La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

COPIL personnes âgées 6 juin 2012 Axe médicament D Bonnet-Zamponi, gériatre OMEDIT Ile de France URC Paris Nord HDJ Bretonneau.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "COPIL personnes âgées 6 juin 2012 Axe médicament D Bonnet-Zamponi, gériatre OMEDIT Ile de France URC Paris Nord HDJ Bretonneau."— Transcription de la présentation:

1 COPIL personnes âgées 6 juin 2012 Axe médicament D Bonnet-Zamponi, gériatre OMEDIT Ile de France URC Paris Nord HDJ Bretonneau

2 3 problèmes liés aux médicaments Iatrogènie Observance Underuse

3 Un enjeu Les problèmes liés aux médicaments 40% des sujets âgés H via les urgences: – Iatrogénie: 10 à 20% ans : 18.3% 85 ans : 25.4% Doucet, Clin Drug Invest,2002,Konghaew, Ann Pharmacother. 2008, Wu, J R Soc Med. 2010; Budnitz, NEJM 2011 – Observance: 10% Col, Arch Intern Med,1990 – Underuse: 10% Rochon, JAMA, 1999; Gurwitz, Arch Intern Med 2002

4 3 types de causes Prescription sous-optimale Manque de coordination Manque déducation thérapeutique

5 À 2 temps de la prise en charge -La « primo-prescription » -La surveillance ++++ Steinman, JAGS, 2011 – Chez les personnes vivant à domicile comme celles récemment sorties dune hospitalisation, les EI liés à un défaut de surveillance > ceux liés à une mauvaise primo-prescription Gurwitz JAMA 2003, ForsterJ Gen Intern Med 2005 – 45% des admissions pour iatrogénie = liées à une surveillance inappropriée Thomsen Ann Pharmacother 2007

6 La prise en charge médicamenteuse: un axe majeur damélioration des soins pour les personnes âgées 1 objectif : les problèmes liés aux médicaments chez les personnes âgées en Ile de France 3 moyens : – Optimiser les pratiques de prescription, – Eduquer les patients et/ou leur entourage – Améliorer la coordination des professionnels autour de la prise en charge médicamenteuse

7 3 axes dactions : Axe 1: Améliorer la connaissance de létat des lieux Axe 2: Déterminer les sous-populations à risque et les moyens damélioration Axe 3: Agir pour améliorer la prise en charge médicamenteuse des personnes âgées La prise en charge médicamenteuse: un axe majeur damélioration des soins

8 Exemples de projets

9

10 Critères de révision de lordonnance HAS (PMSA) 491 ordonnances janvier EHPAD filière 93-3 Sud (1 PUI) Bernard, Fauvelle, Kabirian et al 1.Est structurée par domaine pathologique30,72% 2. Ne comprend pas plus de 2 psychotropes, BZD incluses84,5% 3. Ne comprend pas plus de 1 AINS toutes formes galéniques confondues (à dose analgésique ou anti-inflammatoire) 99,6% 4. Ne comprend pas plus de 1 BZD (dont apparentés)90,2% 5. Précise la posologie et répartition dans la journée de chaque médicament 62,7% 6. Ne comprend pas de vasodilatateurs cérébraux96,9% 7. Indique lâge du patient70,7% 8. Ne comprend pas 2 médicaments dont l'association est absolument contre-indiquée 99,2% 9. Est rédigée en DCI0,2% 10. Précise la durée de prise pour chaque médicament65,2% 11. Précise la galénique pour chaque médicament78,4% Etat des lieux: livret thérapeutique en EHPAD

11 Profil de prescription « à risque » dans les 9 EHPAD filières 93-3 Sud Médicaments Psychotropes – NL et Alzheimer : ici diag non dispo mais 80/491 (16.3%) des ordonnances avec NL correspondant à 86 prescriptions – 3 psychotropes : 15.5% – Benzodiazépine à ½ vie longue : 9.8% Médicaments cardiovasculaires – 2 diurétiques: 2.6% – 4 antiHTA : 3% (mais 12% 3 antiHTA) – 52,1% avec un AT (252/491) : 35,6% AAP, 17,1% anticoagulant dont 80% <3mois 2.8% avec bithérapie AT Bernard, Fauvelle, Kabirian et al Etat des lieux: livret thérapeutique en EHPAD

12 Exemples de projets

13 Extrait kit AB/EHPAD plaquette soignante

14 Extrait kit AB/EHPAD recommandations AB

15 Plus fréquente Prévalence médiane accidents iatrogènes en ambulatoire: 2.45% enfants, 5.27% adultes, 16.1% sujets âgés Tache Ann Pharmacother 2011 Incidence chez SA en ambulatoire : 50.1 /1000 personne-année Gurwitz, JAMA, 2003 Incidence en EHPAD: 1.19 à 7.26 /100 resident-mois Handler, Am J Geriatr Pharmacother, 2006 Plus grave Hospitalisation liée à un accident iatrogène: – Population générale: 6,5% – ans : 18.3% – 85: 25.4% Pirmohamed BMJ 2004, Budnitz, NEJM, 2011 Liatrogénie en gériatrie

16 Plus évitable surtout pour les accidents sévères – évitabilité ensemble accidents ambulatoires 27.6% – évitabilité des accidents sévères 42.2% Gurwitz, JAMA, 2003 Coûteuse – Pour 1000 SA ambulatoires: $65,631/an dont $27,365/an lié à iatrogénie évitable Field, Med Care, 2005 – Un hôpital de 400 lits/an en Angleterre

17 Pourquoi plus fréquente? Le nbe de maladies chroniques avec âge Le nbe de médicaments avec le nbe de maladies chroniques Et le nombre daccidents iatrogènes avec le nbe de médicaments !

18 Pourquoi plus grave et évitable? La iatrogénie est sous-diagnostiquée Lurgentiste « rate » le diagnostic de « visite au SAU liée à la iatrogénie » chez 65% des patients Roulet, Emerg Med J, 2012 Symptômes dappel = peu spécifiques Gurwitz JAMA 2003 Médicaments en cause = les plus prescrits – Antithrombotiques Wester Br J Clin Pharmacol – CVx: diurétiques Gurwitz, JAMA, 2003 – Psychotropes Doucet Clin Drug Invest 2002; Hanlon,JAGS,1997 – Hypoglycémiants Budnitz NEJM 2011, Marcum JAGS 2012 Rôle de lévènement intercurrent % des cas des accidents iatrogènes graves Doucet Clin Drug Invest 2002

19 Lobservance en gériatrie Prévalence variable: proche voire > à celle de sujets jeunes FDR: – Polymedication et complexité posologique – Pauvreté relationnelle / professionnels de santé Impact certain: – 10 % des admissions seraient liées à la mauvaise observance en gériatrie Col, Arch Intern Med,1990 – Coût lié à non compliance du Canada extrapolé à la France: 11 milliards euros/an Réseau assurance Quebec sante/decembre_98/decembre_98.htmlhttp://www.uquebec.ca/daf-public/assurance- sante/decembre_98/decembre_98.html

20 Lunderuse en gériatrie Prévalence chez 900 sujets âgés hospitalisés en Europe: underuse = 59.4% (51.3 à 72.7%) Gallagher Eur J Clin Pharmacol 2011 Les médicaments souvent omis : – les statines dans les pathologies athérosclérotiques (26%) – les antivitamines K dans la fibrillation auriculaire (9,5%) – les antiagrégants plaquettaires dans les pathologies artérielles (7,3%) – la supplémentation vitamino-calcique dans lostéoporose fracturaire (6%). Barry, Age Ageing, 2007 un impact probablement aussi important que la iatrogénie sur: – La morbidité – La mortalité – Les coûts Rochon, JAMA, 1999; Gurwitz, Arch Intern Med 2002


Télécharger ppt "COPIL personnes âgées 6 juin 2012 Axe médicament D Bonnet-Zamponi, gériatre OMEDIT Ile de France URC Paris Nord HDJ Bretonneau."

Présentations similaires


Annonces Google