La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Construire une pédagogie du français langue de scolarisation en maternelle dans le contexte ibérique Installer des automatismes de langue Stage réseau.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Construire une pédagogie du français langue de scolarisation en maternelle dans le contexte ibérique Installer des automatismes de langue Stage réseau."— Transcription de la présentation:

1 Construire une pédagogie du français langue de scolarisation en maternelle dans le contexte ibérique Installer des automatismes de langue Stage réseau Lisbonne du 22 au 24 octobre 2007 P. Corbet, conseiller pédagogique à Madrid

2 Sommaire 1.Le texte dorientations pédagogiques de lAEFE sur la maîtrise du français, langue de scolarisation 2.Lapprentissage précoce dune langue étrangère 3.Installer des automatismes

3 Le texte dorientations pédagogiques de lAEFE « la maîtrise du français, langue de scolarisation dans les établissements français à létranger » dAvril 2006 précise que « lAgence [confie] aux établissements la mission dassurer à chaque élève les meilleures chances de réussite scolaire notamment en sappuyant sur le développement de compétences multilingues. » Le défi est donc double : assurer la réussite des élèves français dans lensemble de leur cursus, en leur permettant, entre autres, dacquérir la maîtrise dau moins une seconde langue ; assurer la réussite des élèves nationaux et des élèves étrangers tiers dans le cadre dune scolarisation en français (objectif subordonné à une maîtrise aussi solide que précoce de la langue française). Le texte dorientations pédagogiques de lAEFE

4 Le texte souligne que dans nos établissements « la maîtrise du français ne sinscrit pas dans une logique dapprentissage de la langue pour la langue mais, avant tout, dans une perspective damélioration des compétences langagières pour la réussite scolaire. » La réflexion de léquipe éducative doit donc porter avant tout « sur le parcours linguistique et scolaire de lélève, parcours qui pourra, en différents moments, être étayé par tel ou tel dispositif. » « Sur le plan linguistique, tout ce qui peut être fait dans la classe ne doit pas être fait hors de la classe. » Le texte dorientations pédagogiques de lAEFE

5 Lune des priorités de nos établissements est donc daccueillir et daccompagner les élèves dont le français nest pas la langue maternelle pour les aider à développer la maîtrise du français langue de scolarisation: –« Le français de scolarisation couvre le langage de la vie de la classe, du travail de lécolier et implique une attention particulière à la compréhension des consignes. » –« Le français de scolarisation couvre également la langue comme vecteur de construction des savoirs. » Le texte dorientations pédagogiques de lAEFE

6 Le Français langue de scolarisation (Flsco) Le français de la vie de lécole Le français pour apprendre Langue spécifique pour une séance de découverte du monde Lexique et expressions syntaxiques des textes du manuel de CP … Consignes Se déplacer Demander de laide …

7 En maternelle: « les actes de langage spécifiques de la classe devront être au centre du programme dacquisition linguistique des élèves dont la langue maternelle nest pas le français. Il sagit pour lessentiel : –des consignes du travail scolaire ; –des actes de régulation de la vie de la classe (rituels) ; –des moyens (langagiers) permettant à chaque élève de demander de laide et de comprendre les jugements de valeur formulés par le maître (évaluation du travail) ; –des savoirs (et des mots pour en parler) propres à chaque domaine disciplinaire des programmes en vigueur à lécole maternelle. Dans la programmation de ses activités, le maître prendra soin, par ailleurs, de faire linventaire des outils langagiers nécessaires à la réalisation de chaque tâche proposée à lélève. » Le texte dorientations pédagogiques de lAEFE

8 Lenseignement en langue maternelle est très important, particulièrement à deux moments de la scolarité en maternelle: Laccueil –« En début de scolarisation, laccueil quotidien des élèves non francophones sera systématiquement réalisé en langue maternelle par lenseignant bilingue. » Langage dévocation et conscience phonique –« Lenseignant bilingue pourra intervenir à nouveau en fin de scolarité maternelle (à partir de cinq ans) lorsque lélève se prépare au passage à lécrit. Dans cette phase, lélève doit en effet renforcer la maîtrise du langage dévocation dans sa langue maternelle se familiariser avec la réalité phonologique de sa langue maternelle. » Le texte dorientations pédagogiques de lAEFE

9 Au cycle 2, Lobjectif est de permettre aux élèves, dont la langue maternelle nest pas le français, de construire leur alphabétisation dans le deux langues: –« [Lélève] devra acquérir, comme dans la situation précédente, un niveau de français oral suffisant et, parallèlement, construire le système phonologique du français. –Lalphabétisation en français ne doit pas poser de problème majeur si lélève a bénéficié dune bonne préparation à lécole maternelle (dans les deux langues). Dès que lalphabétisation sera acquise, soit à la fin du CP soit à la fin du premier semestre du CE1, il sera utile de la mettre en relation avec lalphabétisation en langue maternelle (si lécriture de la langue maternelle est une écriture alphabétique). Ce travail viendra soutenir les compétences générales de lecture / écriture. » Le texte dorientations pédagogiques de lAEFE

10 Au cycle 3, on veillera particulièrement à consolider loral (sans lequel on ne peut améliorer lécrit) et améliorer la lecture ainsi que la production écrite. –« consolidation des automatismes de langue scolaire. Construction /enrichissement du corpus de mots et de phrases familières de lunivers de la classe (dont les consignes) ; –observation réfléchie de la langue (ORL) dans une perspective comparative (entre les langues première et seconde) mettant laccent en particulier sur les logiques propres à chaque langue, les différences ou les invariants ; –travail sur les interférences langagières ; –exercices assidus sur le vocabulaire (notamment en préalable aux activités de lecture ou aux activités disciplinaires effectuées en français) ; –activités en BCD en sappuyant sur une diversification des supports. » Le texte dorientations pédagogiques de lAEFE

11 Lapprentissage précoce dune langue étrangère

12 Existe-t-il un « âge critique » pour lapprentissage des langues ? Étude de sur les compétences linguistiques en L2 de migrants aux USA arrivée précoce aux USA entre 3 et 7 ans arrivée entre 7 et 16 ans arrivée de 16 à 40 ans les performances sont proches de celles des natifs les performances baissent progressivement en comparaison des natifs plus de relation entre âge darrivée et performances linguistiques

13 Existe-t-il un « âge critique » pour lapprentissage des langues ? Exemples doppositions de sons caractéristiques [d] et [t] Opposition caractéristique en français « bateau » « badaud » [r roulé] et [r grasseyé] Opposition caractéristique en arabe Pas en français [s] et [z] Opposition caractéristique en français Pas en espagnol Capacité à distinguer les oppositions de sons caractéristiques avant 6 ans Entre 7 ans et ans Après ans Très bonne distinction Correction possible si entraînement Perception des sons figée

14 Le temps dexposition à la langue est-il un facteur suffisant? B. McLaughlin 1977 Exposition à la langue 5 heures par jour pendant 5 ans = 9000 heures. Apprentissage LVE par un adolescent pendant 7 ans, 3 heures par semaine = 714 heures dexposition. Pour apprendre une langue étrangère (cas du vietnamien pour les soldats américains) = 1300 heures denseignement intensif S. Genelot 1995 Les pratiques pédagogiques relevant de la sensibilisation – c'est- à-dire dune simple exposition, fut-elle active, à la langue – conduisent à accroître les écarts entre les bons élèves et les autres.

15 Pourquoi le « bain de langue » est-il très insuffisant ? Le cas de Jim Ce garçon, élevé par des parents sourds qui utilisaient le langage des signes entre eux sans lutiliser avec lenfant, navait eu, jusqu'à son arrivée en maternelle à 3ans, dautre exposition à la langue que celle offerte par la télévision. Les capacités de langage à lissue de la période disolement nétaient pas totalement nulles, mais fortement appauvries, notamment pour ce qui concerne la morphosyntaxe. Lexposition ultérieure à la langue, avec interaction sociale cette fois, a conduit assez rapidement à des performances normales.

16 LInterlangue Cest ce que développe quelquun qui ajoute une langue à sa langue maternelle. La représentations des élèves: Pourquoi le « bain de langue » est-il très insuffisant ? LInterlangue: Une « grammaire provisoire » de la langue cible. Comme une « langue intermédiaire » Un système transitoire construit sur la base de ce quil a déjà rencontré dans la langue apprise. Un système marqué par sa propre langue

17 LInterlangue évolue puis sature. Dans la langue maternelle on observe souvent un décalage entre les intentions de communication et la maîtrise des structures linguistiques correspondantes. En L2 lélève a tendance à adapter ses stratégies de communication aux compétences linguistiques quil a acquise Pourquoi le « bain de langue » est-il très insuffisant ?

18 Gaonach : « Limmersion trop centrée sur lexposition à la langue cible (écoute passive) conduit à des insuffisances avérées en production orale et écrite. Les activités qui obligent les élèves à produire des énoncés suffisamment longs sont donc nécessaires. » Quelles sont les conditions dune immersion réussie?

19 Une exposition intense à la langue avec un enseignant centré sur les apprentissages linguistiques cibles Prévoir la dimension linguistique des apprentissage Se centrer sur la dimension linguistique pendant lapprentissage Interagir pour faire évoluer lInterlangue Des séances spécifiques dapprentissage de la L2 Installer des automatismes Aider à lacquisition du lexique Le développement du langage dévocation et de la conscience phonique dans la langue maternelle Évaluer ces compétences en L1 en GS

20 En maternelle: chantier du réseau Au cours de lannée scolaire 2007 / 2008, toutes les équipes de cycle 1 du réseau ibérique ont collaboré pour élaborer un outil daide à la programmation des automatismes à développer chez nos élèves dans leur langue seconde. Chaque école sest vue attribuer une partie du travail à effectuer. Ces contributions ont été ensuite mutualisées et synthétisées. Loutil présente tout dabord les actes de langage à développer prioritairement à la maternelle. Il présente ensuite, pour chaque acte de langage retenu, la langue cible prioritaire (tournure syntaxique, lexique) à développer, et les activités qui permettront leur apprentissage Loutil est désormais disponible sur le site rapefep.org: Actes de langage et automatismes à développer au cycle 1

21 Installer des automatismes En saidant de loutil daide à la programmation des automatismes, réalisé par la réseau ibérique

22 Installer des automatismes La démarche dautomatisation Comprendre lemploi de lautomatisme –Rencontres en situation 1.Mémoriser lautomatisme –par cœur –par imitation et répétition –comme un tout cohérent au plan phonologique –pour assurer une bonne fluidité de leur production 2.Réemployer lautomatisme en situation –avec apport de variations dans la structure par lenseignant Compréhension Centration sur la langue dans les activités de classe Mémorisation Séances spécifiques Flsco Réemploi Centration sur la langue dans les activités de la classe

23 Installer des automatismes Les situations favorisant la mémorisation de lautomatisme –Comptines –jeux de doigts –chansons –albums répétitifs… –jeux de langage « Jai faim Mange ta main Garde lautre pour demain Jai faim Mange ton pied Garde lautre pour lété Jai faim Mange ton ventre Mais…Garde ta tête Pour les jours de fête !» Il était une fois une petite chenille qui avait très faim. Elle trouva une grosse pomme rouge et commença à la manger. Mais un gros escargot la chassa en lui disant: « Cette pomme est à moi, ne la mange pas! » Alors la petite chenille sen alla. La petite chenille avait toujours très faim. Elle rencontra une belle poire jaune et commença à la manger. Mais une vilaine libellule len empêcha en lui disant: « Cette poire est à moi, ne la mange pas! » Alors la petite chenille sen alla. Voici ma main Voici mes doigts Le petit rentre chez toi ! Le moyen rentre chez toi ! Le gros rentre chez toi ! Et toi, mets ton nez là ! -Loup y es-tu ? Que fais-tu ? - Je mets ma chemise ! - Je mets mon pantalon ! - Je mets mes chaussures! Automatisme cible: Est-ce que…? Durée : 10 min Matériel : images Dispositif : dabord en collectif puis en binômes autonomes Les élèves ont vu les images et nommé ce quelles représentent. Lenseignant pioche une image quil cache. Les élèves doivent deviner quelle image il a pioché, en posant des questions qui commencent par « Est-ce que… ? » Est-ce que cest… ? Est-ce que tu as… ?

24 Exemple 1 Actes de parole PSPS MSMS GSGS tournures syntaxiques lexique Activités pour automatiser situations de réemploi Dire son accord, désaccord, incertitude, avis Je crois que… croire Penser Être sûr de Album « Qu'est-ce que c'est que ça ? » P. Teulade J-C Sarrazin Ed. L'école des loisirs Album « il croit que… » Jeux de kim image cachée deviner la suite de lalbum

25 Exemple 1 Comprendre lemploi de lautomatisme Quest-ce que cest que ça, au milieu de la cour ? Les deux petites souris, elles croient que cest une voiture. Et elles montent dedans pour la conduire. Mais le petit poussin nest pas daccord. Il ne croit pas que cest une voiture…parce quil ny a pas de roues. Il croit que cest une chaussure. Voilà le petit chevreau. Il ne croit pas que cest une chaussure. Il ne croit pas non plus que cest une voiture. Le petit chevreau, il croit que cest un chapeau. Dans la cour de la ferme, il y a un objet bien étrange. Qu'est-ce que c'est? se demandent les souris, le poussin, le veau, et l'ânon. Une baignoire? Un bateau? Une chaussure?

26 1.Mémoriser lautomatisme Évocation de lalbum par une marionnette qui se trompe La marionnette : Les souris croient que cest un hippopotame. La classe: NON! Elles croient que cest une voiture. La marionnette: Le poussin croit que cest un vélo. La classe: NON! Il croit que cest une chaussure. Exemple 1

27 2.Réemployer en situation Activités « séance flsco » –Jeu de kim: deviner limage manquante « Je crois que cest… » –Deviner quel objet est caché dans le sac, uniquement au toucher –Dévoiler morceau par morceau une image cachée –Commenter lalbum « il croit que… » Situations fonctionnelles de la classe –Faire commenter ce quun camarade a dessiné (« Je crois que cest une grenouille. ») –Faire deviner la suite dune histoire Variations possibles –Je pense que… –Je suis sûr que… Exemple 1

28 Exemple 2 Actes de parole PSPS MSMS GSGS tournures syntaxiques lexique Activités pour automatiser situations de réemploi Dire que lon possède ou non Cest mon, ma, mes Je mets mon, ma, mes Loup, y es- tu ? Déguise- ment Habillage /déshabil- lage

29 Comprendre lemploi de lautomatisme –Langage en situation lors de lhabillage déshabillage 1.Mémoriser lautomatisme –Loup y es-tu? 2.Réemployer lautomatisme –Malle de déguisements: la maîtresse se déguise et commente ce quelle fait; puis cest au tour des élèves. –Langage en situation lors de lhabillage déshabillage –Rangement de ses productions dans son casier Réemployer des variations –Mon, ton, son / ma, ta, sa / mes, tes, ses –Jenlève mon… / je prends mon… / Cest mon… Exemple 2

30 Installer des automatismes Les situations favorisant le réemploi de lautomatisme –situations fonctionnelles de la vie de la classe –besoins créés –albums « Apprendre à parler: Il croit que… » –« apprendre la grammaire dès la maternelle » –albums écho


Télécharger ppt "Construire une pédagogie du français langue de scolarisation en maternelle dans le contexte ibérique Installer des automatismes de langue Stage réseau."

Présentations similaires


Annonces Google