La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Présentation de létude menée par Solival avec le soutien de lObservatoire de l'Accueil et de l'Accompagnement de la Personne Handicapée (2011-2012)

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Présentation de létude menée par Solival avec le soutien de lObservatoire de l'Accueil et de l'Accompagnement de la Personne Handicapée (2011-2012)"— Transcription de la présentation:

1 Présentation de létude menée par Solival avec le soutien de lObservatoire de l'Accueil et de l'Accompagnement de la Personne Handicapée ( )

2 Aménager son domicile ? Recherche des freins & facilitateurs : Quel rôle pour qui ? Tout un parcours !

3 INTRODUCTION

4 Constats Vivre dans un logement adapté est un droit pour tous (*) Les projets individuels des personnes pour laménagement de leur domicile sont variés : –Type de besoins (*) –Durée (*) –Parcours (*) / étapes / chronologie des actions –Isolement / réseau (*) –Aboutissement (*)

5 Questions Quels sont les freins (*) et les facilitateurs (*) qui limitent/favorisent les personnes –dans ladaptation de leur logement ? –dans lacquisition de produits dassistance? –dans laménagement de leur logement? Quels rôles chaque acteur joue-t-il? –Jusquoù peut-il aller pour améliorer son action? Peut-on établir une théorie à partir de ces diversités et définir un « parcours-type » idéal ?

6 Public concerné Le public concerné par létude : –Les personnes handicapées elles-mêmes –Les familles –Les aidants proches –Les acteurs (intervenants/partenaires)intervenants/partenaires Les pouvoirs publics Les services de conseils Les centres de coordination Les service daccompagnement, etc.

7 METHODOLOGIE

8 Etapes Création dun comité daccompagnementCréation dun comité daccompagnement : responsable du service social et directeur du département socio- éducatif des Mutualités Chrétiennes, directeur de Solival et de lergothérapeute de coordination et, comme personne ressource méthodologique, Mr Bartholomé (Observatoire) Constitution de léchantillon (*)Constitution de léchantillon (*) –Sur base des personnes ayant reçu un conseil personnalisé –Habitant la Région de Bruxelles Capitale –Avoir moins de 65 ans accompli lors de la demande –Diversifié : sexe / âge / pathologie / environnement familial / type de projet/demande (AT/Aménagement)pathologie type de projet/demande –Taille de léchantillon (*) Création des canevas dentretien et rechercheCréation des canevas dentretien et recherche –Spécifique à chaque procédé choisi (enquête, entretien, etc.) –Mise en place de la recherche

9 Etapes Création dun comité daccompagnementCréation dun comité daccompagnement : responsable du service social et directeur du département socio- éducatif des Mutualités Chrétiennes, directeur de Solival et de lergothérapeute de coordination et, comme personne ressource méthodologique, Mr Bartholomé (Observatoire) Constitution de léchantillon (*)Constitution de léchantillon (*) –Sur base des personnes ayant reçu un conseil personnalisé –Habitant la Région de Bruxelles Capitale –Avoir moins de 65 ans accompli lors de la demande –Diversifié : sexe / âge / pathologie / environnement familial / type de projet/demande (AT/Aménagement)pathologie type de projet/demande –Taille de léchantillon (*) Création des canevas dentretien et rechercheCréation des canevas dentretien et recherche –Spécifique à chaque procédé choisi (enquête, entretien, etc.) –Mise en place de la recherche

10 Pathologies IMC, hémiplégie, polyhandicap, tétraplégie, douleur dorsale, maladie orpheline, myopathie, paraplégie, spina-bifida, traumatisme crânien… ce sont donc plutôt des pathologies de type moteur Cela représentent la majorité des demandes qui arrivent aux services conseils (les autres cas plus spécifiques sont réorientés vers les services tels que la ligue SEP, ligue braille, etc.)

11 Type de demandes analysées dans léchantillon 3 grandes catégories ressortent (classification CIF)CIF Mobilité –Entrer/sortir de sa maison –Se déplacer dedans et accéder aux pièces –Mobilité de son propre corps –Maintenir les positions –Porter/déplacer les objets Entretien Personnel –Aller aux toilettes/aménagement de lespace WC –Se Laver/Aménagement SDB (douche/baignoire) –Lavabo –Soins du corps, shabiller, manger Vie Domestique –Espace cuisine / préparation des repas –Faire le ménage / Nettoyer le linge –Faire les courses

12 Mise en place de la Recherche Volet entretien à domicile (bénéficiaires) –ParticipationParticipation –Etat davancement (matériel, travaux, aides) –Freins/facilitateurs dans le parcours (*) Volet enquête téléphonique (bénéficiaires) –Clarifier les étapes du processus –Identifier les acteurs (partenaires/intervenants) impliqués dans lhistoire de chacun –Freins/facilitateurs (*) Volet rencontre partenaires –Rôles et missions –Limites / obstacles –Pistes dactions

13 ANALYSE DES RESULTATS Problématiques identifiées

14 Problématiques issues des BENEFICIAIRES Bénéficiaires / Famille / Proches

15 1.Identification des demandes 2.Avancement du projet 3.Durée du projet 4.Synthèses Freins/Facilitateurs 5.Impact du conseil sur les participations 6.Conseils des bénéficiaires

16 1. Identification des demandes Constats Demande claire (bénéficiaire/famille) ou vague ou sous-jacente (in)adéquate à la situation (pathologie, contexte, architecture, finance, etc.) Besoin dinformation générale/particulière/spécifique Problématiques Dégager les besoins réels Inadéquation bénéficiaire/famille Inadéquation p/r environnement Etape dacceptation de sa situation (deuil) Difficulté de choisir une solution (*) Difficulté de devoir prioriser les besoins (*) Solutions Etre formé à lécoute et à lentretien individuel Etre formé aux situations de handicap Contexte didentification : à domicile ou via le réseauà domicile

17 Les visites à domicile Evaluation des participations (capacité, potentiel, etc.) de la personne en situation réelle Prise de connaissance de la pathologie et de la situation de handicap Analyse du contexte : environnement social, familial, ressources financières, humaines, etc. Etude de lhabitat : type, contrainte, possibilités/limites daménagement, prise de mesures/de photos, etc. Etude des solutions possibles en tenant compte de tous les facteurs intervenants dans le choix des solutions (*)

18 2. Avancement du projet Constat Au jour de lentretien à domicile : 4 personnes (20%) estiment avoir mis en place les aménagements suffisants pour leur permettre de vivre en toute indépendance 5 personnes (25%) nont réalisé que partiellement leur projet mais la réalisation est à portée de main 11 personnes (55%) nont encore rien engagé, mais 6 dentre elles (54%) ne sont pas en (attente dun changement de situation familiale, déménagement panifié, réflexion encore présente sur solutions à choisir, etc.) demande actuellement Ajustement du constat : Le temps présent entre la réception du dossier et linterview

19 Problématiques Inhérentes à la personne et sa famille –Absence de mutuelle –Problèmes financiers –Barrière de la langue –Raisons psychologiques (dépression, fille à tendance suicidaire, etc.) –Incompréhension des démarches administratives, des procédures –Méconnaissance du secteur des bandagisteries, orthopédistes, etc. –Difficulté à poser un choix –Difficulté à organiser, ordonner, classer, traiter les informations reçues des acteurs (doublons, procédures différentes…)

20 Inhérentes au bâtiment –Impossibilité architecturale (escalier trop étroit, mur porteur, etc.) ou Bâtiment classé –Manque despace, de potentiel dadaptation… Inhérents aux intervenants/partenaires –Délais dans les réponses –Difficulté à connaître les acteurs, leurs procédures inconnues/incomprises, leurs rôles et Limites des missions des acteurs (*) –Manque de compétences/de professionnalisme –Manque de coordination, de concertation, de suivi –Propriétaires peu/pas conciliants (société de logement, logement social, commune, privé)

21 Solutions p/r la personne et sa famille –Trouver dautre pistes financières (crédit à 0%, élargissement des conditions doctroi de laide individuelle octroyée par le PHARe, aides via le CPAS, etc.) –Informer le public sur les acteurs présents –Informer le public sur laménagement du domicile (prévention via audit) –Étaler linformation donnée dans le temps, sadapter plus au rythme de la personne –« Sy retrouver dans tous les papiers »

22 p/r au bâtiment –Analyser les pistes légales concernant les bâtiments classé (souvent la façade, mais pas tout le bâtiment) –Audit du logement : permettre aux personnes de prévenir une impasse si des limitations sinstallent, les personnes ont pu préparer un déménagement ou des travaux p/r aux intervenants/partenaires –Réduire le délai / revoir les méthodes et procédures utilisées par chacun –Clarifier les procédures, les simplifier, les communiquer –Améliorer la concertation, la coordination, développer le réseau et la communication interne à ce réseau –Sensibiliser les propriétaires (privé/publics) au vieillissement de la population, au droit au logement décent pour tous –Délai PHARe pour le remboursement/paiement trop long (freins pour les intervenants!)

23 3. Durée du projet Facteurs augmentant le délai de réalisation du projet Délai du PHARe (Réalisation du projet) – 2 ansDélai du PHARe Délai du PHARe (Acceptation demande) – entre 3 mois et plus dun anDélai du PHARe (Acceptation demande Les délais liés au hommes de métiers (en trouver, obtenir un devis, etc.)Les délais liés au hommes de métiers Situation personnelle et familiale Délai lié au type daménagement

24 Délai du PHARe (Réalisation du projet) Constats Seule contrainte imposée Les autres délais sont inhérents aux travaux de bâtiments, dobtention de devis, etc. Problématiques Les bénéficiaires se plaignent souvent délai trop court pour réaliser leur travaux Hésitent à faire des choix car la situation va évoluer (handicap évolutif, enfant, etc.)

25 Délai du PHARe (Réalisation du projet) Solutions Accompagner les personnes dans leur réflexion AVANT lintroduction de la demande dintervention (sf si contrainte âge) Favoriser/conseiller dintroduire les demandes PHARe en plusieurs fois (cest déjà le cas dans bcp de situations) Mieux informer les personnes sur les délais (réalisation travaux/ retour des factures)

26 Délai du PHARe (Acceptation demande) Constats Les personnes attendent entre 1 et 13 mois pour recevoir lavis du PHARe ce qui rallonge la réalisation du projet (moyenne du temps de réponse : 173 jours, soit environ 6 mois) Toutes les personnes ne rentrent pas leur dossier complet dès le départ au PHARe Problématique La majorité des personnes dépendent du financement du PHARe, donc de lacceptation du dossier avant dentamer les travaux ou lachat de matériel NA1-3 mois3-6 mois6 à 9 mois9-12 mois12 mois et

27 Délai du PHARe (Acceptation demande) Solutions Réduire le délai de traitement des demandes Améliorer la collaboration entre les services conseils et le PHARe pour sappuyer plus sur les dossier conseil et accélérer le processus de décision

28 Les délais liés aux hommes de métiers Constats Les personnes cherchent longtemps un professionnel Les devis narrivent pas, sont incomplets, vagues, incompréhensifs Problématiques La majorité des hommes de métiers ne connaissent pas le secteur du handicap (crainte, aprioris, peur) Ils ne connaissent pas/peu/mal le RRU, ni le matériel spécifique Ne tiennent pas toujours compte du dossiers conseils et des informations techniques contenues (douche de plain pieds par exemple) Difficile pour les bénéficiaires dargumenter une solution face aux professionnels (manque de connaissance/nosent pas/ impressionné)

29 Solutions Former/informer le secteurs sur le handicap, le RRU, les normes, le matériel spécifique Etablir des conventions de collaboration Définir les critères incontournables des devis (contenu, photos, détail, prix détaillé, etc.) / faire valoir cette exigence auprès des services publics (PHARe principalement) Accompagner le bénéficiaires auprès des professionnels

30 Délai lié à la situation personnelle et familiale Constats Facteurs psychologiques (burn out, trouble de comportement du bénéficiaire, etc.) Evénements imprévus : divorce, grossesse, etc. Réflexion initiée/entamée/aboutie Acceptation de la situation de handicap: étape du deuil variée Inégalités sociales : capacité ou non de (pré)financement, alphabétisation, classe sociale, langue Type de handicap (polyhandicap situation plus complexe à gérer en termes de matériel/daménagement et souvent famille)

31 Problématiques Contraintes extérieures imprévisibles/incontrôlables Facteurs pathologiques évolutifs sans pronostic clair Attitude du bénéficiaire/famille face à la réalité (deuil, etc.) Priorisation des besoins (choix ou contrainte financière) Solutions Travailler en collaboration avec des partenaires adéquats (centre PMS, coordination, etc.) Adapter la réponse donnée en fonction de létat de réflexion du bénéficiaire/famille Sadapter plus au rythme du bénéficiaire

32 Délai lié au type daménagement Constats Les pathologies et situations de handicap diverses entrainent des besoins divers Chaque type daide nimplique pas le même investissement (temps, financier, lourdeur travaux, temps de réalisation, …) tableau Matériel à poserMatériel à fixerAccessibilité

33 Tous les cas dhémiplégie (3) et dinfirmité motrice cérébrale (4), ainsi que 2/3 des polyhandicap sur trois ont besoin de résoudre un problème daccessibilité. Cela représente 80% des personnes et 34% des demandes

34 Problématiques Une personne peut avoir besoin dun ou de plusieurs type daide (matériel à poser, matériel à fixer, accessibilité) Toutes les personnes ne sont pas égales face à une même situation (environnement social, professionnel, financier, etc.) Solutions Adapter la réponse à la personne Accompagner la réflexion tout au long du processus Découper les actions en étapes Réaliser un audit du logement dès que possible, en prévention

35 FreinsFacilitateurs Inhérents à la personne / famille Impossibilité à trouver le matériel conseillé et adapté Complications au niveau de la santé, dégradation Barrière de la langue, difficulté de compréhension Finances Démotivation, moral, dépression Difficultés à trouver de bons professionnels Aide de la famille, de lentourage, motivation Finances Connaissance de professionnels dans lentourage, connaissances particulières personnelles Bénéficiaire propriétaire 4. Synthèse (freins/facilitateurs)

36 FreinsFacilitateurs Inhérents aux acteurs Délais dattente (réponse et subsides) du PHARe Impossibilité à trouver le matériel conseillé et adapté Délais dattente pour lurbanisme Professionnels pas assez consciencieux Manque de suivi/de coordination Difficultés à trouver de bons professionnels Malentendus et mauvaise communication entre « personnes » et « services » Complexité démarches administratives (PHARe et professionnels) Essai de matériel (*) Aides dautres services et de lécole Soutien complémentaire de Solival Professionnels consciencieux et sensibles à la problématique Bonne coordination entre les différents services Aide du PHARe

37 FreinsFacilitateurs Inhérents à lenvironnement, facteurs externes Impossibilité à trouver le matériel conseillé et adapté Logement classé ou non modulable Propriétaire peu/pas conciliant (privé/public) Pas de contrainte architecturale Logement de plain-pied Bénéficiaire propriétaire

38 Freins les plus cités ou les plus conséquents –Manque de suivi des demandes (PHARe/partenaires) déperdition dénergie et de temps, deffort fourni par le bénéficiaire et/ou ses aidants proches tout au long de son parcours –Manque de communication/de coordination entre acteurs –Problèmes de communication entre les partenaires –Difficulté de trouver des professionnels qualifiés, informés, consciencieux –Délais dobtention des réponses Facilitateurs discriminatoires –Connaissances dans le domaine (proches dans le milieu médical- paramédical-bandagisterie) –Finances disponibles –Présences de proches dans les administrations permettant daccélérer le processus, etc.

39 5. Impact sur la participation Quel impact le conseil et laménagement du domicile a eu sur les participations des bénéficiaires?participations Situation sur base des données récoltées –Pour 70,8 % des personnes ayant finalisé leur projet, les limitations présentes avant sont résolues totalement et en partie pour 12,5 %. –Seuls 14,6 % des limitations ne sont pas résolues. Projection sur base des aboutissements proches –Nous aurions une situation avec 93,8 % des limitations de participation ayant été entièrement résolu.(*)

40 Notion de satisfaction Satisfaction : 50 à 90 % pour les projets partiellement aboutis (*) Notion de qualité de vie Estimation de lamélioration de la qualité de vie : de 80 à 100 % pour 7cas/9.

41 6. Propositions des bénéficiaires Propositions les plus pertinentes Clarté et visibilité du PHARe (réduire la complexité administrative) : document de synthèse clair avec étapes et délais Visibilité des démarches et des remboursements possibles Avoir dès le départ une personne de contact au PHARe pour son dossier (info dans courrier dacceptation par ex.) Liste de professionnels compétents Besoin dun lien entre ergothérapeutes, entrepreneurs et PHARe Aide des ASBL et autres services daide Obtention rapide du permis durbanisme en cas durgence Réduire délais dattente du PHARe (réponse et remboursement) Suivi de la part du service conseil après intervention

42 Conseils donnés pour dautres bénéficiaires Orienter vers Solival (service conseil) Bien sentourer, se faire aider Faire les essais dans une salle non commercialeessais Courage, ne pas se démotiver Insister non-stop, relancer, ne pas hésiter à téléphoner souvent au PHARe pour suivre son dossier ; Vérifier que les documents sont bien arrivés à destination ; Garder un double des documents envoyés Inscription au PHARE dès que possible Se lancer dans les démarches le plus vite possible, mais prendre le temps de la réflexion, ne pas attendre la dernière minute

43 Essais de matériel Les personnes qui ont essayé le matériel avant la mise en place de leur projet, sont celles qui sont le plus satisfaites et qui ont finalisé leur projet daménagement.

44 Problématiques issues des ACTEURS Intervenants / Partenaires

45 Acteurs Constat Les principaux acteurs du processus dadaptation du domicile : le service PHARe, les aidants proches, le service social, les bandagistes, les professionnels, les entrepreneurs, les services daccompagnement, les aides ménagères (aides à domicile). Les acteurs : intervenants / partenaires Questions Ont-ils le même rôle à jouer dans leur action ? Ont-ils tous les mêmes connaissances ou sont-elles complémentaires ? En quoi leur présence ou leur absence favorise ou freine le projet individuel ?

46 Identification des acteurs rencontrés dans les dossiers de notre échantillon Le service PHARe –présent dans lensemble des dossiers étudiés –intervenant quasi incontournable Laidant proche –partenaire très présent et très efficace dans le projet. –Son intervention permet souvent la réalisation et laboutissement du projet de la personne. Les entrepreneurs –permettant la coordination des hommes de métier lorsque ceux-ci sont utiles au projet, –sont difficiles à trouver car doivent être compétentes, disponibles, ouverts aux modifications et recherches. –sont des commerciaux, donc pas neutre vis-à-vis du matériel

47 Les bandagisteries –magasins spécialisés en matériel médical et de soins –Commande en direct du matériel –sont des commerciaux Les services sociaux –Issus de différentes structures (CPAS, commune, etc.) –Nont pas dans leur attribution des tâches liées à laménagement de domicile. –Les bénéficiaires dépendent du bon vouloir et de la motivation de lAS. Les professionnels –Issus du paramédical (ergothérapeute, kinésithérapeute) ou socio- éducatifs (éducateur, assistant social, etc.) dans des structures telles que les écoles spécialisées, les résidences, maison de repos, etc. Les services daccompagnement, les aides à domiciles, les centres de coordination –sont peu présents. Les mutuelles –interviennent de manière indirecte (location/vente de matériel + loctroi des aides à la mobilité (via lINAMI).

48 PHARe ManquementsPoints forts Le manque de clarté dans les documents fournis et la procédure à suivre pour l'octroi d'une aide individuelle (*) Le manque de suivi et d'information sur l'état d'avancement du dossier (*) Des incompréhensions sur le rôle de chacun tout au long de la procédure (*) L'extrême lenteur pour recevoir la notification d'avis, pour le paiement des cessions de créances (*) Cadre législatif strict et lenteur administrative Financement du projet individuel d'aménagement du domicile (sous conditions) L'ouverture d'esprit de l'équipe (discussion des cas et réflexion) La possibilité de prioriser ensemble les aides à fournir (le PHARE et la personne, et/ou son partenaire) La possibilité de financer un projet tout au long de la vie de la personne lorsque la situation évolue (*)

49 Avis du partenaires / Pistes émergeantes-proposées Le PHARe est conscient de ses difficultés à prioriser les demandes dintervention et à objectiver les analyses des demandes. Est demandeur doutils de gestion des demandes qui soit pertinent et efficace – Prioriser les demandes selon lurgence, la situation financière, la situation familiale, etc. – Justifier rapidement le positionnement des demandes – Offrir un canevas commun pour tous les dossiers – Prioriser les types de demandes ayant droit à une intervention et déconomiser ainsi le budget (*)

50 Service de Coordination ManquementsPoints forts Difficultés (ou absence) de communication entre les acteurs ce qui ralenti le projet. Intervenants trop nombreux, chacun fait son action : manque de concertation et de coordination non connaissance du domaine des devis de travaux Connaissance du milieu social et réseau daides à domicile Plusieurs services présents en son sein (aides familiale, infirmières, etc.)

51 Avis du partenaires / Pistes émergeantes-proposées Nest pas compétent pour laspect « technique » des suivis à faire Ne possèdent pas les ressources adéquates pour jouer le rôle de conseiller dans ce domaine (ni humaine/financière, ni technique, ni temporelle) Manque doutils de liaison Manque de langage commun

52 Service Social ManquementsPoints forts Issu de services divers et variés Il nexiste pas de service social spécifique pour ce domaine daction Connaissent les procédures administratives Peuvent orienter vers dautres services Connaissances variées : techniques dentretien, identification des demandes, aide à la personne, législation, etc.

53 Avis du partenaires / Pistes émergeantes-proposées Nest pas compétent pour laspect « technique » des suivis à faire Ne possèdent pas les ressources adéquates pour jouer le rôle de conseiller dans ce domaine (ni humaine/financière, ni technique, ni temporelle) Difficulté de communication avec le PHARe (réponse de notification et courriers envoyés au SSocial et non à la personne)

54 Hommes de métier ManquementsPoints forts Le manque d'information et de connaissances sur le monde du handicap, de l'accessibilité et des personnes + du matériel Le manque de disponibilité La difficulté à obtenir un devis clair, précis avec schéma et cahier des charges La difficulté de trouver un entrepreneur compétent, Difficulté de trouver un entrepreneur (ou hommes de métier) acceptant de travailler en cession de créance avec le PHARe Connaissances techniques Connaissance du réseaux de la construction, de la rénovation, etc.

55 Pistes émergeantes-proposées Améliorer limage du PHARe auprès des entrepreneurs, etc. (accélération du processus de paiement, contact direct entre le PHARe et lhomme de métiers, etc.) Former/informer sur les normes (RRU, etc.) Former/informer sur le handicap en général Informer et expliquer limportance des spécificités détaillées notées dans le cahier des charges pour le matériel Former/informer sur le matériel spécifique et les fournisseurs

56 Les partenaires et ladministration peuvent donc jouer un rôle de facilitateur comme il se doit, mais également comme frein (!) ce qui est pour le moins, peu recommandable.

57 Modélisation Partant des situations analysées, est-il possible de définir un « parcours-type » ? Non ! Il nest pas possible de théoriser une ligne de temps universelle pour un projet daménagement car chaque situation est unique et les variables trop nombreuses Il ny nexiste pas de modèle théorique unique Interconnexions entre bénéficiaire/aidants proches et intervenants/partenaires tout au long du parcours Le fait davoir tel ou tel acteur en début de parcours, en milieu ou en fin ne change pas pour autant forcément la qualité de la réalisation

58 Principes de bon usage et de bonne conduite Recevoir le conseil dun service spécialisé avant dengager les travaux/lachat de matériel. (*) Demander et comparer des devis en collaboration avec le Service Conseil et avant de faire des travaux Faire des essais du matériel envisagé avant de le louer ou de lacheter. Attendre la notification (favorable) du PHARe avant dengager les achats et la réalisation des travaux Se renseigner auprès de lurbanisme pour les travaux avant de faire venir des entrepreneurs pour devis.

59 RECOMMANDATIONS GENERALES Pistes daction

60 1.Compétences techniques complémentaires 2.Formation des acteurs de terrain 3.Cellule de consultances 4.Coordination des partenaires 5.Coordination du PHARe et des acteurs 6.Autres

61 1.Compétences techniques complémentaires –Coordonner les compétences : techniques « bâtiment » et technique « handicap »/domicile => via par exemple une collaboration architecte, etc. ou conseiller technique (projet pilote de Solival à Bruxelles) et ergothérapeute des services conseils 2.Formation des acteurs (intervenants et partenaires) de terrain –À lécoute et lidentification des demandes –Au domaine du handicap –A la spécificité de laménagement du domicile pour PMR

62 1.Cellule de consultance Constitution : le PHARe, les services conseil, les associations, le monde associatif, des représentants des personnes handicapées, etc. Objectifs Améliorer lefficacité de laide individuelle Réduire (voir annuler) le montant des dépenses mal gérées par les professionnels ou inutiles car inappropriées. Apporter de linformation et du conseil spécifique aux personnes en situation de handicap, aux professionnels du bâtiment (construction, rénovation, architecte, entrepreneur, etc.) Accompagner les professionnels qui se sentent parfois perdus face à une personne handicapée. Sensibiliser les politiques en charge de ces matières à développer linformation et la sensibilisation des professionnels et futurs professionnels Accompagner techniquement les bénéficiaires dans leur projet daménagement (devis, etc.)

63 Moyens Établissement dun label de qualité, organisation de formations continues, création dun centre dinformation et de documentation, banque de données de personnes référentes (cas vécu à partager) Etc.

64 1.Coordination des partenaires et communication Utiliser un langage commun au travers de lutilisation de la CIF comme référence pour tous ; Chaque service peut sy retrouver selon sa spécificité: –Au niveau de la participation de la personne : sa performance au niveau de ses soins personnels (pour se laver le corps tout entier, pour se sécher,…) –Au niveau des facteurs personnels (âges, maladie,…) –Au niveau des facteurs environnementaux (soutiens et relations, architecture,…) Renforcer la coordination comme un fil rouge du parcours de la personne

65 1.Coordination du PHARe et des acteurs Création dun outil de gestion des demandes pour le PHARe Création dun cellule de consultance Elaboration d'outils de communication Développer une meilleure coordination entre les partenaires.

66 Clarifier la communication du service PHARe vis-à-vis de lextérieur (et/ou clarifier les outils existants) en termes de : –Procédure et étapes à suivre pour lobtention de laide : clarté et visibilité à améliorer, réduire la complexité administrative : recevoir un document de synthèse claire avec étapes et délais –Être informé -dès le début de la procédure- de la personne de contact au PHARe qui suit son dossier (information à recevoir dans courrier dacceptation du dossier par exemple) –Critères dadmission à clarifier ou en tous les cas, à uniformiser dans leur application –Suivi des demandes et état davancement du projet (via loutil notamment) –Réduire les délais dattente du PHARe (de la réponse et des remboursements et paiements de factures)

67 1.Autres Obtention rapide du permis durbanisme en cas durgence (*) Informer les personnes sur le mode demploi du matériel (bandagistes) ; organiser systématiquement des essais du matériel conseillé pour garantir une bonne adéquation entre le besoin et laide proposée mais également un bon usage Que les services-conseils puissent systématiquement organiser un suivi de routine afin de vérifier que le processus se déroule au mieux et si besoin est, de ré aiguiller la personne Organiser de manière plus globale (que les initiatives locales et ponctuelles existantes) un réseau de vente de matériel médical de seconde main sérieux et fiable.

68 IMPACT DE LA RECHERCHE Actions engagées

69 Pour Solival 1. Nouvelle procédure Etude réflexive des pistes proposées dans létude et la faisabilité pour Solival selon notre domaine daction et nos ressources Révision en profondeur de la méthodologie utilisée depuis quelques années Mise en place dès à présent

70 Objectifs Réduire le délais dattente des personnes Répondre à plus de demandes Mieux accompagner la personne dans sa réflexion et tout au long de celle-ci Permettre un étalement dans le temps de notre action pour être plus adéquat à chaque situation individuelle Mieux adapté le type de réponse

71 Moyens Révision des outils utilisés Méthodologie en 3 volets Projet pilote à Bruxelles : poste de conseiller technique –Accompagner la recherche de devis, dhommes de métiers, etc. –Formation des professionnels (labellisation?) –Partenariats/conventions à développer, etc.

72 Résultats attendus Réduire le délais (15jours) pour 1 ère visite Répondre à plus de demandes Clôturer plus rapidement certaines demandes Mieux accompagner la personne dans sa réflexion et tout au long de celle-ci Permettre un étalement dans le temps de notre action pour être plus adéquat à chaque situation individuelle (suivi dans le temps adapté à la demande) Mieux adapter le type de réponse

73 2. Projet daudit du logement Objectifs Permettre aux personnes de faire faire une évaluation de leur domicile avant que les limitations de participations ne se déclarent Informer en préventif sur les possibilités daménagement du logement et ses limites Moyen Visite du domicile par un(e) ergothérapeute pour réaliser laudit + remise dun bilan complet (documentation et audit du logement)

74 Résultats attendus Améliorer laccompagnement des personnes dans leur projet en agissant en amont Réduire le délai de réalisation du projet individuel daménagement du logement Réduire les « erreurs » liées à la précipitation, le manque dinformation (mauvais aménagement, surcoûts, etc.)

75 Pour les autres acteurs Nous espérons que cette étude offrira des pistes de réflexion et dactions claires et concrètes pour que dautres acteurs impliqués dans cette thématique puissent en tirer des enseignements pertinents leur permettant daméliorer leur service et sa qualité. Nous souhaitons ainsi améliorer la collaboration entre les acteurs (intervenants/partenaires) et permettre aux personnes en situation de handicap de pouvoir vivre au mieux dans leur logement.

76 Merci pour votre attention Sophie HUBOT, ergothérapeute Véronique LEGRAIN, ergothérapeute de coordination

77 Définitions CIF Classification Internationale des Fonctions et handicap et de la santé Participation : Prendre part à une situation de la vie réelle (se laver, se déplacer, boire,…). Performance Ce que l'individu fait dans son environnement ordinaire (CIF) Capacité Aptitude à effectuer une tâche ou à mener une action, niveau de fonctionnement le plus élevé possible dans un domaine donné à un moment donné Activités : désignent l'exécution d'une tâche ou d'une action par une personne. Les limitations d'activités : désignent les difficultés que rencontre une personne dans l'exécution d'activité. Les restrictions de participation : désignent les problèmes qu'une personne peut rencontrer dans son implication dans une situation réelle.

78 Définitions Intervenant : toute personne ou service par laquelle/lequel la personne, en fonction de sa situation, est obligée de passer (ex: le service PHARe, lurbanisme, etc.) Partenaire : tout acteur qui accompagne la personne (en tout ou en partie) dans ses démarches (ex. : un service daccompagnement, un service- conseil accompagnant la personne, service social, service de coordination, etc.)


Télécharger ppt "Présentation de létude menée par Solival avec le soutien de lObservatoire de l'Accueil et de l'Accompagnement de la Personne Handicapée (2011-2012)"

Présentations similaires


Annonces Google