La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Faculté déducation EDU 5873 : Théories du choix et développement de carrière Semaines 6 et 7 Les approches développementales, maturité vocationnelle et.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Faculté déducation EDU 5873 : Théories du choix et développement de carrière Semaines 6 et 7 Les approches développementales, maturité vocationnelle et."— Transcription de la présentation:

1

2 Faculté déducation EDU 5873 : Théories du choix et développement de carrière Semaines 6 et 7 Les approches développementales, maturité vocationnelle et transitons scolaires Professeur André Samson, Ph.D., c.o.

3 Plan de la présentation Semaines 6 et 7 : Les approches développementales et la maturité vocationnelle 1. Les concepts fondamentaux 1.1 Les sources de lapproche 1.2 Données historiques 1.3 La carrière selon une perspective développementale 2. Lapproche de Donald Super 2.1 Développement de carrière et contextes 2.2 Le concept de soi 2.3 Le concept de maturité vocationnelle 2.4 Les étapes du développement de carrière 2.5 Les rôles de la vie 2.6 Les propositions de Donald Super

4 Plan de la présentation Semaines 6 et 7 : Les approches développementales et la maturité vocationnelle 3. La séquence de développement vocationnel 3.1 Maturité vocationnel et développement 3.2 Lexploration 3.3 La cristallisation 3.4 La spécification 3.5 La réalisation 4. Lindécision vocationnelle 4.1 Définition 4.2 Lampleur du phénomène 4.3 Les causes de lindécisions 4.4 Problématiques sociologiques 4.5 Les croyances erronées associées à lindécision

5 « Le processus daider une personne à développer et accepter une image intégrée delle- même et de son rôle dans le monde du travail, de la vérifier dans la réalité et de la vivre dune manière satisfaisante et pour le bénéfice de la société ». Donald Super Semaines 6 et 7 : Les approches développementales et la maturité vocationnelle

6 1. Les concepts fondamentaux 1.1 Les sources de lapproche Semaines 6 et 7 : Les approches développementales et la maturité vocationnelle Jean Piaget Selon Piaget, chaque stade du développement intellectuel est à la fois nouveau par rapport au stade précédent et déterminé par ce dernier. Piaget a une vision dynamique de la connaissance qui est liée à l'interaction du sujet avec son environnement. La connaissance ne se résume pas à une simple copie du réel car elle est indissociable de l'interaction du sujet avec son milieu. Erik Erikson Il y aurait huit étapes de développement humain. Chaque étape se concentre sur la résolution dun conflit spécifique afin daccéder létape suivante. Selon Erikson, si le conflit dune étape nest pas résolue, il sera nécessaire dy afin de le résoudre.

7 Cest après 1945 que commence à émerger les approches développementales reliées au choix de carrière. Ginzberg, Ginburg, Axelrad et Herma (1951) avancent lhypothèse que le processus délaboration du choix de carrière débute vers lâge de 11 ans et se conclue vers lâge de 17 ans. Durant cette période, le jeune traverse trois étapes distinctes: (1) la phase fantaisiste; (2) la phase dessai; (3) la phase réaliste. Plus tard, Ginzberg (1984) a réfuté son hypothèse, mais réaffirme sa conviction que la carrière se développe tout au long de la vie. (1) La phase fantaisiste (2) La phase dessai (3) La phase réaliste 1. Les concepts fondamentaux 1.2 Données historiques Semaines 6 et 7 : Les approches développementales et la maturité vocationnelle

8 1.La carrière est lensemble de toutes les occupations remplies tout au long de la vie et des moyens utilisées afin doccuper ces fonctions. 2.La carrière évolue dans le temps. Par exemple, la nature des motivations qui substente une carrière peuvent beaucoup évoluer. Cette évolution est à la fois complexe et multidimensionnel. 1. Les concepts fondamentaux 1.3 La carrière selon une perspective développementale Semaines 6 et 7 : Les approches développementales et la maturité vocationnelle

9 Super accorde une grande importance au contexte qui entoure lindividu dans un processus de choix et de développement de carrière. Le contexte se décompose en deux aspects principaux le contexte familiale et le contexte économique Le contexte familial Selon Super, la famille est un contexte de vie multidimensionnels. dimension sociale, psychologique et économique. o Au plan des interactions vécues dans la famille, « lenfant apprend à sidentifier à certains modèles ou tout simplement à les rejeter » (p.101). o Aussi le développement de lenfant est influencé en fonction des possibilités et des ressources que sa famille lui offre. Bujold, C. et Gingras, M. (2000). Choix professionnel et développement de carrière ( 2e édition). Montréal : Gaétan Morin Éditeur. 2. Lapproche de Donald Super 2.1 Développement de carrière et contexte Semaines 6 et 7 : Les approches développementales et la maturité vocationnelle

10 2.1.1 Le contexte familial Selon Bujold et Gingras (2000), Donald Super a identifié quatre zones où la famille exerce une influence dans le développement et le choix de carrière de lenfant. Ces zones ou champs sont: Bujold, C. et Gingras, M. (2000). Choix professionnel et développement de carrière ( 2e édition). Montréal : Gaétan Morin Éditeur. lenfant acquiert de ses parents (et de son environnement social) son attitude par rapport au travail et il tend à adopter le système de valeurs de ses parents par rapportaux différentes occupations professionnelles. 1. Les préférences La situation sociale et économique de la famille exercent une influence particulièrement sur le parcours professionnel du jeune adulte. Les habiletés nécessaires, comme le sens de lautonomie, sont généralement acquises dans le milieu familial. 2. Lentrée dans une profession Léthique du travail se développe aussi en milieu familial. Les expériences vécues dans la famille « peuvent prédisposer la personne à sengager dans son travail ». La confiance fondamentale en la vie, le sens de lespoir, la croyance en ses chances de réussite sapprennent aussi dans la famille (p.103). 3. La réussite professionnelle La perception du travail comme lieu dinvestissement et de réalisation de soi sacquiert aussi dans la famille. 4. La satisfaction au travail 2. Lapproche de Donald Super 2.1 Développement de carrière et contexte Semaines 6 et 7 : Les approches développementales et la maturité vocationnelle

11 2. Lapproche de Donald Super 2.1 Développement de carrière et contexte Le contexte économique Semaines 6 et 7 : Les approches développementales et la maturité vocationnelle Le contexte économique exerce aussi un certain degré dinfluence sur le choix de carrière et son développement. Par exemple, notre culture privilégie certaines professions tant au plan du prestige que de la rémunération, comme le droit ou la médecine. Aussi, le développement de léconomie comme la mondialisation des marchés exercent de nombreuses pressions sur le marché de lemploi. La démographie constitue une autre variable dont il faut tenir compte. Actuellement, les départs à la retraire ont ouvert de nombreuses possibilités demploi.

12 2. Lapproche de Donald Super 2.2 Le concept de soi Semaines 6 et 7 : Les approches développementales et la maturité vocationnelle Super accorde une certaine importance à la part de subjectivité dans le développement de carrière, doù la formulation du concept de soi (ou self- concept). Le «soi» se construit à partir des auto-perceptions de lindividu par rapport à certains aspects de lui. Le concept de soi vocationnel se développe à partir des diverses expériences reliées à la carrière.

13 2. Lapproche de Donald Super 2.2 Le concept de soi Semaines 6 et 7 : Les approches développementales et la maturité vocationnelle Le concept de soi insuffle une dynamique de base au développement de carrière. Le concept de soi peut évoluer dans le temps. Il sagit de la manière dont lindividu perçoit son environnement et le monde du travail. Il sagit de la manière dont lindividu se perçoit au plan de ses intérêts, aptitudes et valeurs. SoiMonde DynamismeÉvolution

14 Bujold, C. et Gingras, M. (2000). Choix professionnel et développement de carrière ( 2e édition). Montréal : Gaétan Morin Éditeur. 2. Lapproche de Donald Super 2.2 Le concept de soi Semaines 6 et 7 : Les approches développementales et la maturité vocationnelle Le concept de soi vocationnel se développe à partir de nombreux éléments: La croissance physique et cognitive. Lobservation du travail. Lidentification avec des adultes qui travaillent. Lenvironnement général. Lensemble des expériences.

15 . 2. Lapproche de Donald Super 2.2 Le concept de soi Actualisation du concept de soi Semaines 6 et 7 : Les approches développementales et la maturité vocationnelle Au fur et à mesure que le concept de soi se construit, lindividu vise à lactualiser dune manière bien concrète et ainsi à le vérifier au contact de la réalité. Toutefois, au fil des expériences positives comme négatives, le concept de soi peut se transformer. Cette évolution est de nature à favoriser ladaptation aux changements professionnels. Plus lindividu avance dans sa carrière, plus son concept de soi se fixe. Mais, les changements de contexte peuvent provoquer lévolution du concept de soi. Actualisation du concept de soi

16 Définition de la maturité vocationnelle Il sagit du niveau de connaissance de soi, de son environnement et aussi de la capacité de manifester un certain sens de lautonomie et de la débrouillardise. Ce concept peut être définie aussi comme lensemble des moyens utilisés par lindividu pour fixer ses buts, et ce, dans le contexte de son devenir professionnel (Moisan et Dubé, 2000). 2. Lapproche de Donald Super 2.3 Le concept de maturité vocationnelle Semaines 6 et 7 : Les approches développementales et la maturité vocationnelle

17 2. Lapproche de Donald Super 2.3 Le concept de maturité vocationnelle Semaines 6 et 7 : Les approches développementales et la maturité vocationnelle Manifestation de la maturité vocationnelle Le jeune assume la responsabilité de ses décisionsIl a le sentiment quil exerce un certain contrôle sur le déroulement de sa vie.Il est au fait des conditions objectives qui peuvent influencer ses choix.Il est conscient de ses limites et de ses aptitudes.Il est en mesure didentifier ses centres dintérêts.Il fait des choix réalistes et de les actualiser dune manière ajustée et autonome.

18 Semaines 6 et 7 : Les approches développementales et la maturité vocationnelle 2. Lapproche de Donald Super 2.3 Le concept de maturité vocationnelle Est-ce que lindividu se sent responsable de son choix de carrière? Est-ce que le jeune a une certaine connaissance du milieu du travail ? Est-ce quil développe une certaine stabilité au niveau de ses intérêts? Est-ce que son concept de soi est relativement stable? Est-ce quil a démontré un sens de lautonomie dans ses responsabilités? Est-ce quil est réaliste dans ses choix?

19 Individu Intérêts Aptitudes Valeurs Personnalité Connaissance du marché du tavail Lieu de travail Semaines 6 et 7 : Les approches développementales et la maturité vocationnelle

20 2. Lapproche de Donald Super 2.4 Les étapes du développement de carrière Semaines 6 et 7 : Les approches développementales et la maturité vocationnelle Stade de la croissance de 4 à 13 ans Lenfant sidentifie à plusieurs personnes. À cette étape se greffe des tâches dadaptation. Ses aspirations sont plutôt basée sur une certaine rêverie. Stade de lexploration de 14 à 24 ans Stade de létablissement de 25 à 44 ans Stade du maintien de 44 à 64 ans La période transitoire qui conduit à un choix définitif et à un travail stable. La carrière se développerait selon un processus ordonné et prévisible. Lindividu se fait une place et sy établi. Sassocie des tâches spécifiques. Stade du déclin

21 Semaines 6 et 7 : Les approches développementales, maturité vocationnelle et transitons scolaires

22 2. Lapproche de Donald Super 2.4 Les étapes du développement de carrière Semaines 6 et 7 : Les approches développementales et la maturité vocationnelle Selon le modèle de Super le passage dune phase à lautre impliquerait laccomplissement de tâches : La première tâche est celle de lexploration (12-18) Début délaboration dun projet vocationnel autour dun grand domaine dactivité. La seconde tâche est celle de la spécification (18-21) Cest la tâche où le jeune établit un choix professionnel spécifique La troisième tâche est celle de la réalisation (21-24) Cest en fait lactualisation du projet professionnel par lentraînement La quatrième tâche est celle de la stabilisation (24-35) Cest le temps de vivre le choix de carrière La cinquième tâche est celle de la consolidation (35+) Cest lencrage dans un domaine dactivité et lacquisition dune expertise

23 2. Lapproche de Donald Super 2.5 Les rôles de la vie Semaines 6 et 7 : Les approches développementales et la maturité vocationnelle En élaborant et décrivant les différents rôles que lindividu peut occuper tout au long de son existence. Super démontre lévolution ou les changements qui ponctuent le développement de carrière. Dépendant de son âge ou de lévolution de sa situation générale, lindividu peut remplir des rôles différents. La carrière nest pas une réalité statique.

24 Tout le champ dactivité qui recouvre le travail bénévole. Par ce genre dactivités, lindividu se met au service dune organisation de type communautaire et participe dune manière particulière à la poursuite du bien commun. Contexte ou état de vie qui sollicite lénergie et lengagement de lindividu. Ce rôle varie beaucoup selon lâge. Le rôle assumé par ladolescent qui accepte de participer aux tâches ménagères diffère grandement de ladulte qui assume la responsabilité dune famille entière, dun parent dans le besoin et ce, quil soit jeune ou vieux. Les activités de loisir varient en importance et en nature selon lâge de la personne. Surtout au jeune âge et à la retraite, ce rôle risque doccuper une place importante dans la vie de la personne. Ce rôle est associé à une fonction rémunérée. Ce type doccupation peut être assumé au moment où lindividu est en âge de prendre des responsabilités ou daccomplir une tâche quelconque. Ce rôle prend normalement de limportance avec lâge et décroît à lapproche de la retraite. Pour Super (1990), létude ne se limite pas à un contexte formel. Il est certain que les études poursuivies dans un contexte institutionnel occupent une place importante chez les jeunes en âge dêtre scolarisés. - Limportance accordée à ce rôle a tendance à diminuer vers lâge adulte. Par contre, léducation (formelle ou informelle) constitue aujourdhui une réalité pour beaucoup dadultes qui décident de poursuivre leur formation. Il sagit dun rôle qui a tendance à être de moins en moins associé avec lâge. 2. Lapproche de Donald Super 2.5 Les rôles de la vie Semaines 6 et 7 : Les approches développementales et la maturité vocationnelle Étude TravailLoisirsFamille Bénévolat

25 2. Lapproche de Donald Super 2.5 Les rôles de la vie Semaines 6 et 7 : Les approches développementales et la maturité vocationnelle Ce concept de « Life Roles », aide à saisir et comprendre deux aspects très importants de lexistence : Dabord, le développement de carrière recouvre tous les âges de la vie et il ne se limite pas à une activité rémunérée et associée au marché du travail. La carrière comporte de nombreux rôles qui évoluent et se développent selon lâge et la situation de la personne. La carrière est multiforme et lon peut croire quune carrière variée est souhaitable et saine pour lindividu.

26 Semaines 6 et 7 : Les approches développementales et la maturité vocationnelle 2. Lapproche de Donald Super 2.6 Les propositions de Donald Super Donald Super demeure la figure dominante des approches developpementales. En 1990, il formule 14 propositions qui articule sa vision du développement de carrière. (1) Les individus diffèrent selon leurs habiletés, aptitudes, besoins, valeurs, intérêts et perception de soi. (2) Les individus, en fonctions de leurs caract é ristiques personnelles, sont en mesure de remplir un certain nombre d occupations. (3) Chaque occupation n é cessite un ensemble d habilet é s et de traits de personnalit é. N é anmoins, ces exigences sont suffisamment flexibles pour qu un individu puisse choisir entre une vari é t é d occupations. Tout comme, une même occupation peut être remplie par des individus qui diff è rent entre eux.

27 Semaines 6 et 7 : Les approches développementales et la maturité vocationnelle 2. Lapproche de Donald Super 2.6 Les propositions de Donald Super (4) Les préférences vocationnelles, compétences associées à loccupation, les contextes de travail et leurs perceptions des concepts de soi évoluent. Par contre la perception de soi comme produit de lapprentissage social se stabilise à partir de la fin de ladolescence et jusquà un âge relativement avancé. Ainsi, la carrière de lindividu sinscrit dans une continuité tout au long de cette évolution. (5) Ce processus évolutif peut se décomposer en une macro-séquence de cinq étapes qui sont: (a) la croissance, (b) lexploration, (c) létablissement, (d) le maintien et le (e) déclin. Chaque étape de la macro-séquence peut subdivise en une micro-séquence composé de trois phases qui sont: (i) fantaisiste, (ii) essai, (iii) réaliste. (6) Le développement de carrière dépend du statut socioéconomique familial, des aptitudes intellectuelles, de léducation, des habiletés, des traits de personnalité, de la maturité vocationnelle et le lenvironnement. (7) Ces sont les habiletés individuelles qui déterminent le degré dadaptation aux exigences de lenvironnement social et aux différentes phases de lévolution de la carrière.

28 Semaines 6 et 7 : Les approches développementales et la maturité vocationnelle 2. Lapproche de Donald Super 2.6 Les propositions de Donald Super (8) Le concept de maturité vocationnel est un construit psychosocial qui reflète le niveau de développement vocationnel dun individu sur un continuum et ce, en fonction dune norme qui détermine à lavance où un individu doit se situer sur ce continuum et ce, compte tenu de son âge. (9) Le processus développemental peut être guidé par des interventions de nature à (a) favoriser lidentification des intérêts et des habiletés à (b) à confronter à la réalité et (c) à développer les perceptions de soi. (10) Le processus du développement de carrière est directement en lien avec le développement et lactualisation du concept de soi vocationnel. Il sagit dun processus de synthèse et de compromis où le concept de soi est une résultante de linteraction des aptitudes, des capacités physiques, de la possibilité de jouer et dobserver différents rôles à la lumière des rétroactions des personnes significatives. (11) Le processus de synthèse et de compromis entre lindividu et son environnement social, entre le concept de soi et son environnement seffectuent lors de laccomplissement des rôles de vie et des rétroactions quils produisent. Ces rôles peuvent se situer dans un contexte imaginaire, réel (bénévolat, travail à temps partiel, travail à temps plein) ou de relation daide.

29 Semaines 6 et 7 : Les approches développementales, et la maturité vocationnelle 2. Lapproche de Donald Super 2.6 Les propositions de Donald Super (12) La satisfaction de vie et la satisfaction au travail sont tributaires de lactualisation des intérêts, valeurs, traits de personnalité et concepts (perceptions) de soi. Ils dépendent aussi du type doccupation, de son contexte et du style de vie où un individu assume son rôle de vie de manière à ce que les expériences de croissance et dexploration sont perçues gratifiantes. (13) Le degré de satisfaction au travail des individus est proportionnel au degré dactualisation des concepts de soi. (14) Le travail ou la carrière permettent sont des lieux où la personnalité peut sorganiser. Toutefois limportance de ce lieu dexpression peut varier dune personne à lautre. La culture, les traditions et les contextes économiques peuvent aussi déterminer limportance du travail relativement à dautres rôles de la vie.

30 La maturité vocationnelle implique une connaissance de soi, de son environnement et des conditions qui prévalent sur le marché du travail. Cest la synergie entre ces trois éléments qui favorise la prise de décision en fonction dune activité professionnelle et la réussite de la transition études-travail. Selon certains chercheurs de la recherche pour développer et atteindre ce niveau de maturité, il importe daccomplir quatre tâches développementales (Pelletier et Bujold, 1984; Leclerc, 2001). 1.Lexploration. 2.La cristallisation 3.La spécification 4.La réalisation 3. La séquence de développement vocationnel 3.1 Maturité vocationnelle et développement Semaines 6 et 7 : Les approches développementales et la maturité vocationnelle

31 ExplorationCristallisationSpécificationRéalisation Durant ces deux premières années, le jeune explore les différents domaines dactivités. Cest lépoque des possibilités, de limaginaire, de lidentification à des modèles. Le jeune peut simaginer dans différentes situations ou rôles. Il commence à se percevoir comme un acteur de sa vie. Il sagit dune phase où le jeune est encore plus ou moins réaliste, impressionnable et instable. Le jeune construit, précise les contours de son image personnelle. Il est plus en mesure de déterminer ce qui lui plaît et ce quil aimerait faire. Il est capable dune certaine distance par rapport à lui-même et de questionner ses choix et les valeurs qui linspirent. Il établit des liens entre les réalités du marché du travail et ses propres orientations. La réflexion doit être large et ne pas se limiter à quelques occupations bien déterminées. Son choix devrait idéalement se limiter à des grands domaines dactivités. Le jeune poursuit lapprofondissement de sa connaissance de soi. Il établit un lien entre une vison plus réaliste de ce quil est et une connaissance ajustée de la réalité sociale et économique. Cest à la jonction de ces différentes données quil établit un choix précis et quil parvient à établir un équilibre entre ce quil désire et ce que la société lui offre. Au terme de cette étape, le jeune devrait normalement arrêter son choix professionnel Lélève entreprend létape où il donne forme à son projet. Cest la période délaboration dun projet et de son accomplissement. Lactualisation de son choix implique, par exemple, lélaboration dun plan afin datteindre ses objectifs. Le jeune utilise des habiletés de nature à mobiliser son esprit dentreprise, de débrouillardise, de persévérance, de créativité et un certain savoir faire bien ancré dans la réalité. À cette étape finale, laide des intervenants spécialisés dans le counseling dorientation est souvent nécessaire. Il peut sagir dun soutien individuel ou en petits groupes. Semaines 6 et 7 : Les approches développementales et la maturité vocationnelle

32 Éveil Initier Permettre le rêve Amorcer la découverte de soi Exploration Explorer les diverses composantes de son identité personnelle Explorer son milieu Découvrir différents métiers Cristallisation Classifier et regrouper les différents métiers Déterminer ses champs dintérêts en fonction des domaines professionnels Spécification Spécifier ses préférences Évoluer vers un choix professionnel précis Réalisation Létape du choix Planifier le chemin à parcourir Établir une stratégie pour réaliser son choix Prévoir des choix de rechange Semaines 6 et 7 : Les approches développementales et la maturité vocationnelle

33 4. Lindécision vocationnelle 4.1 Définition Semaines 6 et 7 : Les approches développementales et la maturité vocationnelle Indécision: incapacité dune personne à exprimer un choix quand elle est incitée à le faire. Lindécision a une connotation négative: doute, hésitation, flou, désorientation. Certains auteurs considèrent lindécision comme une forme dinadaptation personnelle. Lindécision est souvent associée à léchec scolaire, labandon des études, linsatisfaction personnelle ou le faible estime de soi.

34 4. Lindécision vocationnelle 4.2 Lampleur du phénomène Semaines 6 et 7 : Les approches développementales et la maturité vocationnelle Bujold, C. et Gingras, M. (2000). Choix professionnel et développement de carrière : théories et recherches. Montréal : Gaétan Morin. Conseil supérieur de lÉducation (2002). Au collégial, lorientation au cœur de la réussite.Québec : Gouvernement du Québec. Seulement 20% des jeunes qui entreprennent leurs études collégiales au Québec auraient un projet scolaire relativement précis. Chez les étudiants du secondaire (3, 4, 5): 38,6% auraient aucun projet professionnel. 48,3% auraient une certaine idée. 13,1% nauraient aucun projet.

35 4. Lindécision vocationnelle 4.3 Les causes de lindécision Semaines 6 et 7 : Les approches développementales et la maturité vocationnelle La personnalité Préoccupation vocationnelle est inexistante. Choisir indispose et provoque un état danxiété. Croyances erronées Forte croyance en un échec Croyance en linutilité des études. Connaissances du marché du travail Manque dinformation pour procéder à un choix. Tous les métiers sont perçus comme attirants.

36 4. Lindécision vocationnelle 4.3 Les causes de lindécision Semaines 6 et 7 : Les approches développementales et la maturité vocationnelle Les garçons et les filles diffèrent peu par rapport au phénomène de lindécision. Mais les garçons seraient plus tentés de se désinvestir et les filles auraient des perception plus pessimistes par rapport au futur professionnel. Dans les milieux économiquement favorisés, lindécision serait surtout associée à un développement personnel en arrêt. Dans les milieux défavorisés lindécision serait associée à une barrière externe.

37 4. Lindécision vocationnelle 4.4 Problématiques sociologiques Semaines 6 et 7 : Les approches développementales et la maturité vocationnelle Il existerait aujourdhui environ 1500 professions. La consultation du code canadien des professions donne une idée de limmensité de la possibilité des choix. Autrefois lexploration se faisait au contact de la réalité immédiate. Aujourdhui, lexploration se fait au travers de la fenêtre de lécole, cest-à-dire à distance. De plus, le marché de lemploi est en constante mutation. Il est difficile de se tenir au courant de tous les changements. Dans un tel contexte, la peur de ses tromper est aisément compréhensible.

38 (Falardeau, 2003) 4. Lindécision vocationnelle 4.5 Les croyances erronées associées à lindécision Semaines 6 et 7 : Les approches développementales, et la maturité vocationnelle

39 (Falardeau, 2003) 4. Lindécision vocationnelle 4.5 Les croyances erronées associées à lindécision Semaines 6 et 7 : Les approches développementales, et la maturité vocationnelle

40 (Falardeau, 2003) 4. Lindécision vocationnelle 4.5 Les croyances erronées associées à lindécision Semaines 6 et 7 : Les approches développementales, et la maturité vocationnelle

41 (Falardeau, 2003) 4. Lindécision vocationnelle 4.5 Les croyances erronées associées à lindécision Semaines 6 et 7 : Les approches développementales, et la maturité vocationnelle

42 (Falardeau, 2003) 4. Lindécision vocationnelle 4.5 Les croyances erronées associées à lindécision Semaines 6 et 7 : Les approches développementales, et la maturité vocationnelle

43 (Falardeau, 2003) 4. Lindécision vocationnelle 4.5 Les croyances erronées associées à lindécision Semaines 6 et 7 : Les approches développementales, et la maturité vocationnelle

44 « Décider cest passer du conditionnel à lindicatif, de limaginaire au réel, de la délibération à laction. Moment de crise et de résolutions ». Semaines 6 et 7 : Les approches développementales, et la maturité vocationnelle

45 Malgré lamorce des études collégiales ou des études universitaires, un doute peut toujours subsister. Un malaise risque toujours denvahir lesprit par rapport au choix des études ou au plan de carrière. Cest un état normal et aisément explicable. 5. Les transitions scolaires 5.1 Faire un choix Semaines 6 et 7 : Les approches développementales, et la maturité vocationnelle

46 5. Les transitions scolaires 5.2 Les signes du malaise Semaines 6 et 7 : Les approches développementales, maturité vocationnelle et transitons scolaires Sentiment que le choix na pas été suffisamment réfléchi. Une décision de dernière minute ignorant les intérêts, les aptitudes et les valeurs personnelles. Durant la période des examens, le doute sinstalle. La motivation est à la baisse. Songe à quitter luniversité ou changer de programme. Déception par rapport au programme choisi. La réalité des études supérieures sannonce plus ardue que prévu. Les doutes par rapport au choix de programme Piste de solution Éviter de prendre des décisions impulsives qui peuvent être inspirées par la crainte de linconnu et la difficulté à sadapter à un nouveau contexte de vie. Piste de solution Éviter de prendre des décisions impulsives qui peuvent être inspirées par la crainte de linconnu et la difficulté à sadapter à un nouveau contexte de vie.

47 Crainte de ne pas avoir fait le bon choix professionnel. Les buts à atteindre demeurent imprécis, les objectifs professionnels sont nébuleux. Difficulté à se percevoir sur le marché du travail. Pistes de solution Il est quelques fois difficiles dassumer ses choix, car ils impliquent une forme de renoncement. Aucun projet professionnel nest porteur dune certitude absolue. Le choix dun projet professionnel peut être remis en question de temps à autre et ce, surtout durant les périodes plus stressantes. Pistes de solution Il est quelques fois difficiles dassumer ses choix, car ils impliquent une forme de renoncement. Aucun projet professionnel nest porteur dune certitude absolue. Le choix dun projet professionnel peut être remis en question de temps à autre et ce, surtout durant les périodes plus stressantes. 5. Les transitions scolaires 5.2 Les signes du malaise Semaines 6 et 7 : Les approches développementales, maturité vocationnelle et transitons scolaires

48 Doute que les choix détudes sont réellement laboutissement dune réflexion personnelle. Impression que le contexte familial ou social a joué un rôle trop important. Sentiment de ne pas partager les mêmes goûts, les mêmes valeurs, les mêmes objectifs que ses pairs. Impression de solitude et disolement. Situations de conflit avec les professeurs et/ou les pairs, baisse de la qualité de vie et augmentation du stress. Pistes de solution Importance de développer une certaine tolérance par rapport à lincertitude. Importance didentifier clairement ce qui cause la remise en question. Souvrir à un professionnel ou une personne de confiance afin de connaître un autre point de vue. Pistes de solution Importance de développer une certaine tolérance par rapport à lincertitude. Importance didentifier clairement ce qui cause la remise en question. Souvrir à un professionnel ou une personne de confiance afin de connaître un autre point de vue. 5. Les transitions scolaires 5.2 Les signes du malaise Semaines 6 et 7 : Les approches développementales, maturité vocationnelle et transitons scolaires

49 5. Les transitions scolaires Semaines 6 et 7 : Les approches développementales, maturité vocationnelle et transitons scolaires

50 5. Les transitions scolaires 5.3 Le malaise en chiffres Recherche faite auprès des étudiant(e)s de lUniversité dOttawa par Jean-Luc Daoust, Spécialiste en persévérance scolaire Semaines 6 et 7 : Les approches développementales, maturité vocationnelle et transitons scolaires La transition scolaire constitue un changement important pour tout le monde. Depuis les 8 dernières années, 10% à 14 % des jeunes ont quitté luniversité après leur première année. Depuis septembre 2003, lannée de la double cohorte, 18% des étudiants ont quitté luniversité dOttawa après leur première année. 38% des étudiants qui ont quitté luniversité disent lavoir fait en vue dorienter leur carrière.


Télécharger ppt "Faculté déducation EDU 5873 : Théories du choix et développement de carrière Semaines 6 et 7 Les approches développementales, maturité vocationnelle et."

Présentations similaires


Annonces Google