La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Surveillance hémodynamique et monitorage Melle Lefèvre Félicie Melle Madjalian Laure.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Surveillance hémodynamique et monitorage Melle Lefèvre Félicie Melle Madjalian Laure."— Transcription de la présentation:

1 Surveillance hémodynamique et monitorage Melle Lefèvre Félicie Melle Madjalian Laure

2 La surveillance hémodynamique en continu se réalise avec laide dun scope ou moniteur. Le scopage ou monitorage désigne : La surveillance des paramètres vitaux, associée à la présence dalarmes sonores en cas danomalie des valeurs. Les alarmes peuvent être de 2 types : Alarme standard Alarme critique.

3 Les paramètres surveillés en continu sont généralement : La FC La PA ou la TA La FR La SpO2 Le delta PP

4 Dautres paramètres peuvent être monitorés en continu tels que : Le débit cardiaque et lindex cardiaque L ETCO2 (patient intubé nécessitant une capnométrie ) La pression intra craniênne La température…

5 La fréquence cardiaque Cest le mécanisme électrophysiologique de la contraction des ventricules. Cest-à-dire le nombre de battements cardiaques (pulsations) par unité de temps (généralement la minute). Normes : 60 à 80 pulsations/min au repos Surveillance : Tachycardie : > 100 pulsations/min Bradycardie : < 50 pulsations/min

6

7 La pression artérielle La pression artérielle correspond à la pression du sang dans les artères. On parle aussi de tension artérielle, car cette pression est aussi la force exercée par le sang sur la paroi des artères, elle tend la paroi de lartère. La « tension » résulte de la « pression » et de lélasticité de la paroi. Le résultat sera exprimé en mmHg.

8 Elle est exprimée par 2 mesures : La pression maximale au moment de la contraction du cœur (systole), La pression minimale au moment du « relâchement » du cœur (diastole). Si on énonce la tension sous la forme d'un seul chiffre, il s'agit alors de la pression artérielle moyenne (PAM) exprimée en mmHg.

9 Normes : 120/80 Surveillance : Hypertension artérielle : en général > à 150 de systole Hypotension artérielle : en général < à 80 de systole.

10

11

12 La fréquence respiratoire La fréquence respiratoire est le nombre de cycles respiratoires (inspiration et expiration) par minute, mesurés chez un individu. C'est un signe vital, au même titre que la fréquence cardiaque ou la tension artérielle, et une anomalie de la fréquence respiratoire est un signe de souffrance ou d'adaptation de l'organisme.

13 Norme : 15 mouvements par minutes plus ou moins 2. Surveillance : Apnée : désigne l'arrêt de la ventilation. On parle aussi d'arrêt respiratoire ou d'arrêt ventilatoire. Polypnée : Désigne une augmentation de la fréquence respiratoire > 25 mvts/mn

14

15

16 La SpO2 Permet de détecter les carences en oxygène et dadapter la conduite à tenir. SpO2 : saturation de lhémoglobine en oxygène par oxymétrie de pouls. Le « P » signifie saturation pulsée. Norme : 92 à 100 %

17 Le delta PP Il sagit de la mesure de la variation de la pression artérielle pulsée, différence entre 2 crêtes. Il permet de savoir sil faut remplir un patient ou mettre des cathécolamines. Si delta PP > à 13% signe que le patient est vide = remplissage.

18

19

20 Le débit cardiaque et index cardiaque Le débit cardiaque est la quantité de sang éjectée par les ventricules cardiaques, c'est-à-dire le volume éjecté à chaque battement cardiaque multiplié par la fréquence cardiaque par minute. N : 5,5 L/mn Lindex cardiaque est la quantité de sang expulsée par chacun des ventricules, par minute et par mètre carré de surface corporelle. N : 2,6 à 3,8 L/mn/m² Pour les surveiller plusieurs techniques notamment : Le PICCO Le cathéter de Swan Ganz. Le cardioQ

21 Le picco Principe de thermo dilution transpulmonaire. Permet de monitorer le débit cardiaque (DC) ainsi que lindex cardiaque (IC). Permet la compréhension dune défaillance hémodynamique et une adaptation thérapeutique avec remplissage et ou catécholamines.

22

23

24

25 Le cathéter de Swan Ganz Sonde intra cardiaque dont lintroduction se fait par abord veineux central traversant loreillette droite, le ventricule droit et dont lextrémité distale est situé dans lartère pulmonaire. But : surveillance hémodynamique invasive. Permet de mesurer les pressions de remplissage, le débit cardiaque et la saturation du sang en O2 de sang mêlé (à partir de lartère pulmonaire). Permet la compréhension dune défaillance hémodynamique et une adaptation thérapeutique avec remplissage et ou catécholamines.

26 CardioQ Monitorage cardiovasculaire et gestion du remplissage : Doppler œsophagien, il mesure le Débit cardiaque, lindex cardiaque et le volume d'éjection systolique de manière non-invasive. Accès en temps réel à une estimation du volume circulant, Détection précoce et rapide dune hypovolémie, Intervention rapide pour optimiser le fonctionnement cardiaque.

27

28 LETCO2 La mesure du CO2 dans l'air expiré donne 2 types de renseignements : L'élimination du CO2 par les poumons, Les changements de la production du CO2 au niveau tissulaire et son transport vers les poumons par le système circulatoire. La capnographie permet de monitorer la production de CO2, la perfusion pulmonaire et la ventilation alvéolaire.

29 Norme : 38 à 42 mmHg Surveillance : Hypocapnie : hyperventilation, baisse du débit cardiaque, baisse du métabolisme, hypothermie. Hypercapnie : hypoventilation, augmentation du débit cardiaque, hyperthermie maligne per-anesthésique.

30 En l'absence de CO2 expiré chez un patient intubé 2 solutions : - Intubation œsophagienne - Arrêt cardiaque

31

32 Les autres paramètres monitorables PIC : Pression intra craniênne. N<10mmHg mesure de la pression régnant dans le parenchyme. PIV : Pression intra vésicale. N<10mmHg mesure de la pression intra abdominale. Température centrale (rectale ou œsophagienne) essentiellement pour les patients curarisés.

33

34

35 Conclusion Ne pas oublier que le monitorage ne dispense pas de lobservation des signes cliniques. LIDE doit surveiller lapparition de sensation de soif, de froid, pâleur, conjonctives décolorées, de marbrures, dune baisse brutale de la diurèse… Lassociation du monitorage et de la surveillance clinique permet une réduction du délais dintervention et donc une optimisation de la prise en charge du patient.


Télécharger ppt "Surveillance hémodynamique et monitorage Melle Lefèvre Félicie Melle Madjalian Laure."

Présentations similaires


Annonces Google