La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

FORMES CLINIQUES DES SHIZOPHRENIES 09/05/2007 Dr N.Allou.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "FORMES CLINIQUES DES SHIZOPHRENIES 09/05/2007 Dr N.Allou."— Transcription de la présentation:

1 FORMES CLINIQUES DES SHIZOPHRENIES 09/05/2007 Dr N.Allou

2 Formes cliniques A/PARANOÏDE Plus fréquente, elle débute un peu plus tardivement que les formes hébéphréniques, ou catatoniques. Plus fréquente, elle débute un peu plus tardivement que les formes hébéphréniques, ou catatoniques. Le délire prédomine Le délire prédomine La réponse au traitement neuroleptique est généralement satisfaisante et lappauvrissement de la vie psychique est moindre La réponse au traitement neuroleptique est généralement satisfaisante et lappauvrissement de la vie psychique est moindre Lévolution se fait par poussées, entrecoupées de périodes de rémission +/- complète du délire, parfois, elle peut présenter une évolution continue avec enkystement du délire. Lévolution se fait par poussées, entrecoupées de périodes de rémission +/- complète du délire, parfois, elle peut présenter une évolution continue avec enkystement du délire.

3 HEBEPHRENIQUE Elle débute en règle générale insidieusement au cours ou au décours de ladolescence. Elle débute en règle générale insidieusement au cours ou au décours de ladolescence. La dissociation et lautisme prédominent. La dissociation et lautisme prédominent. Les perturbations du fonctionnement intellectuel Les perturbations du fonctionnement intellectuel (troubles du contenu et du cours de la pensée, trouble du langage, troubles de lattention et de la concentration) ainsi que lémoussement affectif avec retrait social sont au 1 er plan (troubles du contenu et du cours de la pensée, trouble du langage, troubles de lattention et de la concentration) ainsi que lémoussement affectif avec retrait social sont au 1 er plan Le délire est pauvre ou parfois absent Le délire est pauvre ou parfois absent Lévolution/pronostic, malgré le traitement neuroleptique est souvent défavorable et la désinsertion socio-professionnelle habituelle Lévolution/pronostic, malgré le traitement neuroleptique est souvent défavorable et la désinsertion socio-professionnelle habituelle

4 CATATONIQUE Rare Rare La désorganisation motrice prédomine et se produit par un aspect statufié ou catatonie. La désorganisation motrice prédomine et se produit par un aspect statufié ou catatonie. Elle partage le même devenir que la forme précédente à laquelle elle peut dailleurs être associée. Elle partage le même devenir que la forme précédente à laquelle elle peut dailleurs être associée. Le pronostic vital peut être engagé en raison du refus dalimentation Le pronostic vital peut être engagé en raison du refus dalimentation

5 DYSTHYMIQUE Elle associe en période détat: Elle associe en période détat: Un syndrome délirant au 1 er plan non congruent à lhumeur. Un syndrome délirant au 1 er plan non congruent à lhumeur. Des troubles de lhumeur (manie dépression, état mixte) Des troubles de lhumeur (manie dépression, état mixte) Une évolution périodique Une évolution périodique Entre les poussées, le sujet présente des symptômes schizophréniques en règle générale mineurs Entre les poussées, le sujet présente des symptômes schizophréniques en règle générale mineurs Sensibilité aux traitement thymorégulateurs Sensibilité aux traitement thymorégulateurs Pronostic favorable. Pronostic favorable.

6 TRAITEMENT Les neuroleptiques ( encore appelés antipsychotiques) représentent lélément central du traitement. Les neuroleptiques ( encore appelés antipsychotiques) représentent lélément central du traitement. Les neuroleptiques sont en général efficace en 4 à 6 semaines Les neuroleptiques sont en général efficace en 4 à 6 semaines Lhospitalisation en milieu spécialisé est nécessaire ( H.L,au besoin on aura recours à une hospitalisation à la demande dun tiers en cas de refus du patient. Exceptionnellement, il sera fait appel à une hospitalisation doffice (en cas de danger pour autrui) Lhospitalisation en milieu spécialisé est nécessaire ( H.L,au besoin on aura recours à une hospitalisation à la demande dun tiers en cas de refus du patient. Exceptionnellement, il sera fait appel à une hospitalisation doffice (en cas de danger pour autrui)

7 Traitement pharmacologique Les neuroleptiques: Les neuroleptiques: -Débuté préférentiellement en milieu hospitalier lors des épisodes aigus afin de pouvoir surveiller quotidiennement létat psychique et somatique et de corriger ou prévenir les éventuels effets secondaires du traitement. -Instauration à doses progressives per os ou IM (en fonction de la coopération du sujet ) -La prescription impose une surveillance régulière des constantes (TA, pouls, température); de la tolérance et lappréciation des effets thérapeutiques

8 -Le choix entre un neuroleptique classique type haldol, ou un neuroleptique atypique dit de « seconde génération » risperidone (risperdal), olanzapine (zyprexa),ou encore amisulpiride (solian) dépendra du prescipteur, et surtout du patient( efficacité, tolérance, âge, forme clinique, traitement dattaque ou dentretien, notion de réponse antérieur) Les antidépresseurs Les antidépresseurs en cas de dépression associée en association avec les neuroleptiques en cas de dépression associée en association avec les neuroleptiques

9 Les thymorégulateurs Les thymorégulateurs Dépakote 500mg DEPAMIDE 300mg En cas de schizophrénie dysthymique La sismothérapie La sismothérapie Dans les formes catatoniques, formes a forte composante thymique Psychothérapie de soutien Psychothérapie de soutien

10 La réhabilitation psycho-sociale La réhabilitation psycho-sociale Reclassement professionnel AAHCAT Hébergement en appartement thérapeutique Protection des biens


Télécharger ppt "FORMES CLINIQUES DES SHIZOPHRENIES 09/05/2007 Dr N.Allou."

Présentations similaires


Annonces Google