6 Ecrire5,9 Copier sans erreur un texte d'au moins quinze lignes en lui donnant une présentation adaptée. 8,5 Rédiger différents types de textes d'au moins deux paragraphes en veillant à leur cohérence, en évitant les répétitions, et en respectant les contraintes syntaxiques et orthographiques ainsi que la ponctuation. 4,7 Vocabulaire4,7 Utiliser le contexte pour comprendre un mot.0,5 Identifier l'utilisation d'un mot ou d'une expression au sens figuré. 3,1 Définir un mot connu en utilisant un terme générique adéquat et en y ajoutant les précisions spécifiques à l'objet défini. 7,3 Utiliser la construction d'un mot Inconnu pour le comprendre. 6,2 Grammaire2,4 Distinguer selon leur nature le nom (propre/commun), les articles, les déterminants possessifs, les adjectifs. Distinguer selon leur nature les mots des classes déjà connues, ainsi que les pronoms possessifs, démonstratifs, Interrogatifs et relatifs. 2 Identifier le verbe et le sujet (sous forme d'un nom propre, d'un groupe nominal ou d'un pronom personnel); reconnaître le complément d'objet (direct et indirect) du verbe, reconnaitre le complément du nom Reconnaître les compléments circonstanciels de lieu, de temps. 3,4 Repérer les temps simples et les temps composés de l'indicatif, le conditionnel présent et l'impératif présent; conjuguer et utiliser à bon escient les verbes des premiers et deuxièmes groupes, être et avoir, ainsi que quelques verbes fréquents en comprenant et en appliquant leurs règles de formation pour les temps étudiés. 1,8 Orthographe5,9 Orthographier, sous la dictée, les mots les plus fréquents, notamment les mots invariables, ainsi que des mots fréquents avec accents. 8,6 Ecrire sans erreur les homophones grammaticaux.2,8 Dans une dictée, appliquer la règle de l'accord du verbe avec son sujet, y compris avec le sujet qui de 3ème personne. Accorder sans erreur l'adjectif (épithète, apposé et attribut du sujet) avec le nom. 6,1 Classe A: scores par compétences en français 66

67 Stage T2: Intervention du mardi 3 novembre Compétences à travailler en priorité en français Lire: 3,4,5 Ecrire: 7 Vocabulaire: 8,9 Grammaire: 12,13,14 Orthographe: 16

68 Stage T2: Intervention du mardi 3 novembre Organiser des groupes d élèves. Répartition des élèves en difficulté par items. 2

69 Ventilation des élèves 69 Choix des élèves [profil(s) de classe(s)] Des différents dispositifs : La classe avec lensemble des élèves ou une grande partie des élèves La différenciation pédagogique (décloisonnement, groupes de besoin, contrats, …) Les PPRE (Programmes personnalisés de réussite éducative) Laide personnalisée Laccompagnement éducatif Des compétences et items déficitaires

70 Stage T2: Intervention du mardi 3 novembre Choisir les compétences à travailler. Pour lensemble de la classe Pour des groupes délèves 3

71 Remplir le tableau proposé: Stage T2: Intervention du mardi 3 novembre

72 Stage T2: Intervention du mardi 3 novembre )Lire: 3,4,5 4)Ecrire: 7 2)Vocabulaire: 8,9 1)Grammaire: 12,13,14 3)Orthographe: 16

73 Stage T2: Intervention du mardi 3 novembre LEON 6DEURWEILHER 24SOUCROMONI 16MAILLOT 2BERTRAND 4CHEVALIER 23ROUSSEAU 22POSE 11ILATA 21ORANGE 25VILCOURT 10GEVIA 12LAMBERT 13LEBON 5COLLET 8DUPRE 3CARPAYE 19MARIANNE 15LOUISE ABALZAC 18MARIAMAL 26VITRY 9FURIA 17MALET 7DORVAL 20NOURRY Lire Dégager le thème d'un texte Repérer dans un texte des informations explicites Repérer dans un texte des informations explicites et en inférer des informations nouvelles (Implicites) Repérer les effets de choix formels (emplois de certains mots, utilisation d'un niveau de langue bien caractérisé, etc.) Exprimer un point de vue, une interprétation et le justifier en se fondant sur le texte Ecrire Copier sans erreur un texte d'au moins quinze lignes en lui donnant une présentation adaptée Rédiger différents types de textes d'au moins deux paragraphes en veillant à leur cohérence, en évitant les répétitions, et en respectant les contraintes syntaxiques et orthographiques ainsi que la ponctuation Vocabulaire Utiliser le contexte pour comprendre un mot Identifier l'utilisation d'un mot ou d'une expression au sens figuré Définir un mot connu en utilisant un terme générique adéquat et en y ajoutant les précisions spécifiques à l'objet défini Utiliser la construction d'un mot Inconnu pour le comprendre Grammaire Distinguer selon leur nature le nom (propre/commun), les articles, les déterminants possessifs, les adjectifs. Distinguer selon leur nature les mots des classes déjà connues, ainsi que les pronoms possessifs, démonstratifs, Interrogatifs et relatifs Identifier le verbe et le sujet (sous forme d'un nom propre, d'un groupe nominal ou d'un pronom personnel); reconnaitre le complément d'objet (direct et indirect) du verbe, reconnaitre le complement du nom Reconnaître les compléments circonstanciels de lieu, de temps Repérer les temps simples et les temps composés de l'indicatif, le conditionnel présent et l'impératif présent; conjuguer et utiliser à bon escient les verbes des premiers et deuxièmes groupes, être et avoir, ainsi que quelques verbes fréquents en comprenant et en appliquant leurs règles de formation pour les temps étudiés Orthographe Orthographier, sous la dictée, les mots les plus fréquents, notamment les mots invariables, ainsi que des mots fréquents avec accents Ecrire sans erreur les homophones grammaticaux Dans une dictée, appliquer la règle de l'accord du verbe avec son sujet, y compris avec le sujet QUI de 3ème personne. Accorder sans erreur l'adjectif (épithète, apposé et attribut du sujet) avec le nom Analyse des résultats de chaque compétence en français

74 Exemple en français 74

75 Stage T2: Intervention du mardi 3 novembre Choisir les items les moins réussis pour chaque compétence. 4

76 Stage T2: Intervention du mardi 3 novembre français Trouver un titre Lecture + questions (perso) Ex 19 : Lecture documentaire+q° Questions compréhension Identifier substituts pronominaux Ex 6 :Lecture: souligner des passages de txt Ex 6 :définir un mot Ex 19 : Lecture documentaire+q° Ex6: relever 2 expression EX6: relever 2 expressions Ex 6 : expliquer en 2 phrases Ex15 : Copie de texte(ortho) Ex 15 copie de texte(présent.) Ex 15 : copie de texte (graphie) Rédaction Ex 6 : expliquer en 2 phrases Question : définition d'un mot Question voca sens propre/figuré Donner synonyme d'un mot Ex 14: Sens propre/figuré Ex 17 : mots génériques Ex 18 : Champs lexicaux Ex16: Familles de mots(intrus) Ex10 : Nature/fonction (noms) Ex10: Nature fonction (articles) Ex10: Nature fonct.(adj.qualif.) Ex10: Nature/fonct.(pr.pers.) Ex 3 : Sujet/verbe Ex 4 : COD Ex 5 : CCT / CCL Ex8: Imparfait/passé simple Ex10:Nature/fonction(pro.rel.) Ex11:Conj.(pass.comp/présent/futur) Ex 12 : Impératif/Pl.queParfait) Ex 7: dictée (mots) Ex 7: dictée mots courants Ex9: Homonymes on/ont/ai/et/est Ex9 : Homon.c'est/ses/ses/son/sont Ex 7: dictée accord GN Ex 7: dictée accord sujet/verbe Ex13:Mettre au féminin Ex 13 /mettre au féminin Ex 13 /mettre au pluriel ABALZAC Flora BERTRAND Mélody CARPAYE Koréane CHEVALIER Angélique211A AA001AAA AAAAAAA AAAA COLLET Samantha DEURWEILHER Eric110A AA110AAA AAAAAAA AAAA DORVAL Jonathan DUPRE James FURIA Charles Henr GEVIA Gahel ILATA Lucas LAMBERT Yéléna LEBON Ulrich LEON Logan000A AA000AAA AAAAA LOUISE Johanna MAILLOT Ivana210A AA100AAA AAAAAAA AAAA MALET Ophélie MARIAMAL Loriane MARIANNE Marie - Stac NOURRY Morgane ORANGE Monica POSE Joël ROUSSEAU Franceline SOUCROMONI Lorenza VILCOURT Ludovic VITRY Chloé

77 Exemple en français Stage T2: Intervention du mardi 3 novembre

78 Analyse des résultats dun élève Stage T2: Intervention du mardi 3 novembre Le travail est identique.

79 Stage T2: Intervention du mardi 3 novembre Elaboration dun emploi du temps 5

80 LUNDIMARDIJEUDIVENDREDI FRANCAIS PPRE C3/4 SOUTIEN C12SOUTIEN C13 Différenciation pédagogique C5 Différenciation pédagogique C 5 PPRE C3/4 SOUTIEN Après-midi Hors temps scolaire AIDE PERSONNALISEEC7 TNIC7 Emploi du temps de la classe: HEBDOMADAIRE Stage T2: Intervention du mardi 3 novembre

81 Emploi du temps de la clase : JOURNALIER LUNDI 9MARDI 10JEUDI 12VENDREDI 13 FRANCAIS PPRE C3/4 I 6 ( substituts) SOUTIEN C12 SOUTIEN C13 Différenciation pédagogique C5 I25 (expliquer) Différenciation pédagogique C 5 I25 (expliquer ) PPRE C3/4 I6 Après-midi Hors temps scolaire ACCOMPAGENENT EDUCATIF Systématisation AIDE PERSONNALISEEC7I10/11/12(cohérence) TNIC7 I 13 (syntaxe) ACCOMPAGENENT EDUCATIF LECTURE PLAISIR Stage T2: Intervention du mardi 3 novembre

82 SYNTHESE: PRIORISER! Stage T2: Intervention du mardi 3 novembre Lire les résultats des élèves Par champs Par compétences Choisir les compétences à travailler Choisir les items les moins réussis pour chaque compétence Organiser des groupes délèves Elaboration dun emploi du temps NE PAS OUBLIER LINTERVENTION DU RASED! LES ELEVES A BEP

83 9) La préparation de classe : un exemple de situation dapprentissage différenciée Stage T2: Intervention du mardi 3 novembre Ecole maternelle en RAR Séance de découverte du monde, découvrir la matière (PS, MS, GS) Le travail en équipe (continuité cohérente des actions éducatives, pédagogiques et didactiques, une même exigence de qualité) Collaboration avec un enseignant supplémentaire RAR (professeur du second degré en SVT) La séance de différenciation pédagogique en dirigé :.

84 84 Intitulé de la séquence : Les états de leau Intitulé de la séance : La fusion de la glace CYCLE 1 Période 3 Séance n° 2 /4 Domaines : Découvrir le monde / Champs : Découvrir la matière / Compétence : Reconnaître, nommer, décrire, comparer, ranger et classer des matières, des objets selon leurs qualités et leurs usages. Objectif de séquence : Connaître les états de la matière, de leau. Objectif de séance : Comment passer de létat solide à létat liquide. Démarche : PS : Manipulation et démonstration. MS : Manipulation, questionnement, hypothèses, raisonnement. GS : Investigation. Compétences langagières : Nommer avec exactitude un objet, une personne ou une action ressortissant à la vie quotidienne. Formuler, en se faisant comprendre, une description ou une question. Types de langage : Descriptif, explicatif, argumentatif. Objectifs de séquence: PS : Répondre aux sollicitations de ladulte en se faisant comprendre. MS : Décrire, questionner, expliquer en situation de jeu, dans les activités des divers domaines. GS : Dire, décrire, expliquer après avoir terminé une activité ou un jeu (hors contexte de réalisation) Objectifs de séance: PS : Dire que cest la chaleur qui fait fondre le glaçon. MS : Dire pourquoi cest la chaleur et pas la lumière (lampe) qui fait fondre le glaçon. GS : Dire pourquoi cest la chaleur et pas la lumière qui fait fondre la glace, argumenter en faisant des liens avec le soleil, le jour et lobscurité. Objectif lexical : Comprendre, acquérir et utiliser un vocabulaire précis : Des noms : glaçon, glace, lumière, obscurité, lampe, soleil, bougie, flamme, chaleur, température, expérience, hypothèse Des adjectifs : chaud, froid Des verbes : fondre, couler, disparaître Des adverbes : au-dessous, au-dessus Des prépositions : à côté de Des expressions : eau liquide, eau solide Des locutions conjonctives : parce que Objectif syntaxique : Employer les structures : « Cest… qui… » La chaleur fait fondre… La lumière ne fait pas fondre… Posture de lenseignant: Modèle : avec les mutiques (il choisit le lexique et la syntaxe de façon à être compris, il fournit des modèles phonologiques corrects) Tuteur : avec les petits parleurs (il reprend, reformule, précise des mots, choisit le lexique et la syntaxe) Animateur : avec les grands parleurs (il répète au besoin, dans un langage soutenu et compris certaines informations ou détails) / 3 ème levier : le travail déquipe 5 ème levier : la posture la posture 4 ème levier : la définition dobjectifs langagiers S'approprier le langage Echanger, sexprimer

85 85 Dispositifs de différenciation : Matériels : Glaçons, cuvettes Lieux/organisation : groupe dirigé ( 8 élèves) dans la classe. Différenciation des structures Lenseignant repère les petits parleurs et organise des groupes de deux enfants. Il intervient en relation duelle avec les mutiques. Différenciation des processus Lenseignant a un rôle de tuteur avec les grands et les petits parleurs. Il a un rôle de modèle avec les mutiques Différenciation des supports Lenseignant augmente le nombre dimages pour les grands parleurs Il utilisera des photos, des images et des schémas en fonction du niveau de compréhension Les élèves sont regroupés selon des besoins différents en langage. -les grands parleurs -les moyens parleurs -les mutiques Lobjectif est le même pour tous les enfants mais les moyens pour y parvenir diffèrent. Lenseignante varie les tâches et les supports. Les grands parleurs auront d'autres images. Les moyens parleurs sont regroupés par deux pour travailler ensemble une image. Interaction enfant/enfant. Les mutiques seront avec la maîtresse en relation duelle qui provoquera le langage à l'aide d'un questionnement sur l'image. Interaction enfant/enseignante. Critères de réussite : Lenfant doit être capable de décrire lexpérience. Difficulté liée à la notion : Le glaçon a disparu. Un glaçon, ce nest pas de leau. Leau cest un liquide. Mode dévaluation : Evaluation formative orale, en écoutant les productions orales des élèves (dictaphone, vidéo). Evaluation continue: au cours de la séance. Commencer par les mutiques, puis les moyens parleurs, puis les grands parleurs. Evaluation de chaque élève ; lenseignante utilise une grille dobservation du langage oral (et un enregistrement sur dictaphone). Une stratégie différente sera proposée à des groupes de besoins. Lenseignant travaille avec un groupe hétérogène. Pour atteindre lobjectif visé, il a anticipé sur les obstacles éventuels. Prolongement: Les erreurs lexicales et syntaxiques seront analysées plus finement à laide dun enregistrement audio. Des groupes de besoins seront constitués. 6 ème levier : lévaluation formative

86 La différenciation dans les deux autres groupes : semi-dirigé et autonomie Stage T2: Intervention du mardi 3 novembre Semi-dirigé (ATSEM) Autonomie Situation de consolidation Différenciation au niveau des contenus: des niveaux dexigence différents Situation de réinvestissement Différenciation au niveau des contenus: des tâches différentes à effectuer ; apprendre à gérer son temps de travail 7 ème levier : lorganisation de la classe

87 10)Quelques pistes de réflexion Stage T2: Intervention du mardi 3 novembre Les 7 familles daides selon Roland Goigoux De quelle aide les élèves ont besoin en dehors des aides spécialisés du Rased. Le chercheur Roland Goigoux (professeur en sciences de léducation) propose une typologie des familles daides fondée sur une analyse des difficultés les plus fréquentes. Il sagit de proposer en petits groupes des activités spécifiques correspondant à la part la plus prévisible des difficultés. Roland Goigoux propose de mettre en place des situations dapprentissage car cest lorsquon essaie dapprendre quelque chose à un élève (et non quand on lévalue) quon comprend comment il veut progresser ou ce qui coince ; avec à lappui un intérêt pour lexplicitation de ses méthodes de résolution, de ses essais et erreurs...

88 Stage T2: Intervention du mardi 3 novembre Exercer : il sagit de donner un temps supplémentaire pour systématiser, automatiser, sentraîner. 2- Réviser : cela permet de faire le point, de revenir sur ce quon a fait, de synthétiser, et même de préparer une évaluation commune. 3- Soutenir : le soutien passe par lobservation du travail de lélève sur les tâches ordinaires pour étayer leur réalisation. On peut verbaliser les objectifs, les contenus et les procédures. Cette méta- action permet de lever les malentendus sur ce quon est en train dapprendre. 4- Préparer : le travail danticipation peut permettre de réunir les conditions de la compréhension de la future séance collective (différenciation en amont). Lobjectif est de réduire, pour les élèves en difficulté, la part dinconnu et de permettre de diminuer le déficit attentionnel et le déficit de compréhension. Exemple de travail préparatoire à la lecture : travailler en amont lidentification des mots en précisant le but de cette tâche aux élèves. 5- Revenir en arrière : laide peut permettre de reprendre les bases, de combler les lacunes. 6- Composer : laide permet denseigner des compétences requises mais non enseignées comme des procédures et stratégies, transversales ou spécifiques. 7- Faire autrement : pour certains enfants, on peut enseigner la même chose, autrement ou le faire faire par quelquun dautre.

89 Stage T2: Intervention du mardi 3 novembre manières de ne pas aider les élèves (Gérard Chauveau) Dans un article intitulé « Dix risques majeurs », paru dans Les Cahiers pédagogiques, Gérard Chauveau met en garde contre les effets néfastes dune aide pourtant indispensable. Il liste dix façons de procéder qui peuvent entraver le succès de laide au destinataire en difficulté. 1 - Le saupoudrage : intervention épisodique à limpact superficiel. Il vaut mieux concentrer les efforts sur un soutien intense et continu. 2 - La substitution : la séance daide pédagogique (lecture-écriture ou mathématiques) ne porte pas vraiment sur la difficulté de lélève mais sur dautres domaines : comportement, psychomotricité… 3- La diversion : on évite la difficulté de lélève en offrant des activités éloignées (axées sur climat ou relationnel). 4 - La sous-stimulation : à la place du « plus » annoncé par laide et le soutien, on donne « moins » dactivités cognitives, moins de situations-problèmes à résoudre. 5 - La dépendance : laide provoque une perte dautonomie et déresponsabilise lindividu. 6 - Le désengagement : parents ou enseignants peuvent se décharger du problème sur les « spécialistes » (RASED etc.) 7 - La ségrégation : le destinataire de laide nécessite des mesures spécifiques, il est « traité » à part. 8 - La stigmatisation : elle découle de la précédente. En voulant laider, on létiquette « inapte ». 9 - La pathologisation : en polarisant uniquement sur les déficiences, et en négligeant les atouts de laidé, on rend difficile le déclenchement dune dynamique positive Lambivalence : double discours avec deux messages opposés : « Tu vas y arriver ! » et « Tu as trop de handicaps, ça ne sert à rien ! ». La vigilance pour ne pas tomber dans ces pièges doit être constante.

90 11)Présentation doutils Stage T2: Intervention du mardi 3 novembre

91 Le ROLL Stage T2: Intervention du mardi 3 novembre Un dispositif daide à la différenciation en Lecture et en Littérature. Regarder une vidéo: un AQT en classe. Latelier de questionnement de texte est lactivité clé du dispositif ROLL.

92 CONCLUSION Stage T2: Intervention du mardi 3 novembre Pratiquer une évaluation au service de lélève. Lenseignant, quant à lui, sen sert pour vérifier létat du développement des compétences de chacun de ses élèves et apporte ensuite les ajustements nécessaires pour faire progresser lensemble de son groupe. La régulation nest donc pas dissociée de la différenciation. Au contraire, pour différencier lenseignant doit réguler ses interventions et pour réguler, il doit apprendre à observer et à questionner.

93 93 Lévaluation est plutôt vue par lenseignant comme un moyen de comprendre aujourdhui ce quil doit modifier, ajuster au cours du lendemain. Lorganisation en cycles dapprentissage permettra aussi aux enseignants dimpliquer davantage leurs élèves dans la démarche évaluative. Finalement, pourquoi ne pas différencier les modes d évaluation? Qui a dit quil ny avait quune façon de présenter ce que lélève a appris? Et pourquoi ne pas discuter avec ses élèves des différents moyens dévaluer la construction de ses nouveaux savoirs?

94 Distribution de documents Stage T2: Intervention du mardi 3 novembre Guide dentée dans la différenciation pédagogique Les postures enseignantes

95 Stage T2: Intervention du mardi 3 novembre MERCI DE VOTRE ATTENTION!


Télécharger ppt "Intervention de Martine HA-SUM CPC à Saint-Benoît Stage T2: Intervention du mardi 3 novembre 2009 1 COMMENT PRENDRE EN COMPTE LA DIVERSITE."

Présentations similaires


Annonces Google