La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

SAIDEDAD Septembre 2008. Le handicap auditif en France : apports de lenquête Handicaps, incapacités, dépendance, 1998-1999 en août 2006 5.182.000 personnes.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "SAIDEDAD Septembre 2008. Le handicap auditif en France : apports de lenquête Handicaps, incapacités, dépendance, 1998-1999 en août 2006 5.182.000 personnes."— Transcription de la présentation:

1 SAIDEDAD Septembre 2008

2 Le handicap auditif en France : apports de lenquête Handicaps, incapacités, dépendance, en août personnes souffrent dun handicap auditif 1 environ personnes utiliseraient la LSF dont personnes entendantes Augmentation des déficiences auditives à partir de 40 ans Plus dhommes que de femmes sont touchés Personnes issues de milieu défavorisé 1 enfant sur 1000 naît sourd un autre le « deviendra » avant lâge de 4 ans

3 Le handicap auditif en France (suite) Difficultés associées à la surdité : – Déficiences associées – Restriction daccès à lemploi et aux loisirs – Isolement relationnel – Aides techniques relativement peu utilisées 2 Données extraites de la DRESS (Direction de la recherche, des études, de lévaluation et des statistiques)

4 3 Pendant lAntiquité Surdité = malédiction céleste. Pas de droit civil pour les sourds. XVIII siècle Déshonneur pour la famille, abandon dans les pensions ou cloîtres. En général, pas déducation hormis dans certaines familles riches (préceptorat). Milieu du XVIII siècle LAbbé de lEpée adapte une pédagogie pour les enfants sourds : reprise des signes que les sourds utilisent entre eux. La surdité au cours du temps

5 4 Apprentissage de lécrit et de la lecture labiale. Il participe à lacceptation des enfants sourds en impliquant les familles dans leur éducation. Loi de 1791 : les sourds sont considérés comme citoyen à part entière. XIX siècle Le milieu médical sintéresse aux enfants sourds : Jean-Marc Itard (médecin de lInstitution des sourds muets) prend en charge léducation de Victor, lenfant sauvage : Chef de file du mouvement oraliste. Pendant des années, gestualistes et oralistes vont se livrer bataille.

6 : Congrès de Milan en faveur de lamélioration des sourds muets. « Le geste y est placé du côté du sens, du plaisir coupable, de la tentation » Suite à ce congrès, il est décidé de considérer « la supériorité de la parole sur le signe pour rendre le sourd à la société ». « La méthode orale pure doit être préférée ». LSF officiellement interdite pendant 100 ans : Texte abrogé : Loi autorisant lenseignement en LSF : Loi reconnaissant le choix de communication dans le parcours scolaire des jeunes sourds

7 REEDUCATION ORTHOPHONIQUE AUPRES DUN ENFANT DEFICIENT AUDITIF 6

8 Conséquences sur le développement langagier Perte en dB AppellationConséquences SURDITE LEGERE Lenfant a un défaut de prononciation des consonnes. Le langage est acquis spontanément SURDITE MOYENNE Lenfant a parlé tard et mal. Nombreuses confusions de voyelles et de consonnes. mais imparfaitement. Gêne scolaire SURDITE SEVERE Lenfant identifie les bruits mais seule la voix forte est perçue. Le langage nest pas acquis >90 SURDITE PROFONDE Aucune parole nest perçue par lenfant. spontanément.

9 Education précoce de 0 à 3 ans But: – Guidance parentale; – Découvrir le monde sonore, apprendre à écouter, se repérer, donner du sens au monde environnant; – Stimuler les restes auditifs et apprendre à utiliser la prothèse auditive. Moyens techniques: – Education multisensorielle (auditive, visuelle, tactile, kinesthésique) – Communication multimodale attitudes corporelles (verbo-tonale, gestes naturels, mimiques); traces écrites, photos, dessins, en rapport avec les évènements futurs, passés et présents; LSF LPC Toujours dans le jeu et léchange, en présence des parents.

10 Maternelle et Primaire But: – Poursuite de lacquisition du langage et de la parole de façon structurée et progressive; – Développement de la communication; – Permettre un apprentissage scolaire; – Utilisation et acceptation de la prothèse auditive. Moyens techniques: – Poursuite de léducation multisensorielle; – Anticipation par rapport au travail scolaire Enrichissement lexical, polysémie des mots Abord des marqueurs temporels Reformulation – Avec les mêmes moyens que pour les 0-3 ans (verbo-tonale, LSF, LPC) + Borel-Maisonny, Méthode des jetons, lecture labiale, pictogrammes; – Information auprès du personnel enseignant. En lien avec le/les enseignant(s)

11 Collège et Lycée But: – Poursuite et consolidation des acquis langagiers sur les versants expressifs et réceptifs de la langue orale et écrite; – Assurer la poursuite des apprentissages scolaires qui se complexifient (repères sonores différents, spécialisation langagière en fonction des matières scolaires); – Accompagnement dans lutilisation des aides prothétiques offertes dans le milieu scolaire (micro HF). Moyens techniques: – Poursuite du travail danticipation en fonction des besoins scolaires Enrichissement lexical, polysémie; Compréhension de phrases complexes orales et écrites; Reformulation. – Organisation du travail scolaire; – Intervention dans le cadre dun tiers temps pour un examen; – Information auprès du personnel éducatif. En lien avec les professeurs

12 Les différents modes de communication Lecture labiale Oral et LPC LSF 11

13 Lecture labiale Cest lire sur les lèvres et le visage d'un locuteur Avantages Optimiser la compréhension du message parlé Eduquer le regard, lattention, la concentration Rester dans la communication, éviter lisolement Inconvénients Etre tributaire de lenvironnement et de linterlocuteur Risques de confusions de phonèmes en raison des « sosies labiaux » Fatigabilité Pour un adulte maîtrisant le vocabulaire seul 30% du message est compréhensible en LL 12

14 13 Langage Parle Complété (LPC) Cest un code permettant de percevoir visuellement la langue parlée. Association à chaque syllabe prononcée dun geste de complément effectué par la main près du visage. Il existe 8 configurations pour les consonnes et 5 positions sur le visage pour représenter les voyelles. Il sutilise en complément de loral. Ce nest pas une langue. Mis au point aux USA par le Dr. Orin Cornett en Introduit en France en 1977.

15 Langue des Signes Française ( LSF) Langue vivante et complexe, visuelle. Elle possède sa propre syntaxe et grammaire liées à la perception visuelle. Les signes sont basés sur lutilisation des mains (différentes configurations), du regard et de lespace. Ce nest pas une langue universelle. Porteuse de culture et didentité : Labbé de lEpée ouvre la 1ère école pour enfants sourds 1880 : Interdiction de la LSF 14

16 Soutien à la communication Attirer lattention de lenfant avant de lui parler Réduire les bruits de fond Veiller à ce que léclairage soit suffisant et ne pas se mettre à contre-jour Se placer en face de lenfant : le visage doit être visible Ne pas cacher sa bouche en parlant ni mâcher du chewing-gum 15

17 16 Ne pas parler en écrivant au tableau, ou en utilisant un ordinateur Ne pas séloigner à plus dun mètre, ne pas parler en tournant le dos ou depuis une autre pièce La déformation de la bouche et des sons gêne la compréhension Éviter les phrases trop longues, les termes ou les formulations compliqués Demander à ce que lenfant reformule les consignes Soutien à la communication (suite)

18 17 Pour une meilleure compréhension de lenfant sourd, il faut utiliser : le contexte les attitudes corporelles les mimiques les gestes et développer tous les supports visuels.

19 apports de la neuro psychologie Carole FRANCKE Psychologue spécialisée en neuropsychologie 18

20 DOMAINES DE COMPETENCES FONCTIONNEMENT COGNITIF ATTENTION / CONCENTRATION MEMOIRE FONCTIONS EXECUTIVES =>Organisation, planification, flexibilité mentale… RAISONNEMENT LOGIQUE / ACQUISITIONS MATHEMATIQUES 19

21 INTERVENTIONS POSSIBLES Evaluation du fonctionnement cognitif global Evaluation des fonctions nécessaires aux apprentissages Prise en charge rééducative : individuelle ou groupale Remédiation cognitive (ex : carnet mémoire…) Eclairage technique et/ou diagnostique auprès : - De lenfant et des familles - Des enseignants - De léquipe 20

22 Apports de la psychologue Marie-Stéphane GARCIA Psychologue clinicienne Le suivi psychologique de lenfant est effectué après concertation de léquipe et sur indication médicale. Proposition et 1 er entretien avec les parents et lenfant Le soutien psychologique peut aider entre autre lenfant à comprendre et à intégrer les répercussions de sa déficience auditive. Participation : aux réunions de synthèse, au travail d élaboration du projet personnalisé de lenfant, aux informations surdité …. 21

23 22 Centres dInformations Surdité Mis en place suite au rapport Gillot en Services régionaux sous la responsabilité des DRASS, ils informent : les personnes sourdes, malentendantes ou devenues sourdes leur famille les professionnels les étudiants toute personnes sintéressant à laudition et la surdité.

24 23 Son rôle est de répondre avec neutralité aux questions concernant : laudition la surdité léducation des enfants et des jeunes sourds la vie des personnes sourdes et malentendantes Travail en partenariat avec les associations, les institutions, ladministration… Les CIS disposent dun fond documentaire consultable par le public.

25 Apports de la psychomotricité. Examen psychomoteur Accompagnement individuel ou en groupe au SAIDEDA ou sur le lieu de scolarisation Accompagnement rééducatif, éducatif, thérapeutique Éveil psychomoteur

26 Principaux apports auprès des enfants D.A Mieux ajuster ses coordinations et ses gestes fins Trouver un bon équilibre se repérer dans lespace et le temps Développer ses capacités rythmiques, découte, dexpressivité 25

27 Apports du suivi éducatif 1. LEDUCATION PRECOCE DE LENFANT ET LACCOMPAGNEMENT ADAPTE DES PARENTS (0-3ans) 2. ATELIER COGNITIF ET CREATIF 3. SOUTIEN A LOUVERTURE SUR LE MONDE 4. SOUTIEN A LINTEGRATION EN MILIEU SCOLAIRE 26

28 1. LEDUCATION PRECOCE DE LENFANT ET LACCOMPAGNEMENT ADAPTE DES PARENTS (0-3ans) Informer, rassurer et dynamiser les compétences éducatives des parents Favoriser les interactions et la communication non- verbale Facilitation de situations de plaisir et de jeu Valorisation et émergence des compétences de lenfant Développer la poly sensorialité Soutien à la séparation Aide à lintégration des premières règles collectives Faciliter le développement de ses capacités exploratoires et son éveil 27

29 2.ATELIER COGNITIF ET CREATIF Cet atelier est en place dans le but de : Favoriser les capacités dexpression de lenfant Mettre en valeur les possibilités de faire lexpérience de la réussite dans une situation sans exigence académique Repérer des stratégies mises en place par lenfant Restaurer limage de soi 28

30 3.SOUTIEN A LOUVERTURE SUR LE MONDE 3.SOUTIEN A LOUVERTURE SUR LE MONDE Ce soutien doit permettre de : Développer lautonomie Susciter lintérêt et une compréhension du fonctionnement social en dehors de la structure familiale et de lécole Proposer aux enfants de rencontrer dautres enfants présentant la même déficience queux 29

31 4.SOUTIEN A LINTEGRATION EN MILIEU SCOLAIRE Objectifs : Favoriser lautonomie et lintégration des règles collectives Soutien de son intérêt pour les apprentissages Une aide à la relation avec les autres enfants 30

32 Les interactions entre lenfant sourd et les autres enfants Le discrédit par manque de langage Le discrédit par un comportement inadapté Le discrédit par le manque de compréhension 31

33 Les conséquences pour lenfant Incertitude, instabilité Repli sur soi, agressivité, isolement Dissimulation, faux-semblant Imitation Se protège en se faisant tout petit Limite létalage dimperfections 32

34 Apports de lassistante de service social Nicole Mias DOMEJEAN Accueil dans le service Informations, accès aux droits et aux aides spécifiques Aides dans les démarches Accompagnement à la sortie du service Service de suite 33

35 Apports de la thérapeute familiale Nicole Mias Domejean Soutien de la famille lors de lannonce du Handicap et tout au long du parcours de lenfant Interventions à domicile 34

36 S.A.I.D.E.D.A. Service dAide à lIntégration des Enfants Déficients Auditifs-ARSEEA 10 CHEMIN DE LA Sendère, Tarbes Tel fax Administration: CMSE Béroï, 3, av Jean Prat, Lourdes. 35

37 Tel Fax Direction: Mme Anne CHEVALLIER DIRECTION-ADJOINTE: Mme Maïder JEANNEY-BORDE 36

38 Membres de léquipe Chef de service: M Philippe MERIAUX Médecin coordinateur: M Marc WIOROWSKI orthophonistes: Mmes M-C. CHAUVET et Adeline PITOT Psychologue clinicienne: Mme M- Stéphane. GARCIA 37

39 Psychologue spécialisée en neuropsychologie: Mme Carole FRANCKE Psychomotricien(ne) en cours de recrutement Éducatrices spécialisées: Mmes M-Andrée MEYRAND et Isabelle CHERRIER Assistante Sociale et Thérapeute familiale: Mme Nicole MIAS-DOMEJEAN. A.M.P: Mme Cathy BEGUE 38


Télécharger ppt "SAIDEDAD Septembre 2008. Le handicap auditif en France : apports de lenquête Handicaps, incapacités, dépendance, 1998-1999 en août 2006 5.182.000 personnes."

Présentations similaires


Annonces Google