La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Lalcool est bon pour la santé... pourtant il est mauvais ! Pr Daniele Zullino Médecin chef de service Service daddictologie.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Lalcool est bon pour la santé... pourtant il est mauvais ! Pr Daniele Zullino Médecin chef de service Service daddictologie."— Transcription de la présentation:

1 Lalcool est bon pour la santé... pourtant il est mauvais ! Pr Daniele Zullino Médecin chef de service Service daddictologie Département de Santé mentale et psychiatrie Hôpitaux Universitaires de Genève Faculté de médecine, Université de Genève

2

3

4

5

6

7 Quest ce quon boit ? Un verre standard UIA = 10 grammes dalcool pur

8 10 personnes, 10 bières en boivent aucune partagent boit

9 Il est permis de consommer avec modération … Âge légal alcool < 16 ans vin, bière, cidre uniquement tout alcool ans> 18 ans

10 Fruits contiennent sucre Sucres sujets à la fermentation Alcool a fait partie de notre régime évolutionnaire Goût et odeur associé avec nourriture physiologique Lhomme, un frugivore

11 Histoire de lalcool AEC Viticulture en Arménie AEC Brassage bière en Mésopotamie plus de 20 variétés documentées sur tablettes dargile 2000 AEC Hammourabi fixe règles vente de vin

12 Histoire de lalcool ~1000 AEC Egypte : Description problèmes alcool 800 AEC Distillation bière dorge et de riz en Inde ~ 50 BCE Dionysius de Halicarnasse decrit usage de bière des Gaulois

13 Histoire de lalcool ~1100 Distillation à lécole de médecine Salerno 768 Première description utilisation du houblon pour brassage (Abbaye St. Denis, Roi Pepin le Bref) ~800 Arabie: distillation par Alambic (Jabir Ibn Hakan, 721–815)

14 Histoire de lalcool 1606 "The Act to Repress the Odious and Loathsome Sin of Drunkenness" décret sur la pureté de la bière en Allemagne (Reinheitsgebot) orge, levure, houblon, eau utilisation excessive de spiritueux en Angleterre

15 Histoire de lalcool 1650 – 1675, New England premières définitions « ivresse » incluant le temps passé à boire la quantité les comportements induits 1672 Loi interdisant le payement de salaires en alcool

16 – 1675 Gin développé en Hollande (1650) par distillation dorge avec baies de genièvre production bon marché industrie du gin se développe rapidement en Angleterre après avoir été introduit par des soldats britanniques combattant dans les Pays-Bas Histoire de lalcool

17 causé par abondance des blé sur marché de Londres technologie de distillation impôts peu élevés sur le gin 1 sur 3 boutiques étaient des ginneries mortalité augmente et inquiète le Royal College of Physicians Epidemie de gin à Londres

18 Gin Lane vs Beer Street William Hogarth ( ). Gin LaneBeer Street

19 Deuxième partie 19ème aux EU: Ligues de tempérance Initialement pas anti-alcool, mais anti boissons distillées 19 ème Début19ème Alambic à colonne Moins cher et plus facile à contrôler

20 Histoire de lalcool Dec ème amendment constitution EU (prohibition) Début prohibition Fin prohibition

21 Effets de la prohibition

22 Boissons fermentées : bière, vin, cidre etc. Boissons distillées : brandy, rhum, whiskey, eaux de vie etc Boissons fortifiées : sherry, porto, madeira, marsala, vermouth etc Boissons alcooliques

23 Nécessité des sucres simples ou disaccharides Levure ne métabolise (pratiquement) pas lamidone Conditions anaérobiques Produit éthanol et dioxide de carbone (gas) Fermentation

24 Fermentation contrôlée Louis Pasteur, vers stérilisation jus de raisins dioxyde de soufre 2. Inoculation levure spécifique Saccharomyces cerevisiae

25 Bière: ingrédients Haute concentration en enzymes transformant amidon en sucres Utilisé pour bière blanches

26 Humulus lupulus (Cannabaceae) Gout amer Enzymes coagulent protéines, réduisent opacités Antibactérien Le houblon

27 Saccharomyces uvuram basse fermentation Saccharomyces cerevisiae haute fermentation Lévures bière

28 Brassage

29 Distillation Taux alcool bière et vin limité à 18% >18% tue la levure Pour avoir taux plus importants distillation Ethanol bouillit à 78.5°C Distillation possible jusquà 95%

30 Distillation La tête ± 65 à 70°C sent le solvant contient du méthanol alcool pour réchaud à fondue Le cœur ± 78°C éthanol environ 1l dalcool à 40% par kg de sucre La queue >94°C « fusel oils » « alcools de queue » peuvent être redistillés avec prochaine passe

31 Infusion dalcool avec grande absinthe (Artemisia absinthium) Eventuellement ajout danis et fenouil Feuilles d'absinthe macérées dans alcool concentré, puis distillation du mélange Absinthe Consommation Verser liqueur dans verre Ajouter eau froide versée sur un morceau de sucre

32 Administration orale...normalement Pharmacocinétique alcool Hydro- et liposoluble 80% absorption dans système gastro-intestinal supérieur Facteur limitant rapidité absorption : vidange estomac Absorption totale pas affecté par nourriture >90% accèdent à tous les compartiments de lorganisme

33 Principalement dans l'intestin grêle Nourriture vidange gastrique Eau dilue et ralentit absorption Dioxide de carbone vidange estomac Absorption

34 95% métabolisé par alcool déshydrogénase et CYP450 85% métabolisme dans foie Jusquà 15% dans estomac 60% moins ADH dans estomac Métabolisme et excretion

35 Métabolisme éthanol alcool déshydrogénase acetaldehyde acétaldéhyde-déshydrogénase acide acétique CO2

36 Courbe dalcoolémie % 0 / h

37 Dépresseur du SNC Interfère avec neurotransmetteurs spécifiques Facilitation GABA décharge neurones Activation système dopaminergique Activation système endorphines Glutamate Effets

38 Hautes doses perturbent fonctionnement membrane (« fluidisation ») Basses doses agissent sur synapses (glutamate) Pharmacodynamique alcool

39 Alcool: Effets psychotropes EuphorisantDésinhibiteurAnxiolytiqueSédatifAmnésiant

40 Quels effets ? >

41 Alcool Pas bon !

42 Dommages neuronaux Troubles mémoire Démence Ataxie Syndrome de Wernicke-Korsakoff Cerveau

43 Encephalopathie de Wernicke principalement causée par carence en thiamine nystagmus, diplopie, ataxie du tronc, apathie, confusion, trouble de la mémoire sans traitement : invalidité, décès difficile à distinguer dintoxications ou traumatismes cérébraux

44 Voies digestives Bouche : parodontoses, stomatites, cancers du plancher, du pharynx et du larynx Œsophage : varices, reflux, cancer Estomac: gastrite, ulcères Intestin / colon : Colites, cancer Rectum : diarrhées, hémorroïdes

45 foie cirrhotique Taux de survie à 5 ans : Stop consommation : 35-48% Consommation continue: 63-77% Cirrhotic liver Cirrhose hépatique foie normal

46 Pancréatite Diabète Type I Pancréas

47 Hormones sexuels testostérone atrophie testiculaire nombre spermatozoïdes Gynécomastie Oestrogènes aménorrhée ostéoporose

48 défense antimicrobienne pneumonies bactériennes tuberculose listériose immunité antivirale HIV et HCV activation systèmes inflammatoires immunosuppression post-traumatique Effets immunologiques

49 Syndrome dalcoolisation fœtale Retard mental, troubles moteurs, atonie, poids, croissance, malformation organes internes, facies typique Teratogénité

50 Alcool Bon !

51 Longévité Consommateurs modérés > abstinents Mortalité plus basse de ~25% à 1-2 verres/j, pas spécifique à une boisson Corrélation consommation et mortalité en forme de U longévité surtout du à troubles cardio- vasculaires, cancers, et troubles respiratoires Durée de vie plus longe de ~2 ans entrée EMS, durée hospitalisations Alcool prévient possiblement plus de décès quil nen cause !

52 Corrao et al. 2000

53 Santé générale Consommateurs modérés > abstinents santé générale, physique et psychique Consommation modérée journalière hospitalisations aigues Pas de spécificité pour boisson particulaire Moins dabsentéisme risque ulcère duodénal, calculs biliaires, infections gastro- intestinales, arthrite rhumatoïde, ostéoporose, diabètes mellites réactions de stress, dépression, démences

54 Coeur maladies cardiovasculaires en général maladies coronariennes 40-60% mortalité athérosclérose coronaire Meilleure fonction endothéliale Consommation régulière nécessaire pour baisse du risque ! Même chez abstinents qui commencent à consommer modérément Activité physique ne remplace pas lalcool !

55 Maladie coronarienne 20-40% incidence jusquà 50% risque aussi chez patients avec diabète type II Pas de spécificité pour boisson particulaire Aucun médicament à disposition aurait la même efficacité Abstinence facteur majeur pour maladie coronarienne !

56 Infarctus ~30% survie Pas de spécificité pour boisson particulaire ~50% deuxième infarctus tissu concerné mortalité dans années qui suivent

57 Alcool vs. lifestyle pour maladies cardiovasculaires Régime, activité physique, perte de poids moins efficaces qualcool Seulement sevrage tabac plus efficace Ajouter alcool au régime plus efficace que régime seulement Meilleure réduction risque : alcool et activité physique Effet cumulatif !

58 Mécanismes daction Amélioration profil lipidique HDL LDL normalise coagulation agrégation thrombocytes fibrinogène fibrinolyse spasmes coronariens en réponse à stress irrigation coronaires pression artérielle taux sanguins insuline taux estrogène

59 Evénements cérébrovasculaires 50% événements Probablement par HDL Pour les deux sexes et tous les âges

60 Diabète 30-50% risque diabète du type II Pas de spécificité pour boisson particulaire Consommation régulière nécessaire pour baisse du risque !

61 Alzheimer et autres démences 75% risque Alzheimer, et 80% pour démence sénile fonctions cognitive (concentration, mémoire, raisonnement abstrait, langage etc.)

62 Arthrite risque arthrite rhumatoïde (40-50%), ostéoarthrite, arthrite réactive, arthrite psoriasique, spondylarthrite

63 Hyperplasie prostate 30%-40% risque

64 Osteoporose 22% risque ostéoporose 10% densité osseuse perte densité fracture col du fémur

65 Cholélithiase 40% risque

66 Malignomes % risque cancer du rein 25% risque lymphome Non-Hodgkin 50% risque lymphome Hodgkin risque cancer thyroïde

67 Alors, combien boire ? Max. 2 verres / jour Max. 4 verres lors doccasion exceptionnelle Un peu moins pour les femmes… Aucune obligation !!!

68 Service daddictologie Centre collaborateur OMS pour lenseignement et la recherche sur les addictions


Télécharger ppt "Lalcool est bon pour la santé... pourtant il est mauvais ! Pr Daniele Zullino Médecin chef de service Service daddictologie."

Présentations similaires


Annonces Google