La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Les entérobactéries Ba Ecole dinfirmières Hôpital de Rambouillet.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Les entérobactéries Ba Ecole dinfirmières Hôpital de Rambouillet."— Transcription de la présentation:

1 Les entérobactéries Ba Ecole dinfirmières Hôpital de Rambouillet

2 Brigitte Arnault2 Les entérobactéries Généralités –Famille des Entérobactériacées –Rencontrés très souvent en analyse médicale –Hôte du gros intestin de lhomme et des animaux –Voies aériennes, sang, urines –Dans la nature, le sol

3 Brigitte Arnault3 Les entérobactéries Définition –Bacille gram – non sporulés –Mobiles par une ciliature péritriche ou immobile –Cultive sur milieux ordinaires –Aéroanaérobies –Fermentent le glucose avec ou sans gaz –Réduisent les nitrates en nitrites

4 Brigitte Arnault4 Classification

5 Brigitte Arnault5 Les entérobactéries Caractères généraux –BG- de 1 à 4u de long /0.4 à 0.5 u de large Formes courtes ou coccobacilles Formes allongées et filamenteuses –Mobiles ou immobiles –Pousse sur milieux ordinaires –Colonies S lisses, brillantes, 2 à 3 mm diamètre –Ag O GLP –Ag H –Tests de contamination fécale

6 Brigitte Arnault6 Escherichia coli Historique –Escherich à partir de selles de nourrisson –Commensal de lintestin –Responsable entre autre dinfections urinaires Rôle pathogène naturel –80% flore intesrtinale –Retrouvé dans leau, le sol, les poussières –Infections de lappareil génito urinaire : cystites, pyélonéphrites –Septicémies –Méningites

7 Brigitte Arnault7 Escherichia coli Etude du germe –Culture Pousse bien sur milieu ordinaire, en aéro anaérobiose, entre 10 et 50°, ph 7 En moins de 24 h en bouillon :trouble avec ondes moirées Sur gélose colonies S grisâtres de 1 à 1.5 mm diamètre –Morphologie BG- de 2 à 4 u sur 0.7 de large le plus souvent mobile non capsulé, non sporulé. Parfois formes filamenteuses

8 Brigitte Arnault8 Escherichia coli –Caractéres biochimiques Ils permettent lidentification –Constitution Ag Ag O: paroi Ag K: capsulaire Ag H: flagellaire pour les souches mobiles –Toxines enzymes Endotoxine qui correspond à lAg O Hémolysines Pénicillinase –Vitalité résistance Bonne conservation

9 Brigitte Arnault9 Escherichia coli Diagnostic –Direct Prélèvements –Sang –Urines –LCR –Eau aliments pour enquête épidémiologique Diagnostic daprès les caractères biochimiques –Indirect La recherche dAc nest pas pratiquée

10 Brigitte Arnault10 Escherichia coli: Antibiogramme

11 Brigitte Arnault11 Klebsiella –Rôle pathogène naturel Infections secondaires à des maladies de lappareil respiratoire Septicémies Infections primaires –Infections urinaires, biliaires, pulmonaires –Méningites –Otites, sinusites

12 Brigitte Arnault12 Klebsiella Etude du germe –Habitat La nature, le sol, la terre, la poussière, leau –Morphologie Bg -, immobiles capsulés –Culture Sur milieux ordinaires Milieu liquide: léger trouble Milieu solide: colonies porcelaines –Constitution Ag Pas dAg H Ag O Ag K –Toxines Endotoxine: Ag O

13 Brigitte Arnault13 Klebsiella Diagnostic –Direct Prélèvements –Expectoration –Sang –Urines Examen direct –Germe capsulé Diagnostic biochimique Antibiothérapie –Antibiogramme –Résistance –B Lactamase

14 Brigitte Arnault14 Entérobactéries

15 Brigitte Arnault15 Salmonella Historique –1889 Eberth :bacille de la typhoide –1896 Widal : agglutination avec le sérum de malades Pouvoir pathogène naturel –Fièvre typhoide due à S. typhi, paratyphi A ou B Réservoir de germe: malades et porteurs sains Contamination directe inter humaine Contamination indirecte par leau

16 Brigitte Arnault16 Typhoïde Incubation: 1 à 2 s. Anorexie, diarrhée, fièvre = phase détat –Dissémination lymphatique et sanguine –Hémoculture –Coproculture 14j+1s+2s+3s T 40° hémoculture coproculture

17 Brigitte Arnault17 Salmonella –Les gastroentérites dues à dautres espèces de Salmonelles Réservoir : animal Aliments responsables : eau, aliments dorigine animale (charcuterie, œufs, laitages ) Symptômes : vomissements, diarrhée, fièvre Incubation: 8 à 12 heures Notion de sujets fragilisés Etude du germe –Habitat Spécificité humaine –Morphologie Bg – non sporulé non capsulé mobile ou immobile

18 Brigitte Arnault18 Salmonella –Culture Pousse sur milieux ordinaires –Métabolisme général identification du genre grâce aux caractères biochimiques Détermination du groupe grâce à la détection des Ag O, H,et Vi (Salmonella typhi ) –Vitalité, résistance Très résistant dans la nature –Toxine Endotoxine = Ag O = entérotoxine Neurotoxine

19 Brigitte Arnault19 Salmonella Diagnostic –Direct Isolement –Hémocultures –Coprocultures Identification bactériologique Séroidentification –Indirect widal semaines hémoculture coproculture germes 90% 50%

20 Brigitte Arnault20 Agglutination

21 Brigitte Arnault21 Salmonella Thérapeutique –Gastroentérites Emploi déconseillé dATB. Surveillance Mesure dhygiène aux niveaux des collectivités Isolement des malades –Typhoide Vaccination : TAB DTTAB Antibiogramme obligatoire car apparition de résistances

22 Brigitte Arnault22 Shigella Pouvoir pathogène –Dysenterie bacillaire Shigella dysenteriae –Toxi infection alimentaire Shigella sonnei Diagnostic –Direct Coproculture Séroidentification Thérapeutique –Contamination directe et indirecte –Pas de vaccin –Maladie à déclaration obligatoire –Sensible aux ATB

23 Brigitte Arnault23 Proteus Providentia Rôle pathogène naturel –Infections urinaires –Suppurations diverses –Septicémies –Méningites –Intoxications alimentaires Etude du germe –Habitat Dans la nature, le sol, les eaux –Morphologie Bg- très mobile –Culture Forme des nappes envahissantes –Caractères biochimiques –Caractères antigéniques Ag O Ag H Diagnostic –Direct Urines Plaies suppurées Sang Traitement –Ils secrètent une pénicillinase –Antibiogramme obligatoire car de nombreuses souches deviennent résistantes

24 Questions


Télécharger ppt "Les entérobactéries Ba Ecole dinfirmières Hôpital de Rambouillet."

Présentations similaires


Annonces Google