La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Urgences Neurologiques: Les Intoxications Examens de Laboratoires.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Urgences Neurologiques: Les Intoxications Examens de Laboratoires."— Transcription de la présentation:

1 Urgences Neurologiques: Les Intoxications Examens de Laboratoires

2 Intoxications médicamenteuses le plus souvent Aigue ou chronique, nombreuses manifestations neurologiques. Troubles de la conscience ou de la vigilance, convulsions, céphalées, mouvements anormaux, déficits moteurs et sensitifs..etc. Certaines situations (coma, convulsions) nécessitent un traitement urgent. Détections des intoxications ayant un traitement spécifique. Ne pas confondre avec un hématome extradural, une méningite, une hémorragie méningée.

3 Symptomatologie: Comas Les psychotropes entraînent souvent des troubles de la conscience et de la vigilance. Antécédents, lieu et circonstances. Accompagné par un syndrome pyramidal, extrapyramidal, myorelaxation, myosis ou mydriase, signes extra neurologiques (hypotension, bradypnée, cyanose) ? Souvent polyintoxications Quasi-constante réversibilité si pas danoxie, insuffisance circulatoire prolongée, convulsions ou lésions encéphaliques organiques. Mortalité inférieure à 1% depuis la ventilation assistée.

4 Symptomatologie: Convulsions Convulsions dues à une intoxication est un diagnostic délimination (méningite, thrombophlébite cérébrale) Effets directs ou indirects: hypoglycémie, hyperthermie, hypoxie. Acidose et hypoxie majorent la toxicité. Fréquemment: antidépresseurs tricycliques et tétracycliques, inhibiteurs recapture sérotonine, carbamazépine, lithium, sevrages (benzodiazépines, barbituriques, carbamates, alcool, antiépileptiques). Toxicité directe de certains anesthésiques ou antibiotiques, produits agricoles ou industriels divers). Moins fréquents: chloroquine, cocaïne, amphétamines, phénytoïne, monoxyde de carbone.

5 Symptomatologie : Autres Mouvements anormaux : traduit une atteinte des noyaux gris centraux ou du cervelet (surtout dus à comas ou convulsions). Intoxications à lisoniazide, chlorure de méthyle, manganèse. Encéphalopathies: ++ en pédia :enzymopathies congénitales. Oxyde de carbone, hypoglycémiants, phénothiazines, alcool, plomb, anticholinergiques. Syndromes myasthéniques: épuisement rapide de la force musculaire (anticholinestérasiques). Hallucinations: toxiques illicites, antidépresseurs, béta- bloquants, scopolamine, anesthésiques.

6 La Prise en Charge Le plus souvent symptomatique. Élément primordial: préservation des voies aériennes. Intubation +++. Horaire de lintoxication, autres pathologies (apnée du sommeil, obésité, insuffisance respiratoire chronique, antécédents cardiaques). Anamnèse (entourage), examen clinique, EEG, ionogramme, osmolarité, gazométrie, coagulation. Recherche toxicologique: toxicité dépend de la concentration (quantité ingerée) (éthanol, barbituriques…..), toxiques induisant des lésions au long court (paracétamol, phalloïdine…..).

7 Le Diagnostic Toxicologique Etablissement de la liste des toxiques potentiels à rechercher Choix des méthodes analytiques : prélèvements sanguins et urinaires dont une partie est congelée. 1.Méthodes immunochimiques: quantitatif ou semi-quantitatif, qualitatif (attention à lorazépam (Témesta), triazolam (Halcyon), clonazépam (Rivotril) ou zopiclone (Imovane) et zolpidem (Stilnox); buprénorphine (Subutex, Temgésic) et la méthadone.(= anticorps reconnaissant la famille pharmacologique du médicament ou le médicament précisément) possible au lit du malade, résultat immédiat 2.Méthodes chromatographiques: Rôle de certains métabolites actifs. Délai pour avoir les résultats: 1h ou 2 3.Spectrométrie de masse. Délai:1 jour

8 Analyse toxicologique Profil cinétique spontané délimination et de dégradation des produits. Rôles des divers voies délimination (digestive, rénale, hépatique). Antidotes « généraux »: oxygénothérapie, sédatifs parfois + intubation. Antidote pour un toxique donné 1.Flumazénil: risque de convulsion. Dans syndrome de myorelaxation pur. Si benzodiazépines, réveil franc avec 1mg. 2.Naloxone : intoxication aux opiacés. Administration progressive jusquau réveil. 3.Charbon actif (rare) et lavage gastrique: charbon actif (50g) dans lheure, surtout dans cas cardiotropes et médicaments à libération prolongée. Indications rares du lavage gastrique (lithium, alcools toxiques): pneumopathies dinhalation, activation du passage duodénal.

9 Intoxication oxycarbonée aiguë Première cause de mortalité par intoxication en France. Inodore, incolore, diffusible. Incendie et origine domestique. Déficit en oxygène par fixation sur les hémoprotéines: hypoxie, collapsus cardiovasculaire et coma. Complications tardives irreversibles dordres neurologiques ou psychiatriques. Affinité pour oxygène 230 fois supérieure à loxygène. 17 pour habitants en France. Combustion incomplète (appareils de chauffage), garages. Intoxication souvent collective, saisons froides.

10 Intoxications oxycarbonée aiguë: signes cliniques Signes cliniques inauguraux polymorphes : insuffisance respiratoire sans cyanose, collapsus circulatoire, coma de sévérité variable, convulsions, céphalées, vertiges, troubles digestifs subits, troubles visuels,asthénie inexpliquée. Signes tardifs: démence post-anoxique, troubles parkinsoniens, troubles mnésiques. Séquelles cognitives dans 25 à 50% des cas. Troubles persistants à lEEG. Pas de cyanose mais couleur rouge vif sang ( HbCo). Signes biologiques: rôle anoxie, décubitus prolongé: élévation amylase, transaminases(augmentées), CPK(augmentés),acidose métabolique dans les formes sévères. TTT: Oxygénothérapie normo- et hyperbare (femme enceinte). Diazépam si convulsions.


Télécharger ppt "Urgences Neurologiques: Les Intoxications Examens de Laboratoires."

Présentations similaires


Annonces Google