La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Alcool : Définitions, Classification, Epidémiologie Dr Aurély Ameller - psychiatre Service psychiatrie & adictologie Pr Dubertret CHU Colombes

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Alcool : Définitions, Classification, Epidémiologie Dr Aurély Ameller - psychiatre Service psychiatrie & adictologie Pr Dubertret CHU Colombes"— Transcription de la présentation:

1 Alcool : Définitions, Classification, Epidémiologie Dr Aurély Ameller - psychiatre Service psychiatrie & adictologie Pr Dubertret CHU Colombes

2 Plan Introduction/généralités Complications liées à lalcool Définitions Épidémiologie

3 Introduction Généralités

4 Lalcool Alcool éthylique ou éthanol (CH 3 CH 2 OH) Obtenue par fermentation de végétaux riches en sucre (vin, bière, cidre) ou par distillation (spiritueux) Entre dans la composition des boissons alcoolisées.

5 Absence de digestion Passage direct dans le sang après tube digestif Dégradation hépatique en 2 étapes: acétaldéhyde par alcool déshydrogénase. Très toxique pour membranes cellulaires et inhibition du système enzymatique

6 Puis acétate par acétaldéhyde déshydrogénase dégradation des acétates en acétylcoenzyme A, coenzyme qui joue un rôle clé dans le cycle des citrates, acides gras et synthèse du cholestérol Synthèse des acides gras facilitée avec stockage dans le fois et risque de stéatose

7 Voie secondaire MeOS (conso excessive): système microsomial doxydation de léthanol Rôle dans laccoutumance: dégradation accrue en acétaldéhyde => alcool et des effets => toxicité

8 Poids économique indéniable

9 Augmentation des prix malgré diminution de consommation => conso du vin Création dun marketing ciblé: internet, jeunes... Création de boissons pour les cibles (jeunes, femmes...): prémix, alcools sucrés, packaging, etc.

10 CA 15,8 milliards deuros en 2007 En France: 9,9 milliards En exportation: 5,9 milliards emplois en % du CA est réalisé à létranger

11 Recettes fiscales hors TVA en 2003: 2,8 milliards deuros (80% spiritueux, 10% bières, 4% taxes vins, 6% produits intermédiaires et autres produits)

12 MAIS... Substance psycho-active la plus consommée au monde décès/ an imputable à lalcool 2 ème cause de décès par dépendance (1 er TABAC) 28% accidents mortels

13 Complications liées à lalcool

14 Complications somatiques 20 à 30% des consultants en médecine générale ont un problème avec lalcool Seuls 10% des patients AD sont traités 40% de mortalité après 5 ans de consommation

15 Complications somatiques Cancers: sein, oro-pharyngé, oesophage, foie, poumon (car tabac comorbide 90%), etc. Neurologie: épilepsie, neuropathies, encéphalopathies Gastro: cirrhose, varices oesophagiennes, pancréatites aiguës et chroniques

16 Complications somatiques Diabète (serait protecteur jusquà un certain seuil puis augmentation du risque) Pathologies cardio-vasculaires: coronaropathies (protection jusquà un certain seuil), HTA, AVC Études montrent que leffet protecteur donne peu de gain par rapport aux complications

17 Complications somatiques Périnatalité: SAF, faible poids de naissance, avortements spontanés, RCIU, prématurité. + de 40 pathologies propres à la consommation dalcool

18 Complications psychiatriques TS Suicide Violence auto/hétéroagressive

19 Complications psychiatriques Dépression Aggravation dune pathologie (schizophrénie)

20 Complications sociales Perte demploi Séparations Divorces Médico-légales (violences, conduites automobiles...)

21 Complications sociales Déterminant de santé le plus dommageable en terme de conséquences individuelles, familiales, sociales et économiques Sur le plan mondial, décès liés à lalcool représentent 47,4 billions $ alors que la prévention et le traitement 6,7 billions $

22 Définitions

23 1 verre standard = 10g dalcool pur = 1 unité dalcool internationale (UAI)

24 Fouquet (années 60): Impossibilité de se contrôler, perte de la liberté de sabstenir OMS: Etat psychique et quelquefois également physique résultant de l'interaction entre un organisme vivant et une drogue, se caractérisant par des modifications du comportement et par d'autres réactions, qui comprennent toujours une pulsion à prendre la drogue de façon continue ou périodique de façon à retrouver ses effets psychiques et quelquefois d'éviter le malaise de sa privation

25 Évolution concept de substance psycho-actives (auparavant psychotropes): donne intoxication, sevrage, abus, dépendance.

26 Abus DSM IV Utilisation répétée avec ( au moins 1 parmi): incapacité à remplir ses obligations (travail, famille, école...) Situation physiquement dangereuse (voiture) Problèmes judiciaires Poursuite malgré toute de lutilisation Sans critère de dépendance

27 Abus = utilisation nocive pour la santé (CIM10) Conséquences physiques et psychologiques de lutilisation Conséquences sociales négatives Sans dépendance

28 Dépendance (DSM IV) Tolérance Sevrage Prise plus importante et temps plus long que prévu Contrôle impossible Temps passé pour se procurer la substance Perte dactivités du fait de la consommation Poursuite de conso malgré connaissance

29 Dépendance (CIM10) Désir puissant ou compulsif Difficultés à contrôler Syndrome de sevrage Tolérance Abandon progressif dautres sources de plaisir et dintérêts Augmentation du temps passé Poursuite de la consommation malgré conséquences nocives

30 Épidémiologie

31 Substance psycho active la plus consommée en France 10% de personnes ne consomment pas dalcool en France 42,5 millions dexpérimentateurs A 17 ans, 92,6% des jeunes ont expérimenté 6,4 millions dusage quotidien

32 Usage problématique (5 millions) : 15% 5% Première ivresse: 14,9 ans 15,3 ans Nombre de personnes alcoolo- dépendantes: 5% des adultes (2 millions)

33 Un constat Moins de dépendants: par 2 depuis 40 ans, stable autour de 15% de conso quotidienne (sans pour autant lalcoolodépendance) Conso totale dalcool pur en litre/adulte/an (INSERM) * un peu moins de 3 verres/j/an/hab (15ans ou +) , ,313,412,3*

34 Évolution de lusage régulier chez les jeunes À 17 ans, 92,6% des jeunes ont déjà expérimenté lalcool Diminution de la consommation Mais binge drinking > *10 conso ou plus sur le dernier mois

35 Vente dalcool en litre dalcool pur par habitant (15 ans ou +) Vins8,58,68,48,07,87,47,57,37,07,16,9 Bières2,32,42,3 2,22,32,42,32,2 Spiritueux2,72,82,7 2,62,7 2,82,7 Autres0,5 0,40,3 Total14,014,213,913,413,012,712,912,712,3 12,0 (Source OFDT)

36

37 Surmortalité avant 61 ans (tabac 71 ans) Baisse de 60% de la mortalité si ou abstinence+++

38 Lalcool plusieurs types de consommation?

39 Ce quon entend Ha cest lalcoolisme mondain Ce nest pas la même façon de boire! Docteur, je ne bois jamais dalcools forts Docteur, je ne bois jamais le matin

40

41

42 Alcoolisme primaire: 45 à 50% des alcoolismes masculins Alcoolisme secondaire: 45 à 50% des alcoolismes masculins, 60 à 80% des alcoolismes féminins

43 Modèle de vulnérabilité

44 Produit : Facteurs de risque liés au produit Dépendance au produit Statut social du produit Environnement : Facteurs sociaux Exposition: disponibilité, attractivité Consommation par âge, sexe, groupe social Individuel : Génétique Caractère Évènements de vie Troubles psychiatriques Âge de début

45 Facteur de risque majeur Modalités de consommation: Précocité Polyconsommation Consommation autothérapeutique Conduites d'excès (dont livresse) Répétition des consommations à risque

46 Neurone dopaminergique

47 Conclusion

48 Message le plus important : PREVENTION! Importance du traitement des sujets avec objectif réaliste, en fonction du patient


Télécharger ppt "Alcool : Définitions, Classification, Epidémiologie Dr Aurély Ameller - psychiatre Service psychiatrie & adictologie Pr Dubertret CHU Colombes"

Présentations similaires


Annonces Google