La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

ACCUEIL AUX URGENCES C. SEBA Cadre de Santé Février 2007.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "ACCUEIL AUX URGENCES C. SEBA Cadre de Santé Février 2007."— Transcription de la présentation:

1 ACCUEIL AUX URGENCES C. SEBA Cadre de Santé Février 2007

2 Le Service dAccueil des Urgences Hôpital La Conception - PRESENTATION -

3 Le S.A.U –45000 passages/an, 3800 passages/mois –135 passages/24heures, des pics dactivité à 160 passages –La possibilité dêtre reçu 24H/24 et 7j/7 –Une spécificité régionale: la chirurgie de la main –Une consultation de post-urgences…

4 La population reçue? « Se présente par ses propres moyens »: avec ou sans lavis du médecin traitant (80%) Amenée par les Marins- Pompiers : 1er, 2ème 3ème,5ème et 12ème arrondissements de Marseille (18%) SAMU ou V.R.M ( 1à2%) Adressée par le médecin traitant: ambulance privée

5 Les pathologies rencontrées

6 Des pathologies variées!!! De la détresse vitale: insuffisance cardiaque, respiratoire …en passant par le polytraumatisé de la route, les plaies et fractures ouvertes ou l AVC A la plaie par arme à feu, arme blanche, lallégation de coup, les rixes, le mal aux dents ou céphalées A lintoxication éthylique, lintoxication médicamenteuse, loverdose…la psychiatrie A la demande de placement, au problème social, au SDF, à langine ou longle incarné

7 AU TOTAL 5 à 10% Urgences Vitales 80 % de consultations de médecine de ville et urgences ressenties 10% Urgences sociales, détresses psychologiques

8 Des réponses pas toujours adaptées!!! Absence de structures daval Manque de lits, fermetures de lits, absence de certaines spécialités( cardio, neuro) Insuffisance ou manque de moyens: plateaux repas, transport Les problèmes deffectifs Une administration lourde

9 Les difficultés!!! Lagressivité du patient et/ou de sa famille, le manque de civisme La violence physique et verbale Les locaux insuffisants p/r à lactivité La démotivation des personnels: manque de reconnaissance institutionnel Le manque deffectif et la charge de travail constante….

10 Et lAccueil?

11 DEFINITIONS Accueillir: Recevoir quelquun, manière de se comporter avec une personne quand on la reçoit LAccueil : Façon de recevoir quelquun ou quelque chose « Accueillir, cest déjà commencer à soigner !»

12 Cest la mise en confiance du patient Conditionne le déroulement des soins Accueillir, cest savoir recevoir sans préjugé, en étant tolérant, calme, disponible et à lécoute Cest un soin relevant du rôle propre de lI.D.E, aussi important que le soin technique! LAccueil:

13 Accueil aux Urgences? Généralement par un Infirmier dAccueil: I.O.A Un Agent Administratif qui collabore avec l I.O.A pour lélaboration du dossier patient: Dossier de Soins Infirmiers et Dossier Médical +/-Autres collaborateurs:Médecin référent de laccueil, agent de sécurité, brancardiers

14 De lInfirmier dAccueil et dOrientation à lInfirmier Organisateur de lAccueil

15 Les évolutions: Années 80: volonté des institutions daméliorer la gestion des flux Un I nfirmier à lAccueil des Urgences: basé sur du Volontariat, pas de dotation spécifique, pas définition de fonction En Suisse: les premiers Infirmiers Régulateurs Peu damélioration de la gestion des flux et émergence de la violence et de lagressivité liée aux délais dattente

16 De 1988 à 1995: Une volonté de gérer les flux et daméliorer laccueil Des rapports: Rapport STEG, Rapport sur la qualité de laccueil, des mémoires Infirmiers Des formations et des fiches de postes On parle alors d I.A.O

17 Infirmier dAccueil et dOrientation? «Accueille, installe, écoute, rassure, informe,éduque, explique… » Détecte les signes de gravité et oriente vers le secteur de soins approprié Coordonne la prise en charge du patient Contrôle et sassure des moyens de sortie

18 Les textes en vigueur : pas reconnaissance des compétences et de la responsabilité engagée (tri et orientation: acte médical?) Peu ou pas de protocoles écrits et validés Formation non obligatoire, durée variable Amélioration des délais dattente mais problème de laval Augmentation de lagressivité Epuisement professionnel des soignants

19 De 1995 à 2000: Objectif institutionnel toujours le même: gestion des flux et qualité de laccueil Référentiel A.N.A.E.S, recommandations de l A.R.H INSATISFACTION DES USAGERS Augmentation de lagressivité, des incivilités et insécurité des équipes soignantes

20 Référentiel SFMU 2002 Définition des axes de formation, conditions matérielles et organisationnelles, outils nécessaires à lexercice de la fonction Compétences et fonctions précisées Orientation devient « médicale » car liée à la prise de décision de lurgentiste après consultation du patient LIAO devient IOA

21 Mission générale de l IOA Accueil personnalisé: patient et accompagnants Définition des besoins de santé et priorités de soins Décision du lieu de soins : boxe dexamen, déchocage, salle dattente L IOA est en lien permanent avec le médecin référent de laccueil LI.O.A est le pivot central, « lintroduction et la conclusion du passage du patient »

22 Missions permanentes de lIOA Accueillir = soin relationnel infirmier Evaluer et procéder au tri des patients = sens clinique Décider du lieu de soins adapté Informer, Aider Installer et Rassurer Surveiller Communiquer et Coordonner

23 Le tri ? Trier cest évaluer le degré de gravité du patient: Jugement clinique Cest définir une priorité de soins en fonction des besoins exprimés et/ou constatés

24 TRIER? « Le but nest pas de faire un diagnostic médical mais de porter un jugement clinique sur le degré de priorité de soins pour orienter le patient vers le secteur de soins approprié»

25 TRIER Cotation de linterrogatoire Score a Cotation de lexamen clinique Score b Score de gravité a+b Orientation en box de déchoquage, en box simple ou salle dattente

26 Evaluer le degré de gravité? L INTERROGATOIRE Patient ou famille Motif de recours Antécédents, traitement Début des symptômes Durée des symptômes Intensité des symptômes

27 Outils actuels Connaissances Compétences professionnelles: Diplôme détat + Expérience professionnelle Vue Ouie Odorat Toucher Techniques de Communication personnelles

28 Critères de gravité des différentes situations cliniques: Bradycardie, Tachycardie Bradypnée, Tachypnée Cyanose, Pâleur, Marbrures Troubles de la conscience, Agitation

29 Détresse Respiratoire Tirage. Balancement thoraco - abdominal Sueurs. Cyanose. Impossibilité de parler Agitation, troubles de la conscience FR 20

30 Troubles de la conscience Aucune réponse à la stimulation verbale, douloureuse Agitation Désorientation temporo - spatiale Somnolence Score de Glasgow si traumatologie

31 État de choc TA<90 mm Hg Pâleur Tachycardie précédant la bradycardie Marbrures

32 Nouvel outil : échelle de tri 4 Niveaux d Urgence de U1 à U4

33 URGENCE ABSOLUE URGENCE THERAPEUTIQUE PRISE EN CHARGE IMMEDIATE ORIENTATION IMMEDIATE AU DECHOCAGE U1

34 Arrêt cardiaque ou respiratoire. Détresse respiratoire sévère. Inconscience (coma), troubles profonds de la vigilance (somnolence), convulsions.

35 U2 PRISE EN CHARGE TRES RAPIDE URGENCE DIAGNOSTIQUE (< 5 minutes)

36 U2 Douleur thoracique typique dun syndrome coronarien (douleur thoracique à type doppression irradiant vers la mâchoire ou dans les bras), douleur épigastrique selon le terrain. Douleur thoracique évocatrice par le terrain dun pneumothorax. Crise dasthme, décompensation BPCO, dyspnée avec signes de détresse.

37 U3 PRISE EN CHARGE DIFFEREE (< 1 heure)

38 U3 Douleur thoracique non traumatique non évocatrice de syndrome coronarien par sa localisation, son type et le terrain du patient. Exacerbation BPCO. Céphalées intenses aiguës ou chroniques sans signe de gravité associé.

39 U4 SIMPLE CONSULTATION (> 1 heure)

40 U4 Douleur intercostale. Toux sans dyspnée, maux de gorge. Céphalées modérées. Anxiété. Hyperthermie.

41 Aspects éthiques et juridiques à laccueil: Le secret professionnel La confidentialité

42 Le secret professionnel: Simpose à tout IDE et à lIOA « Il couvre non seulement ce qui lui a été confié mais aussi ce quil a vu, lu, entendu, constaté et compris » art R décret professionnel 2004 L IDE doit veiller à préserver…la confidentialité des soins

43 Le secret professionnel: Couvre lensemble des informations concernant le patient ou venues à la connaissance du professionnel: « Ce quil a vu, Ce quil a pu voir, Comprendre ou Entendre dans lexercice de ses fonctions ».

44 Limites Liées à larchitecture et organisation des locaux Au nombre dintervenants dans la zone daccueil et de soins Une responsabilité partagée Risque pénal si intention volontaire de nuire

45 Gestion des familles: Le point noir des Urgences

46 Urgence: milieu inconnu une perte de repères Une prise en charge et Accueil des familles : indispensables Urgence = Stress du patient et de sa famille Un stress contagieux: à canaliser

47 Le stress des familles? Attente vécue avec grande difficulté: bruit, promiscuité Angoisse liée à la maladie et de la crainte du diagnostic Manque dinformation et accompagnement Manque découte: personnel insuffisant, peu formé ou volontaire

48 La salle dattente Inconfortable, impersonnelle, exiguë Pas ou peu daménagement spécifique en pour éviter lénervement : télévision, radio Peu ou pas de passage des médecins et des soignants

49 Mode demploi? Information du patient de sa famille: claire et cohérente Rassurer et dédramatiser Présence dun accompagnant quand prise en charge engagée Limiter et améliorer les conditions dattente Disponibilité: soignants et médecins Un personnel formé: techniques de communication

50 Merci de votre attention


Télécharger ppt "ACCUEIL AUX URGENCES C. SEBA Cadre de Santé Février 2007."

Présentations similaires


Annonces Google