La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Anesthésie. Lanesthésie historique Suc de pavot, chanvre, mandragore, ou encore potion opiacée : ces divers élixirs soporifiques, plus ou moins efficaces,

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Anesthésie. Lanesthésie historique Suc de pavot, chanvre, mandragore, ou encore potion opiacée : ces divers élixirs soporifiques, plus ou moins efficaces,"— Transcription de la présentation:

1 Anesthésie

2 Lanesthésie historique Suc de pavot, chanvre, mandragore, ou encore potion opiacée : ces divers élixirs soporifiques, plus ou moins efficaces, ont servi à apaiser la douleur jusqu'au milieu du XIX e siècle. Ils étaient absorbés par ingestion dune décoction ou par inhalation de la fumée quils dégagent en brûlant. En effet, depuis des milliers dannées, arracheurs de dents, barbiers et chirurgiens soignent à grands coups de lames et de pinces le corps humain. À vif ! Pour atténuer le supplice, une seule solution : travailler à toute vitesse, certains réussissant même des amputations en quelques dizaines de secondes ! Au XVI e siècle, le grand chirurgien Ambroise Paré préconise un cocktail dopium et dalcool à haute dose et recoud les plaies au lieu de les cautériser par une atroce brûlure au fer rouge. Pendant la retraite de Russie, Dominique Larrey, le chirurgien de Napoléon constate que le grand froid atténue la douleur des opérés et lon gardera longtemps le procédé pour amputer des membres gangrenés.

3 Lanesthésie historique La véritable évolution se déroule le 31 mars 1842 lorsque le médecin américain Crawford Long doit pratiquer une intervention superficielle sur un de ses patients ; il a alors l'idée de l'endormir en lui faisant respirer de l'éther. Malheureusement, il ne fait pas part à ses confrères de son innovation, qui tombe dans l'oubli. Puis, en décembre 1844, le dentiste Horace Wells assiste à une séance scientifique récréative où l'on observe les effets hilarants du protoxyde d'azote

4 Lanesthésie historique Le 30 septembre 1846, Morton enlève une dent à un patient anesthésié avec de l'éther versé sur un mouchoir. Léther est utilisé pour la première fois en France, en 1847, alors qu'un des chirurgiens français les plus réputés, Alfred Velpeau, avait déclaré, huit ans plus tôt, que la chirurgie sans douleur était inconcevable.

5 Lanesthésie historique Après l'éther vient le chloroforme : Le physiologiste Pierre Flourens anesthésie des animaux au chloroforme James Young Simpson, gynécologue à Edimbourg, qui, après avoir fait un essai sur lui et sur ses assistants, l'utilise régulièrement à partir de En 1844, Claude Bernard découvre que le curare agit sur la jonction neuromusculaire entraînant une paralysie et une baisse du tonus musculaire ; sous l'effet du curare, les muscles ne fonctionnent plus, deviennent mous, les poumons s'immobilisent. En raison de la paralysie respiratoire, le cerveau et les tissus ne sont plus alimentés en oxygène.

6 Lanesthésie historique Le temps s'écoule et les médecins ne tirent profit de cette observation qu'en 1942 : à cette date, un dérivé purifié, l'intocotrine, extrait des plantes à curare rapportées d'Amazonie en 1938 est introduit en anesthésie. Si les premières tentatives d'anesthésie intraveineuse semblent dater de 1872, c'est l'utilisation de l'hexobarbital qui donne un coup d'envoi à la méthode en Un autre barbiturique à action rapide, le thiopental, est utilisé pour la première fois en Les nouveaux agents anesthésiques intraveineux se multiplient à partir des années 1950.

7 Lanesthésie historique L'anesthésie par inhalation est l'autre façon d'endormir les patients : pendant près de 100 ans, le chloroforme et l'éther sont les anesthésiques par inhalation. Toutefois, le risque de syncope mortelle avec le chloroforme se confirme dès 1848, et on l'abandonne au profit de l'éther, qui cède la place au protoxyde d'azote, encore utilisé comme analgésique d'appoint. Puis un composé fluoré, l'halothane, est synthétisé : il allait devenir l'anesthésique par inhalation le plus utilisé au monde dans les années Claude Bernard qui, en 1860, propose l'anesthésie combinée associant morphine et chloroforme. Cette association est devenue aujourd'hui celle de l'anesthésie « balancée » où l'on associe divers anesthésiques, analgésiques morphiniques et myorelaxants administrés par voie intraveineuse ou par inhalation. La combinaison de ces diverses molécules minimise les effets secondaires d'une anesthésie, grâce à une diminution des doses nécessaires

8 Lanesthésie historique Le premier anesthésique local disponible fut la cocaïne, utilisé en chirurgie oculaire par instillation dès elle fut remplacée à partir de 1904 par la Stovaïne de Fourneau, premier anesthésique local de synthèse, et par la novocaïne d'Einhorn. La lidocaïne, introduite en 1943 par Nils Löfgren, est encore l'anesthésique local de référence,

9 Les différent types danesthésie Anesthésie Locale Anesthésie Local Assistée Anesthésie Loco-Régionale Anesthésie générale: AG

10 Lanesthésique Locale Fleur de Coca

11 Ou Lidocaine Xylocaine Marcaine Naropin

12 Lanesthésique Locale Fleur de Coca

13 Action Lanesthésique Locale Rappel Transmission de linflux nerveux dans les neurones Canaux Na+ Canaux sodique La conduction nerveuse implique la propagation dun signal électrique généré par des transerts rapides de plusieurs ions spécifiques de part et dautres de la membrane cellulaire Na+ extra cellulaire ) Na K ATP ase K+ intra cellulaire )

14 Action Lanesthésique Locale Rappel Transmission de linflux nerveux dans les neurones

15 Action Lanesthésique Locale

16 Lanesthésie Loco-Régionale Une injection localisé dun anéthésique local qui va endormir une région précise

17 Lanesthésie Loco-Régionale Rachis anesthésie La Péridurale Le Bloc neurologique Anesthésie Locale … Assistée

18 Anatomie colonne lombaire la moelle se termine en L2 en une queue de cheval

19 Lanesthésie Loco-Régionale Rachis anesthésie – Injection dun anestique local dans le LCR (liquide céphalo rachidien) au travers de la duremère, au contact de la moelle – Au niveau de la colonne lombaire L2 Anesthésie du nombril au doigt de pieds et de la de la selles

20 Lanesthésie Loco-Régionale Rachis anesthésie – Si lanesthésique local arrive au bulbe rachidien centre respiratoire arrêt respiratoire – On utilise un anesthésique local hyper bar, plus lourd que le lcr qui va couler ver le bas si patient assis – Attention si trendelenbourg tête en bas risque darret respiratoire

21 Lanesthésie Loco-Régionale La péridurale – on injecte lAL autour du sac dural pas dans le cac dural – même effet que la rachis mais pas aussi puissant ou précis (parfois un coté dort pas lautre) – AL normo bar type de produit en fonction de la durée de lintervention – On peut laisser en place un cathéter pour perfuser de façon prolongée même après opération lal pour effet antalgique = Séquentielle

22 Lanesthésie Loco-Régionale La péridurale – on injecte lAL autour du sac dural pas dans le cac dural – même effet que la rachis mais pas aussi puissant ou précis (parfois un coté dort pas lautre) – AL normo bar type de produit en fonction de la durée de lintervention – On peut laisser en place un cathéter pour perfuser de façon prolongée même après opération lal pour effet antalgique = Séquentielle

23 Lanesthésie Loco-Régionale

24 Le Bloc Neurologique – On injecte AL près dun nerf le plus souvent une ensemble de nerf = plexus – Repérage En fonction position anatomique soit avec stimulation électrique Soit avec échographie Soit combinée – On en dort en général un membre

25 Lanesthésie Loco-Régionale Le Bloc Neurologique – Sous echo

26 Lanesthésie Loco-Régionale Anesthésie local pure – On injecte la peau

27 Lanesthésie Au plus lanesthésie est périphérique au moins il y a de complication importante

28 Lanesthésie générale Produits – Hypnotique – Antalgique – Paralysant

29 Lanesthésie générale Produits – Hypnotique: (faire dormir) Intraveineux – Diprivan – Dormicum – Kétamine Gazeux – Sevoflurane: gaz halogéné donner via le masque ou le tube

30 Lanesthésie générale Produits – Hypnotique: (faire dormir) Intraveineux – Diprivan: » ou propofol dans emulsion de huile de soja (blanc laiteux) car très hydrophobe » Douloureux à linjection peu etre mélanger avec un anesthésique local » À haute dose arrêt respiratoire » Cause de la mort de de Michael Jackson

31 Lanesthésie générale Produits – Hypnotique: (faire dormir) Intraveineux – Diprivan – Dormicum: il sagit dune bénzodiazépine » Diazepam nom du scientifique du Valium

32 Lanesthésie générale Produits – Hypnotique: (faire dormir) Intraveineux – Diprivan – Dormicum – Kétamine: a une activité psychotrope et hallucinatoire considéré comme stupéfiant, utilisé dans anesthésie des ins respiratoire car dilate les bronches

33 Lanesthésie générale Produits – Hypnotique: (faire dormir) Intraveineux – Diprivan – Dormicum – Kétamine Gazeux – Sevoflurane: gaz halogéné derivé de léthers à donner via le masque ou le tube

34 Lanesthésie générale Produits – Antalgique: Morphinique puissant: Sufenta ( à haute dose peuvent tre aussi hypnotique) g sufenta = g de morphine 1000 x plus puissant que la morphine Stupéfiant

35 Lanesthésie générale Produits – Paralysant: Curare: Le curare est une substance extraite de certaines lianes d'Amazonie, notamment Chondodendron tomentosum et Strychnos toxifera, qui provoque une paralysie des muscles. Il est utilisé par certains Amérindiens et Aborigènes comme poison pour enduire les flèches. Chondodendron tomentosum

36 Lanesthésie générale Produits – Paralysant: Curare: Mode d'action de la tubocurarine (en rouge) au niveau de la plaque motrice. Le curare se fixe au récepteur nicotinique (marron), empêchant l'action de l'acétylcholine (en bleu) qui est dégradée par l'acétylcholinestérase (en jaune

37 Lanesthésie générale Produits – Paralysant: Curare:esmeron = rocuronium bromide attention au réaction allergique le plus souvent de plus en plus durée daction très courte (quelques minutes) Problème des anesthésies éveillées

38 Action des curares

39 Lanesthésie générale Lessentielle – Accès Voie Intraveineuse – Voie centrale technique de seldinger

40 Lanesthésie générale Lessentielle – Accès Voie Intraveineuse – Périphérique :perfusion – Centrale: voie centrale Voie aérienne – Masque pour ventiler très important chez lenfant ou il toujours possible de ventiler mais ne protège pas voie aérienne dune inhalation si vomissement cest pour cela que les patient doivent être à jeun avant anesthésie générale

41 Lanesthésie générale Lessentielle – Accès Attention Voies aériennes si patient nest pas à jeun !! Il peut vomir et inhaler dans ses poumons donc pas respiration et pas doxygène Probleme suc gastrique très acide va bruler en plus les poumons Attention à linhalation du contenu de lestomac

42 Lanesthésie générale Lessentielle – Accès Voies aériennes Pour éviter inhalation à lintubation du patient on fait la manœuvre de Sellick

43 Manœuvre de Sellick

44 Lanesthésie générale – Monitorage du patient durant lanesthésie ECG Pression veineuse central Mmhg PVC Pression artérielle PA Systolique /diastolique mmhg Pression artère pulmonaire PAP Saturation en oxygène SAT % SP0 Température

45 Monitorage

46 Lanesthésie générale – Monitorage du patient durant lanesthésie Cardiaque – Fréquence cardiaque (électrode ecg) – Pression hémodynamique ( brassard de pression) Respiratoire – Saturation en Oxygène (saturomètre au doigt) – Mesure du C02 expiré (capnomètre) !! » Permet de savoir si patient intubé au bonne endroit » Pas de co2 dans estomac » Si le c02 est transporté cest-à-dire que la circulation fonctionne Ex: pression artérielle basse au brassard mais c02 expiré normale: il sagit dune mauvaise mesure de la pression artérielle

47 CO2 Expiré Capnomètre

48 Lanesthésie générale Si intervention – Longue – avec risque de saignement important – Patient fragile au niveau cardiaque – Accès Voie Intraveineuse – Périphérique :perfusion double et grosse (verte) – (Centrale: voie centrale) – Monitorage Cardiaque – Mesure précise de la pression par voie artérielle par Cathéter intra artérielle le plus souvent dans artére radiale Débit urinaire – Sonde vésicale: indique le fonctionnement des rein bien perfuser il y a urine pas bien perfuser peu durine dans le sac – Température: Sonde rectale ou oesophagienne

49 Lanesthésie générale – Température: Risques de lhypothermie – Mauvaise coagulation le patient va saigner – Augmente la consomation doxygène des tissus et donc le risque de faire un infarctus cardiaque ou cérébrale Pourquoi hypothermie au bloc tout le monde est habillé sauf le patient qui doit être opérer de plus chirugien ont en plus des blouse au dessus ils ont chauds et pour tre comfortable mette la climatisation

50 Lanesthésie générale – Température: Lutter contre hypothermie Couvrir le patient Chauffage avec beruger sur les zone non opérée Réchauffeur de perfusion


Télécharger ppt "Anesthésie. Lanesthésie historique Suc de pavot, chanvre, mandragore, ou encore potion opiacée : ces divers élixirs soporifiques, plus ou moins efficaces,"

Présentations similaires


Annonces Google