La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Prise en charge de lasthmatique en officine par Jean-Michel Refalo Docteur en Pharmacie

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Prise en charge de lasthmatique en officine par Jean-Michel Refalo Docteur en Pharmacie"— Transcription de la présentation:

1 Prise en charge de lasthmatique en officine par Jean-Michel Refalo Docteur en Pharmacie

2 Plan : 1.Lasthme 2.Son traitement 3.Principales interactions médicament. 4.Modes demplois 5.Les conseils à donner aux patients

3 Lasthme Maladie inflammatoire chronique des voies aériennes entraînant une obstruction bronchique plus ou moins importante Toux, essoufflement, oppression bronchique Maladie dorigine génétique mais aggravée par de nombreux facteurs Deux grandes périodes de prévalence : enfance : maladie chronique la plus fréquente après 50 ans : plus fréquemment les femmes

4 Physiopathologie 2 causes à lobstruction bronchique : inflammation bronchique : toujours présente constriction bronchique : réponse exagérée Lasthme est une maladie bronchique chronique, avec des épisodes aigus brutaux : « la crise dasthme » souvent nocturne déclenchées par des circonstances particulières effort exposition à des allergènes ou à des irritants infection voies aériennes supérieures : rhinite, rhinopharyngite lenchainement de crises dasthme peut entrainer un état dexacerbation puis létat de mal asthmatique

5 Asthme et Allergie Allergie est toujours présente dans asthme de lenfant et du jeune adulte, moins par la suite Le plus fréquent : pneumallergènes = acariens, moisissures, pollens, phanères danimaux… ou allergènes professionnels Parfois aussi des allergènes alimentaires surtout chez le jeune enfant : lait de vache, œufs, poissons… Toujours faire enquête allergologique avec interrogatoires tests cutanés

6 Asthme et affections voies aériennes supp. Rhinites, rhino sinusites… sont fréquentes chez lasthmatique Affections ORL sont une cause majeure de déséquilibre de la maladie asthmatique Les traiter améliorera la prise en charge de la maladie asthmatique Triade de Widal : syndrome associant asthme + polypose nasosinusienne + intolérance à laspirine dans ce cas éviter toute prise aspirine ou AINS risque crise dasthme très sévère

7 Asthme et irritants La sévérité de lasthme est aggravé par : Tabac, y compris le tabagisme passif Irritants chimiques inhalés, quils soient dorigine professionnelle ou domestique Pollution de lair : gaz déchappement domestique : colles, produits ménagers… Donc : lutter contre tous ces agents

8 Asthme et médicaments La sévérité de lasthme est aggravé par : Bétabloquants toutes voies dadministration même les collyres Aspirine et AINS même en labsence de triade de Widal

9 Asthme et facteurs hormonaux Implication certaine mais le mécanisme précis est encore mal connu, quelques faits : A la puberté, lasthme de lenfant est généralement amélioré mais rarement guérison totale Chez la femme : aggravation menstruelle de lasthme Lasthme dapparition tardive est plus fréquent chez la femme à la ménopause

10 Asthme et facteurs psychologiques Souvent évoqués, parfois exagérés… On considère aujourdhui que les facteurs psychologiques ne provoquent pas de crise dasthme, mais ils peuvent jouer sur : la sévérité des crises la fréquence des crises Par ailleurs, lasthme peut avoir des effets psychologiquement néfastes au patient : quand sa qualité de vie se dégrade

11 Asthme et reflux gastro-oesophagien Le reflux gastro – oesophagien est fréquemment associé à lasthme Il pourrait aggraver la crise dasthme chez certains patients

12 Sévérité de lasthme Le traitement médicamenteux sera déterminé par lévaluation de la sévérité de lasthme Evaluation selon la clinique : fréquence des crises, consommation béta-2 stimulants… Et aussi exploration fonctionnelle respiratoire Détermine plusieurs niveaux dasthme : asthme intermittent asthme persistant : léger modéré sévère

13 Facteurs de risque dasthme aigu grave Age : avant 4 ans et à ladolescence Antécédents dhospitalisation en réanimation ou soins intensifs Trouble ventilatoire : débit expiration pulmonaire inférieur à 60% de la normale Intolérance aux AINS Non-compliance et corticophobie Incompréhension et mauvaise utilisation Environnement défavorable (pollution…) Difficultés daccès aux soins

14 Evolution de lasthme Maladie variable, souvent imprévisible car existent multiples facteurs aggravants Certains malades ont disparition des symptômes pendant de longues périodes puis réapparition quand change denvironnement : Ex : déménagement ce malade aura tendance à arrêter tout traitement et tout suivi médical en fait la guérison totale est très rare Donc : toujours continuer le suivi médical mesure du souffle au moins 1 fois par an

15 Traitement de lasthme Dépend de la gravité de lasthme et de la fréquence des crises Principalement 2 classes de médicaments: Béta-2 mimétiques Corticoïdes Voie inhalée sera préférée : action plus rapide permet doses moindres (nous nétudierons pas le traitement de lasthme aigu grave Urgence)

16 Les Béta-2 stimulants à courte durée daction Se fixent sur les récepteurs Béta-2 des fibres musculaires lisses des bronches relaxation et dilatation bronchique Risque deffets indésirables cardiaques par stimulation des récepteurs Béta cardiaques (tachycardie, palpitations…) pour éviter : doses moindres et voie inhalée Béta-2 stimulants à courte durée daction : Salbutamol (Ventoline ® ) Terbutaline (Bricanyl ® )

17 Les corticoïdes inhalés Instaurés dès que les Béta-2 stimulants sont utilisés plus dune fois par semaine Ils sont un traitement de fond de lasthme, ils luttent contre linflammation bronchique : inhibition et redistribution des cellules inflammatoires inhibition de la vasodilatation inflammatoire et des sécrétions glandulaires restauration de la sensibilité des récepteurs Béta-2 Béclométasone (Bécotide ®, Beconase ® etc…) Budesonide (Pulmicort ® ) Fluticasone (Flixotide ® )

18 Le Cromoglycate de sodium (Intal ®, Cromal ® ) Il est efficace dans asthme léger à modéré Mode daction : inhibe de façon préventive la libération des médiateurs de linflammation quand les cellules inflammatoire sont activées Donc sera utilisé à la place des corticoïdes inhalés, notamment : en cas deffets indésirables chez lenfant

19 Les Béta-2 stimulants à longue durée daction Ils ne remplacent pas les Béta-2 stimulants à courte durée daction Ils sont utilisés pour répondre à un asthme nocturne ou du petit matin : Salmeterol (Serevent ® ) Formoterol (Foradil ® ) Ils peuvent aussi être utilisés associés aux corticoïdes inhalés quand une faible dose de ceux-ci ne suffit pas à équilibrer le patient asth. : Fluticasone + Salmeterol (Seretide ® ) Budesonide + Formoterol (Symbicort ® )

20 Inhibiteurs de leucotriènes Les leucotriènes sont sécrétés par les mastocytes et les éosinophiles et ont un puissant effet inflammatoire, dans asthme: broncho constriction sécrétion de mucus perméabilité vasculaire Utilisation des inhibiteurs de leucotriènes : prévention de lasthme deffort association au traitement inhalé béta2-stimulants et corticoïdes quand celui-ci na pas été suffisant Montélukast (Singulair ® ) poso.adulte : 1 cpr à 10mg le soir

21 Les bronchodilatateurs par voie orale Les Béta-2 mimétiques en cpr LP pour : patient qui narrive pas à utiliser forme inhalée ou traitement de lasthme nocturne Théophylline (Dilatrane ®, Theostat ® etc…) le plus ancien des antiasthmatiques mais métabolisation hépatique variable selon patients marge thérapeutique faible, risque tachycardie, vomissements, excitabilité… à éviter si épilepsie posologie adulte : 7 à 12 mg / Kg / Jour posologie maximum : 800 mg / jour

22 Autres traitements Ketotifène (Zaditen ® ) per os anti-inflammatoire et anti-histaminique H1 Béta-2 stimulants en nébulisation / en inj. que si les doses habituelles par voie inhalée nont pas permis de contrôler les symptômes risque plus important deffets indésirables (céphalées, tremblements, nervosité, anxiété…) Les corticoïdes par voie orale dernier recours si échec de tous les autres

23 Principales interactions médicamenteuses Traitement inhalés : Budesonide : risque de surdosage si associé au Kétoconazole (Ketoderm ® ) Formoterol (et autres béta-2 stim.) : risque perte dactivité si associé aux bétabloquants Théophylline : risque de surdosage si associée Erythromycine risque de perte dactivité avec le Millepertuis

24 Mode demploi Aérosol-doseur 1.Agiter lappareil et enlever le capuchon 2.Vider les poumons en expirant profondément 3.Présenter lembout buccal à lentrée de la bouche, le fond de la cartouche métallique étant dirigé vers le haut, puis refermer la bouche sur lembout buccal 4.Commencer à inspirer tout en appuyant sur la cartouche métallique, puis continuer à inspirer lentement et profondément 5.Retirer lembout buccal et, bouche fermée, retenir la respiration pendant au moins 10 secondes 6.Nettoyer lembout buccal après chaque utilisation 7.Nettoyer laérosol-doseur une fois par semaine

25 Mode demploi chambre dinhalation Lutilisation de laérosol doseur nest pas facile 50% des malades lutilisent mal La chambre dinhalation est une solution, surtout pour lenfant et le nourrisson

26 Mode demploi inhalateur pdr (disque) Faire pivoter le couvercle en mettant le pouce dans lencoche ce qui fait apparaître lembout buccal Pousser le levier vers lextérieur jusquau déclic : la dose est prête a être inhalée Hors de lappareil : expirer à fond Placer lembout buccal entre les lèvres et inspirer à fond par la bouche Retenir la respiration pendant 10 secondes Refermer le couvercle qui pivote et referme lembout buccal Compteur de doses

27 Mode demploi inhalateur pdr (turbuhaler) Cest un autre système dinhalateur poudre, par un laboratoire différent

28 Mode demploi autohaler Agiter lappareil, enlever le capuchon Soulever le levier Hors de lappareil : expirer à fond Présenter lembout buccal à lentrée de la bouche, le fond de la cartouche métallique étant dirigé vers le haut Inspirer profondément ce qui libère la dose de médicament qui est ainsi inhalée Bloquer la respiration pendant au moins 5 secondes Rabaisser le levier, remettre capuchon

29 Conseils au patient : sur sa maladie Lui recommander davoir toujours sur lui son bronchodilatateur en aérosol, pour traitement immédiat de la crise dasthme expliquer au patient et à son entourage la conduite à tenir en cas de crise et le mode demploi des médicaments Bien rincer bouche après inhalation corticoïdes pour éviter effets indésirables : enrouement, voie rauque, irritation de la gorge, voire candidose buccale Indiquer quels sont les traitements de la crise et les traitements de fond tout en lui rappelant limportance du traitement de fond si pris en même temps : prendre dabord le bronchodilatateur Lui conseiller la vaccination antigrippale annuelle

30 Conseils au patient : prévention des crises Eliminer les irritants et allergènes : Tabac à proscrire de même tabagisme passif Acariens : entretien rigoureux de la literie et traiter tapis, moquettes, rideaux… A la maison : ménage fréquent et soigneux, passer laspirateur avec fenêtres ouvertes maintenir température entre 18°C et 20°C et taux dhumidité inférieur à 50% éviter moquettes : plutôt revêtements lisses et lavables problème des animaux de compagnie: poils, plumes... Enfant asthmatique : limiter les peluches à deux et les laver tous les deux mois

31 Conseils au patient : pratique dun sport La pratique dun sport est recommandée à lasthmatique mais il faut éviter lasthme deffort : séchauffer progressivement en respirant par le nez toujours avoir son bronchodilatateur sur soi lutiliser 10 à 15 minutes avant lexercice et pendant lexercice si besoin La plongée sous-marine avec bouteille est contre – indiquée pour lasthmatique Léquitation est déconseillée (risque dallergie)

32 PHARMA GUIDEUR EURL au capital de SIRET APE 804C Organisme de formation professionnelle enregistré sous le n° Boulevard du LEMAN MARSEILLE Site Internet Téléphone (+33) Fax (+33)


Télécharger ppt "Prise en charge de lasthmatique en officine par Jean-Michel Refalo Docteur en Pharmacie"

Présentations similaires


Annonces Google