La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Bronchite aiguë AC TOFFART IFSI St Egrève. Généralités Maladie: Virale le plus souvent Banale Bénigne Diagnostic purement clinique.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Bronchite aiguë AC TOFFART IFSI St Egrève. Généralités Maladie: Virale le plus souvent Banale Bénigne Diagnostic purement clinique."— Transcription de la présentation:

1 Bronchite aiguë AC TOFFART IFSI St Egrève

2 Généralités Maladie: Virale le plus souvent Banale Bénigne Diagnostic purement clinique

3 Agents infectieux Sujet sain: Virale 90% (rhinoV surtout) Parfois Mycoplasma Pneumoniae ou Chlamydia Pneumoniae voire Bordetella Pertussis Surinfection (fumeur +++) : pneumocoque, haemophilus influenzae BPCO, IRCO

4 Signes évocateurs Printemps ou Automne, en cas isolés ou en petites épidémies Atteinte des VAS puis "descendent sur les bronches" toux, parfois précédée d'infection des voies respiratoires supérieures fièvre inconstante, peu élevée auscultation normale ou signes bronchiques diffus Occasion de dépister tabac et conseil minimal

5 Anatomo-pathologie Inflammation aiguë de la muqueuse des voies aériennes Sécrétions Œdème Obstruction

6 Conséquences Augmentation de la sensibilité bronchique aux agressions extérieures, en particulier bactériennes, avec risque de surinfection Augmentation de la réactivité bronchique

7 Signes évocateurs

8 Formes cliniques phase sèche: Signes généraux: Fièvre: > 38°C Constante si V grippal ou adénoV, rare si rhinoV 38°5 C au-delà de 3 jours reconsidérer le diagnostic Céphalées, myalgies, malaise général signes fonctionnels respiratoires: toux sèche, quinteuse Signes physiques: rares sibilants phase humide: 1 fois / 2 toux grasse avec expectoration ronchi

9 Démarche diagnostique Aucun examen complémentaire Identifier les facteurs de gravité potentielle: terrain, facteurs de risque Ne pas manquer un diagnostic de pneumonie

10 Évolution Bronches saines: bénigne en 2 à 3 semaines parfois hypersensibilité tussigène jusquà plusieurs mois (HRB) Surinfection bactérienne quelquefois

11 Traitement symptomatique Antipyrétique Fluidifiants, anti-tussifs : peu efficaces Antibiothérapie Adulte sain : abstention: naccélère pas la guérison et ne prévient pas les complications Sujet à risque : à discuter individuellement En cas dHRB persistante: envisager bronchodilatateurs + corticostéroïdes

12 Pneumopathies bactériennes et virales

13 Physiopathologie Infection: purement alvéolaire bronchique et alvéolaire localisée ou diffuse Interstitielle localisée ou diffuse Très fréquent: 1% de adultes/an Relativement rare par rapport aux infections des VAS: 1% des infections des voies aériennes

14 Physiopathologie Voies de pénétration: Aériennes Hématogènes septicémie Facteurs favorisants: Altération du drainage trachéo- bronchique (tabac, BPCO, cancer, muco) Inhalation de salive ou de liquide gastrique Dépression immunitaire (VIH, cancer, PA, greffe, OH, splénectomie)

15 Pneumopathie communautaire

16 Physiopathologie Communautaire ou nosocomiale Infection: alvéolaire bronchique et alvéolaire: localisée ou diffuse Interstitielle: localisée ou diffuse. Très fréquente (1% des adultes/an) mais rare au sein des infection respiratoires (1% des infections des voies aériennes)

17 Facteurs de risque Sujet âgé Troubles de la déglutition: atteinte cordes vocales Immunodépression: cancer, VIH, immunosuppresseurs Éthylique

18 Signes évocateurs

19 PNP Franche Lobaire Aiguë Germes: Pneumocoque Légionelle Haemophilus Klebsielle pneumoniae Staphylocoque

20 PNP Franche Lobaire Aiguë Clinique: début brutal signes généraux: 40°C, frissons, malaise général douleur basithoracique toux expectorations purulentes ± rouillée Dyspnée foyer de crépitants

21 PNP Franche Lobaire Aiguë Biologie: hyperleucocytose avec polynucléose Élévation CRP Radiographie pulmonaire condensation alvéolaire homogène systématisée, le plus souvent à un lobe bronchogramme aérien

22 Moyens diagnostiques PFLA lobe supérieur droit PFLA lobe inférieur droite

23 PNP Franche Lobaire Aiguë gravité de l'infection, habituellement à pneumocoque: une ou plusieurs tares associées retard diagnostique>5j hypoxie atteinte plurilobaire hémocultures positives leucocytose 25 G/L

24 PNP atypique Germes atypiques: Mycoplasme chlamydia Virus Parasites: Pneumocystis jiroveci

25 PNP atypique Clinique: début plus progressif sur plusieurs jours Signes généraux précurseurs: fièvre modérée signes rhinopharyngés premiers phase d'état: toux sèche parfois myalgies et céphalées auscultation normale ou pauvre

26 PNP atypique Biologie: leucopénie avec neutropénie ou leucocytose Radiologie: opacités réticulo-micronodulaires

27 Opacités nodulaires Opacités linéaires

28 SDRA

29 Identifications de lagent infectieux Examen cytobactériologique des crachats Hémocultures Broncho-aspiration, LBA au cours dune fibroscopie bronchique

30 Endoscopie bronchique

31

32 Traitement Traitement associé en cas de forme grave ou de terrain débilité: Oxygénothérapie Réhydratation correction des désordres hydroélectrolytiques anticoagulation préventive kinésithérapie

33 Traitement L'antibiothérapie en fonction: des données épidémiologiques de la gravité de la pneumonie

34 Traitement Pneumopathie du sujet sain sans signe de gravité: PFLA: amoxicilline 1g X 3/j Pneumopathie atypique: macrolides, quinolones Si pas damélioration: au bout de 48 à 72h, possible switch Pneumopathie du sujet fragile ou comportant des signes de gravité Double ATB iv: Augmentin ou C3G + macrolides ou FQ Réévalution clinique toujours nécessaire Vaccination antigrippale annuelle et anti- pneumococcique tous les 3 à 5 ans > 65 ans, IResp, IC, IH ou IR, aspléniques, diabétiques et alcooliques

35 PNP nosocomiales survenue d'une pneumopathie au moins 72h après l'admission à l'hôpital

36 Généralités 0,6% des patients hospitalisés 10 à 15% des infections contractées à l'hôpital 30 à 50% de mortalité

37 Physiopathologie Facteurs de risque: > 70 ans, tabagique, malnutri ou insuffisant respiratoire intervention chirurgicale en particulier thoraco- abdominale intubation avec ventilation artificielle troubles de conscience

38 Caractéristiques bactériologiques Prédominance de BGN: Pseudomonas aeruginosa, Serratia, Enterobacter, Klebsiella, Acinetobacter, Proteus et E Coli Staphylocoque doré Germes intracellulaires Champignons: Candida et Aspergillus Virus Infections plurimicrobiennes fréquentes examens diagnostiques invasifs

39 Traitement curatif Antibiothérapie: instituée au plus tôt après le diagnostic clinique et bactériologique Associatif élargissement du spectre avec synergie antibactérienne, diminution du risque d'émergence de clones résistants BGN: C3G, uréidopéni ou imipénème + aminoside ou FQ Staph: vancomycine + aminoside ou acide fucidique ou fosfomycine

40 Traitement préventif mesures d'hygiène, en particulier le lavage des mains décontamination des matériels, en particulier en cas de ventilation artificielle. traitement antibiotique discuté au cas par cas mais nécessité dune antiobiothérapie à large spectre.


Télécharger ppt "Bronchite aiguë AC TOFFART IFSI St Egrève. Généralités Maladie: Virale le plus souvent Banale Bénigne Diagnostic purement clinique."

Présentations similaires


Annonces Google